samedi 31 octobre 2015

Anecdotes et Réflexions d'hier pour aujourd'hui 48 Samuel Pepys ( journal Angleterre )

Afficher l'image d'origine
cottgwladys.canalblog.com

                                                                                                                         1er Juin 1661
                                                                                                                    samedi
            Après avoir pris congé de sir William Batten; et de milady qui se rendaient ce matin à Chatham pour la Pentecôte, sir William Penn, Mr Gauden et moi à Woolwich par le fleuve. Là nous fîmes le tour des navires pour ordonner les préparatifs de départ et juger de leur avancement. Puis à Deptford où nous fîmes de même après avoir dîné avec le capitaine Poole, à la taverne de Woolwich.
            Fîmes à pied le trajet de Deptford à Rotherhith, nous arrêtant à la Demi-Etape. Entrâmes dans une pièce où avaient été placés quantité de gâteaux fraîchement préparés pour la Pentecôte, et nous y fûmes fort gais.
            Retour par le fleuve et nous réglâmes des affaires au bureau. J'obtins, entre autres , de milord et de Mr Creed en vue du voyage, des avances de fonds de 1 000 et 10 000 livres respectivement et leur fis signer leurs lettres de change. Après quelques lettres pour la province et la lecture de quelques pages, je me mis au lit.


                                                                                                         Dimanche Pentecôte

            Sorti des mains du barbier, j'allai à l'église où j'entendis un bon sermon de Mr Mills, bien adapté à l'occasion. Rentrai dîner chez moi, puis de nouveau à l'église. De retour à la maison je trouve Greatorex, que j'attendais aujourd'hui pour dîner. Montons dans mon cabinet, buvons du vin et mangeons des anchois une ou deux heures, et devisons de maintes questions de mathématiques. Il m'explique entre autres ce qui fait la force des leviers et me montre comment ce qu'ils gagnent en force ils le perdent en temps.
            Il pleuvait à verse, comme cela se produit depuis quelque temps, au point que nous en venons à craindre la famine. Aussi fut-il obligé de rester plus longtemps que je ne le désirais.                                                  
            Le soir, après la prière, au
       
                                                                                                                                                                                                                                                                                          3 juin

Afficher l'image d'origine            A la Garde-Robe où, au cours de la conversation que j'eus avec milord, il m'instruisit des affaires de la Garde-Robe, pour le cas où pendant son absence,Mr Townshend viendrait à mourir. Me dit que maintenant, partant à la mer il entend nous associer , Mr Moore et moi. Nous nous entretînmes de nombreuses autres questions, comme avec une personne en qui il mettrait toute sa confiance, ce dont je suis fier. Ce fut une bonne occasion de lui dire, ce à quoi je pense depuis longtemps, que puisqu'il a plu à Dieu de m'accorder quelque bien, je désire en faire un peu profiter mon père. Mon choix s'est porté sur la place de Mr Young à la Garde-Robe. J'aimerais qu'en son absence milord laissât des ordres me donnant la priorité du choix, si cette place devenait vacante, ce qu'il me promit volontiers. J'en suis fort heureux, il me dit qu'il ferait au moins cela pour moi. J'accompagnai milord au canot qui allait à Whitehall, retournai chez moi en compagnie de Mr Creed. Etaient venus dîner avec moi mon père et mon cousin Scott et, avant la fin du repas, voici qu'arrivent papa Bowyer, ma mère, quatre filles, un jeune homme et sa soeur, leurs amis. Tout ce monde resta tout l'après-midi, ce qui me coûta une belle quantité de vin, et fûmes fort joyeux.
            Je fus bientôt appelé au bureau, restai quelque temps. Retour chez moi avec Mr Creed, en laissant les autres. Tous deux à la Tour pour commander des munitions de marine pour milord. Fîmes avec grand plaisir la visite de la Tour, ma première visite. Retour à la maison. Après une promenade avec ma femme sur la terrasse, nous allâmes nous coucher.
            Ce matin traversai le fleuve avec le Dr Pearse pour aller à la taverne de l'Ours, au pied du Pont, pensant rencontrer milord Hinchingbrooke et son frère qui partaient pour la France. Mais comme ils n'y étaient pas nous repassâmes le fleuve pour aller à la Garde-Robe. Apprenons que milord l'abbé Montagu n'étant pas à Paris, milord a l'intention de retarder un peu son départ.


