dimanche 27 avril 2014

Correspondance Proust Reynaldo Hahn 13 ( lettres France - sélection )


masterworksfineart.fr

                                                                                                                         21 février 1911
                                                                                                       Mardi soir
            Mon cher petit Buneltniguls
            J'espère que vous êtes bien genstil et que tout s'arrange bien. Vous pourrez dire ma sympathie à Vestris* et à ton ami Bakst pour ce qui est hasrivé. Je suis allé voir le dernier acte de la pièce d'Hermant. Hélas au moment où je commence à aimer véritablement le théâtre une sorte de gâtisme m'atteint qui m'y fait tellement larmoyer que je n'ose plus y mettre les pieds. La pièce d'Hermant est touchante sans louchonneries, décantée de tout " mauve des collines "etc et pleine d'esprit. Au risque d'ajouter ès nombreuses preuves de mauvais goût que j'ai déjà données à propos de Cocteau, de danseur etc., je vous dirai que Puylagarde et Bachmann m'ont paru jouer parfaitement mais être fort laids. Mais je ne l'affirme pas. Quant à Lacroix, autre célébrité, il ne paraît pas dans l'acte que j'ai vu. Après je suis allé chez Larue où j'ai trouvé Flers, son épouse et Caillavet " bien gggentils " mais devenus d'une grande sévérité à l'égard de leurs confrères. Venderem
edmond-rostand-j-ai-envie-d-ecrivailler,M26325.jpg( " tombeau " pour prendre une expression que vous aimez )  leur a écrit : " Mes chers Confrères j'ai assisté à votre pièce : Papa. J'y ai trouvé quelques traits spirituels, quelques traits touchants. Cependant je ne puis donner mon assentiment à l'accueil favorable que lui fait le public etc etc. " Savez-vous comment a fini l'histoire de l'Archiduc de Valon etc, de Mme Colombel. C'était un faux archiduc ! un escroq ! J'ai été reboulé aujourd'hui à partir de 2 heures pour m'asbituer. Nordlinger m'a télégraphié que vous aviez télégraphié bonne arrivée. Content genstil. Il y a dans La Revue des deux Mondes des vers de Bonnard qui m'ont enchanté, parus sublimes, puis tout d'un coup je n'y retrouve plus rien. Mais c'est extraordinaire comme il " s'objective " toujours d'une façon ridicule, dansant ou tenant une fleur, ou se parfumant, ou se déshabillant. Toujours ! Et dans La Revue de Paris une étude de R. Rolland sur Tolstoï  ; il a beaucoup plus de bon sens littéraire qu'il ne doit avoir ( autant que je puis supposer ) de musical. - Dans les ineptes conférences de Donnay où tout l'esprit consiste à dire : " Mme  de Rambouillet, vous allez voir ce qu'elle prend pour son rhume " ou de tel personnage du XVIIè siècle : " c'était une casserole ". Parmi les nuées de mauvais vers qu'il cite et où vous n'iriez peut'être pas les chercher, je vous signale ceux-ci que je trouve si amusants et où je me rappelle que Coquelin ( qui ne les disait pas mais les écoutait, déguisé en femme ) faisait le plus splendide chichi qu'on puisse imaginer. Je vous cite à peu près
            Mascarille entre en femme habillé d'une manière grotesque
                                                  LELIE
            Ah ! comme elle est jolie et qu'elle a l'air mignon !
           
           A ce moment Coquelin fait entendre des gloussements

                                                   LELIE
            Eh quoi ? vous murmurez ? mais sans vous faire outrage
            Peut-on lever le masque et voir votre visage ?

            C'est très joli dans son genre. Dans un genre différent une pièce très triste de Jammes appelée
Élégie d'automne, j'aime beaucoup ces vers descriptifs :

            La grive sur un cerisier près de la vigne abandonnée
            Se pose et les sentiers ruissellent de feuilles de châtaigners
            Il n'y a que du brouillard et un silence tout étonné
            Quand un paysan tout à coup a éternué.                                            


Cocteau, que je n'ai point vu, mais qui écrit, me paraît " sous la coupe " de Lucien Daudet, sans s'imaginer que je sais qui c'est. - L'influence de Gide sur Bernstein n'a peut'être pas été très décisive car j'ai vu dans la scène citée par Le Figaro des mots tels que " je te le demande à deux genoux --- Tu as vu mon agonie dans mes yeux --- Je suis peut'être un vilain Monsieur, mais je suis un Monsieur. " Elle, " pleurant les mêmes larmes " etc. etc. qui m'ont paru ne pas porter la trace très sensible de cette littérature artiste. Genstil, je vais vous agacer horriblement en parlant musique et en vous disant que j'ai entendu hier au théâtrophone** un des Maîtres Chanteurs ( puisque quand Sachs écrit sous la dictée de Walther le Preisleid, il ne sait pas que Beckmesser le lui chippera, pourquoi écrit-il ces mots ridicules - inexplicable ) et ce soir... tout Pelléas ! Or je sais combien je me trompe dans les arts, au point que les vues du jardin de Gâtera ( =o ),m'avaient charmé ; mais enfin comme Buncht ne me punira pas, j'ai eu une impression extrêmement agréable. Cela ne m'a pas paru si absolument étranger et antérieur à Fauré et même à Wagner ( Tristan ) que cela à la prétention et à la réputation d'être. Mais enfin en me reportant à la personne de Debussy, comme Goncourt étonné que le gros Flaubert ait pu faire une scène si délicate de L'Education Sentimentale que d'ailleurs Goncourt n'aimait pas, je suis étonné que Debussy ait fait cela. Je connais trop peu de théâtre musical pour pouvoir savoir qui avait fait cela avant. Mais cette idée de traiter un opéra à une époque de si grande richesse, dans le style de Malborough s'en va-t-en guerre et en atteignant parfois à

            Ah ! si je dois être vaincue
            Est-ce à toi d'être mon vainqueur

demandait tout de même de l'initiative. Il est vrai que comme les étrangers ne sont pas choqués de Mallarmé parce qu'ils ne savent pas le français, des hérésies musicales qui peuvent vs crisper, passent inaperçues pour moi, plus particulièrement dans le théâtrophone, où à un moment je trouvais la rumeur agréable mais pourtant un peu amorphe quand je me suis aperçu que c'était l'entre'acte ! Et à propos de Pelléas, je ne veux pas faire grâce à mon Binchniguls de quelques considérations de ma transcendantale incompétence mais je suis trop fatigué et ce sera pour une autre fois.
            Dix-huit milliards de grands bonsjours.

           B.
           Fais donc bien attention à ma pagination car ayant renversé casfé sur une page je l'ai déchirée et tout a l'air et l'air.

*   Vestris russe surnom donné à Nijinski  Bakst à l'origine du renvoi d'Auguste Vestris ( 1760/1842 ) alors qu'il dansait Gisèle à Saint-Pétersbourg, le costume qu'il avait créé parut trop moderne.
** Abonné au téléphone Proust a la possibilité de prolonger son abonnement pour la retransmission à travers son téléphone de représentations théâtrales.

birchills.net
                                                                                                                                                          1er Juin 1911
                                                                                                      Jeudi matin

            Je te souhaite beaucoup de chanter bien et de ne pas avoir peur, mon petit bunibuls, et de rencontrer beaucoup de succès. Par suite des moschancetés de ma santé j'ai fallu  me lever hier et je voulais recommencer pour t'écouter. Mais il est 9 heures du matin et je n'ai pas encore pu commencer ni à déshabiller ni à fumer. Et je n'ai pas dormi depuis plus de 50 heures. Alors si je suis couché vers midi je crois que je serai trop malade pour aller Gaîté mais penserai beaucoup et je te donne mon petit viatique pour tes trois mélodies trois bonjours avant et trois après. Chante genstiment mon vieux buncht.

