dimanche 28 octobre 2012

Lettres à Madeleine 51 Apollinaire




La Collecte - Centerblog
                                                Lettre à Madeleine

                                              Dans ses lettres des 5 et 6 décembre Apollinaire remercie Madeleine de lui apporter tous les mots qui lui permettent de traverser l'épreuve de la guerre et " ... c'est la 1è fois que la messe est dite tout à fait en 1è ligne. On l'a déjà dite dans les lignes de repli, mais pas encore en toute 1è ligne. A midi visite du colonel. Il a compris mon explication si nette et m'a dit que je partirai en permission le 3è... dans les 1ers jours de janvier... Il faut avoir vécu cette pénible vie pr s'en rendre compte. Amour, je t'adore... Peut-être irai-je à l'attaque ce soir à la tête de ma section... Le cadavre a été enlevé. Tant mieux on s'y habituait trop. Les hommes suspendaient leur musette à ses pieds... - Le 6 ... J'ai eu amour, l'indicible joie de ta lettre du 22, ta lettre volupté...

                                                                                                              7 Décembre 1915

            Ci-inclus, mon amour le portrait des 2 Russes dont je te parlais l'autre jour et qui avaient passé par ma batterie d'alors, ils ont été trouvés par ma Cie actuelle où on m'a donné leur photo que je t'envoie.

                                                 La Tranchée

                       Je suis la blanche tranchée au corps creux et blanc
                       Et j'habite toute la terre dévastée
                       Viens avec moi jeune dans mon sexe qui est tout mon corps
                       Viens avec moi pénètre-moi pour que je sois heureuse de volupté sanglante
                       Je guérirai tes peines, tes soucis, tes désirs ta mélancolie
                       Avec la chanson fine et nette des balles et l'orchestre d'artillerie
                       Vois comme je suis blanche, plus blanche que les corps les plus blancs
                       Couche-toi dans mon sein comme sur un ventre bien-aimé
                       Je veux te donner un amour sans second, sans sommeil, sans paroles
                       J'ai tant aimé de jeunes gens
                       Je les aime comme les aime Morgane
                       En son castel sans retour
                       Au haut du mont Gibel
                       Qui est l'Etna dont s'éloignent vite nos soldats destinés à la Serbie
                       Je les ai aimés et ils sont morts et je n'aime que les vivants
                       Allons viens dans mon sexe plus long que le plus long serpent, long
                               comme tous les corps des morts mis l'un devant l'autre
                       Viens écoute les chants métalliques que je chante bouche blanche
                               que je suis
                       Viens ceux qui m'aiment sont là armés de fusils de crapouillots de bombes
                               de grenades et ils jouent silencieusement

            Mon amour,, je n'ai pas eu de lettre de toi aujourd'hui. Je t'adore. Je me demande s'il n'y aura pas de lettres perdues pour toi ou moi. Je pense que non. Je prends ta bouche.


                                                Le... Poème Secret

                        Voilà de quoi est fait le chant symphonique de l'amour qui bruit
                                 dans la conque de Vénus
                         Il y a le chant de l'amour de jadis
                         Le bruit des baisers éperdus des amants illustres
                         Les cris d'amour des mortelles violées par les dieux
                         Les virilités des héros fabuleux érigés comme des cierges vont et viennent
                                 comme une rumeur obscène
                         Il y a aussi les cris de folie des bacchantes folles d'amour pour avoir mangé
                                 l'hippomane sécrété par la vulve des juments en chaleur
                         Les cris d'amour des félins dans les jongles
                         La rumeur sourde des sèves montant dans les plantes tropicales
                         Le fracas des marées
                         Le tonnerre des artilleries où la forme obscène des canons accomplit
                                  le terrible amour des peuples
                          Les vagues de la mer où naît la vie et la beauté
                          Et le chant victorieux que les premiers rayons de soleil faisaient chanter
                                  à Memnon l'immobile
                         Il y a le cri des Sabines au moment de l'enlèvement
                         Le chant nuptial de la Sulamite
                         Je suis belle mais noire
                         Et le hurlement précieux de Jason
                         Quand  il trouva la toison
                         Et le mortel chant du cygne quand son duvet se pressait entre
                                  les cuisses blanches de Léda
                         Il y a le chant de tout l'amour du monde
                         Il y a entre tes cuisses adorées
                                  Madeleine
                         La rumeur de tout l'amour comme le chant sacré de la mer
                                  bruit tout entier dans le coquillage


                                                                                                                         Gui

samedi 27 octobre 2012

Anecdotes et Réflexions d'hier pour aujourd'hui journal 2 Samuel Pepys ( Angleterre )




                                                                Journal
                                                                             1660 -  Janvier