                                                                                                               4 juin

            Le contrôleur de la Marine vint ce matin pour m'emmener visiter non loin de notre bureau une ou deux maison qu'il aimerait prendre pour lui ou Mr Turner, et qu'alors je reprenne le logement de Mr Turner, tandis que lui prendrait le mien et celui de Mrs Davis. Mais les maisons ne nous plurent pas. Aussi projet abandonné pour le moment.                                                                                 cheeeers.wordpress.com
Afficher l'image d'origine            Allons ensuite jusqu'au Pont par le fleuve puis remontâmes par le quai jusqu'au quartier du Temple. Je traversai pour me rendre chez mon père, rencontrai mon cousin John Holcroft et l'emmenai avec mon père et mon frère Tom à la taverne de l'Ours, leur offris du vin. Mon cousin doit retourner à la campagne demain. De là dîner chez milord Crew. Intéressante conversation sur l'opportunité de convaincre les jeunes nobles et personnes de condition d'envisager le service à la mer comme aussi honorable que le service dans l'armée de terre. Il nous raconta, entre autres, comment du temps de la reine Elisabeth les jeunes nobles faisaient le service de la table, se tenant plat en main derrière les chaises, jusqu'à ce qu'ils eussent atteint, eux aussi, leur majorité.Il l'avait constaté pour milord Kent, alors jeune lord Kent au service de milord Bedford, alors que ce dernier avait reçu une lettre lui annonçait que le comté de Kent était échu au jeune lord qui le servait. Lord Bedford avait alors quitté sa place à table et l'avait donnée à celui-ci, prenant pour sa part un siège placé plus bas, qui était en effet celui dû à son rang.
           Après cela au Théâtre où vis Henri IV, une bonne pièce. Je rentrai chez moi passant par le fleuve et traversant les champs jusqu'à Southwark, à mon luth et le soir, au lit.


                                                                                                                     5 juin 1661

            Donnai ce matin 4 livres à ma femme pour ses dépenses personnelles, dentelles et autres achats. A la Garde-Robe, puis à Whitehall et Westminster. Dînai avec milord, seul chez lui, et Ned Pickering. Après le dîner, au bureau où nous tînmes réunion et expédiâmes des affaires. Sir William et moi rentrâmes chez nous accompagné de sir Robert Slingsby, pour faire une partie sur son terrain de boules, et nous nous divertîmes fort, puis rentrés à l'intérieur pour boire et discuter. Sir William et moi regagnâmes nos logis respectifs. comme il faisait fort chaud je montai jouer du flageolet sur la terrasse qui donne sur le jardin, et sir William sortit en bras de chemise sur la sienne. Nous restâmes là à deviser, chanter et boire de grandes rasades de bordeaux et en mangeant de la boutargue avec du pain beurré, jusqu'à minuit, au clair de lune. Au lit, à moitié ivre.
     

                                                                                                                    6 juin

            J'ai eu mal à la tête toute la nuit et pendant toute la matinée après les excès de la nuit dernière.
            Révéillé ce matin par le lieutenant Lambert, maintenant commandant du Norwich. descendîmes le fleuve jusqu'à Greewich, faisant au long du trajet observations et remarques sur l'équipement des navires. Il répondit à toutes mes questions, ce qui me fut d'un grand profit.
            Une fois arrivés, nous allâmes manger, boire et écouter de la musique au Globe. Elle était accompagnée par un mécanisme simple, représentant une femme qui tenait une baguette et suivait la musique en battant la mesure, cela me paraît peu compliqué.
Afficher l'image d'origine            Retour par le fleuve, nous arrêtant chez le capitaine Lambert. Il possède une maison fort cossue et élégante, jouissant d'une belle vue à l'étage, depuis la terrasse. Puis réunion au bureau. Ensuite le capitaine et moi retour dans le quartier de Bridewell, chez Mr Holland, où se trouvaient sa femme ( personne quelconque, sans élégance ) et sa mère. Je donnai à Mrs Holland l'argent que je devais à son mari. Visite de deux jeunes personnes. L'une jouait assez bien du violon, mais grands dieux ! quelles louanges lui firent ces ignorantes ! Nous nous divertîmes   le-mot-juste-en-anglais.typepad.com                  fort.
            Je restai souper, puis chez moi, et au lit. Temps très chaud cette nuit, j'enlevai ma chemise.