          ( sans signature ) 



                                                                                                                      Fin juillet 1911

                                                                                                         Cabourg
            P.-S.
         
            Cher petit Bunibuls
            Je suis parti inopinément pour Cabourg d'où je te redonne le bonsjour. Je pars sans savoir si tu es décoré* et si tu as choisi le petit chouen ( tu sais que je tiens essentiellement à te donner aussi l'autre et te prie me dire ce que je te dois pour les 2 ). Si par hasard ce mot te suivait dans ce pays si genstil, je compte sur toi pour ne pas montrer toutes ces bininulseries qui je t'assure ne pourraient que nous donner ridicule même auprès des plus bienveillants
            Abords du Palais ( partie opposée de l'île )
            Où gîte maintenant mon petit Reynaldo,
            Roi, - seul Roi -, du do, ré, mi, fa, sol, la, si, do
            Et qui ne pense pas à son petit poulain
            Tandis que celui-ci lui fait ce joli dessin

            ( lettre sans signature )


                                                                                                                          25 Juillet 1911

            Grand Hôtel Cabourg                                                                                           nijinski

            Monsieur mon bunibuls
            Je pense beaucoup à toi, et je ne t'écris pas parce que Cabourg ne me réussit pas cette année et que j'ai beaucoup asthme. Imagine-toi mon bunibuls que touts les soirs quand le soleil se couche et que je n'ai pas encore allumé l'électricité, je pense à toi dans mon petit lit avec un peu de chasgrin, et à ce moment de grosses femmes viennent jouer au loin sur la plage des valses avec des cors de chasse et des pistons jusqu'à ce qu'il fasse nuit. C'est à se jeter dans la mer de mélancolie. Je crois que tu vas vraiment être décoré et malgré et malgré, je ne peux pas dire quel plaisir bête mais ineffable cela me fera. Adieu mon genstil trop à vous dire et peux pas en ce moment.

                    B.
            Hector* a meublé l'appartement au-dessus de sa " nouvelle " boutique qui semble du dernier confort et élégance. Recommandez cet appartement si vous avez des amis qui vont à Versailles car je crois qu'on y serait très bien et en plus servi par eux/

* Fut maître d'hôtel à l'Hôtel des Réservoirs à Versailles.



                                                                                                                                                                  Fin juillet 1911

            Cabourg

            Mon petit Bunchnibuls
            J'ai eu une déception bien plus grande que tu n'en as eue ( à supposer que tu aies eu une déception..)
quand je n'ai pas vu ton nom dans tous ces décorés. Bien que Maman disait toujours qu'il ne fallait croire que ses amis commençaient à avoir une petite chance qu'après l'avoir lu dans l'Officiel, on me donnait depuis un mois de si fermes assurances que je croyais, et la Veuve m'avait écrit une lettre triomphale. Si la raison pour laquelle tu n'es pas devenu l'étal de Février*( " au talent près ", comme répondit Chaix d'Est-Ange sur un ton de modestie au procureur général ) est celle que m'a dite Calmette** elle est tellement sublime que je pense que Meilhac n'eût pas hésité à en faire le ressort de sa comédie***. Il m'a dit que c'était parce que le Conseil de l'Ordre ayant demandé ton livret militaire avait vu que tu n'avais pas fait encore de période d'instruction militaire. Tu pourrais dire comme chez Decourcelles que tu as peut'être d'autres titres. Ou plutôt avec une voix que je laisse à ton choix d'être celle de Régnier, ou d'Hervieu, ou de ton neveu quand il valneycharlise****. " Mais ce qu'on demandait pour moi n'était pas la médaille militaire n'est-ce pas ". Depuis que Mme de Noailles décorée sans l'être est restée sur le carreau à cause de ce Conseil de l'Ordre qui a décoré cette année Mme Bertheroy en continuant à refuser Mme de Noailles, rien ne m'étonne et je n'aurais pas dû préparer tous les genstils compliments que je suis obligé de te rangainer jusqu'à une autre fois, avant que le Conseil n'ait donné son avis. Mais tout de même la pensée qu'entre tant de livrets ce n'est pas ton livret de LA Carmélite ou de Prométhée, ou de lÎle du Rêve qu'ils ont demandé à voir, mais ton livret... militaire ! a quelque chose de tellement comique que j'en ai fait une bien jolie chanson pour fin d'acte de La Vie Parisienne.
            Ainsi l'on vit en ce Conseil illustre
            Où vont généraux, préfets, ambassadeurs
( mais il faut ma jolie musique et je te la chanterai plutôt à Paris ). Adieu mon vieux bunibuls, je ne te dis pas de ne pas être fasché, car je pense qu'au contraire tu ne l'es pas assez, et j'en suis encore plus fasché.
            Je t'envoie autant de bonsjours que si tu étais décoré, et j'espère que tu seras bientôt décoré, Calmette le croit et croit. Adieu mon vieux militaire. Si on n'avait pas peur de fâcher tous ces vieux hommes, il y aurait une nouvelle drôle mais ravissante à faire. Hasbouen.

                B.

            Le général de Hercé n'ayant pas été promu divisionnaire a appris parce que ses notes n'étaient pas bonnes. Il devait s'agir de son ut de poitrine et de son fa de tête. Beaumarchais est dépassé. Le plus fort de tout est que je me rappelle que si tu n'as pas fait de période d'instruction c'est parce que Picquart t'a dit que tu n'avais pas à en faire avant 1913. Si les membres du Conseil de l'ordre ont jugé de ton talent comme si tu étais un militaire, le ministre de la guerre en revanche a dirigé ta carrière militaire comme s'il était ( valneycharlisme pour un neveu ) un... musicien.

*      Fréquente le conservatoire de musique avec Hahn, Fauré, Massenet
**   " Monsieur le Procureur général, au talent près nous sommes égaux "
***  " Décoré " Meilhac et Halévy
**** terme codé entre les correspondants pour signaler l'ironie.                                                          musicare.fr