            8 - Dimanche. - Ce matin je me suis rendu chez Mr Gunning ; il fit un bon sermon dans lequel il raconta la vie du Christ et nous donna toutes les preuves pour nous convaincre que le Christ a, en vérité, appris le métier de son père et fut charpentier jusqu'à sa trentième année. Allai ensuite déjeuner chez mon père où je retrouvai ma femme contrainte de venir y déjeuner du fait que nous n'avions pas un morceau de charbon à la maison et qu'il faisait un temps glacial. L'après-midi, comme mon père devait se rendre chez quelqu'un pour réclamer de l'argent qui était dû à ma tante Bell, ma femme et moi nous rendîmes chez Mr Messom où un docteur en théologie fit un très bon sermon. Puis j'envoyai ma femme chez mon père et j'allai passer quelque temps chez Mrs Turner. En revenant chez mon père j'y trouvai Mr Shipley. Après souper nous revînmes ensemble à la maison. J'ai appris que Mr Palmer était mort et qu'on devait l'enterrer demain à Westminster.

           11 - Alors que je me trouvais chez Will avec le capitaine Barker qui m'a remis ce matin 300 livres au bureau, voici qu'entre mon père ; je l'accompagnai à pied et le laissai chez W. Joyce, j'allai quant à moi jusque chez Mr Crew, mais j'arrivai trop tard pour dîner. Après une partie de volant avec Mr Walgrave et Mr Edward je retournai chercher mon père chez W. Joyce qui était lui-même sorti. Nous étant renseignés auprès d'un portier nous allâmes dans une taverne et après un verre ou deux nous nous quittâmes. Je m'acheminai vers Londres et en chemin je passai voir Crowley qui est devenu un très grand lion parfaitement apprivoisé. Je me rendis ensuite chez Mr Stevens avec une paire de mouchettes en argent, j'y achetai une paire de cisailles pour couper l'argent et m'en retournai à la maison.Home Décor Creepy Halloween Punk de vapeur Vintage 1900 Antique de 1900 victorienne gothique Snuffer Bougie Silver Plate
            De chez moi, allai rendre visite à Mrs Jemima. Les médecins avaient maintenant confirmé qu'elle avait la petite vérole.
            Retour à la maison, puis au café où je ne m'attardai pas, et rentrai à la maison.


                                                                                                      Samuel Pepys

vendredi 26 octobre 2012

Voyage au pays des Ze-Ka Julius Margolin ( Récit Autobiographie Israël )

     
Julius Margolin, Voyage au pays des Ze-Ka, jaquette
                                        Voyage au pays des Ze-Ka
                                                                          ( traduction du russe Nina Berberova, Mina Journot
                                                                            revu par Luba Jurgenson )

            " Pour nous les petites gens le 23août 1939 est une date fatale... " Julius Margolin a 39 ans, né en Biélorussie il vit à Tel-Aviv depuis 1936, de passage en Pologne où demeurent sa mère et son père, il sera pris dans les filets inextricables des ordres allemands, polonais, russes "...  journaliste indépendant, père de famille citoyen polonais...qui n'a rien à voir avec l'Union Soviétique et n'a commis aucun délit contre ce pays est retenu par l' Armée Rouge sur le Territoire Polonais... il est constaté qu'il n'est ni espion, ni voleur ni assassin... " Julius Margolin est docteur en philosophie, il parle russe, sera détenu jusqu'en 1945 dans les camps en Sibérie, détruit physiquement atteint moralement lorsque le froid et la faim étaient extrêmes, au point de voler le pain de son ami. A son retour, le premier il nommera ces lieux où sont parqués des hommes de toutes origines, tant voleurs, les ourkis, que des êtres acquis à la cause communiste, dans l'obligation d'apporter leur force à l'ouvrage collectif soit le Plan, le Goulag. Ils coupent le bois des forêts, scient le bois, dans le froid sibérien, à peine vêtus, nourris d'une soupe liquide et parfois de kacha, d'un morceau de pain. Volés, abrutis de fatigue, les hommes en manque de nourriture, dorment sur des bas-flancs. L'inracontable est écrit, décrit avec minutie, les faits et gestes du quotidien. Le froid sibérien la cruauté l'amitié devenue inimitié devant la gamelle vide. Plus que Soljenitsine dans La journée d'Ivan Denissovitch Margolin nous enchaîne à sa suite, son écriture simple même si parfois il a tendance à nous emmener vers Marx et Hegel nous absorbe. La faim tuait ces hommes obligés de tuer à l'aide d'aiguilles à tricoter les chenilles énormes ou invisibles qui couvrent les feuilles de choux, asservissement. Auteur il reconnaît " s'il n'avait pas été interné il n'aurait pu témoigner de cet esclavagisme. " Ecrit en dix mois " parut sous le titre La Condition Inhumaine ". Plusieurs chapitres manquaient qui furent rajoutés au fil des rééditions. Inoubliables ces Ze-Ka nom donné aux travailleurs forcés dans ces camps aux abords de la Mer blanche et du Canal Baltique où mourraient plus vite les Géorgiens habitués à une température plus douce.



