jeudi 30 avril 2015

Anecdotes et Réflexions d'hier pour aujourd'hui Samuel Pepys 42 ( journal Angleterre )


orthodoxa.org
                                                                                                               1er mars 1661

            Toute la matinée au bureau. Dîner à la maison, de poisson seulement, en compagnie de Mr Shipley et de Tom Hayter. Après le dîner conversation en privé avec Mr Shipley sur l'intention qu'a milord d'aller rapidement à la campagne. A quelle fin, nous ne le savons. Nous craignons qu'il ne doive partir avec la flotte que l'on équipe en ce moment. Mais nous aimerions qu'il obtînt, avant de partir le règlement de sa pension annuelle de 4 000 livres.
            Nous nous rendîmes ensuite à pied à Londres. Lui à la Garde-Robe, moi à Whitefriars où je vis L'esclave, excellente pièce, très bien jouée. Betterton est le meilleur dans le rôle de l'esclave.
            Ensuite chez mon père où je trouve ma mère malade. Je restai quelque temps avec eux, puis rentrai chez moi et veillai tard à réfléchir aux moyens de me procurer l'argent nécessaire à mes grosses dépenses du couronnement. Tout le monde s'y prépare, on édifie des tribunes dans toutes les rues.
            J'ai de nombreux projets en tête pour m'en procurer, mais ne sais auquel m'arrêter.
            Au lit.


                                                                                                             2 mars

            De bonne heure avec Mr Moore au sujet de l'affaire entre Paul Neile et mon oncle, et d'autres questions toute la matinée.
            Dîner avec lui chez Mr Crew. Après dîner j'allai au Théâtre où je trouvai si peu de monde, ce qui est étrange et je n'en connais pas la raison, que j'en ressortis aussitôt. A Salisbury Court où la salle est aussi pleine qu'elle peut l'être. il semble que la pièce, Le masque de la reine, soit nouvelle. Il s'y trouve quelques bons morceaux de comédie. On y accommode, entre autres, plaisamment l'antique histoire du siège de Troie transformée en simple conte campagnard. Mais surtout, cela faisait drôle de voir un garçon aussi jeune jouer Cupidon, l'un des rôles les plus importants de la pièce. Retour à la maison et au lit.


                                                                                                               3 mars
                                                                                                    Jour du Seigneur
Résultat de recherche d'images pour "mazarin"            Mr Woodcock prêcha dans notre église. Très bon sermon sur les pensées du coeur humain toujours appliquées au mal. Retour chez moi. Apprenant que milord m'avait fait demander  je me rendis chez lui, arrivant à point pour dîner avec lui. Il doit aller en province demain. J'abandonnai l'hypothèque de 2 000 livres que sir Robert Parkhurst avait consentie à mon profit.
            Passé tout l'après-midi à l'abbaye. Puis chez Mr Pearse, le chirurgien, où nous soupâmes Shipley et moi. Après quoi chez milord qui arrive tard et nous rapporte qu'est arrivée aujourd'hui la nouvelle de la mort de Mazarin. Grande nouvelle, lourde de conséquences.                    wahooart.com
           Je restai là dormir avec Mr Shipley, en raison du départ de milord demain.


                                                                                                                   4 mars

            Milord partit ce matin pour Hinchingbrooke, accompagné de Mr Parker. Son but, avant tout inspecter les importants travaux qu'il a entrepris et décider comment les réaliser.
            Avant de partir il confia à ma garde des joyaux, à savoir celui que le roi de Suède lui avait donné et qui contient un excellent portrait du roi, ainsi qu'un " George " splendide, tout en diamants, et ce avec les plus grands expressions d'affection et de confiance que je pusse imaginer et espérer, ce qui m'est une joie très sensible.
            Au bureau toute la matinée. Puis dîner et à Whitehall pour rencontrer Mr Coventry pour plusieurs affaires. Après cela allai boire une chope de bière avec Mr Moore. Après une conversation intéressante rentrai chez moi où je bavardai avec sir William Batten jusque tard le soir. Chez moi donc et au lit.


                                                                                                                     5 mars

            A la Grand-Salle de Westminster avec Mr Pearse, le commissaire de la Marine. Rencontrai le capitaine Cuttance, le lieutenant Lambert et Pearse, le chirurgien. Je pensais trouver les commissaires du Parlement, mais comme ils n'étaient pas en réunion nous nous rendîmes au Cygne, où je leur offris une bourriche d'huïtres, puis chez milady où je dînai et eus avec elle une longue et agréable conversation. Chaque jour grandit mon estime pour elle et milord.
Résultat de recherche d'images pour "huitres angleterre 17è sc"          Après cela chez papa Bowyer où se trouvait ma femme. Allai voir les commissaires du Parlement et pris à cette occasion quelques dispositions pour que fussent versés demain les appointements de milord, lorsqu'on désarmera le Charles et que l'on paiera les soldes. Mais je fus contrarié de voir avec quelle morgue ces gens-là se conduisent alors que, en vérité, personne ne se soucient d'eux.
            A la maison en voiture avec ma femme. Puis au bureau où je tins réunion avec les deux sirs William jusqu'à 10 heures du soir pour faire une estimation des salaires des officiers de marine en service à terre.. Rentré chez moi et, l'esprit farci d'idées pour me procurer de l'argent liquide, je mangeai un morceau de pain et de fromage, et au lit.


                                                                                                                     6 mars 1661

            Au bureau toute la matinée. A l'heure du dîner arriva sir William Batten qui nous emmena dîner avec lui, ma femme et moi, milady étant partie à la campagne. Nous fîmes un bon dîner de carême.
            Puis à Whitehall avec le capitaine Cuttle. Réglai quelques affaires avec Mr Coventry, puis retournai chez moi, pensant inviter sir William Batten, etc., à venir manger une brioche à la maison ce soir. Mais milady revenue de la campagne malade après les pluies abondantes qui sont tombées dernièrement, et les eaux très hautes, nous ne pûmes nous réunir. Retour chez moi, et au lit.


                                                                                                                   7 mars

            Ce matin les deux sirs William allèrent à Woolwich pour la vente de vieilles fournitures.
            A Whitehall où je vaque à droite et à gauche à plusieurs affaires. Dîner chez milord. Vu ensuite Mr Crew, puis Mr Moore et, avec ce dernier, à l'hôtel de ville pour assister au paiement de la solde des marins débarqués. Mais ne pûmes voir cela sans chagrin. Je l'emmenai alors à la taverne de la Toison où loge la jolie femme dont Llewellyn m'a parlé, mais je ne l'aperçus point.
            Repris le chemin de la maison et rencontrai Spicer, Dick Vines, Ruddiard et un groupe de mes vieilles connaissances. Allâmes boire de la bière quelque part et y restâmes à faire les sots jusque tard le soir,
puis rentrai à la maison.
            Chez moi où m'attendait une mauvaise nouvelle. Je vis mon espoir d'obtenir de l'argent pour le Charles déçu par la malveillance de Mr Waith. J'en fus chagriné au point d'en perdre le sommeil. Mais je lui écrivis une lettre que je lui ferai porter demain. Je lui demande de prendre à ma place l'argent qui m'échoit, pensant ainsi l'amadouer par de bonnes paroles. Au lit.


                                                                                                                       8 mars

            Toute la matinée au bureau. A midi sir William Batten, le colonel Slingsby et moi en voiture à la Tour, au dîner de sir John Robinson
            Bonne chère. Compagnie fort relevée : duchesse d'Albermarle entre autres, qui est vraiment quelconque et mal fagotée.                                                                                
            Après dîner, on but tout l'après-midi. Vers la fin de la soirée la duchesse et les dames se retirèrent, alors nous nous remîmes à boire jusqu'à une heure très tardive. Finalement sir William Wave entra à moitié saoul, et comme je me trouvais entre lui et une autre personne, simplement pour les empêcher de discuter et de gâcher la réunion, il eut une prise de bec avec le lieutenant de la Tour. Nous réussîmes à grand-peine à lui faire comprendre son erreur. Le calme revint alors et il nous ramena chez nous dans sa voiture, sir William Batten et moi. Je me mis au lit presque abruti par la boisson.
            Ce fut pour moi une grande satisfaction d'être allé en si grande pompe à la Tour et d'y être reçu en si noble compagnie, tandis que Mr Mount, chambellan de madame la duchesse restait debout pour assurer le service de la table, lui que j'avais toujours tenu pour un personnage à tous égards très supérieur à moi.
            Et d'entendre des Cavaliers de haut rang évoquer le passé cela me procura aussi grande joie et satisfaction.