                                                                                                                                                            Août 1911

            Cabourg

           Tu es si faschant dans tes bensonges que tu dis que je n'ai pas une dactylographe. Alors lis donc ceci qui est joint à ma lettre. Genstil le sujet triste auquel tu fais allusion par suite d'une lettre que tu as reçue ( désastre prochain etc )  a été l'objet de correspondances que je taisais pas discrétion. Mais il faudra que j'en parle à mon Gunimels ( après des serments effroyables ). Quant à ton petit chouen je le considère comme inexistant tant que tu ne m'en as pas dit le prix et que je ne l'ai pas hascheté. J'ai la visite de quelqu'un que j'aimerais bien si vous ne le déclariez inacceptable, c'est Neuville. Je dois dire du reste qu'il m'a dit ; " Voyez-vous le vilain égoïste ! "  qui étaient assez " En voilà des manières ". Je crois que je vous ai déjà fait remarquer que le substantif accolé le plus souvent à " éternel " était " cigarette ". De même savez-vous quel est l'épithète qu'on joint le plus souvent au nom de Michel Mortier, c'est " ce diable d'homme ". Il faut ajouter qu'Astruc, Frank, Samuel et Mariéton sont prétendants au même titre.
            Les Plantevignes ne sont pas ici. Ils ont cette année délaissé " Cabourg pour la mer de glace "ce qui est assez Labiche - Autre mot qu'on dit souvent ( analogue à Je n'ai pas de succès avec mon thé ) " Ça a l'air bon ce que vous mangez là ". Vous m'avez envoyé Genstil une petite préface où il y avait une page ou deux pas mal, mais rien d'inouï.  Mais ce que vous dites à la fin sur le chant est ce que je connais de plus beau dans aucun écrit sur l'art et enfonce rudement Les sept lampes de l'Architecture ( malgré l'analogie de pensée avec La lampe du sacrifice ) et la Métaphysique de la Musique de Shopenhauer. Il faut que cela soit publié à part. D'ailleurs cela ne fait rien que cela ait paru à l'occasion du livre de ce chanteur réfractaire et désabusé, c'en est déjà séparé et classique.
            Genstil j'aurais mille choses inouïes à vous raconter, dans le sens où vous prenez ce mot, et dont la moins piquante est le Prince Constantin R... surpris en train de se faire sucer la q. par Lady P... Mais je suis trop fastiné.
            J'ai vu hier Calmette à qui j'ai dit la délicatesse de votre regret, ( c'était la première fois que j'avais pu le joindre ). Désespérant de la surpasser à la minute même, il m'a demandé votre adresse actuelle pour vous dire son admirations, son affection, son espoir que vous serez prochainement décoré. Il pense que vous êtes à Brusselles. J'ai eu la honte d'avouer que j'en savais rien et que je vous croyais à Paris. Il m'a offert un verre, j'ai dit assez vulgairement que c'est moi qui aurais voulu le lui offrir, et alors sur ce ton que vous lui connaissez il m'a dit : " Cela n'a pas d'importance pourvu que nous soyons ensemble ! " Je crois au contraire qu'il déteste me rencontrer. J'ai vu Maurice de Rotschild ( et d'autres )  à un bal qu'a donné d'Alton. Je dois reconnaître après m'être élevé sur ce qu'on disait de sa folie, et, si gentil qu'il ait été avec moi, qu'il a été " impossible ". Sa femme m'a paru crispante. J'ai cru devoir faire une inclinaison à Morny qui avait amené sa fille de Trouville ( c'était à l'hôtel de Cabourg qu'était le bal de d'Alton ), comme vous m'aviez présenté à lui. Mais il m'a regardé d'un air tellement stupéfait que je n'ai pas insisté. Adieu mon vieux genstil, je ne peux pas dire que je pense souvent à toi, car tu es installé dans mon âme comme une de ses couches superposées et je ne peux pas regarder du dedans au dehors, ni recevoir une impression du dehors au dedans sans que cela ne traverse mon binchnibuls intérieur devenu translucide et poreux. Adieu mon petit chouen.

                            BUNCHT

            Miss Teyte chante régulièrement au Casino mais j'ai toujours été trop malade pour aller l'entendre.
" A ce titre " elle a paru au bal de d'Alton entre les Noailles et les Bauffremont.

            Concours de choses valant de l'or pour la souffrance qu'elles causent aux dents et qui est égal à une aurification. Présidé par le critique musical du Journal...
            1° Les interviews où on appelle Michel Mortier " ce diable d'homme ".
            2° Ceux où après avoir nommé le vicomte de Breya on ajoute entre guillemets " le roi des impressarios "/
            3° Quand on félicite le Directeur de la Scala d'avoir réuni " l'hilarant Dranem, l'excentrique Sinoël, la talentueuse de Lilo ".

* Mortier créé le théâtre Michel - Astruc journaliste présente les " Ballets russes en 1909 " - Samuel ( Louveau ) dirige le théâtre des Variétés - Mariéton s'occupe du théâtre antique d'Orange.



                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    connaissancedesarts.com
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                           Été 1911
            Cabourg

            Mon Bugniguls
            J'ai été tellement genstil tous ces jours-ci et toujours levé avant 8 heures ( bensonge ) que je suis fasché que tu n'es pas venu, et bien content que tu ne viendras pas ( bérité ). Travaille bien mon enfant et sois gentil avec Zadig. Mais n'invente pas de chanster Zadig, digue, digue, digue, comme tu chanstais la Chandelle, delle, delle, delle d'une façon tellement atacante pour ton cher Buncht.
            Je ne vois plus rien à te dire et je te donne bonsjour.

                B.

            J'ai hescrit que l'on t'envoie la rançon de ton chouen.
         
            J'écris un opuscule
            Par qui Bourget descend
            Et Boylesves recule.*

           Je vais te faire tout recopier en plus net pour que tu es plus gentillesse. Mais si après tu le trouves vilain, ce n'aura plus été peine et peine.

* le livre qu'écrit proust à ce moment " la recherche du temps perdu ".

                            
                                                     Lettre à Zadig                                                      
            Mon cher Zadig
            Je t'aime beaucoup parce que tu as beauscoup de chasgrin et d'amour par même que moi ; et tu ne pouvais pas trouver mieux dans le monde entier. Mais je ne suis pas jaloux qu'il est plus avec toi parce que c'est juste et que tu es plus malheureux et plus aimant. Voici comment je le sais mon genstil chouen. Quand j'étais petit et que j'avais du chagrin pour quitter Maman, ou pour partir en voyage, ou pour me coucher, ou pour une jeune fille que j'aimais, j'étais plus malheureux qu'aujourd'hui d'abord parce que comme toi je n'étais pas libre comme je le suis aujourd'hui d'aller distraire mon chagrin et que j'étais renfermé avec lui, mais aussi parce que j'étais attaché aussi dans ma tête où je n'avais aucune idée, aucun souvenir de lecture, aucun projet où m'échapper. Et tu es ainsi Zadig, Tu n'as jamais fait lectures et tu n'as pas d'idée. Et tu dois être bien malheureux quand tu es triste. Mais sache mon petit Zadig ceci, qu'une espèce de petit chouen que je suis dans ton genre, te dit et dit car il a été homme et toi pas. Cette intelligence ne nous sert qu'à remplacer ces impressions qui te font aimer et souffrir, par des facsimilés affaiblis qui font moins de chagrin et donnent moins de tendresse. Dans les rares moments où je retrouve toute ma tendresse, toute ma souffrance, c'est que je n'ai plus senti d'après ces fausses idées, mais d'après quelque chose qui est semblable en toi et en moi mon petit chouen. Et cela me semble tellement supérieur au reste qu'il n'y a que quand je suis redevenu chien, un pauvre Zadig comme toi que je me mets à écrire et il n'y a que les livres écrits ainsi que j'aime. Celui qui porte ton nom, mon vieux Zadig n'est pas du tout comme cela. C'est une petite dispute entre ton maître qui est aussi  le mien et moi. Mais toi tu n'auras pas de querelles avec lui car tu ne penses pas. Cher Zadig nous sommes vieux et souffrants tous deux. Mais j'aimerais bien aller souvent te faire visite pour que tu me rapproches de ton petit maître au lieu de m'en séparer. Je t'embrasse de tout mon coeur et je vais envoyer à ton ami Reynaldo ta petite rançon. Ton ami