                                                                                                                       7 juin

            Chez milord à Whithall, mais ne le trouvant pas j'allai à la Garde-Robe où je dînai avec milady qui se montra fort aimable. Au bureau et jusque tard. Retour chez moi, puis chez sir William Batten qui arrive aujourd'hui de Chatham avec milady qui a beaucoup souffert et souffre toujours des dents. Restai chez eux jusque tard. Chez moi, et au lit.


                                                                                                                     8 juin

            A Whitehall voir milord. Il aimerait que j'aille voir Mr Townshend à qui il a mandé de me révéler tous les mystères de la Garde-Robe, et à personne d'autre que moi. Il va faire de moi son fondé de pouvoir, au même titre que Mr Townshend, de crainte que ce dernier ne meure en son absence, ce qui me fait grand plaisir.
            Puis chez le rôtisseur avec Mr Shipley et Creed où nous dînâmes. J'allai ensuite au Théâtre et vis La Foire de la Saint-Barthélémy, première fois qu'on joue cette comédie à notre époque. C'est une pièce des plus admirables et bien jouée, mais trop grossière et blasphématoire.
            Après quoi, rencontrant Mr Creed à la porte, nous nous rendîmes chez le marchand de tabac sous le porche de la barrière du Temple et montâmes tout en haut de la maison, où nous restâmes longtemps à boire de la bière de Lambeth. Puis retour chez moi, m''arrêtai en chemin chez Mr Rawlinson, mon oncle Wight ayant quitté Londres, lui demandai conseil sur la réponse à faire à une lettre de mon oncle Robert qui me propose de mettre de l'argent dans l'achat d'un terrain contigu à certaines de ses terres. Me dit clairement que ce qui motive son avis c'est la facilité d'accès qu'un tel terrain donnerait à ses propres terres, ce qui me réjouit fort. Rawlinson me conseille de m'en remettre entièrement à mon oncle pour l'utilisation de mon argent. Qu'il en fasse ce qu'il veut, c'est à cela que je m'arrête. Retour chez moi, et au lit.


                                                                                                                       9 juin
                                                                                                      Jour du Seigneur
            Aujourd'hui, ma femme mit sa robe de soie noire, toute garnie maintenant de guipure noire, comme le veut la mode, fort jolie dans cette robe.                                                                artnet.fr
Afficher l'image d'origine            Nous nous rendîmes à pied chez milady à la Garde-Robe, où nous dînâmesn et on lui fit force compliments. Laissai là ma femme et allai à pied jusqu'à Whitehall, chez Mr Pearse et restai un bon moment à causer avec sa femme, toujours aussi jolie, jusqu'à son retour. Après lui, moi et Mr Symons, maître à danser qui accompagne milord à la mer, à la taverne du Cygne, où nous bûmes. Puis m'en retournai à Whitehall où je rencontrai le doyen Fuller. Nous nous promenâmes un bon moment, parlant, entre autres, de la liberté prise par l'évêque de Galloway, d'accueillir dans les ordres tous ceux qui en expriment le désir. Entre autres Roundtree, simple ouvrier, autrefois pasteur à la prison de la Flotte. Il me dit qu'il protesterait à ce sujet. Allâmes prendre un bateau, après avoir déposé Fuller à l'hôtel de Worcester, j'allai avec Will Howe jusqu'à la Garde-Robe.
            Rencontrai Mr Townshend qui se dit tout à fait prêt à me communiquer sur les affaires de milord tout ce qui pourra contribuer à les avancer. Montai à la tout de Jane Shore où je chantai avec Will Howe, puis allai chercher ma femme et rentrâmes à pied, puis au lit........