           

jeudi 25 octobre 2012

L'histoire se répète Mark Twain ( Conte humoristique USA )



    gorfou macaroni                                                                L'histoire se répète


            Ce qui suit je l'ai trouvé dans un journal des Îles Sandwich qui me fut envoyé par un ami du fond de cette paisible retraite. La coïncidence entre ma propre expérience  et celle dont parle ici feu M. Benton est si frappante que je ne puis m'empêcher de publier et de commenter ce paragraphe. Voici le texte du journal Sandwich :
            " Combien touchant, le tribut payé par feu l'honorable T.H. Benton à l'influence de sa mère.
            " - Ma mère me demanda de ne jamais fumer. Je n'ai jamais touché de tabac depuis ce jour-là jusqu'à aujourd'hui. Elle me demanda de ne plus jouer. Je n'ai plus jamais touché une carte. Je suis incapable quand j'ai vu jouer de dire qui a perdu. Elle me mit en garde aussi contre la boisson. Si j'ai quelques qualités              joueurs  de cartes cézanne
d'endurance actuellement, si j'ai pu me rendre quelque peu utile dans la vie je l'attribue à mon obéissance à ses voeux pieux et corrects. Quand j'avais sept ans elle me demanda de ne pas boire, et je fis alors le voeu d'abstinence absolue. Si j'y fus constamment fidèle c'est à ma mère que je le dois. "
            Je n'ai jamais rien vu de si curieux. C'est presque un bref résumé de ma propre carrière morale, en substituant simplement une grand-mère à une mère. Combien je me rappelle ma grand-mère me demandant de ne pas fumer ! Vieille chère âme " Je vous y prends, affreux roquet !  Bon ! Que je ne vous y prenne encore à mâcher du tabac avant le dîner ! Et je vous parie que je vous donne le fouet jusqu'à vous laisser pour mort. "
            De ce jour à aujourd'hui je n'ai jamais plus fumé dans la matinée.
            Elle me demanda de ne pas jouer. Elle me chuchota " Jetez-moi ces damnées cartes, tout de suite. Deux paires et un valet, idiot, et l'autre à une séquence. "
           Je n'ai plus joué depuis ce jour, jamais plus, sans un jeu de rechange dans la poche. Je ne puis pas même dire qui doit perdre une partie quand je n'ai pas fait moi-même  le jeu.
           Quand j'avais deux ans elle me demanda de ne pas boire. Je fis le voeu d'abstinence complète.
           Si je suis resté fidèle et si j'ai ressenti les effets bienfaisants de cette fidélité, jusqu'à ce jour, c'est à ma grand-mère que je le dois. Je n'ai jamais bu, depuis, une goutte de quelque sorte d'eau que ce soit.

           


                                                                 Mark Twain
















































           

mardi 23 octobre 2012

Anecdotes et Réflexions d'hier pour aujourd'hui Journal 1 Samuel Pepys ( Angleterre extraits )


                                   
                                    Samuel Pepys né en 1633 à Londres près de Fleet Street. Une famille simple, mais un cousin petit-fils d'une grand-tante qui épousa un Montaigu le recommande et Pepys ( il  fut étudiant à Cambridge ) est nommé Secrétaire au Conseil de la Marine. Diariste reconnu, son journal débute le 1er janvier 1660. Quelques milliers de pages. Il recouvre des carnets de signes qui se rapprochent de la sténographie, forme d'écriture découverte depuis peu. A 27 ans il épouse par amour Elizabeth Saint-Michel de sept ans sa cadette. Assez souffrant il raconte ses divers maux telle l'opération d'un calcul, sans anesthésie, maladie de la pierre qui lui donnera l'occasion d'exhiber le caillou. Il meurt en 1703. Nombre d'événements d'importance surviennent durant les années où il tint ce journal. Voici un très petit nombre des histoires que nous conte Samuel Pepys.


                                                                                                                  Janvier 1660

            5 - Suis allé au bureau où les soldats attendaient à nouveau l'argent qui devait arriver de la Régie, mais rien ne vint. On nous a cependant promis de nous l'envoyer dans l'après-midi. Ai dîné avec Mr Shipley  au domicile de milord d'un pâté de dinde, puis retour au bureau où on a apporté l'argent de la Régie. Une partie de cet argent a été distribué aux soldats jusqu'à la nuit. Suis ensuite revenu à la maison et ai écrit une lettre à milord lui annonçant que le Parlement avait voté cette nuit que les députés qui avaient été démis de leurs fonctions dans les années 1648 et 1649 étaient dûment démis et que des ordonnances seraient promulguées sous peu afin de les remplacer. Que Monck et Fairfax étaient convoqués à Londres et que les appartements du Prince de Whitehall allaient être mis à la disposition de Monck.
               Ensuite comme il gelait fort, ma femme et moi sommes allés chez Mrs Jemima dans l'espoir de boire un posset au xéres mais comme Mr Edward n'arrivait pas ce fut partie remise. Je laissai donc ma femme à jouer aux cartes avec Mrs Jemima et je me rendis avec ma lanterne chez Mr Fage pour qu'il examine mon nez. Il m'a dit que c'était seulement le froid. Nous avons ensuite discuté politique et il m'a confirmé qu'il était vrai que la Cité ne disposait d'assez de temps pour faire grand-chose mais qu'ils étaient décidés à se débarrasser des soldats et que, à moins qu'un Parlement libre ne fût élu, il était convaincu que la moitié du conseil municipal ne lèverait aucun impôt sur l'ordre du Parlement actuel. J'allai ensuite chez mon père, j'y trouvai Mrs Ramsey et sa petite-fille, une jolie jeune fille, restai quelques temps à bavarder elles et avec ma mère, puis pris congé. J'ai appris que nous étions invités demain chez mon cousin Thomas Pepys.
            Je suis retourné chez Mrs Jemima chercher ma femme et Mr Shipley et suis rentré à la maison.
                                            