                BUNCHT


                                                                                                                       Fin octobre 1911

     
            Pardon mon petit Reynaldo de t'avoir télégraphié, cela s'est croisé avec ta dépêche ; pourvu que tu n'aies pas cru que c'était une réponse. Si tu penses à ton Buninuls il faut que ce ne soit pas une causes d'hasgition mais de paix.
            Je t'écris dans très moschante crise. - J'ai reçu une lettre de Peter pour m'annoncer son mariage et qui m'a beaucoup ému car elle était dans la ligne et le prolongement de certaines gentillesses qu'il a eues à Versailles et que cela m'a rappellées. Mais j'ai peur qu'une fois marié, sa femme ne prenne ombrage de Mme Dansart, que lui-même ne s'éloigne d'elle et que celle-ci ne se tue. J'ai tâché de lui glisser quelques conseils dans ma réponse qui sans doute me brouillera avec lui, avec sa femme et avec Mme Dansart.
            Je t'ai écrit trois lettres sur ton petit article Favart ( assez boschant mais beaucoup moins que certains, peu caractéristique ) Mais j'ai dû les laisser ici.
            Je pense que l'album Mariani t'a comme d'habitude abusé, notamment Mme Poirson. Je pense en effet que le vin Mariani rajeunit extrêmement ceux qui le boivent car Mme Poirson a trente ans et Jules Roche l'air de débuter dans Perdican. S'ils me demandaient ma photographie, si je n'étais pas hinsconnu, je ne leur écrirais pas " je bois du vin Mariani et je suis fort, gai, jeune et bien portant " comme tous font. Mais je leur écrirais : " Je suis faible, triste, vieux et malade, mais rassurez-vous je n'ai jamais bu de vin Mariani. " Je pense que si vous avez eu le temps de le lire la lecture sur Mme de la Popelinière par votre immonde Ségur* a dû vous hasmuser. Et elle est très abusante. Mais la vulgarité et la sottise du narrateur excèdent. Si les Rotschild sont les seuls gens qui ne savent pas prononcer le français, les aristocrates sont les seuls qui ne peuvent ni le parler ni l'écrire. Ségur dit : " Dans cette histoire il y a du sang et de la volupté selon la belle formule etc. " Puisque vous me chicanez Alexandre de Neufville et me refusez l'échange de la Blumenthal, du moins ne me déniez plus Ségur qui a l'air d'un sacristain qui vient de boire du vin chaud et qui était bien gauche à promener cette tigresse en chaleur ( Mme de la Pope )  Adieu je suis fastiné pour continuer mes petites bininulseries.

                   BUNCHT

            Respects à Zadig.
            L'équivalence intellectuelle de l'extrême culture et de l'extrême inculture chez les gens du monde est comprise dans cette double " formule ".
            Ctsse G. de L. Rd * " Mais, mais savez-vous que c'est un petit chef-d'oeuvre que Candide ! "
            La Gunzburg " Vadig ? quel drôle de nom. "

* Madame Favart musique Offenbach - L'auteur-historien Pierre de Ségur. - La comtesse Gabrielle de la Rochefoucauld.


                                                                                                                                                         Début novembre 1911

            Petit Bi gni guls
            Je remercie beaucoup. Je ne vous hensvoie pas harsgent parce que ne sais pas et pas et me direz et hensverrai aussitôt prix et prix*.
            J'ai été malade pais plus pas trop mal et brouillard.
            Traboulez genstiment et traboulez à vos petites danses pour que Rypris s'y plaît Bensonges.
            A bientôt mais ne vous désrangez donc pas. Vous êtes trop buncht pour Bir ni guls.
            Hasdieu hasdieu

                            ( sans signature ) *
* prix du petit chien


                                                                                                                            Fin décembre 1911

            Mon petit Guminuls
            Trop genstil et faschant de te dire que j'ai changé toutes mes heures de fond en comble et que moschant asthme va les rebouler. Le jour que je t'ai téléphoné je suis allé à 1h 1/2 avec Lucien Henraux ( oui mon genstil, il faut me pardonner mes défauts, mon goût des spécialistes de métiers que consulte mon intelligence et que je préfère aux intellectuels ignorants et raffinés pour qui mon cher Guncht a de l'indulgence) à l'Exposition Chinoise.
            Là nous avons rencontré, vieilli, méconnaissable sous le chapeau, ressemblant à Claude Anet, attaqué, durci et roux comme un morceau de miel qui aurait fondu sans symétrie, presque renfrogné ( tant qu'il ne nous a pas vu ), enfin très bien, très amélioré, Rodier*. A peine m'a-t-il en vue qu'il a commencé à cracher des boutons de rose mais enfin très gentil tout de même. Je lui ai présenté Henraux et pour simplifier ma tâche lui ai dit que c'était le neveu de Placci sans songer que le nom de Placci, par ses affinités chimiques devait nécessairement comme dans une expérience de laboratoire porter à l'extrême l'effervescence inutile de Rodier. Mais Henraux n'ayant plus à dire qu'il était le neveu de Placci, ce qui lui donne l'air d'avoir de la conversation, n'avait plus rien à dire du tout. Il est vrai que Rodier parlait pour lui, pour moi, pour Mme Langweil, pour les Ming, les Song, les Samouraï etc etc. Avec la persistance entêtée et égoïste de mon instinct d'animal, j'ai compris ( je crois que je vous l'avais dit, en tous cas je lui ai dit que je vous l'avais dit ) que c'était lui qui me dirait ce que vous ne m'avez pas dit ( Paquin, Madrazzo etc ). Au premier mot que j'ai dit d'un chapeau noir de Clomenil, il m'a dit " je crois bien un chapeau à la Rembrandt ", " bref " je nageais dans la joie. Sans me garder rancune de mes promesses d'antan il m'a demandé d'aller chez lui, il va composer des toilettes etc. Il m'a dit qu'il était amoureux... d'un paravent ; mais il ne s'agissait pas de la Bnne d'Houdemare. Au fond je regrette de lui avoir parlé de cela à cause de Laure Hayman etc et Guncht ayant gardé mes photographies je ne puis les lui soumettre. Il m'a parlé de Cocteau, j'ai vu qu'il le connaissait beaucoup. Mais il a ajouté ce qui aurait été d'un comique assez triste s'il l'avait senti : " Mais ce que je crains pour lui c'est le monde, il va trop dans le monde, s'il va dans le monde il est perdu." Mais j'ai vu qu'il ne disait pas cela comme un mondain déplore la raison de sa propre faiblesse, mais comme un solitaire qui donne la recette de ses vertus. J'ai lu votre article sur Couperin. Même là où l'auteur ne peut pas citer plus que Guardi, Canaletto et Longhi, immédiatement vous nous ébouriffez avec q.q.'un dont je ne me rappelle même pas le nom. Quant à celui sur Bérénice nice nice il n'a pas paru le jour même et depuis Nicolas
 n'a pas pris à temps, mais les a commandés et j'espère l'avoir. Les amours ( réels ) de Mme  de Bonnières et de Francis Legrand ont l'air d'une histoire mythologique inventée après-coup autour de la naissance d'Albéric ( Mme de Bonnières qui était allée habiter exprès dans la maison de d'Indy ). J'ai bien fait de ne pas vous associer  à ma vaste spéculation, car ce qu'il en subsiste de vaste, ce sont des pertes énormes par lesquelles elle se solde. Je voudrais bien que Méduse ait succès et. Ça doit être bien josli ( Peter qui en a entendu des fragments m'a dit que et que dans une lettre dont la gentillesse m'a renversé. Est-ce sincère ? Sur Méduse oui, mais sur moi. ) Je me dis que j'aurais passé une partie de ma vie près de Buninuls, tout le monde persuadé que je l'entends chanter sans cesse, et aussi étranger à son oeuvre qu'Auguste et Léon. A propos de Méduse je pense à un mot de Goncourt qui moins que d'autres mais aussi prouve combien il a ignoré son véritable don qui était le comique : " Hier chez Daudet vient Loti l'auteur du charmant Mariage de Loti, un marin timide et qui à une question que Daudet lui jette s'il a eu déjà des marins dans sa famille répond d'une voix douce et comme une chose toute naturelle : " Oui mon grand'père qui a été mangé sur le Radeau de la Méduse. " Ce n'est pas du reste que pour les vivants qu'il est rosse car disant que les adieux de Mme Arnoux et de Frédéric sont ce que Flaubert a fait de mieux, se met à débiner cette scène puis il ajoute : " N'importe il faut confesser qu'il y a dans cette scène une délicatesse surprenante pour ceux qui ont connu l'auteur. " Comme équivoques involontaires : " Loti vient à la répétition ( de Germinie ) très excité par Germinie ( déjà nom malheureux ) par tout cet enfiévré de la vie de coulisses qu'il ne connaît pas et se frotte un peu à toutes les femmes et à tous les hommes. " Et ceci : " Une vraie fin pour un roman scaronesque  cette mort de Gibert tombant d'une terrasse de café en jetant des confettis, bien la fin de ce qu'il était une queue rouge. "
            Te souviens-tu genstil qu'il y avait rue de Courcelles un dessin d'Henry Monnier représentant un docteur à cravate blanche avec une ligne à la plume en-dessous. C'est Caran d'Ache je crois qui l'avait donné à Papa. Peux-tu me dire si tu l'as revu ou non Bd Hausmann, je ne peux plus le retrouver.
            Je t'embrasse assez fasché

            - Uninuls.