                                                                                                                           9 mars

            A Whitehall fis avec Mr Creed une promenade agréable de deux heures dans le parc qui est maintenant un fort bel endroit.
            Nous eûmes une longue et franche conversation sur nos situations respectives. Comme il m'en donnait l'occasion je lui parlai de mon intention d'obtenir de lui une gratification de 60 livres pour mon service extraordinaire à la mer. Ce à quoi il ne semble point hostile. Je suis donc fort heureux de lui avoir parlé de la chose.
            Chez milord que nous trouvons fraîchement rentré de Hinchingbrooke où il a laissé mon oncle en très bonne santé, mais il y a peu d'apparence que ma tante vive encore longtemps.
            Je restai manger avec lui. Il me prit à part et me demanda ce qui se disait en ville sur le mariage du roi. Comme je montrais par mes réponses que je ne savais rien il ne poussa pas plus loin ses questions. Mais elles démontrent qu'il se prépare quelque chose qui se déclarera bientôt et dont le monde ignore le premier mot.
            Après dîner à Londres chez Mrs Turner et mon père. Après ces visites, retour chez moi où je veillai tard pour rédiger le journal de ces quatre derniers jours, puis au lit.


                                                                                                                       10 mars 1661
                                                                                                              Jour du Seigneur
Résultat de recherche d'images pour "repas poisson careme"            Ai entendu Mr Mills le matin. Bon sermon. Mangé à la maison un maigre repas de carême, choux et lard. De nouveau à l'église l'après-midi où j'entendis un certain Castell, que je savais être de mon année à Cambridge. Il fit un sermon insipide.
            Après le sermon vinrent me voir mon oncle et ma tante Wight. Nous eûmes longue conversation. Après quoi lecture et, le soir, au lit.

tchakayiti.com
                                                                                                                         11 mars

            Au bureau toute la matinée. Chez moi médiocre dîner avec mon père et le Dr Thomas Pepys, ma femme étant sortie. Après dîner j'allai au théâtre où l'on donnait La Maîtresse de l'amour. Sur certains points je les trouve inférieurs à la troupe de Salisbury Court
            Dans la soirée retour chez moi. Ma femme rentrée, entre autres choses, elle s'est fait arranger les dents par La Roche et, en effet, elle les a maintenant fort belles, ce dont je suis fort heureux. Au lit.


                                                                                                                         12 mars

            Au travail dans mon bureau toute la matinée, puis à la Bourse où je rencontrai Nick Osborne récemment marié, et avec lui à la Toison où nous prîmes un verre de vin. Retour chez moi où je trouvai Mrs Hunt très chagrinée que son mari ait perdu sa place à la Régie. De là à l'hôtel de ville où je signai le registre en présence du colonel Slingsby pour la solde de mon service à la mer. Dieu soit loué ! ils m'ont donné une solde de cadet, ce qui me réjouit l'âme. Retour chez moi où je reçois sir William Batten, milady et tous leurs gens ainsi que le capitaine Browne et sa femme, à une collation, jusque tard le soir. Puis, au lit.


                                                                                                                        13 mars

Résultat de recherche d'images pour "angleterre repas typique"            Levé tôt le matin pour lire La Grammaire et le Dictionnaire des gens de la mer que je me suis procuré dernièrement et auquel je prends un plaisir extrême.
            Au bureau toute la matinée. Dînai chez moi en compagnie de Mrs Turner, Theophila, Joyce et Mr Armiger, et avec mon père et ma mère. Ils s'attardèrent si longtemps que je trouvai leur compagnie lassante et les quittai.
            Montai dans mon cabinet où je mis papiers et affaires en ordre, puis, au lit.                                                                                                  marineiscooking.com


                                                                                                                        14 mars

           Avec Mr William Batten et Penn chez Mr Coventry. Là s'engagea une vive discussion sur ma prétention à la place de fournisseur en petites fournitures et, finalement, à ma grande satisfaction, l'on conclut que je signerais tous les ordres relatifs à ces fournitures et que Mr Turner les exécuterait, car je ne voudrais pas lui faire perdre sa place. Ensuite chez milord, puis avec Mr Creed dans une taverne où il me raconta la longue histoire de ses amours à Porsmouth avec l'une des filles d'une certaine Mrs Boate, récit fort amusant.
            Dînai avec milord et milady, puis avec Mr Creed au Théâtre où je vis Etre roi ou pas, bien joué.
            Nous allâmes ensuite à la taverne de la Bière au Poulet, à la barrière du Temple où il me demanda mon avis sur ses amours, ce que je fis en lui conseillant de se renseigner sur le rang de son rival, qui est fils de Mr Gauden. Je promis de faire cela pour lui. A lui d'utiliser comme il pourra le renseignement à son avantage.
            A la maison, et au lit.


                                                                                                                       15 mars 1661

            Au bureau toute la matinée. A midi les deux sirs William et moi au Dauphin pour un grand dîner de poisson qui nous était offert par deux négociants en goudron. Nous dînâmes fort gaiement jusqu'au soir. Retour chez moi. Aujourd'hui, ma femme et Pall sont allées voir la femme du frère de miladay Kingston.

*            






                                                                                                    à suivre.....
                                                                        ......16 mars 1661...../

           De bonne heure.......
         
            

jeudi 23 avril 2015

Juste une mauvaise action Elizabeth George ( roman EtatsUnis )




                                              Juste une mauvaise action

            Entre un 15 novembre et le 19 mai Elizabeth George nous emporte dans une cruelle histoire de rapt d'enfant et nous parcourons les rues de Londres puis d'un chapitre l'autre Lucca en Toscane. Nous retrouvons le sergent Havers. Elle habite toujours dans la modeste petite maison à l'arrière de l'appartement où habitaient Angelina anglaise compagne de Azhar pakistanais biologiste et parents de la petite fille de 9 ans Hadiyyah. Cette dernière disparut, la mère est soupçonnée sans preuves formelles, d'ailleurs sa trace retrouvée elle redisparaît. Entrent en scène un détective un peu louche une assistante vêtue de complets d'hommes experte en informatique mais pas autant qu'un hacker qui de trois maisons plutôt décrépites a conçu un bel espace donnant sur un jardin, le tout suréquipé en micro. Entre-t-il dans les ordinateurs officiels, de Scotland Yard et des ministères ? Barbara Havers en partie soutenue par le très indécis inspecteur Linley, poursuivie par la haine d'un de ses collègues et le règlement du Yard qu'elle détourne presque allègrement, refuse de croire à la culpabilité de ses voisins. Très attachée à la petite fille qu'elle connaît bien elle a la malencontreuse idée de proposer des informations à un paparazzi qui publie des articles à sensation, aussi saignants que possible contre ce qu'il peut trouver. Le portrait est fâcheux pour la profession. Sans état d'âme il place Havers déjà maladroite dans ses rapports dans des situations délicates. Les chapitres se déroulant à Lucca, la campagne est belle, sont truffées de part de dialogue en italien. Très agréable lecture. Des familles qui se haïssent, des parents qui renient leur fils et leur père Azhar, des Italiens élégants, troubles et jaloux, et le chianti. Néanmoins le beau temps et le cafè, une mamma accueillante ( à la fin ), le lourd volume, près de 700 pages, est un vrai plaisir de lecture.

mercredi 22 avril 2015

Narcisse Pour le Dr Landolt une suite à la coupe de Roses Chat La Coupe de Roses Rainer Maria Rilke ( poèmes Autriche )

Résultat de recherche d'images pour "narcisse fleur"
sylmagmau.eklablog.com



                                  Narcisse

            Narcisse se dissipait. De sa beauté interminablement
            se détachait la proximité de son être,
            condensée comme le parfum de l'héliotrope.
            Mais il lui était prescrit de se voir.

            Il s'enivrait de ce qui échappait de lui
            et n'était plus contenu dans le vent ouvert
            et refermait, enchanté, le cycle des formes
            et s'annulait et ne pouvait plus être.