                                                                                                                       10 juin

            De bonne heure chez milord, il m'apprend en privé comment le roi lui a confié la charge d'ambassadeur pour amener ici la reine. Il doit se rendre à Alger pour régler cette affaire et préparer la flotte puis revenir à Lisbonne avec trois vaisseaux et y rencontrer la flotte qui doit l'escorter.
            Il m'avait demandé de venir pour me dire qu'il me confie le soin de veiller, en son absence, à tous les préparatifs nécessaires à cette grande affaire, conformément aux ordres que me donneront milord le chancelier et Mr Edward Montagu. Tout ceci me comble de joie pour l'honneur qui est fait à milord et le profit que j'en escompte.
            Bientôt sortis avec Mr Slingsby, Walden député de Huntingdon, Rolt, Mackworth et l'échevin Backwell pour aller boire de la bière de Lambeth dans une maison voisine. Retour à la Garde-Robe où je trouve milord prêt à se rendre à Trinity House. On élit aujourd'hui solennellement le grand maître, et c'est milord qui est choisi, il dîne donc là-bas.
            Je restai dîner avec milady. Pas plus tôt assis, arrivent des personnes de qualité, je me levai donc de table avec les enfants et nous mangeâmes entre nous, les enfants et moi, et fort gaiement. Ils me montrèrent beaucoup d'affection. Retour chez moi, et le soir, au lit. Nous couchâmes dans le logement de sir Robert Slingsby, dans leur salle à manger, dans notre lit vert, car l'on termine la peinture et le badigeonnage à la chaux de ma maison.


                                                                                                                     11 juin

            Au bureau ce matin, sir George Carteret avec nous. Nous mîmes au point une lettre au duc d'York lui exposant la condition déplorable dans laquelle se trouve notre bureau, faute d'argent. Que les gens ne peuvent continuer à nous servir sans argent, et que maintenant le crédit du bureau est tombé si bas que personne n'acceptera de nous vendre quoi que ce soit, si nous ne fournissons à cet effet notre garantie personnelle.
            Sorti tout l'après-midi pour plusieurs affaires, et le soir chez moi et au lit.


                                                                                                                    12 juin 1661
                                                                                                             Mercredi
            Jour partagé entre jeûne et liesse, les évêques ne s'étant pas encore décidés à faire observer le jeûne pour conjurer le mauvais temps, lorsque le beau temps revint, si bien qu'ils se trouvèrent contraints de choisir un moyen terme.
            A Whitehall, de là les capitaines Rolt, Ferrer et moi à Lambeth pour notre boisson du matin. Descendîmes aux Trois Mariniers, établissement connu pour sa bière et y restâmes un moment, fort gais. En partîmes à la recherche d'un bateau, nous tombons sur le capitaine Bunn qui descendait le fleuve. Nous montons auprès de lui. Il était avec une dame. Il les déposa à Westminster et moi au Pont.
            A la maison toute la journée avec mes ouvriers. Rédigeai la lettre que nous avions décidé hier d'envoyer au duc.
            Puis à Whitehall où je rencontrai milord. Il me dit qu'il lui faudra faire acheter pour 300 livres d'étoffes qu'il distribuera en Barbarie, comme présents aux Turcs.
            Cette occasion qui m'est donnée de gagner quelque chose me réjouit fort.
            Rentrai souper chez moi, puis chez sir Robert Slingsby et allâmes accompagnés de son frère chez milord à la Garde-Robe, où nous attendîmes longtemps. Mais milord fait ses adieux, il tarda et ils partirent.
            Milord rentra tout de suite après et je restai longtemps avec lui. Puis dans la chambre de Mr Moore dont je partageai le lit.