                                                                               Pepys


lundi 22 octobre 2012

Anecdotes et Réflexions d'hier pour aujourd'hui - Choses vues Victor Hugo


                                                     
                                                   Choses vues

                                                                                                                Novembre 1849

            Les ministres actuels sont des carreaux de vitres. On voit le président au travers.

                                              Le Vice-Président de la République

            M. Boulay de la Meurthe était un bon gros homme, chauve, ventru, petit, énorme avec le nez très court et l'esprit pas très long. Il était l'ami de Harel auquel il disait : " mon cher " et de Jérôme Bonaparte auquel il disait : " Votre Majesté ".
            L'Assemblée le fit, le 20 janvier, vice-président de la République.
            La chose fut un peu brusque et inattendue pour tout le monde, excepté pour lui. On s'en aperçut au long discours appris par coeur qu'il débita après avoir prêté serment. Quand il eut fini L'Assemblée applaudit puis à l'applaudissement succéda un éclat de rire. Tout le monde riait, lui aussi ; l'Assemblée par ironie, lui de bonne foi.
            Odilon Barrot qui, depuis la veille au soir, regrettait vivement de ne pas s'être laissé faire vice-président, regardait cette scène avec un haussement d'épaules et un sourire amer.
            L'Assemblée suivait du regard Boulay de la Meurthe  félicité et satisfait, et dans tous les yeux on lisait ceci : " Tiens ! Il se prend au sérieux ! "
            Au moment où il prêta serment d'une voix tonnante qui fit sourire, Boulay de la Meurthe avait l'air ébloui de la République, et l'Assemblée n'avait pas l'air éblouie de Boulay de la Meurthe.
            Ses concurrents étaient Vivien et Baraguay-d'Hilliers, le brave général manchot, lequel n'eut qu'une voix. Vivien avait beaucoup compté sur la chose. Quelques moments avant la proclamation du scrutin on le vit quitter son banc et s'en aller à côté du général Cavaignac. Le président manqué consola le vice-président raté. Je n'aimais pas Vivien parce qu'il était honteux de son père ancien maître d'études, pion, chien de cour, comme disent les gamins à la pension Cordier-Decotte, rue Sainte-Marguerite n° 41. Ceci m fit voter pour Boulay de la Meurthe.
            J'avais passé trois années de mon enfance, 1815, 1816 et 1817 dans cette pension Decotte.
            Ce père Vivien était un personnage à part. C'était un vieillard ébouriffé, flottant dans un habit à grandes basques. L'habit était râpé, le bonhomme était maigre, le tout était piteux. Le père Vivien avait été dans l'Inde et en avait rapporté des sparteries assez curieuses dont était tapissé le cabinet où son fils, élève gratuit, travaillait avec mon frère Eugène et moi. Ce cabinet n'était autre chose qu'un compartiment de la classe réservé aux grands. Vivien fils avait cinq ou six ans de plus que moi. C'était un grand beau jeune homme rose aux yeux bleus, clairs et brillants ; il avait sur le front deux petites bosses comme les faons dont les cornes vont pousser. Il était fort en discours latin. Il semblait humilié d'être " le fils du pion ". Ainsi le nommais la moquerie indifférente et féroce des enfants. Au sortir de la pension Decotte nous nous perdîmes de vue. Je le revis trente ans plus tard en 1847 ; lui avait été ministre et était député ; j'étais pair de France. Ma rencontre lui fut désagréable ; j'avais connu son père.
            Pendant que le vice-président pérorait à la tribune je causais avec Lamartine. Nous parlions architecture. Il tenait pour Saint Pierre de Rome, moi pour mes cathédrales. Il me disait ; " Je hais vos églises
sombres ; Saint-Pierre est vaste, magnifique, lumineux, éclatant, splendide. " Et je lui répondais : " Saint-Pierre de Rome n'est que le grand ; Notre-Dame, c'est l'infini. "
                                               