            Veux-tu sans faute me renboyer cette lettre où il y a de quoi me faire paraître immonde à tout l'univers.

* anet-schopfer, auteur et tennisman - rodier habitué du salon lemaire - cloménil courtisane - laure heyman fut le modèlede proust pour odette

mercredi 23 avril 2014

Dossier 64 Jussi Adler Olsen ( Danemark policier )

Dossier 64

                                               Dossier 64
                                                      La quatrième enquête du Département V

            Au pays d'Andersen on se doit de connaître le lieu de naissance du conteur. Nette adulte ne sait pas lire, ne connaît pas ce nom. Elle a six ans lorsque sa mère meurt, ses frères quittent la ferme, élevée par son père, désaxée, plus que turbulente, placée dans différents foyers, elle comprend mal les interdits. Elle échoue à l'île Sorgo, repaire de filles qui ne sortent, si elles sortent, qu'à la condition d'être stérilisées. Un mouvement, groupe de médecins chirurgiens, d'hommes politiques entre autres, secret durant des décennies de secret espère devenir un parti politique. Son action, éliminer tout embryon d'une femme pouvant donner naissance à des enfants nés hors de leurs normes, blonds, forts, les yeux bleus de préférence. Il s'appuie sur l'arrivée, ces dernières années, massive d'émigrés. De 1955 à 2010, dans un va-et-vient à travers les années l'auteur noue un lien entre le pays danois, ses moeurs, le thé devenu à la mode, le monde de l'inspecteur Mock, son assistant Assad, Rose, Lis, qui travaillent au Département V, spécialisé dans les affaires " Cold Case ". Les bureaux situés au sous-sol exigus propices en cet hiver à la contagion des virus grippaux, intestinaux. Un cadavre, un nom lié à des disparitions non élucidées et l'affaire aboutit dans leurs bureaux. De Vesterbro à Fiona, on circule autour de Copenhague, sans lâcher le livre, bien lourd pourtant - 600 pages -, les personnages sont humains, même les méchants, sympathiques, les bons. 4è volume du Département V, couvert de prix, un bon roman policier.  

lundi 21 avril 2014

Cocteau Marais un si joli mensonge Bertrand Spindler ( biographie France )




                                                                     Un si joli mensonge
                                         Cocteau Marais

            " Cocteau est né avec un pli de pantalon dans son berceau, il est né repassé ", dit Picasso. Né dans une famille bourgeoise, son père disparaît au début de son adolescence, laisse une fortune suffisante pour permettre à sa mère coquette de poursuivre un mode de vie mondaine. Par goût, par affinités il fréquente des jeunes gens tel Lucien Daudet ( voir lettres 12/13 ci-contre correspondance Proust Reynaldo Hahn ), mène une vie de dandy suivi de très près par sa mère. Il sera poète, auteur de pièces de théâtre, cinéaste, peintre. Fidèle à lui-même les portraits peints sur les murs de la villa Santo Sospir au bastion de Menton le style Cocteau. Malgré ses problèmes de santé liés à la drogue, opiomane,  dont il n'arrive que périodiquement à s'éloigner, il travaille sans cesse. Né en 1889, parisien, il s'éteint à Milly-la-Forêt. Peu avant, le 15 août 1963 il écrit à Moretti "... gifle de la mort qui me torture le côté gauche du visage. Cher Raymond quelle tristesse d'être la victime de mauvaises farces que la mort invente sous prétexte qu'on manque un de ses rendez-vous... "
            Pour sa part Jean Marais " Je suis né deux fois, le 5 décembre 1913 et ce jour de 1937 quand j'ai rencontré Cocteau. " L'enfant Marais vit mal son enfance auprès d'une mère absente souvent pour des raisons obscures, qu'il aime trop. Il apprend bientôt les raisons de ces départs furtifs, l'argent qu'il lui apporte plus tard n'amoindrit pas les pulsions de sa mère. Il l'installera vers la fin de sa vie, détaché, dans une maison à Cabris, son père absent, puis alors que cet homme termine ses jours à l'hôpital à Cherbourg où Marais est né, l'acteur reçoit une lettre "... en venant me voir tu fais le miracle sur lequel je ne comptais plus... " Jean Marais commence à peindre très jeune, turbulent, il est inscrit, pensionnaire à Jeanson-de-Sailly ( ... il lui faut une carte de visite de bonne famille... ) A seize ans il travaille chez un photographe et pense devenir acteur. Élève de Dullin. Quelques années plus tard il passe une audition, sera choisi. Oedipe Roi de Jean Cocteau, rôle titre tenu par Michel Vitold. Pour le public "... Oedipe enchante et dérange... " Jean Marais sera la star incontestée auprès du public durant quelques années. Mille souffrances ( trois heures de maquillage ), pour son rôle dans la Belle et la Bête. Il joue Les enfants Terribles et les Parents Terribles avec Yvonne de Bray, avec Cocteau qui précise " ... ce sont les rapports d'amour et d'orage de Marais et de sa mère... " et l'Aigle à deux Têtes avec Edwige Feuillère, les contrats vont affluer il s'évade. Céramiste il termine ses jours dans ce Midi que les deux hommes aimaient. Le livre raconte de multiples détails et cite des extraits, ces phrases qui font partie d'une forme d'esprit. Quelques photos. Livre à parcourir, à lire, à revoir.

dimanche 20 avril 2014

Correspondance Proust Reynaldo Hahn 12 ( lettres France sélection )



   monet 1908           
                                                                                                                    21 février 1910

            Bunchnibuls
            Contrairement à ce que je vous ai fait dire vous pouvez venir jusqu'à onze heures, onze heures1/2. - Pardon mon bunibuls mais depuis une quinzaine de jours je ne suis pas bien, je suis obligé de me soigchner, j'ai un peu halbuminche et commence grands travaux ici, me suis privé de prendre une miette et goutte de q.q aliment que ce soit pendant ces 48 heures pour être reboulé tantôt. Ai fait et fait. Et maintenant les ouvriers ne sont pas venus ! Et pauvre buncht s'est fastiné pour rien. Si ne craignais pas que mauvais pour mon état partirais Benise dont j'ai nostalgie, vous raspelez-vous. Si venez me voir aujourd'hui est-ce que vous avez Présents de Fauré pour chanster ?
            Je voudrais 2 fauteuils pour Bady pour le mercredi ou Vendredi que boulez. Donc tâchez que pas plus tard que onze heures ou onze heures 1/2 - ( il y a travaux tt à l'égout demain à l'aube ).

                             BINIBULS


                                                                                                                   février 1910
       
                                                                                Six heures un quart  
                                                                                                       cafesolocafedelmondo.worldpres.com
            Mon cher Funinels
            Merci gentoulesses. Cher Genstil je souffre bien moins que le pauvre Buncht quand il avait abcès dans gorge et suis seulement trop douillet. En tout cas cher genstil dans une crise aussi forte je ne puis recevoir nul médecin qui d'ailleurs ne ferait que s'esquinter et attendre qu'elle soit finie. Je m'assure que c'aurait été aussi l'avis de Maman. Je vous écris très mal placé d'où illisiblement mais je ne veux pas remuer trop. Merci cher genstil, si vous voyez les Vves chez qui je fus avant-hier, les Caillavet, Flers etc attendrissez-les sur mon sort pour que cela m'évite des visites. Adieu cher Buncht de mon coeur ne peux rien vous dire quand vous boir. N'ayant réussi qu'à centupler ma crise avec le trional, fumages etc je viens d'essayer de la caféine et peut'être dans peu d'instants serai-je calmé. Mais non pour cela visible encore. Car je suis vraiment trop mal. Et il a fallu le désir de répondre à Buncht, et la peur qu'il n'envoie médekin que je n'avais pas reçu, pour faire cet effort d'écrire. Adieu cher genstil.
            Soyez sûr que si la caféine ne me calme pas je ferai venir Bize pour petite piqûre mais je crois que cela ne finit avec caféine.