                                                                                                                 13 juin

Résultat de recherche d'images pour "barques è siecle"            Allai à trois reprises chez Backwell l'échevin, mais ses gens n'étant pas levés, je retournai chez moi, mis mon costume de drap gris et mon manteau blanc à parements taillé dans un jupon de ma femme, première fois que je le portais. Ainsi vêtu en cavalier je retournai chez l'échevin, m'entretins avec Mr Shaw. L'échevin m'offre 300 livres si milord le désire, pour acheter les étoffes, ce qui me plaît fort. Ainsi donc à la Garde-Robe où j'obtins de milord qu'il ordonnât à Mr Creed de m'avancer le montant qui sera versé par l'échevin Backwell.
            A Whitehall avec milord, par le fleuve. Après avoir pris congé du roi vient nous retrouver dans ses appartements et de là se rend à l'embarcadère du Jardin où il prend le canot. A l'embarcadère l'attendait sir Robert Slingsby qui lui fit ses adieux. J'entendis milord le remercier pour la bonté qu'il me témoignait, sir Robert lui fit une réponse qui était fort à mon avantage.
            Descendis avec milord jusqu'à Deptford, là montai à bord du yacht hollandais et restai un bon moment, William Howe n'étant pas venu avec les affaires de milord, ce qui mit ce dernier en colère. Le voici qui arrive peu après et nous mettons à la voile, puis allâmes bientôt dîner.. Milord et nous tous fort gais. Après le repas j'allai plus bas, chantai et dis au revoir à William Howe, au capitaine Rolt et à mes autres amis, puis remontai et fis mes adieux à milord qui me donna la main et me quitta avec grand respect.
            Je descendis accompagné du capitaine Ferrer, dans notre barque. Milord nous fit saluer de cinq coups de canon, utilisant toutes les pièces qui se trouvaient chargées, la marque de respect la plus grande que milord pouvait me témoigner, et dont je ne fus pas peu fier. Je les quittai donc, le coeur partagé entre la joie et la tristesse tandis qu'ils s'éloignaient sans encombre d'Erith, espérant arriver tôt demain matin aux Downs.
            Et nous vers Londres en barque. Enlevâmes nos chaussettes et laissâmes tremper longtemps nos jambes dans le fleuve, ce que je n'avais fait depuis des années.
            Arrivâmes à Greenwich, pensions monter à bord du yacht du roi, mais comme le roi s'y trouvait, passâmes sans nous arrêter, et à Woolwich, descendîmes à terre en compagnie du capitaine Poole de la Jamaïque..... A la taverne où nous fîmes grande beuverie de bière comme de vin. En sortant accompagnâmes chez lui Mr Falconer qui nous donna des cerises et du bon vin. Ensuite en bateau, le jeune Poole nous fit monter à bord du Charity, où il nous servit du vin, je bus tout mon saoul. Retrouvâmes ensuite notre barque, m'y assoupis et ne me réveillai que près de la Tour. Le capitaine et moi nous séparâmes là. Retour chez moi et me couchai la tête passablement lourde du vin que j'avais bu.


                                                                                                                    14 juin

            A Whitehall chez milady, y trouve Mr Edward Montagu et sa famille venus y coucher en l'absence de milord. Envoyai chez moi, sur l'ordre de milord, sa maquette de bateau et son virginal triangulaire. Puis me rendis chez mon père à qui je demandai d'acheter les étoffes qu'il faut envoyer à milord. Mais ne pus rester avec lui car, fort enrhumé pour avoir sottement barboté hier dans l'eau, je me sentais fort mal et rentrai chez moi en voiture pour me mettre au lit et ne mis pas les pieds au bureau de la journée. En restant au chaud je me libérai de mes vents, ce qui m'apporta quelque soulagement. Levé pour manger un peu au souper et retour au lit.