                  
                                               Monsieur le duc D'Harcourt
  
            M. le duc d'Harcourt venait à l'épaule de M. Thiers. Il était impossible de voir un plus petit homme et un plus grand nom. M. d'Harcourt avait l'oeil vif, le nez pointu, les cheveux gris, le sourire fin, les manières aisées et simples, l'air d'un grand seigneur et d'un bon homme. Ses opinions dépassaient le libéralisme. Un jour à propos de la Pologne il fit contre les rois d'Europe une telle sortie que M. Pasquier le rappela à l'ordre. M.d'Harcourt se contenta de lui jeter un regard d'ancien duc à nouveau duc.
            A la Chambre des pairs, il ne restait jamais en place ; il allait et venait sans cesse, ses deux mains dans les goussets de son pantalon gris, le collet de son habit de pair rabattu sur ses épaules, un bonnet de velours vert sur la tête. Un de ses fils, Jean d'Harcourt, était dans la marine et bon officier.
            M. d'Harcourt, presque républicain, affectait certaines façons suprêmes ; il faisait partie du groupe de pairs qui portait le collet de velours noir à broderie étroite ; ce velours noir était ménagé à dessein par les anciens pairs pour laisser voir la place des fleurs de lys, ce qui indiquait la date de leur pairie.          





              Sous la Restauration le collet et les parements des pairs  étaient brodés de fleurs de lys d'or et le collet et les parements des députés de fleurs de lys d'argent. Les pairs, depuis 1830, couvraient collet et parement de broderies qui laissaient à peine voir le velours. Ce collet séparait les anciens orgueils des vanités nouvelles. M. d'Harcourt n'était pas inaccessible à ces misères. Du reste intelligent, cordial, généreux, il ne battait personne à terre. Il fut clément pour Teste. La tribune lui venait au menton, mais il avait des idées, de la chaleur d'âme et se haussait peu à peu. Il commençait par être petit  et finissait par être grand. Au rebours des opinions reçues, il avait une haute idée de la Chambre des pairs comme pouvoir. Il me dit un jour : " Si cette Chambre voulait, elle ferait tout, elle a la parole comme la Chambre des députés et la durée comme le roi. "
            La République de Février le fit ambassadeur à Rome. M. d'Harcourt était fort laborieux A Gaëte, pendant l'exil du pape, il recopiait lui-même de sa main toutes ses dépêches. Il est vrai que la légation était désorganisée et qu'il n'avait pas de secrétaire.                        Gaëte ortie royale                                                                      
               Même à travers les choses folles et violentes que   
la réaction lui imposait contre les républicains de Rome, son vieux levain anti-monarchique lui restait. Le jour de la fête du roi de Naples, il se dispensa d'aller au baise-main et, par son ordre, le Tenare qui était mouillé dans la rade, ne se pavoisa ni ne salua.
               Cette haine lui venait, disait-on, d'un mot de Louis XVIII. Louis XVIII l'avait surnommé le duc-mouche. M. d'Harcourt dit : " La mouche piquera. " Par représailles il appelait Louis XVIII le roi-cachalot.


                                                                                                        Hugo


                                             


           

samedi 20 octobre 2012

Anecdotes et Réflexionsd'hier pour Aujourd'hui - Choses vues Victor Hugo ( France )


Fichier:Alexandre Dumas 1.jpg
               Dumas                                                  Choses vues

                                                                                                                          Octobre 1846

            On vient d'envoyer Alexandre Dumas en Espagne comme " historiographe du mariage " de M. de Montpensier. Voici comment ont été faits les fonds pour ce voyage : le ministère de l'Instruction publique a donné quinze cents francs, pris sur " les encouragements et secours aux gens de lettres" ; puis quinze cents francs sur " les Missions littéraires " ; le ministre de l'Intérieur a donné trois mille francs pris sur la caisse des fonds particuliers ; M. de Montpensier a donné douze mille francs ; au total dix-huit mille francs. En recevant la somme, Dumas a dit : - " Bon ! cela paiera toujours mes guides ! "                                                   
                                     

                                                                                                               1er Octobre

            Le tabac fameux de la Civette doit sa réputation d'excellence à l'idée qu'eut la débitante de cette boutique de mettre son tabac en dépôt dans une tinette. De là un goût qui fit les délices des priseurs et la fortune du marchand. De temps en temps il envoie sa tinette à rétamer.
                                          
                                         
    
                                                                                                                 9 Octobre 1847

            Ma femme est tombée malade aujourd'hui de la maladie de Toto. Fièvre typhoïde. Dieu nous    
            ait en pitié.