                                                                                   1913

                                              ~~~~~~~~~~~~~~


                              Pour le Docteur Landolt

            Comment une telle oeuvre ne voudrait-elle
            durer, accueillie qu'elle fut comme vous l'accueillîtes.
            Un chef-d'oeuvre ? Mais non. Une petite chose,
            une petite coupe puisée au trop-plein
            de l'heureuse rivière. Quant à ma part :
             le reflet de la coupe. De quoi remplie ?
             De reflets de cette chose sans nom
             dont souffrit la célèbre cordière.
             Roses en miroirs. Roses lyonnaises
             de mil cinq cent cinquante ! Chaque pas,
             du léger pas de danse au lourd pas qui se traîne,
             se serait-il à la terre transmis ?
             Elle-même peut-être et non ce qui s'attarde
             en des vers, se suscite l'adepte impressionnable
             qui croit profondément et qui, dans sa croyance
             répète le fragment d'amour et son centuple ;
             et voilà qu'à l'instar de l'orfèvre il recourt au vif,
             énigmatique feu qui en charbon ne se consume

                                                                                   1926 ( février )

                                            ~~~~~~~~~~~~~~~~~~


                               Une suite à la coupe de Roses

            Elles enrichissaient l'espace, toujours plus plein, plus saturé.
            Roses qui s'attardaient : soudain elles s'effeuillent.                 *   
Résultat de recherche d'images pour "roses"            Le soir, peut-être. La chute résolue des pétales évoque
            au manteau de la cheminée un applaudissement discret.

            Applaudissent-ils le temps, qui si tendrement les tua ?
            Eurent-ils assez de durée, eux qui trop tôt nous échappent ?
            Vous, les plus rouges sont rougis jusqu'au noir,
            et aux plus blêmes est advenue toute pâleur.

            Et maintenant : leur au-delà commence entre les pages des livres;
            un invincible arôme hante l'armoire et le tiroir,
            pénètre en une chose qui nous sert, insinue dans les draps pliés
            ce qui des roses nous saisit, ce qui dans les roses sombra.


                                                                                  Val-Mont 1926 15 février


                                                          ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


                                                                    CHAT

             Chat d'étalage, âme qui confère
IMG_8625m             à tant d'objets épars son rêve lent,                                                **
            et qui se prête, en conscience-mère,
            à tout un monde inconscient.

            Silence chaud et fauve, qui s'impose
            à ce mutisme mutilé,
            et qui remplit l'orphelinat des choses
            d'un fier dédain à être caressé...

            Elle s'endort d'un air si intégral
            entre cristaux, faïences et dorure,
            que le dessin plaintif de leurs fêlures                                              
            semble signé d'un malheur magistral.                                                        

                               
                                                                                         Paris 1925 mai

                                             ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

                                   
                                       La Coupe de Roses

           Tu as vu flamber la colère, tu as vu
Résultat de recherche d'images pour "bagarre de gamins"           deux garçons confondus en une seule masse,                          ***
           toute pétrie de haine et se roulant par terre,
           ainsi qu'un animal sous l'assaut des abeilles,
           tu vis des comédiens, des pitres haut dressés,
           des chevaux furieux qui s'effondraient soudain
           le regard rejeté, hurlante la mâchoire,
           comme si de leur gueule allait jaillir leur crâne.

            Mais tu sais maintenant oublier tout cela
            car devant toi, si pleine, est la coupe de roses,
            elle est inoubliable et jusqu'au bord remplie
            d'un immense trésor d'être et d'inclination,
            d'offrande, de don impossible, de présence,
            qui peut devenir nôtre : immense aussi pour nous.

            Silencieuse vie, ouverture sans fin,
            quête d'espace, sans rien prendre à cet espace
            qui est autour de nous grignoté par les choses,
            être sans nul contour, comme un espace libre
            et tout intérieur et rempli jusqu'au bord
            d'une étrange tendresse et d'intimes reflets :
            connaissons-nous une chose semblable ?

            Et cette chose, aussi : que naisse un sentiment
            rien que dans le contact de pétale à pétale ?
            Et ceci : qu'un pétale ainsi qu'une paupière
            s'ouvre, et qu'il n'y ait dessous que des paupières
            fermées, comme cherchant par un sommeil multiple,
            à voiler l'acuité d'un regard intérieur.
            Et avant tout ceci : qu'à travers ces pétales
            le jour doive passer. En mille cieux cueillie,
            ils filtrent lentement cette goutte de l'ombre
            et son reflet, touchant le faisceau emmêlé
            des étamines, les agite et les soulève.

            Et l'art du mouvement qu'ont les roses, regarde :
            des gestes oscillant d'un angle si infime,
            qu'ils resteraient invisibles si leurs rayons
            n'allaient pas se répandre au coeur de l'univers.

            Vois cette blanche, tout heureuse d'être éclose
            et qui est là, dans les sépales grands ouverts,
            tout comme une Vénus dans sa conque dressée ;
            et celle qui rougit et qui, comme troublée,
            se détourne vers une rose plus distante,                       ****     
            qui, insensible, se replie en sa fraîcheur ;      
            vois la froide qui s'enveloppe en elle-même,
            près des ouvertes rejetant toute vêture.
            Ce qu'elles quittent, vois, est léger ou bien lourd,
            comme un manteau, une aile, un masque ou un fardeau
            peuvent tour à tour l'être ; et comme elles le quittent,
            vois ! on dirait que c'est sous les yeux d'un amant.              

            Leur être est si divers : la jaune qui est là,
           creuse et ouverte, ne fut-elle pas l'écorce
           d'un fruit qui contenait, mais plus dense et plus rouge,
           presque orange, ce jaune instillé en son jus ?
           Et pour cet autre, était-ce trop de s'épanouir,
           car au contact de l'air son indicible rose
           du mauve avait capté l'arrière-goût amer ?
           Et cette rose de batiste est bien l'habit
           dans lequel reste encor l'odeur chaude et subtile
           de la chemise avec laquelle il fut jeté
           dans l'ombre du matin, au bois, près du vieux lac.
           Et celle-ci encor, porcelaine opaline,
           fragile et basse telle une coupe de Chine,
           toute couverte de petits papillons clairs,
Roses bouqet with red carnations            et enfin celle qui ne contient qu'elle-même.                    

           Et toutes, en un sens, en elles se contiennent,
           si ce sens est de transformer tout le réel,
           le vent, la pluie et la patience du printemps,
           la faute, l'inquiétude et le destin masqué,
           toute l'obscurité de la terre, le soir,
           les nuages changeants, leur fuite et leur approche
           et des astres lointains l'incertaine influence,
           en un monde intérieur qui tient dans une main.

           Il loge, maintenant, serein, au coeur des roses.


                                                                                              Capri 1907 1er janvier

                                                                                        
                                  Rainer Maria Rilke

            ( extraits oeuvres poétiques collection la pléiade gallimard )

*          papillesetpupilles.fr
**        bleunordique.canalblog.com
***      legorafi.fr    
****    fr123rf.com    

lundi 20 avril 2015

L'homme qui ment Marc Lavoine ( Récit France )

SC_Livre

                                         L'Homme qui ment
                                      ou le roman d'un enjoliveur
                                        
                                             récit basé sur une histoire fausse

            Jour de pluie au cimetière de Wissou. Ce jour là on enterre Lulu, Lucien Lavoine, membre du PCF. Il travaille au PTT, est père de Marc et Francis, marié trente ans durant à Michou, Micheline, mère très aimée, appréciée par ailleurs par ses proches. Elle voulait une fille après Francis, c'était logique, une petite Brigitte, ce fut un garçon, Marc, qu'elle refusa de voir les premiers jours, puis au premier regard la mère se rendit. Ils s'aimaient tous dans la famille, tous les quatre et puis Riton, sa femme, et Denise si proche de Lulu, et les autres, les copains des garçons qui squattent le logis où l'on chante beaucoup, Trénet, Dumond, et puis bien sûr Aragon. Ils collent des affiches les veilles d'élection et vendent le muguet du 1er mai. L'été, après la colonie, vacances familiales, camping dans le Lot. "... Lulu toujours aussi charismatique était très à l'aise dans ce milieu rural... " Mais Lulu aime " le radada ". Un besoin. Et les belles voitures après la 2chevaux et la 4L, qu'il utilise aussi pour parcourir les routes pour des missions pour le parti, dit-il. Lavoine n'admet la mort d'aucun des ses deux parents. La vie dans la petite cité est agréable. Lulu aurait aimé faire médecine, mais envoyé en Algérie, revenu traumatisé et père et mari, il ne put poursuivre ses études. Bel homme il eut des aventures passagères et des maîtresses. Il dut gérer. " ... Tu as jonglé pendant plusieurs années avec maman et les trois maîtresses qui nourrissaient ta vie et finiraient par te la pourrir... tu voltigeais entre elles... " La vie politique très présente le récit nous ramène aux années 70 " ... Nous avons pris une ratatouille en 74, Giscard était passé avec le monopole du coeur... " Les garçons grandissent, la petite maison ouvre ses portes aux joies même si la mère a mal au ventre,aux dents, file au travail sur son vélo " avec ses jambes de dactylo... " Le style, la narration très particuliers rendent très attachante la lecture et la découverte de cette société disparue. L'écriture vraiment particulière colle à cette période chaleureuse. Depuis Lavoine, comédien et chanteur, rend visite à son psy et commence par remarquer les chaussettes du thérapeute avant de plonger dans ses souvenirs, si joliment décrits dans ce livre. Tout est dans l'écriture, vivante.