                ( lettre sans signature )


                                                                                                                  1910

           QUATRAINS POUR GUNINULS

            Leclerc connaît à fond le théâtre de Lope
            De Vega ; parisien pourtant il goûte Ibels
            Mais à ce que prétend un mensteur ( Funibels )
            Il n'aurait jamais entendu parler de Pénélope

            ADRESSES

            Facteur d'un pied rythmique il faut que tu t'en ailles
            Cent neuf, au bout, de l'avenue Henri Martin
            Porter ce mot à la Comtesse de Noailles
            Qu'aiment le mélilot, la carotte et le thym.

            Facteur si tu n'es pas un sot
            Dans la rue - oui ! dirait Beaunier - Monceau
            Je ne doute pas que tu trouves
            En train de lire Sainte-Beuve                                                      
            Ou Nietche, au 31, la Veuve
            D'un rapid, ô facteur comme une aile
            Vole rue ( au  ) de Grenelle
            Remets ce mot à la Fitz James
            Mais sur mon âme éternelle
            J'aime encore mieux Francis Jammes
            Facteur ne fais pas joujou                                                                                                                                                                                  
            J'ai tracé, relu, signé                            
            Ce mot pour la Chevigné
            Sa rue est maintenant ( au 10 ) celle d'Anjou
            Facteur tu me sembles loustic...

       
           (  texte inachevé - non signé )


                                                                                                                                                         Juin 1910

                                                                        Mon petit ami Bugnnibuls

            Il y a bien des choses que je voudrais te rasconter car enfin mon vieux Reynaldo comment est-ce que tu sais que c'est sur du papier de riz que vieich chinois faisaient et faisaient et qu'est-ce que tu as pris ton dictionnaire pour savoir sur les Ming et tout, et qu'est-ce qui a été te parler pour la date d'aroun al Raschid. Et de qui qu'est ta citation  et qu'est-ce que c'est que tes bleus, je ne les ai pas vus et comment peux-tu même distinguer de la mimique de Nijinski qu'on ne voit pas, il est       marc-lequenne.blogspot.com          tout le temps derrière deux cents personnes. Enfin je vais te dire sur                                                               " Damnation "

* A la suite d'un article signé Reynaldo Hahn paru dans Le Journal. Une représentation de Shéhérazade. Faust Berlioz


                                 ( sans signature ) 


                                                                                                               18 juillet 1910
                                                                                      Grand Hôtel Cabourg
                                                                                 monet
            Mon cher Binibuls
            Si vous voulez apprendre que votre B. est parti pour Cabourg dans un état indescriptible et n'attendait que son lit, accompagné par d'innombrables Antoine inutiles comme vous l'allez voir. Si vous apprenez ensuite qu'arrivé à minuit une fois à l'hôtel, Nicolas s'est aperçu que Antoine avait mal fait enregistré nos bagages qui étaient partis à une destination inconnue et qu'on nous avait en échange laissé les malles d'une dame, et qu'on avait eu la stupidité de tout mettre dans les malles et aucune chose utile dans la valise qu'ainsi je n'ai pu ni me coucher, ni me déshabiller, ni rien. Qu'il a fallu passer la nuit, puis la matinée, puis la journée et la soirée ainsi, vous me plaindrez. Bunelit j'ai prévenu Céline que vous viendrez sans doute coucher pendant quelques jours à la maison. Il est convenu que un peu plus tard quand vos projets seront fixés, si vous ne comptez pas venir vous me le direz je l'en avertirai mais pas encore. Si d'ici là vous pouviez passer à la maison dire à Antoine de dire à Céline que vous passerez le lendemain dans l'après-midi ou le sur-lendemain dans l'après-midi et voir avec elle ce qu'on pourrait arranger dans la chambre comme électricité et une fois encore vous annoncer pour l'après-midi, ou venir sans vous annoncer et dire que je vous ai demandé de voir avec elle où il fallait placer les tableaux pour débarrasser la salle à manger vous me rendriez grand service, car vous la forceriez à être ainsi à la maison et à ne pas y introduire d'étrangers. Vous direz que quant à votre venue vous ne savez pas encore quand et que vous avez autorisé à faire faire malgré cela des travaux car vous ne dormez pas le jour, que d'ailleurs vous ne prendrez pas vos repas chez moi, le plus souvent, et ne demanderez à Céline que le petit déjeuner du matin et un peu de thé l'après-midi. J'ai trouvé très bien l'article de Vaudoyer dans La Revue de Paris et ayant à lui envoyer des livres lui ai écrit à ce sujet. Lisez-le il me paraît très très bien.
            Excusez-moi si je n'écris pas, je suis brisé et quand je ne le serai plus travaillerai, triste être parti sans vous avoir revu, très triste.

            BUNCHT

            Votre ami M. Pierre Mortier a écrit un article où il dit que le Lucien de Binet Valmer restera comme la Manon de l'Abbé Prévost etc.
            Claude Farrère moins lyrique est cependant très élogieux. Qt à Deschamps il a fait dans le Temps daté dimanche un article où il dit que c'est un sujet dont on peut parler sur " les bords de la Tamise ou de la Spree " mais non sur les bords de la Seine, et surtout pas sur la rive gauche, article qui eût fait plaisir à Flaubert car il recule assez sensiblement les bornes de l'imbécillité humaine. Bonsjour.
            Voilà Nicolas qui recommence à honorer Dyonisos ( ! ). C'est épouvantable. En causant avec Céline ne lui en dîtes pas un mot mais vous pourriez lui dire expressément que vous ne croyez pas que Nicolas* restera avec moi à Cabourg. Plus vous pouvez aller à la maison où y envoyer des amis à vous mieux ce sera.  T.S.V.P.
            Votre article à Fémina est ravissant mais d'une méchanceté pour la Schola, pour Strauss, pour Terrasse, pour Adam ! Dans le même n° il y a dans une vue d'un grd magasin de New York le portrait de Mme Lemaire. Je ne sais si le Duvernois qui fait le Courrier des livres à Fémina est le même pour qui Bonnard sollicitait un prix. C'est idiot sa critique. Vous ne m'avez pas dit que vous alliez Toulon et je téléphonais tous les jours comme un frère orphelin.
            Pensez à recommander chaleureusement à Reboux le livre de Max Dereaux " Les 1res amours d'un Inutile ".

* S'élime épouse de Nicolas Cottin valet de chambre de Proust. Antoine concierge à Paris du 102 bd Haussmann.
         