                                                                                                                  18 Octobre
            Aujourd'hui lundi, ma femme est hors de danger. Dieu soit loué.


                                                                                                                  21 Octobre

            La première nuit de la maladie de ma femme, je la veillais. Je m'étais étendu dans un fauteuil près de son lit, les yeux fermés. Depuis un certain temps, je l'entendais s'agiter et je sentais qu'elle ne dormait pas. tout à coup elle poussa un cri terrible, j'ouvre les yeux et je la vois sur son séant. Je me lève.
            - Ah ! dit-elle, vous vous levez ! C'est  bon ! Je rêvais que j'étais morte et que j'étais en enfer. Et voici quel était mon enfer ; je vous voyais toujours et vous ne remuiez jamais.
            Cet enfer m'est resté dans l'esprit et m'a paru effrayant.
                                        Rue de la Tour-d'Auvergne . © Photothèque des musées de la ville de Paris *
                                         1848 rue de la tour-d'auvergne                                                                          
                                                                                                                    15 octobre 1848
            J'ai quitté le n°5 dela rue d'Isly pour le n°37 de la rue de la Tour-d'Auvergne.
            Pendant que mes meubles déménagent de la rue d'Isly, les principes déménagent de la Constitution. Je m'occupe le plus que je peux du premier de ces déménagements pour ne pas prendre part à l'autre.
            Du reste, Lord Byron, Rossini et Paganini auraient refusé d'entrer chez moi dans les circonstances où j'y entre : J'ai quitté ma chambre à coucher de la place Royale le vendredi 23 juin, mes premiers meubles sont entrés dans ma chambre à coucher de la rue de la Tour-d'Auvergne le vendredi 13 octobre. En déposant la glace de la cheminée de cette chambre, on a trouvé écrit au charbon derrière cette glace le n°13
La chambre - mansarde que j'occupe provisoirement dans la maison, au quatrième, porte le n°13. Les présages sont mauvais comme dit Nuno Saledo.


                                                                                                             Hugo


mercredi 17 octobre 2012

Notes sur Paris Mark Twain ( Contes humoristiques USA )



           Caillebotte
                                                              Notes sur Paris


            Le Parisien voyage très peu, ne connaît pas d'autre langue que la sienne, ne lit pas d'autre littérature que la sienne. Ainsi a-t-il l'esprit très étroit et très suffisant.Cependant, ne soyons pas trop sévères. Il y a des Français qui connaissent une autre langue que la leur, ce sont les garçons d'hôtel. Entre autres ils savent l'anglais. C'est à dire qu'ils le savent à la façon européenne. - Ils le parlent, mais ne le comprennent pas. Ils se font comprendre facilement, mais il est presque impossible de prononcer une phrase anglaise de telle sorte qu'ils puissent en saisir le sens. Ils croient le saisir. Ils le prétendent. Mais non.Voici une conversation que j'ai eue avec une de ces créatures. Je l'ai notée aussitôt pour en avoir le texte exact.
            Moi - Ces oranges sont fort belles, d'où viennent-elles ?
            Lui - D'autres. Parfaitement. Je vais en chercher.
            Moi - Non, je n'en demande pas d'autres.Je voudrais seulement savoir d'où elles viennent, où elles ont poussé.
            Lui - Oui ( la mine imperturbable et le ton assuré ).
            Moi - Pouvez-vous me dire de quel pays elles viennent ?
            Lui - Oui ( l'air aimable, la voix énergique ).
            Moi ( découragé ) - Elles sont excellentes.
            Lui - Bonne nuit, Monsieur ( il se retire en saluant tout à fait satisfait de lui-même ).
            Ce jeune homme aurait pu apprendre très convenablement l'anglais, en prenant la peine, mais il était français et ne voulait pas. Combien différents sont les gens de chez nous ! Ils ne négligent aucun moyen. Il y a quelques soi-disant protestants français à Paris. Ils ont construit une jolie petite église sur l'une des grandes avenues qui partent de l'Arc de Triomphe, se proposant d'y aller écouter la bonne parole, prêchée en bonne et due forme dans leur bonne langue française, et d'être heureux. Mais leur petite ruse n'a pas réussi. Le dimanche les Anglais arrivent toujours là les premiers et prennent toute la place.Quand le ministre se lève pour prêcher il voit sa maison pleine de dévots étrangers, tous sérieux et attentifs, avec un petit livre dans les mains. C'est une bible reliée en maroquin, semble-t-il. Mais il s'agit seulement d'une apparence. En réalité c'est un admirable et très complet petit dictionnaire français-anglais qui, de forme, de reliure et de dimension
 est juste comme une bible. Et ces Anglais sont là                                                                               
 pour apprendre le français. Ce temple a été surnommé : l'église des cours gratuits de français.
              D'ailleurs les assistants doivent acquérir plutôt la connaissance des mots qu'une instruction générale. Car, m'a-t-on dit, un sermon français est                                                                         
 comme un discours français. Il ne cite jamais un événement    
historique, mais seulement la date. Si vous n'êtes pas fort sur les dates, vous n'y comprenez rien. Un discours en France est quelque chose dans ce genre :
            - Camarades, citoyens, frères, nobles, membre de la seule sublime et parfaite nation, n'oublions pas que le 10 août nous a délivrés de la honteuse présence des espions étrangers, que le 5 septembre s'est justifié lui-même à la face du ciel et de l'humanité, que le 18 Brumaire contenait les germes de sa propre punition, que le 14 juillet a été la voix puissante de la liberté proclamant la résurrection, le jour nouveau et invitant les peuples opprimés de la terre à contempler la France divine de la France et à vivre. Et n'oublions pas nos griefs éternels contre l'homme du 2 Décembre, et déclarons sur un ton de tonnerre, le ton habituel en France, que sans lui il n'y aurait pas eu dans l'histoire de 17 mars, de 12 octobre, de 19 janvier, de 22 avril, de 16 novembre, de 30 septembre, de 2 juillet, de 14 février, de 29 juin, de 15 août, de 31 mai, que sans la France, ce pays pur, noble et sans pair, aurait un calendrier serein et vide jusqu'à ce jour !
             J'ai entendu un sermon français qui finissait par ces paroles éloquentes et bizarres :
            - Mes frères, nous avons de triste motifs de nous rappeler l'homme du 13 janvier. Les suites du crime du 13 janvier ont été en justes proportions avec l'énormité du forfait. Sans lui n'eût pas été de 30 novembre, triste spectacle ! Le forfait du 16 juin n'eût pas lui-même existé.C'est à lui seul que nous devons le 3 septembre et le fatal 12  octobre. Serons-nous donc reconnaissants au 13 janvier qui soumit au joug de la mort vous et moi et tout ce qui respire ? Oui mes frères, car c'est à lui aussi que nous devons aussi le jour qui ne fut jamais venu sans lui, le 25 décembre béni !
             Il serait peut-être bon de donner quelques explications,   René Magritte
bien que pour beaucoup de mes lecteurs cela soit peu nécessaire : l'homme du 13 Janvier est Adam. Le crime à cette date fut celui de la pomme mangée. Le désolant spectacle du 30 novembre est l'expulsion de l'Eden, le forfait du 16 juin le meurtre d'Abel, l'événement du 3 septembre le départ en exil de Caïn pour la terre de Nod, le 12 octobre les derniers sommets de montagnes disparurent sous les eaux du déluge. Quand vous irez à l'église en France, emportez un calendrier, - annoté.