dimanche 19 avril 2015

L'Aventure de la pierre de Mazarin Conan Doyle ( nouvelle Sherlock Holmes Angleterre )

Résultat de recherche d'images pour "diamant jaune"
alittlemercerie.com

                                                                  L'Aventure de la Pierre de Mazarin

            Le Dr Watson eut plaisir à se retrouver une fois de plus dans le salon sens dessus dessous du premier étage de Baker Street, qui avait été le point de départ de tant d'aventures étonnantes. Il contempla autour de lui les graphiques scientifiques affichés aux murs, la paillasse à expériences chimiques rongée par les acides, l'étui du violon debout dans un coin, le seau à charbon contenant de longue date pipes et tabac. Pour finir, son regard se posa sur le minois frais et souriant de Billy, le jeune groom, au demeurant fort avisé et plein de considération dont la présence avait aidé à combler le vide de solitude et d'isolement qui entourait la personnalité morose du grand détective.
            - Rien ne semble avoir changé, Billy. Vous-même ne changez pas non plus. J'espère que l'on peut en dire autant de lui ?
            Billy jeta un bref regard plein d'une certaine sollicitude vers la porte close menant à la chambre.
            - Je crois qu'il est couché et endormi, dit-il.
            Il était 7 heures du soir un splendide jour d'été, mais le Dr Watson était suffisamment accoutumé aux horaires irréguliers de son vieil ami pour n'éprouver aucune surprise à cette constatation.
            - Ce qui dénote une enquête, je suppose ?
            - Oui, monsieur. Il y travaille d'arrache-pied en ce moment. Je crains pour sa santé. Il devient de plus en plus pâle et mince, et ne mange rien. " - Quand souhaiterez-vous dîner Mr Holmes ?  lui demandait Mrs Hudson. - A 7h30 , après-demain, lui a-t-il répondu. " Vous savez comment il est quand il travaille dur à une enquête ?      
            - Oui Billy, je sais.
            - Il est aux trousses de quelqu'un. Hier il est sorti déguisé en ouvrier cherchant du travail. Aujourd'hui c'était en vieille femme. Il a bien failli me rouler, ça oui, je devrais pourtant connaître ses manières à l'heure qu'il est.
            Avec un grand sourire, Billy désigna une ombrelle fort ventrue appuyée contre le sofa.
            - Ça fait partie du costume de la vieille femme, expliqua-t-il.
            - Mais de quoi est-il donc question, Billy ?                      o-hasard-des-mots.com
Résultat de recherche d'images pour "baker street sherlock holmes"            Le groom baissa la voix, comme qui débat de grands secrets d'Etat.
            - Je ne vois pas de mal à vous le dire, monsieur, mais il faut que ça reste entre nous. Il s'agit de cette histoire à propos du diamant de la Couronne.
            - Quoi... le cambriolage dont le butin atteint les 100 000 livres ?
            - Oui monsieur. Il faut le récupérer, monsieur. Alors, ma foi, le Premier Ministre et le Ministre de l'Intérieur sont venus s'asseoir tous deux précisément sur ce sofa. Mr Holmes fut très aimable avec eux. Il les mit vite à leur aise et promit qu'il ferait tout ce qu'il pouvait. Là-dessus lord Cantlemere...
            - Ah !
            - Oui monsieur, vous savez ce que ça signifie. Celui-là c'est un coriace, monsieur, si je peux m'exprimer ainsi. Je m'accommode du Premier Ministre, et je n'ai rien contre le Ministre de l'Intérieur, qui semble être quelqu'un de très civil et aimable, mais je ne peux pas supporter Sa Seigneurie, Mr Holmes est comme moi, monsieur. C'est que lord Cantlemere, vous savez, ne fait pas confiance à Mr Holmes, d'ailleurs il était contre l'idée de l'employer. Il " préférerait " le voir échouer.
            - Et Mr Homes le sait ?
            - Mr Holmes sait toujours tout ce qu'il y a à savoir.
            - Ma foi, souhaitons qu'il n'échoue pas et que lord Cantlemere soit déçu. Mais, dîtes-moi Billy, à quoi sert cette tenture qui masque la fenêtre ?
            - Mr Holmes l'a fait suspendre là il y a trois jours. Il y a quelque chose de drôle installé derrière.
            Billy s'avança et tira la tenture qui dissimulait l'alcôve que formait la fenêtre en encorbellement.
            Le Dr Watson ne put retenir un cri de stupéfaction. Il y avait là une réplique de son vieil ami, robe de chambre et tout inclus, le visage tourné aux trois-quarts vers la fenêtre, incliné vers le bas comme pour lire quelque livre invisible, et le corps enfoncé dans les profondeurs d'un fauteuil. Billy détacha la tête et l'éleva en l'air.
            - On l'oriente selon des angles différents pour qu'elle ait l'air plus réel. Je n'oserais pas y toucher si le store n'était pas baissé. Quand il est relevé on aperçoit cette silhouette de l'autre côté de la rue.
            - Nous nous étions déjà servi une fois d'un dispositif du même genre.
            - Avant mon époque, constata Billy.
            Entrebâillant les rideaux de la fenêtre il jeta un coup d'oeil dans la rue.
            - Des gens nous surveillent de là-bas, en face. Pour le moment je vois un type à la fenêtre. Venez voir vous-même. sherlockian-sherlock.com
Résultat de recherche d'images pour "baker street sherlock holmes"            Watson s'était à peine avancé d'un pas quand la porte de la chambre s'ouvrit et que la longue et mince silhouette de Holmes surgit, le teint pâle et les traits tirés, mais la démarche et le maintien plus vifs que jamais. D'un bond il fut à la fenêtre et en referma le store.
            - Suffit Billy ! lança-t-il. Vous étiez en danger de mort, mon garçon or, pour l'instant, je ne peux pas me passer de vous. Eh bien ! Watson cela fait plaisir de vous voir réintégrer vos quartiers de naguère. Vous arrivez au moment critique.
            - C'est ce que j'ai cru comprendre.
            - Vous pouvez disposer, Billy. Ce garçon pose un problème, Watson. Dans quelle mesure puis-je légitimement lui faire courir un danger ?
            - Quel danger, Holmes ?
            - La mort subite. Je m'attends à quelque chose dans la soirée.
            - A quoi donc ?
            - A ce qu'on m'assassine, Watson.
            - Non, non, vous plaisantez, Holmes !
            - Même le sens de l'humour limité dont je suis doué saurait concevoir meilleure plaisanterie que celle-là. Mais d'ici à ce soir, nous sommes tranquilles, n'est-ce pas ? L'alcool n'est pas prohibé ? Le siphon et les cigares sont à l'heure place habituelle. Vous n'en êtes pas venu, j'espère, à nourrir du mépris pour ma pipe et mon pitoyable tabac ? Il faut que cela me tienne lieu de nourriture ces jours-ci.
            - Mais pourquoi ne pas manger, Holmes ?
            - Parce que les sens s'aiguisent quand on les affame ? Ça, en tant que médecin, mon cher Watson, vous devez assurément admettre que ce que la digestion accapare en matière de capacité sanguine, c'est autant de perdu pour le cerveau, Watson. Le reste de ma personne n'est qu'un simple appendice. Par conséquent, c'est le cerveau que je dois prendre en considération.      
            - Mais, ce danger, Holmes ?
            - Ah ! oui, pour le cas où il se matérialiserait, il vaudrait peut-être mieux que vous vous encombriez l'esprit du nom et de l'adresse de l'assassin. Vous pourrez en faire part à Scotland Yard, avec mon amitié et une bénédiction d'adieu. Le nom en question est Sylvius... comme Negretto Sylvius. Prenez-en note, mon ami, prenez-en note ! 136 Moorside Gardens, N. W. C'est bon ?
            L'inquiétude crispait l'honnête visage de Watson. Le docteur ne savait que trop bien quels risques immenses Holmes prenait et se rendait compte que les propos de son ami sous-estimaient plus vraisemblablement le danger qu'ils ne les exagéraient. Homme d'action depuis toujours, Watson se montra à la hauteur de la situation.
            - Considérez que je suis du nombre, Holmes. Je n'ai rien à faire durant un jour ou deux.
            - Votre moralité ne s'arrange pas, Watson. Vous ajoutez les menteries à vos autres vices. Tout en vous révèle l'homme de l'art sollicité que des visites appellent à toute heure.
            - Rien de si important que cela. Mais ne pouvez-vous pas faire arrêter l'individu en question ?
            - Si Watson, je le pourrais. C'est bien ce qui l'inquiète si fort.