                                                                                                               Été 1910

            Cabourg

            Mon cher petit Vunchtnibuls,
            Vous êtes tellement gentil, tellement buncht que votre Guncht ne sait comment vous remerkcier. Comme je reçois votre petite despêche à 8 heures du soir et que toulougraf est fermsé, je vous écris lettre où détails que dépêche ne peut donner. Je ne connais plus hélas qui que ce soit dans l'armée, mon vieux Khopff est mort. Et quand Nicolas a dû faire ses 13 jours il y a 2 ans, j'ai fait des pieds et des mains, Mme Thomson a écrit et agi auprès du Gal Dalstein qui a promis, et Nicolas n'a pas moins fait ses 13 jours, ce qui m'a ennuyé pour lui et d'autant plus gêné pour moi que j'étais à Cabourg sans personne. Or, écoutez-moi. 1° le moins important. Le frère de Calmette est actuellement Directeur du Service de Santé de Gouvernement Militaire de Paris, et je crois que si quelqu'un peut c'est lui. Je suis un peu en délicatesse avec Calmette, ce qui m'a même empêché de demander pour moi que son frère me réforme. Mais si cela vous ennuie d'écrire à Calmette, je le ferai. Je ne sais s'il est déjà Villa des Tamaris à Houlgate. Je ne le crois pas. En tous cas si vous lui écrivez Personnelle faire suivre à Paris il l'aura. 2° Bien que cela paraisse invraisemblable mais j'ai pu avoir la preuve au moment des 13 jours de Nicolas, tandis que des gens qui avaient des recommandations de Dalstein etc etc etc faisaient tout de même leurs 13 jours, des garçons qui sans invoquer aucune raison de santé disaient Mon service dans cet hôtel, ou auprès de tel maître, ou pour telle moisson, exige que je sois présent maintenant, je perdrais ma place, mais je pourrai dans 6 mois, obtenaient presque infailliblement un sursis ( sans recommandation par lettre à l'autorité militaire ) en allant déposer sa demande à la gendarmerie du bureau de Recrutement, dont il fait partie, qui doit être Bureau Lannes, mais il doit savoir. Une fois le sursis obtenu vous verriez. Ou alors sursis pour raison de santé par Calmette. Cher Bunibuls si cela ne vous gênait pas, j'aimerais mieux que vous ne veniez pas hasbiter maintenant meson parce que travaux vous gêneraient. Naturellement si cela ne vous gêne en rien et comme je sais que vous ne venez que pour me rendre service, sans cela meson est à vous, comme toute ma personne et tout ce que j'ai. A votre petit retour d'Allemagne vous viendriez hasranger journée. Hasdieu petit buncht, Nicolas léger comme le vent malgré sa corpulence sanchopancesque va porter immédiatement poste cette missive. Je suis kousché et souffrant et méchant bruit. Hasdieu.

               M. P.

            Dites à Maria que je perds près de 50 000 fr. par la crise américaine et un peu moins sur les caoutchoucs et pétroles. J'ai vaguement l'intention si je reste faire venir Ulrich comme secrétaire. Si vous pensez que cela peut être très agréable à Guiraud Rivière je pourrais peut'être le faire venir à la place.



                                                                                                               Août 1910
                                                                                                  Jeudi
            Cabourg

           Mon petit Bunchtniduls
           Je vous ai hescrit et deschiré, hexpliquerai. Pouvez-vous me dire si Darcissac est à Paris car je souffre tellement des dents que je reviendrais peut'être pour le voir. Vous ne m'avez pas répondu pour Guiraud Rivière dont je n'aurais peut'être pas besoin, mais Ulrich ( confidentiel ) s'est éclipsé par suite d'histoire amoureuse, séquestre, recherché par ses parents ( tombeau ) et je ne me soucie point dans ces conditions de le faire venir à Cabourg où j'aurais l'air de la cacher. D'ailleurs je vais peut'être être forcé par dents et dents de rebenir. J'ai reçu une lettre très gentille de Madme Lemaire et y aurais déjà répondu si je n'étais souffrant.
            Avant de vous dire adieu je veux vous dire nouvelle que ne savez pas, c'est que vous êtes excessivement guerchtnibels.

            B.

            Si vous restez Parigi vous confierais peut'être mission de haute confiance. Vous ai-je dit qu'il y a ici les Roussy et Valentine Thomson. Nous avons déploré que mon Bunchtenduls ne soit pas encore décorsé. Croyez-vous que Williams fasse plus ou moins mal que Darcissac* pour mettre de la gutta etc. Est-il plus doux. - Les appels de Flaubert disant à Bouilhet dans sa solitude : " Es-tu content de moi " ou d'une petite fille à sa poupée ne sont rien auprès de mes paroles à haute voix toute la nuit : " Ô mon bunibuls ne trouves-tu pas que c'est assez genstil etc. " Le nom de Reynaldo comme dirait Virgile ( et tout aussi naturellement ) va peut'être jusqu'aux oreilles de mes amis Leclanché, mes voisins.

* dentistes parisiens .-  Flaubert écrit le 10 mais 1855 à Louis Bouilhet.



                                                                                                                                                                     Été 1910
                                                                                                       Cabourg
 
            Mon cher petit Binibuls
            Je te dis un très petit bonsjour parce que et que ce que. T'ai-je dit que ici les Roussy et Valentine Thomson, lui ( Roussy ) exemple de " vulgarité médicale ".
            Le Père Plantevignes qui a des furoncles depuis un an auxquels tous les traitements y compris la staphiline n'ont apporté aucun soulagement voudrait savoir l'adresse d'un bon médecin homéopathe. Comme tu m'as parlé d'un et d'un très fort, dis et dis. Sais-tu quel est celui qui soigne Pillaut et celui d'Henraux ? Je te préviens de ne pas te servir pour rien de la mycolisine ou nom approchant. J'ai appris que cela peut donner de la température et même assez élevée. Pierre Lafitte* qui est ici regrette beaucoup que tu sois au Journal
car il t'aurait demandé plutôt pour son journal à lui. Je t'envoie ô mon maître l'affection de ton enfant, de ton frère, de ton ami, de ton petit malade. Adieu mon vieux Reynaldo.

                             Marcel.                                                        

            Un jeune pianiste nommé Schmittz accompagnait ici Litvine ainsi qu'un violoniste professeur au Conservatoire du Mans qui est ami de Nicolas et prend l'apéritif  avec lui. µJ'ai été reboulé ce matin parce qu'on veut dans le magasin de meubles contigu à ma chambre chercher des meubles pour faire un salon à la Cavalieri. Mais je ne l'ai pas vue. En revanche 2 beautés une Mme Gladys Snellenburg ( ni Cléo, ni Dsse de Morny ) et une Mme Hamoir ( née Vaussay ). Et Mme R. la trouves-tu une beauté, mon enfant.

* Créa plusieurs journaux Fémina...


                                                                                                                                              16 septembre 1910
                                                                                       Vendredi soir
            Cabourg
       
            Mon petit Bunibuls chersi
            J'ai préféré hescrire à Maria que toulougrasgier parce que beaucoup pensé et pensé et ému de sa gentillesse et remercie mieux letterch. Mais lui ai dit que trop festonné ne vous écrivais pas à vous et vous dise et dise. Mais que n'ayant plus un muscle dans les doigts ni une place nette dans la tête, je ne peux pas me kousché sans dire aussi mon remerciement à mon trop genstil Gentils que je bénis de toute sa bonté inlassable pour son Gunimels.
            Adieu et merci mon bon Bunimels et Guninuls.
            Merci et Adieu,
            Adieu et Merci
            Merci et Merci
            Bi ni buls
            Bu ni muls
            Buncht ni guls