                                                                                                    Mark Twain
                                                                                          ( in contes humoristiques )

lundi 15 octobre 2012

Lettre à Madeleine 50 Apollinaire


              
                       Pioupious jeunes recrues 14/18
                                                      Lettre à Madeleine

                                                                                                          2 décembre au soir 1915

            Je m'étais trompé de date hier, mon amour, c'était le 1er. Aujourd'hui pas de lettre encore, pas de journaux, pas de ravitaillement. Les officiers ça va encore, parce que notre cuisinier se débrouille, mais les hommes ! Ils sont admirables d'héroïsme simple .Le ravitaillement n'arrivera je crois que cette nuit à 4 heures du matin. Je me suis fait installer une planche par les pionniers pr pouvoir écrire. Ici le temps est vraiment long. Éboulements perpétuels, les hommes ne dorment plus, travaillent tout le temps. La vie de tranchées en hiver a quelque chose de si simple qu'on sent ce que pouvait être la vie des Troglodytes de la préhistoire. Nous sommes au demeurant de véritables Troglodytes.
            J'ai ici deux camarades agréables dont l'un est mon supérieur, le lieutnt qui fait fonction de capitaine et commande la compagnie et un de mes sergents. Le premier est distingué et un causeur aimable assez au courant des choses des lettres et des arts et le second est un simple extrêmement rusé, adroit, malin et brave, il conduit très bien les hommes.. Ici on sent ce que c'est que l'autorité et ce qu'elle peut faire faire quand elle est à la fois douce et ferme. Je fais coucher avec moi mes deux sergents et j'ai pris aussi un petit garçon de la classe 15 innocent et brave à qui j'apprends à lire car il l'ignore.
            Mon sergent Jean-Marie est donc très bien. Il est en outre un grognard de 1è classe, mais on sent qu'on peut se fier à lui et cependant il rouspète tout le temps. Mais quel type amusant !
Mon amour les éléphants pare-éclats s'effritent de plus par la base et leur apparence d'éléphants se marque de plus en plus.
            Mon amour dans l'horreur mystérieuse métallique muette mais non silencieuse à cause des bruits épouvantables des engins qui sifflent geignent éclatent formidablement notre amour est la seule étoile, un ange parfumé qui flotte plus haut que la fumée noire ou jaune des bombes qui explosent.
            Il sourit au fond des sapes où il fait l'écoute anxieuse, il veille aux créneaux repérés que la balle ennemie traverse à intervalles réguliers, il plane sur le mystère ineffable des premières lignes dont l'horreur blanche fait rêver d'un paysage lunaire. Effrayante monotonie d'où l'eau, même l'eau non potable est absente. Ö pures tranchées comme des lys qui fleurissent en terre au lieu de fleurir vers le ciel. C'est la terre même qui fleurit. Pour utiliser le très peu de charbon que j'ai j'ai fait faire un encensoir avec une vieille gamelle percée de trous.On la balance au bout d'un fil de fer.
                                                                                                          site 14/18 grognard
                Écris-moi de l'amour, sois-moi ma panthère pour me remettre dans la vie de notre cher amour.
            Songe à quel point dans la vie de tranchées on est privé de tout ce qui vous retient à l'univers, on est qu'une poitrine qui s'offre à l'ennemi.
            Comme un rempart de chair vivante.
            Comme on se rend compte que la guerre des artilleurs est un véritable plaisir une partie de campagne, une excursion dont les risques ne sont pas beaucoup plus grands que ceux de l'Alpinisme. Ici le lien est solennel et désolé. La végétation ne l'orne même pas on est plus bas que terre.
            Je termine ce soir mon quatrième jour de 1res lignes. On a tué aujourd'hui un Boche qui s'est hasardé sur le parapet vers le mystère des hexaèdres, des chevaux de frise et des sphères.
           Je sens vivement maintenant toute l'horreur de cette guerre secrète sans stratégie mais dont les stratagèmes sont épouvantables et atroces.
            Mon amour je pense à ton corps exquis, divinement toisonné, et je prends mille fois ta bouche et ta langue.
                                                                                                                 Gui
                    