            - C'est que j'ignore où se trouve le diamant.
            - Ah ! Billy m'a expliqué... le joyau de la Couronne récemment disparu !
            - En effet. La merveilleuse pierre jaune de Mazarin. J'ai lancé mon filet et je tiens mes poissons. Mais je n'ai pas attrapé la pierre. A quoi sert de les prendre, eux ? Le monde gagnerait à ce que nous les fassions écrouer. Mais ce n'est pas ce que je recherche. C'est la pierre qu'il me faut.
            - Et ce comte Sylvius fait partie de vos poissons ?
            - Oui. C'est d'ailleurs un requin. Qui mord. L'autre est Sam Merton, le boxeur. Sam n'est pas un mauvais bougre, mais le comte se sert de lui. Sam, lui, n'est pas un requin. C'est un grand et gros idiot de goujon, têtu comme une mule. Cela dit, il n'en gigote pas moins dans mon filet.
            - Où se trouve le comte Sylvius ?
            - Je l'ai côtoyé dont ne peut plus près toute la matinée. Vous m'avez déjà vu en vieille femme, Watson. Jamais je ne fus plus convaincant. A un moment donné, le comte a même ramassé mon ombrelle pour moi. " - Si vous le permettez, madame... " ajouta-t-il. Il est à moitié Italien, vous savez, et doté des gracieuses manières du Sud lorsqu'il est d'humeur charmante, mais dans le cas contraire, c'est un démon incarné. La vie regorge de situations loufoques, Watson.
            - C'aurait pu tourner à la tragédie.
Résultat de recherche d'images pour "sherlock holmes"            - Ma foi, peut-être. Je l'ai suivi jusqu'à l'atelier du vieux Sraubenzee, dans le quartier des Minories, Straubenzee a fabriqué le fusil à air comprimé, de la fort belle ouvrage, ai-je cru comprendre. Or j'ai idée qu'à cette heure il s'en trouve un posté à la fenêtre d'en face. Avez-vous le mannequin ? Mais Billy vous l'a montré, bien sûr. Eh bien ! une balle est susceptible de venir à tout moment se loger dans sa belle tête. Ah ! Billy qu'y a-t-il ?
            Le groom revenu dans la pièce, apportait une carte sur un plateau. Holmes la regarda brièvement, sourcils haussés, un sourire amusé aux lèvres.
            - Notre homme en personne ! Je ne m'attendais guère à cela. Le taureau par les cornes, Watson ! Un homme de sang-froid. Il est possible que vous ayez eu vent de sa réputation en tant que chasseur de gros gibier. Ce serait assurément une conclusion triomphale à son splendide tableau de chasse que d'ajouter mon nom au palmarès. Cela prouve que le comte sent que je le talonne de près.
            - Faites appeler la police.
            - Je le ferai probablement. Mais pas tout de suite. Voudriez-vous jeter un coup d'oeil par la fenêtre, Watson, pour voir si quelqu'un ne baguenaude pas dans la rue ?
            Watson glissa un regard prudent au bord du rideau.
            - Il y a en effet une grosse brute près de la porte.
            - Ce doit être Sam Merton... le fidèle quoique stupide Sam. Où est le monsieur en question Billy ,
            - Dans la salle d'attente, monsieur.
            - Quand je sonnerai, faites-le monter.
            - Bien monsieur.
            - Si je ne suis pas dans la pièce, faites-le entrer quand même.
            -Bien monsieur.
            Watson attendit que la porte se fût refermée puis se tourna avec une fervente conviction vers son compagnon.
            - Écoutez Holmes, c'est tout bonnement impossible. Il s'agit d'un forcené, qui ne recule devant rien. Il se peut qu'il soit venu pour vous assassiner.
            - Je n'en serais pas étonné.
            - J'insiste pour rester avec vous.
            - Votre présence compliquerait épouvantablement les choses.
            - Les lui compliquerait ?
            - Me les compliquerait, à moi, mon cher ami...
Résultat de recherche d'images pour "holmes watson"            - Ma foi, je ne peux tout simplement pas vous abandonner.
            - Mais si, vous le pouvez, Watson. D'ailleurs vous allez le faire, car vous n'avez jamais manqué de jouer le jeu. Je suis certain que vous accepterez de la jouer jusqu'au bout. Cet homme est venu avec un dessein qui lui est propre, mais il pourrait qu'il reste pour servir le mien.
            Holmes sortit son calepin et griffonna quelques lignes.
            - Allez en fiacre à Scotland Yard et donnez ceci à Youghal, de la brigade criminelle. Puis revenez avec la police. L'arrestation de cet individu ne manquera pas de suivre.
           - Ce sera avec joie.
           - D'ici à votre retour, j'aurai peut-être juste assez de temps pour découvrir où se trouve la pierre.
           Il effleura la sonnette.
           - Je crois que nous allons sortir par la chambre. Cette seconde issue est extrêmement utile. J'ai grande envie de voir mon requin sans que lui ne me voit, et pour cela, si vous vous en souvenez, j'ai ma propre méthode.
            Ce fut donc dans un salon vide qu'un instant plus tard Billy fit entrer le comte Sylvius. Le tireur et sportif réputé, la coqueluche de la ville, était un grand gaillard basané dont la redoutable moustache noire abritait une bouche aux lèvres minces et cruelles que surplombait un nez busqué tel un bec d'aigle. Il était bien vêtu, mais sa cravate moirée, son épingle brillante et ses bagues scintillantes produisaient un effet tapageur. Comme la porte se refermait dans son dos, il jeta autour de lui un regard farouche, suspicieux, comme qui flaire un piège à tout bout de champ. Puis il tressaillit violemment à la vue de la tête impassible et du col de la robe de chambre dépassant par-dessus le dossier du fauteuil, dans l'embrasure de la fenêtre. Son visage exprima d'abord une pure stupéfaction. Puis un horrible espoir luit dans son regard noir meurtrier. Après un nouveau coup d'oeil alentour pour s'assurer qu'il n'y avait là aucun témoin, il s'approcha de la silhouette muette sur la pointe des pieds, brandissant à demi sa lourde canne. Ramassé sur lui-même il se préparait à bondir, puis au coup final, lorsqu'une voix froide et sarcastique le salua de la porte ouverte qui donnait sur la chambre :
            - Ne le cassez pas, comte ! ne le cassez pas !
            L'assassin recula en titubant, un profond ahurissement peint sur son visage crispé. Derechef, l'espace d'un instant, il brandit à demi sa canne plombée, comme pour retourner contre l'original la violence destinée à l'effigie, mais quelque chose dans le ferme regard gris et le sourire moqueur, fit retomber sa main.
            - C'est une jolie petite pièce, fit Holmes en s'avançant vers le mannequin. C'est Tavernier, le modeleur français, qui l'a fabriquée. Il est aussi doué pour les figures de cire que votre ami Straubenzee pour les fusils à air comprimé.
            - Les fusils à air comprimé ! Qu'entendez-vous par là, monsieur ?
            - Posez votre chapeau et votre canne sur la desserte. Merci ! Prenez un siège, je vous en prie. Cela vous gênerait-il de déposer également votre revolver ? Fort bien, ma foi, si vous préférez vous asseoir dessus. Votre visite vient vraiment à point nommé, car j'avais cruellement besoin d'échanger quelques mots avec vous.                                            
            Le comte fronça ses épais sourcils en une mimique menaçante.
           - Moi aussi, Holmes, je souhaitais m'entretenir avec vous. C'est pourquoi je suis là. Je ne compte pas nier l'intention que j'aie eue à l'instant de vous agresser.
            Holmes balança la jambe sur le bord de la table.
            - J'avais bien cru comprendre que vous nourrissiez un dessein de ce genre en votre for intérieur, dit-il, cela dit, pourquoi de telles intentions à mon égard ?
            - Parce que vous vous êtes donné du mal pour m'importuner. Parce que vous avez lancé vos gens sur mes traces.
            - Mes gens ! je vous assure que non !
            - Balivernes ! Je les ai fait suivre. Vous n'êtes pas seul à jouer à ce jeu-là, Holmes.
            - C'est un détail, comte Sylvius, mais vous seriez aimable de bien vouloir user de mon titre quand vous vous adressez à moi. Vous comprenez bien que, compte tenu de ma profession, je suis à tu et à toi avec la moitié des canailles du pays, aussi admettrez-vous que les entorses à la règle soient chose irritante.
            - Eh bien ! Mr Holmes, alors !
            - Splendide ! Cela dit, je vous assure que vous faites erreur en ce qui concerne mes intermédiaires supposés.