                                                                                                                   Septembre 1910

            Cabourg

            Mon petit Bunibuls
            " Il m'ennuie, ( comme M. Michel Mortier dit dans ses lettres à Basset " " Il " m'amusait " de dans ces lettres immondes où il dit cependant de je ne sais quelle actrice : " Encore une autre Jolie, celle-là qui... " - A moi Darcissac ! plus vite Frey ! Williams*, ne me laissez pas souffrir ! ) " Je " m'ennuie mon genstil de vous demander service, deux services, mais et mais. Voici :
            1er Service
            J'ai promis à 2 petites jeunes filles, etc., deux montres qu'on a pendant du cou, en émail bleu - bleu pervenche ou même un peu plus vif - et qui tiennent au cou par une chaîne d'or fin ( qui tombe des 2 côtés du cou comme un collier ).  béraud
            J'ai demandé la chose à Cartier. Mais il me répond que telles qu'il les fera les 2 montres me reviendront à peu près à 4 000 f. les deux. Or d'une part j'ai déjà fait des cadeaux à ces jeunes filles ( tr. élégantes et bon chic ) et d'autre part j'ai eu ces temps-ci des dépenses tellement folles auxquelles s'ajoute tout à la fois, par exemple la réfection totale de ma chambre à coucher qui va être... en liège, comme un petit bouchon, que je ne voudrais pas mettre tant à ces montres ( n'en parlez à personne ). Je crois que si vous aviez, vous, ou Maria, ou quelqu'un de vos amis ayant du goût  ( il ne faut pas d'argent, c'est pour des personnes ayant du goût ) la bonté de voir aux 3 Quartiers, ou chez Lenoir, vous trouverez peut'être cela pour 5 ou 600 fr. la monture avec la chaîne et le tout compris 1 200  les 2. - Il ne faudrait pas que ce fût moins car si c'est moins bien que ce que j'ai promis, si c'est à rabais, alors je ne pourrais pas le donner, et je retomberai ( comme le temps passe, il y a déjà un mois que je l'ai promis ) sur Cartier et au lieu de me faire faire une économie ce sera le contraire. Je crois que Cartier à la rigueur me ferait une montre avec sa chaîne et ce qu'il appelle son décor de joaillerie pour 1700fr. Mais je crois qu'aux 3 Quartiers ou ailleurs, je peux avoir pour le même prix les 2. Est-ce que vous pouvez Buncht. C'est assez pressé.

            2e Service
            J'ai à l'hôtel un valet de chambre tout ce qu'il y a de plus gentil, de plus bon homme et de plus travailleur dont la femme après un bébé a une phlébite de sorte qu'il ne peut se replacer dans un hôtel avec elle tant qu'on ne lui permettra pas de se fatiguer et il voudrait reprendre la vie de garçon de restaurant qu'il eut auparavant. Il a été 3 ans au Café de la Paix, sur lesquels 3 ans il a été à la fin chef de rang. S'étant marié il avait quitté les cafés pour être placé avec sa femme dans les gds hôtels. Il doit avoir une trentaine d'années, peut'être pas, il ressemble en moins bien à Maugny, il n'est nullement " moschant " tout juste l'opposé, et de ttes façons bon homme. Son rêve serait d'entrer à la rentrée chez Larue, pas comme chef de rang pour commencer, comme commis de rang. J'ai pensé qu'Hermann qui soupe tous les jours chez Larue serait influent pour cela, voudriez-vous lui en parler. J'aimerais mieux qu'il ne parle pas de moi à Larue ( je ne veux pas avoir d'obligations au patron actuel qui je crois aimerait que je mette des fonds dans sa maison, ce que je vous prie de ne pas dire à Hermann, et qui du reste est peut-être une " idée " et que je ne veux pas. Et si Hermann dit seulement : cela fera aussi plaisir à M. Proust, le gérant de Larue m'en fera comprendre qu'il l'a fait pour moi et croira pouvoir me taper. Tandis qu'à Hermann il ne demandera jamais rien et sera heureux de faire plaisir à quelqu'un qui est son client. J'oublie de vous dire le nom de ce garçon, il s'appelle François Berlioz. Hector vaudrait mieux mais j'espère que le nom décidera Hermann. Ce serait le 1er musicien qu'il n'aurait pas protégé.
            Santé de Bunibuls, médiocre.
            Bonsjours.

                              BUNCHT

            Lauris m'a annoncé son mariage avec Mme de la Salle il y a q.q. temps dans une lettre qui eût pu être signée M. de Nemours ou Dominique de Fromentin.

            P.-S. - Enfin, bien que ceci je compte demander à Mme  Catusse* ou à Mutiaux, si par hasard vous voyez chez Hector q.q. chose de ravissant comme garniture comme garniture de cheminée et comme pendule pour le cabinet de travail de Lauris ne l'achetez pas mais dites-le moi, car c'est ce que je dois lui donner. Mais il veut une pendule dont la voix lui dise de n'écrire que des choses qui pourront me plaire. Cela complique l'achat.

*   Les problèmes qu'il expose sont peu agréables, pour exprimer ces sentiments Proust et Hahn utilisent des soins dentaires, noms de dentistes.
** Proches de Proust, Mutiaux fut son parrain, Madame Catusse une amie de sa mère. 



                                                                                                                                                         Octobre 1910

            Paris

            Mon cher vieux petit bunibuls
            En renstrant quoique j'étais sûr qu'avec grève tu n'étais pas venu à Paris, j'étais tellement envie de te voir que j'ai dit à Albaret* d'aller chez Larue, chez Weber demander si le Buninuls de M. Proust n'était pas venu, et s'il était là qu'il vienne vitre car on désirait absolument lui donner un bonsjour. Et cette commission
( papier déchiré trop faschant. N'attends pas de moi que je recommence une autre feuille, ô mon ami. Même pour toi je ne me sens pas capable de le faire. Je ne le ferais que pour un étranger ) à peine donnée à Albaret, je rentre ( du concert Mayol ) et je retrouve m'ouvrant la porte, Mayol ( que je venais de quitter ) sous les traits de Nicolas qui me dit que tu es benu. Alors j'ai été si fasché, et ce m'a ft même penser que j'ai laissé la sonnette par ici pour si tu venais

            J'étais seul, j'attendais auprès de la fenêtre.
            C'était il m'en souvient par une nuit d'automne,
            Ou plutôt Buninuls c'était cette nuit-ci
            Le murmure du vent de son bruit monotone
            Dans mon esprit lassé berçait de noirs soucis.

            Et je me disais : Albaret ne l'a pas trouvé, et peut-être en ce moment, ne sachant pas que je suis renstré, renstrant lui-même rue Alfred de Vigny, il passe sans lever les yeux :

            Devant la maison - noire...

            Quelle meilleure transition que cette citation affreuse de l'affreuse Damnation de Faust, pour vous dire que j'ai envoyé François Berlioz à Larue, en mon nom et sans plus parler d'Hermann puisque pouvant être Mécène il ne veut pas être... Doucet ! et à Charier ( Durand )** avec un papier su lequel j'écrivis
            M. Reynaldo Hahn  présente tous ses compliments à M. Charier et lui adresse le porteur de cette lettre François Berlioz ancien chef de rang au Café de la Paix qui sollicite une place de commis de rang.
            Dis-moi le n° de Clarita.
            Malgré la verve apparente ( apparente pour moi du moins, tu le trouveras ( encore deschiré, je n'ai plus qu'à pousser le cri suprême de la douleur et du renoncement : Merde ) tu trouveras peut'être au contraire cette lettre terne et morne, ton bunibuls a été très, très, très malade ces jours-ci, et un peu hensbêté
craignant que non certes le mal lui-même, mais les crises qui le déclenchent, ne soient causées par le liège il a envie de partir pour...Valenciennes, voir maison de pauvre Watteau. Je remplacerais plus volontiers le parfum néfaste du liège par celui des Îles Borromées, mais j'ai peur du choléra. Si je le prenais ce serait vraiment le cas de dire :
            Souvent la peur d'un mal nous conduit dans un pire***
            Adieu mon vieux. Mayol est sublime. Je voulais lui écrire d'avance de chanter Viens poupoule et Une Fleur du pavé, mais j'ai eu pur du ridicule et surtout de l'inefficacité.
            Ceci est un bonsjour.

                  BUNCHT

            Lire avec attention cette lettre car elle est assez spirituelle.
 mayol  

*     Albaret odilon époux de céleste albaret qui sera au service de proust jusqu'à sa mort.                                              **   restaurateurs                                            
*** boileau l'art poétique