   hexaèdre                                                                                                                                            4 décembre 1915

            Mon amour, j'ai enfin tes deux lettres adorées du 23 et du 24 nov. Je crois d'après ce que je lis dans ta lettre du 23 que tu m'as écrit une lettre datée du 22 une lettre volupté que je n'ai pas eue. Comme je t'accuse toujours réception de tes lettres tu verras facilement si je t'ai parlé de celle-là et si je ne m'abuse en la pensant égarée. Si elle est perdue tu me la remplaceras dis ? Tes 2 lettres ont transfiguré pour moi la tranchée, je t'adore. J'ai fait ma demande de permission, le colonel m'avait demandé si j'avais de la famille à Oran ou si j'y avais mon domicile légal. J'ai répondu que je comptais y aller dans la famille de ma fiancée professeur au lycée de jeunes filles d'Oran et le maire d'Oran pouvait en témoigner. J'espère qu'il le fera puisque c'est la vérité. En ce cas, je pense que ma permission ne tardera pas. Je ne demande pas mieux que la guerre finisse vite d'après ce que tu prévois, mais je n'aperçois pas encore cette fin. Je commence aujourd'hui mon 5è jour de tranchée. Boue, éboulements contre lesquels on lutte jour et nuit comme Sisyphe contre son rocher. Je t'adore, mon amour, et ton amour me console de tout.Oui, je sens tes caresses, je sens contre moi le corps souple de ma Madeleine, je te serre contre moi, nous ne faisons qu'un, je sens ta douce chaleur qui me pénètre et la douceur de tes membres qui s'enroulent aux miens et l'odeur de ton corps qui m'enivre. A moi aussi la volupté venant de toi est une, par la caresse la plus ardente et la plus profonde. J'adore tes reins qui se cambrent, ton ventre et tes seins tendus vers mon baiser. Je te prends, mon amour, avec une violence surhumaine.iJe suis follement gourmand de toi,
                                                                      Le Titien
Madelon et je te dévore. J'adore tes ongles, ta porcelaine délicate. J'aime ma petite Madeleine caméléon. J'aime les ongles pointus de tes mains et les ongles ronds de tes orteils. J'adore ton cou au ton chaud. J'y mordrai follement à ce cou rond et flexible. Je dévorerai tes frisons, mon amour exquis. Je les ferai tomber de ton chignon bas. Je lécherai follement tes narines voluptueuses qui palpitent comme des moineaux dans la main.
            Mon amour ce que tu m'apprends du petit ermite me réjouit follement. Je l'adore, durci comme il était. C'est bien lui, tu l'as trouvé, mon amour chéri. J'adore ta langue, ta belle langue. Oui je suis fou de tes seins et je les mange. Je donne à ta bouche ma virilité durcie. Puis je te pénètre profondément. La folle caresse que tu as inventée est exquise. Oui, amour nous avons la même nature J' adore la dînette que tu inventes. Merci amour de ce que je prendrai pendant la perm. Je te mange. Tout jouit en moi quand je pense à toi. Oui, amour, je commence à sentir l'étreinte à distance, tu commences à me la rendre sensible tant tu mets d'art voluptueux dans tes lettres. Oui tu es ma toute fleur et je t'adore, je t'adore, je prends ton derrière et je le baise de toutes mes forces et de toutes ma volupté douce et insistante. Je te prends dans mes bras amour et t'empale moi debout, toi les jambes croisées autour de mes reins les bras passés autour de mon cou et mes bras et mes mains soutiennent ton superbe derrière qu'elles claquent ouvrent et caressent la porte secrète, un doigt y pénètre pr occuper le plus de tes portes et ma bouche est attachée à la tienne, je t'adore follement, je t'aime, je te veux follement. Ta toison est la seule végétation dont je me souvienne ici où il n'y a pas de végétation. Je prends ta bouche et le petit ermite durci se donne aussi ensuite à ma bouche affolée.


                                                                                                             Gui