            Le comte Sylvius lâcha un rire méprisant.
            - D'autres savent observer aussi bien que vous. Hier ce fut un ancien chasseur. Aujourd'hui une vieille femme. Ils ne m'ont pas lâché du regard de la journée.
            - En vérité, monsieur, vous me faites là un compliment. Le vieux baron Dawson m'a dit la veille de sa pendaison que, dans mon cas, ce que la loi avait gagné la scène l'avait perdu. Et voilà qu'à présent, vous gratifiez mes petits rôles de vos aimables louanges ?
            - C'était vous... vous en personne ?
            Holmes haussa les épaules.
            - Vous voyez là, contre le mur, l'ombrelle que vous m'avez si poliment remise dans les Minories avant de commencer à nourrir des doutes.
            - Si j'avais su, vous n'auriez jamais...
            - Revu cet humble foyer. Je m'en rendais parfaitement compte. Chacun de nous peut déplorer les occasions manquées. En l'occurrence, vous ne saviez pas. Restons-en là
            Les sourcils froncés du comte se nouèrent plus sombrement encore au-dessus de ses yeux menaçants.
            - Ce que vous m'apprenez aggrave encore l'affaire. Ce n'étaient donc pas vos intermédiaires mais une comédie que vous jouiez, mouche du coche que vous     laboiteverte.frêtes          ! Vous reconnaissez donc m'avoir filé. Pourquoi cela ?
            - Voyons comte. Vous chassiez le lion en Algérie ?
            - Et alors ?
            - Pourquoi cela ?
            - Pourquoi ? La chasse... La passion... Le danger !
            - Et, sans nul doute, la perspective de débarrasser le pays d'un nuisible ?
            - Tout juste.                                          
            - En substance : les raisons qui m'animent !
            Le comte se leva d'un bond et sa main se porta instinctivement à la poche de son pantalon.
            - Asseyez-vous, monsieur, asseyez-vous ! Il y avait une autre raison plus pragmatique. Il me faut ce diamant jaune !
            Le comte Sylvius se renversa contre le dossier de son fauteuil avec un sourire mauvais.
            - Miséricorde, fit-il !
            - Vous saviez que je vous recherchais dans ce but. La véritable raison pour laquelle vous êtes ici ce soir consiste à découvrir ce que je sais sur la question et dans quelle mesure il est absolument essentiel de m'éliminer. Ma foi, je dirais que, selon votre point de vue, c'est bel et bien là une chose absolument essentielle, car je sais tout de la question, à un détail près que vous êtes sur le point de me révéler.
            - Vraiment  ! Dites-moi donc, je vous prie, quel est ce détail manquant ?
            - L'endroit où se trouve pour l'heure le diamant de la Couronne.
            Le comte décocha un regard fulgurant à son vis-à-vis.
            - Ah ! vous souhaitez savoir cela, n'est-ce pas ? Mais comment diable pourrais-je être en mesure de vous le dire ?
            - Vous le pouvez, et le ferez.
            - Vraiment !
            - Il vous est impossible de m'esbroufer, comte Sylvius.
            Les yeux de Holmes, rivés sur son interlocuteur, se contractèrent et s'éclaircirent jusqu'à sembler deux menaçants points métalliques.
            - Vous êtes parfaitement transparent. Je vois jusqu'au tréfonds de votre esprit.
            - Dans ce cas, bien entendu, vous voyez où se trouve le diamant !
Résultat de recherche d'images pour "appartement sherlock baker street"            Amusé Holmes frappa dans ses mains puis brandit un index moqueur.
            - Ainsi donc, vous le savez. Vous venez de le reconnaître !
            - Je ne reconnais rien du tout.
            - Or donc, comte, si vous voulez bien vous montrer raisonnable, nous allons pouvoir conclure notre affaire. Dans le cas contraire, vous allez pâtir.
            Le comte Sylvius leva les yeux au ciel.
            - Et c'est vous qui parlez d'esbroufe ! répliqua-t-il..
            Holmes dévisagea pensivement son visiteur, tel un champion d'échecs méditant son coup décisif, puis il ouvrit vivement le tiroir de la table et en tira un épais calepin.                                                                         sshf.com
            - Savez-vous ce que je serre dans ce carnet ?
            - Non monsieur, je l'ignore !
            - Vous !
            - Moi !
            - Oui monsieur, Vous ! vous êtes tout entier là-dedans ; chacune des actions de votre vile et dangereuse existence.
            - Le diable vous emporte, Holmes ! s'écria le comte les yeux flamboyants. Ma patience a des limites.
            - Tout est là, comte. Les détails précis quant au décès de la vieille Mrs Harold qui vous légua le domaine de Blymer que vous avez si vite perdu au jeu.
            - Vous errez !
            - Et toute l'histoire de la vie de Miss Minnie Warrender.
            - Bah ! Vous ne pourrez rien faire de cela !
            - Bien d'autres choses encore là-dedans, comte. Voici le cambriolage du 13 février 1892 à bord du train de luxe à destination de la Côte d'Azur. Et le faux chèque exécuté la même année aux dépens du Crédit Lyonnais.
            - Non pas, là vous vous trompez.
            - Dans ce cas, j'ai raison à propos du reste ! Voyons comte, vous jouez aux cartes. Quand l'adversaire a tous les atouts, on gagne du temps à abattre son propre jeu.
*          - Quel rapport tous ces bavardages ont-ils avec le joyau dont vous parliez ?
            - Doucement, comte ! Freinez votre esprit impatient ! Laissez-moi en venir au fait en suivant mon propre cheminement dénué de fantaisie. Je dispose de tous ces éléments-là contre vous mais, par-dessus tout, je dispose d'arguments clairement établis qui vous inculpent, vous et votre brute épaisse, dans l'affaire du diamant de la Couronne.
            - Vraiment !
            - J'ai le cocher qui vous conduisit à Whitehall et celui qui vous en ramena. J'ai le garçon de course qui vous vit à côté de la vitrine. J'ai Ikey Sanders qui refusa de retailler la pierre pour vous. Ikey a craché le morceau, tout est découvert.
            Les veines du front du comte se gonflèrent, ses mains brunes et velues se crispèrent en un geste de colère réprimée. Il tenta de parler, mais les mots refusèrent de monter jusqu'à ses lèvres.
            - Tel est le jeu dont je dispose, reprit Holmes. Je l'abats entièrement sur la table. Il y manque toutefois une carte. Le roi de carreau ( en anglais diamond ). J'ignore où se trouve la pierre.
            - Vous ne le saurez jamais.
            - Ah non  ? Voyons comte, soyez raisonnable. Considérez la situation : vous allez passer vingt ans enfermé derrière les barreaux. Et Sam Merton de même. Quel bénéfice tirerez-vous de ce diamant ? Pas le moindre. En revanche, si vous me le remettez.... Ma foi, je traiterai à l'amiable. Nous n'avons que faire de vous-même, ni de Sam. Ce qu'il nous faut, c'est le diamant. Remettez-nous cette pierre et, pour ce qui me concerne, vous pourrez aller librement à l'avenir tant que vous respecterez la loi. Si vous commettez à nouveau un faux pas, eh bien ! ce sera le dernier. Pour cette fois, ma mission consiste à récupérer la pierre, et non votre personne.
            - Et si je refuse ?
            - Dans ce cas, ma foi, hélas ! il faudra que ce soit votre personne, et non plus la pierre.
            Billy fit son apparition à la suite d'un coup de sonnette.
            - Je crois, comte, qu'il serait tout aussi bien d'inviter votre ami Sam à cet entretien. Après tout, il faudrait que ses intérêts soient défendus. Billy, vous trouverez devant la porte un individu grand et laid. Demandez-lui de monter.
            - S'il refuse, monsieur ?
            - Pas de violence, Billy. Ne le maltraitez pas. Si vous lui dites que le comte Sylvius souhaite lui parler, il acceptera sans aucun doute de monter.
            - Que comptez-vous faire à présent ? s'enquit Sylvius tandis que Billy disparaissait.
*          - Mon ami Watson était ici à l'instant. Je lui ai dit que je tenais un requin et un goujon dans mon filet. Je ramène en ce moment le filet, et les voici qui surgissent ensemble.
            Le comte s'était levé, une main derrière le dos. Holmes, quant à lui, s'empara d'un objet qui dépassait à demi de la poche de sa robe de chambre.
            - Vous ne mourrez pas dans votre lit Holmes.
            - Je me suis souvent fait cette réflexion. Cela a-t-il grande importance ? Après tout, comte, la sortie qui vous attend sera plus vraisemblablement verticale qu'horizontale. Mais ces prévisions d'avenir anticipées sont morbides. Que ne savourons-nous sans mélange le moment présent ?
            Une brutale lueur sauvage s'alluma dans les yeux noirs menaçants du maître ès crimes. La silhouette de Holmes parut croître en taille tandis qu'il se raidissait, prêt à réagir.
            - Inutile de jouer avec votre revolver, mon ami, lança-t-il d'un ton paisible. Vous savez parfaitement que vous n'oserez pas vous en servir même si je vous laissais le temps de vous en servir, même si je vous laissais le temps de le sortir. Vilaines, bruyantes choses que les revolvers, comte. Mieux vaut s'en tenir aux fusils à air comprimé. Ah! je crois entendre le pas aérien  de votre valeureux associé. Bonjour, Mr Merton. Plutôt morne dans la rue, n'est-ce pas ?
            Le boxeur professionnel, jeune homme lourdement bâti, au visage en lame de couteau portant une expression stupide et butée, se tenait gauchement sur le seuil, regardant autour de lui, l'air perplexe. L'attitude débonnaire de Holmes était pour lui chose nouvelle, et bien qu'il sentît qu'il ne devait pas s'y fier, il ignorait comment y parer. Il se tourna vers son plus rusé compagnon pour solliciter son aide.
            - A quoi on joue, maintenant comte ? Qu'est-ce qu'il veut ce type ? Qu'est-ce qui se passe ?
            Il avait une voix basse et caverneuse.
            Le comte haussa les épaules et ce fut Holmes qui répondit.
            - Si je puis être bref, Mr Merton, je vous dirai que tout est " déjà " joué.
            Le boxeur poursuivit, s'adressant toujours à son associé.
            - Il voudrait être drôle, ce mec, ou quoi ? Je suis pas d'humeur à ça, moi.
            - J'imagine que non, en effet, répliqua Holmes. Je crois pouvoir vous certifier que vous aurez encore moins envie de plaisanter à mesure que la soirée avancera. Or donc, comte Sylvius, écoutez-moi. Je suis quelqu'un de très occupé, et je ne peux pas me permettre de perdre mon temps. Je vais me retirer dans cette chambre. Pendant mon absence, je vous prierai de faire comme chez vous. Vous pourrez expliquer à votre ami comment se présente l'affaire sans subir la contrainte de ma présence. Je vais m'efforcer de jouer la Barcarolle des Contes d'Hofmann au violon. Dans cinq minutes je reviendrai prendre connaissance de votre réponse définitive. Vous percevez bien le choix qui s'offre à vous, n'est-ce pas ? Nous emparerons-nous de la pierre, ou de vous ?
            Holmes se retira, prit au passage son violon posé dans un coin. Quelques instants plus tard les notes longues et plaintives de cette mélodie si obsédante s'élevèrent faiblement au travers de la porte close de la chambre.
            - Alors, qu'est-ce qui se passe ? lança Merton avec inquiétude comme son compagnon se tournait vers lui. Il sait pour la pierre ?
            - Il en sait sacrément trop long. Je ne suis pas certain qu'il ne sache pas tout.
            - Bonté divine !
            Le teint cireux du boxeur blêmit un peu plus.
            - Ikey Sanders nous a balancés.
            - Ah, oui ! Si je dois tomber à cause de ça , je lui garderai un chien de ma chienne.
            - Cela ne nous avancera guère. Il faut décider de ce que nous allons faire.
            - Minute, répliqua le boxeur en jetant un regard soupçonneux vers la porte de la chambre. Ce mec-là c'est un bizarre, il faut le tenir à l'oeil. Je pense pas qu'il soit en train d'écouter ?                                            depositphoto.com
            - Comment le pourrait-il avec la musique ?
            - Mais il y a peut-être quelqu'un qui se cache derrière un rideau. Trop de rideaux dans cette pièce.
            Tout à coup, comme il regardait autour de lui, il aperçut pour la première fois l'effigie postée dans l'embrasure de la fenêtre, et resta figé, les yeux ronds, le bras tendu, muet de stupeur.
            - Bah ! ce n'est qu'un mannequin, expliqua le comte.
            - Une imitation, hein ? Alors là, ça me coupe le sifflet ! Madame Tussaud est dépassée. C'est le portrait tout craché du type, robe de chambre et tout. Mais ces bon sang de rideaux comte  !
            - Oh, la peste soit de ces rideaux ! Nous perdons notre temps, or il n'y a pas une seconde de trop. Il est en mesure de nous épingler à propos de cette pierre.
            - Pardi mon oeil !
            - Mais il nous laissera filer si nous lui disons où se trouve le butin.
            - Quoi ! Renoncer ? Renoncer à 100 000 livres ?
            - C'est l'un ou l'autre.
            Merton gratta son crâne hérissé de cheveux court taillés.
            - Il est tout seul là-dedans. Si on le liquidait ? Une fois son compte réglé on n'aurait plus rien à craindre.
            Son compagnon secoua la tête.
            Il est armé et prêt à agir. Si nous l'abattions nous aurions du mal à nous enfuir d'un endroit pareil. Du reste, il est très probable que la police est informée des éléments qu'il a découverts. Tiens : qu'était-ce donc?
            On entendit un bruit vague semblant venu de la fenêtre. Les deux hommes firent volte-face, mais tout était calme à l'exception de la curieuse silhouette installée dans le fauteuil la pièce était assurément vide.
           - Quelque chose dans la rue, lança Merton. Maintenant écoutez voir patron, c'est vous le cerveau. Vous avez sûrement moyen d'imaginer comment nous sortir de là. Si ça sert à rien de cogner, alors c'est à vous de voir.
            - J'en ai roulé de plus malins que lui, répondit le comte. La pierre est là, dans ma poche secrète. Je n'ai pas voulu prendre de risques en la laissant quelque part. On peut la sortir ce soir d'Angleterre et la faire retailler en quatre morceaux à Amsterdam, avant dimanche. Holmes ignore tout de Van Seddar.
            - Je croyais que Van Seddar s'en allait la semaine prochaine.
            - Il devait.... Mais à présent, il faudra qu'il prenne le premier bateau. Il faut que l'un ou l'autre fasse un saut à Lime Street avec la pierre et lui explique.
            - Mais le double fond n'est pas prêt.
            - Eh bien, il devra l'emporter comme elle est et tenter le coup. Il n'y a pas un instant à perdre.
            A nouveau, avec ce sens du danger qui devient un instinct chez le chasseur, le comte marqua un temps de silence et contempla attentivement la fenêtre. Oui, c'était sans aucun doute de la rue que provenait ce léger bruit.
            - Quant à Holmes, reprit-il, nous pourrons le rouler sans trop de peine. Figurez-vous que ce pauvre idiot ne nous fera pas arrêter s'il parvient à mettre la main sur la pierre. Ma foi, nous allons nous engager à la lui remettre/ Nous l'enverrons sur une fausse piste et, le temps qu'il s'en aperçoive, la pierre sera en Hollande, et nous hors du pays.
            - Voilà qui me plaît, s'écria Sam Merton avec un large sourire.
            - Vous, allez dire au Hollandais de filer. Moi je vais m'occuper de cet abruti et lui servir de faux aveux. Je lui dirai que la pierre est à Liverpool. La peste soit de cette musique geignarde, cela me tape sur les nerfs ! Le temps qu'il se rende compte qu'elle n'est pas là-bas, la pierre sera en quatre morceaux et à nous qui vogueront sur les mers. Mais, revenez donc ici, il n'y a rien à tirer de ce trou de serrure. Voici la pierre.
            - Ça m'étonne que vous osiez la garder sur vous.
            - Où serait-elle plus en sécurité ? Si nous avons été capables de la sortir de Whitehall quelqu'un d'autre pourrait la sortir de chez moi.
            - Faites voir un peu ça.
            Le comte Sylvius décocha un regard passablement méprisant à son associé et ignora la main malpropre que lui tendait ce dernier.
Résultat de recherche d'images pour "sherlock holmes mannequin"**         - Quoi donc... vous vous figurez que je vais essayer de vous la faucher ? Dites voir, môssieu, je commence à en avoir soupé de vos manières.
            - Allons, allons, Sam, ne prenez pas la mouche. Nous ne pouvons pas nous permettre de nous disputer. Venez jusqu'à la fenêtre si vous tenez à admirer comme il se doit la beauté de cette pierre. Orientez-la vers la lumière ! Là !
            - Merci.
            D'un seul bond Holmes jaillit du fauteuil occupé par le mannequin et s'empara du précieux joyau. Il le tint alors d'une main, et de l'autre braqua un revolver contre la tempe du comte. Les deux malfaiteurs reculèrent en titubant, complètement éberlués. Ils n'eurent pas le temps de se ressaisir que, déjà, Holmes avait appuyé sur la sonnette électrique.
            - Pas de violence, messieurs.... Pas de violence, je vous en prie ! Un peu de considération pour le mobilier : Vous devez garder très clairement à l'esprit que vous vous trouvez dans une situation impossible. Ces messieurs de la police attendent en bas.
            L'ébahissement l'emporta sur la rage et la frayeur du comte.
            - Mais, comment diable... ? bredouilla-t-il.
            - Votre surprise est fort naturelle. Vous ne saviez pas que la chambre est dotée d'une seconde porte donnant derrière cette tenture. Je croyais que vous m'aviez entendu quand j'ai déplacé le mannequin, mais la chance était avec moi. Cela m'a fourni l'occasion d'entendre votre piquante conversation que la gêne eût sans nul doute péniblement refrénée si vous aviez eu conscience de ma présence.
            Le comte esquissa un geste résigné.
            - Nous vous concédons l'avantage, Holmes. A mon avis vous êtes le diable en personne.
            - Peu s'en faut, en tout cas, répondit Holmes avec un sourire poli.
            Le lent intellect de Sam Merton  appréhendait seulement à peine la situation. Alors, tandis que le brui de pas pressants dans l'escalier s'entendait, il rompit enfin son silence.
            - Satané flic ! s'écria-t-il. Mais dites, qu'est-ce que c'est que ce bon sang de violon ? Je l'entends encore.
            - Ah, bah ! répondit Holmes. Vous avez parfaitement raison. Laissons-le jouer ! Ces Gramophones modernes sont une invention étonnante.                                                    
Résultat de recherche d'images pour "londres sherlock holmes"            Suivit une brouillonne irruption de la police, les menottes cliquetèrent puis les criminels furent conduits au fiacre qui attendait. Watson s'attarda auprès de Holmes, le félicitant de cette nouvelle feuille qu'il ajoutait à ses lauriers. Leur conversation fut à nouveau interrompue par l'imperturbable Billy muni de son plateau à cartes de visite.
            - Lord Cantlemere, monsieur.
            - Faites-le monter, Billy. Voici l'éminent pair représentant des intérêts on ne peut plus élevés, commenta Holmes. C'est un excellent homme, loyal, mais assez vieux jeu.Saurons-nous l'amadouer ? Oserons-nous nous permettre une petite liberté. Il ignore tout, gageons-le, de ce qui s'est produit.
            La porte s'ouvrit livrant passage à une mince silhouette, sévère, surmontée d'un visage en lame de couteau orné de favoris comme il s'en portait au milieu du règne de Victoria, d'un noir lustré qui ne cadrait guère avec les épaules voûtées et la démarche chancelante. Holmes s'avança aimablement et serra une main inerte.
            - Comment allez-vous lord Cantlemere ? Il fait frisquet pour la saison, quoique passablement chaud à l'intérieur. Puis-je vous débarrasser de votre pardessus ?
            - Non, je vous remercie, je ne compte pas le quitter.
            Holmes posa, avec insistance, la main sur la manche.
            - Permettez; je vous en prie ! Mon ami, le Dr Watson, vous affirmerait que ces changements de température sont extrêmement pernicieux.
            Sa Seigneurie se dégagea avec un brin d'agacement.
            - Je suis parfaitement à mon aise, monsieur. Je n'ai nul besoin de m'attarder. Je suis simplement passé voir dans quelle mesure avançait cette tâche entreprise de votre propre chef.
            - C'est difficile... très difficile.
            - Je craignais que telle soit votre conclusion.
            Un ironie hautaine perçait nettement dans les propos et l'attitude du vieux courtisan.
            - Nous découvrons tous nos limites, Mr Holmes. Au moins cela nous guérit-il de notre penchant pour la suffisance satisfaite.
            - Oui monsieur. Je me suis trouvé fort décontenancé.
            - Assurément.
            - Notamment à propos d'un détail précis. Peut-être sauriez-vous m'aider...
            - La journée est bien avancée pour solliciter mes conseils. Je pensais que vous aviez vos méthodes personnelles et qu'elles se suffisaient à elles-mêmes. Je suis cependant disposé à vous aider.
           - Voyez-vous, lord Cantlemere, nous pouvons certes établir une accusation à l'encontre des véritables voleurs.
             - Une fois que vous les aurez capturés.
             - Tout juste. Mais la question qui se pose est la suivante : de quelle manière allons-nous procéder en ce qui concerne le receleur ?
             - La possession effective de la pierre.
Résultat de recherche d'images pour "museum sherlock holmes london"             - Vous l'arrêteriez pour cette raison ?
             - Cela ne fait aucun doute.
             Holmes riait rarement, mais son vieil ami Watson ne se souvenait pas l'avoir vu plus près de l'hilarité.
             - Dans ce cas, mon cher monsieur, je vais me voir dans la pénible nécessité de requérir votre arrestation.
            Lord Cantlemere était furieux. Un reste de la flamme ancienne monta à ses joues cireuses.
           - Vous prenez bien des libertés, Mr Holmes. En cinquante ans de service officiel, je ne garde pas le souvenir d'une telle histoire. Je suis quelqu'un de très pris, monsieur, je m'occupe d'affaires importantes et je n'ai ni temps à perdre, ni affection pour les plaisanteries stupides. Je puis vous dire en toute franchise, monsieur, que je n'ai jamais cru en vos talents, et que j'ai toujours pensé que l'affaire serait bien plus en sûreté dans les mains des forces de police officielles. Votre comportement confirme entièrement mon opinion. Monsieur, j'ai l'honneur de vous souhaiter le bonsoir.
            Holmes ayant prestement changé de position se retrouva entre le pair et la porte.
            - Un instant, Monsieur, lança-t-il. Partir pour de bon avec la Pierre de Mazarin en poche serait un délit plus grave qu'être trouvé en sa possession momentanée.
            - Voilà qui est intolérable, monsieur ! Laissez-moi passer.
            - Plongez la main dans la poche droite de votre pardessus.
            - Qu'entendez-vous par là ?
            - Allons, faites ce que je vous demande, allons.
            L'instant d'après, le pair stupéfait, battant des paupières, balbutiant, contemplait la grosse pierre jaune sur sa paume tremblante.
            - Quoi ! Quoi ! Qu'est cela, Mr Holmes ?
            - Ah ! misère, lord Cantlemere, misère ! s'écria Holmes. Mon vieil ami ici présent vous dira que j'ai la malicieuse manie du canular. Et que, en outre, je suis incapable de résister à l'attrait d'une mise en scène théâtrale. J'ai donc pris la liberté, la très grande liberté, je le reconnais, de glisser la pierre dans votre poche au début de notre entretien.
            Le regard du vieux pair alla du diamant au visage souriant devant du détective, face à lui.
            - Je suis ébahi, monsieur. Cela dit... oui... il s'agit bel et bien de la Pierre de Mazarin. Nous sommes grandement en dette envers vous, Mr Holmes. Votre sens de l'humour est peut-être, vous venez de la reconnaître, passablement dénaturé, et sa manifestation extrêmement inopportune. Il n'en reste pas moins que je retire toutes les remarques que j'ai faites à propos de vos stupéfiants talents professionnels. Mais comment...
            - L'affaire n'est qu'à demi achevée, les détails peuvent attendre. Le plaisir avec lequel vous allez annoncer ce succès à l'éminent entourage auprès duquel vous retournez atténuera certainement un peu l'effet de mon canular, lord Cantlemere. Billy, vous voudrez bien raccompagner Sa Seigneurie, et annoncez à Mrs Hudson que, si elle consentait à faire monter un dîner pour deux personnes aussitôt que possible, j'en serais ravi.

*     squeezegutallay.wordpress.com   
**   lci.tf1.fr
                                                                                         Arthur Conan Doyle