                                                                                                      à suivre...../
                                                                                                             15 juin 1661
            Mon père.....
                                                                         

jeudi 29 octobre 2015

La fille du train Paula Hawkins ( roman Grande-Bretagne )



amazon.fr


                                                    La fille du train

            Suspense. Angoisse. Que se passe-t-il chez les habitants du 15, du 23 des maisons qui bordent la voie ferrée. Banlieue nord de Londres, le train de 8 h 04 s'arrête ou ralentit beaucoup à Witney, emportant vers la capitale des banlieusards lisant des journaux ou leur tablette. Rachel, elle, boit, du gin tonic le matin, plus tard elle continuera avec le vin. Rachel a habité à Witney, au 23 Bleinheim Road, dans ces pièces où vivent maintenant son ex-mari Tom, son épouse et leur enfant. Au quinze, elle ne sait pas qui est cette jolie femme et son compagnon, alors elle imagine leur vie, invente des prénoms, Jess et Jason, en fait Megan et Scott. " ..... La tête appuyée contre la vitre du train, je regarde défiler ces maisons, comme un travelling au cinéma. J'ai une perspective unique sur elles, même leurs habitants ne doivent jamais les voir sous cet angle.... Il y a quelque chose de réconfortant à observer des inconnus à l'abri chez eux.... " Rachel licencieé, erre un peu dans Londres après être passée à la bibliothèque lire des annonces et parfaire son CV, hébergée par Cathy au-delà de Witney, Cathy gentille, trop, ignore le licenciement, et Rachel prend le train de 17 h 56, chaque jour pour retrouver la petite chambre que lui loue son amie. Du vendredi 5 juillet 2013, routine et fantasme au dimanche 18 août 2013, une série d'événements, qui seraient restés peut-être sans solution ou auraient permis d'autres meurtres si Rachel, pleine d'ennui et de nostalgie n'avait remarqué des changements, fugitifs lors du passage du train au feu rouge à proximité de Witney. Rachel refoulée, son alcoolisme rend peu crédible l'histoire qu'elle tente de raconter à la police, et pourtant... tout va s'accélérer durant ces quelques semaines. Trop saoule, la mémoire obscurcie, elle cherche des détails et voudrait tenter l'hypnose. Kamal Abdic psychanalyste serait-il le bon passeur ? Rachel si sympathique se décrit enlaidie, maladroite. Des mensonges des uns des autres, des maternités mal menées, un roman très bien mené, un premier roman.

            

samedi 24 octobre 2015

Une escroquerie de quinze millions

Afficher l'image d'origine
ccec.revues.org

                                              Une escroquerie de quinze millions

            De plus en plus fort ! Hier on nous parlait d'une escroquerie de dix millions. Celle qui va être dévoilée est plus importante encore  quinze millions ! Et non pas quinze millions une fois escroqués, non, quinze millions par an !                                                                                
Afficher l'image d'origine            La bande est très nombreuse, Elle possède des ramifications et
une organisation puissante. Elle se pare même d'un titre officiel !
            Les affiliés se présentent comme les détenteurs d'une invention merveilleuse, d'un appareil qui transmet la parole à distance, et qui aurait été découvert par un nommé Graham Bell.
            Ils vous demandent quatre cents francs par an, et ils installent chez vous des petits instruments d'acajou et de métal, à l'aide desquels vous pourrez soi-disant converser avec des gens très éloignés de votre domicile.                                                                                                      
            Le nombre des victimes est de près de quarante mille !
Afficher l'image d'origine            Ce qui a pu permettre à cette bande de faire autant de dupes, c'est que d'ans d'autres villes d'Europe, Londres, Berlin, etc., des petits appareils, semblables d'aspect à ceux-là, transmettent vraiment la voix humaine.
            La bande a à sa tête un personnage extraordinaire, orné, lui aussi, d'un titre officiel. L'odyssée de ce personnage est bien curieuse à suivre et ses changements de noms sont assez édifiants. Il y a quelques années, il se faisait appeler Mougeot. Puis il prend le nom de Bérard. Enfin, à l'heure actuelle, il opère sous le nom de Simyan.
            Il faut admirer la docilité des victimes, que les gens de la bande appellent, dans leur langage méprisant, les " abonnés " ( terme d'argot,     dérivé du mot bon, et qui signifie bonne tête ).                                                                            
Afficher l'image d'origine            La bande en question a eu l'ingénieuse idée de se réclamer des pouvoirs publics. Autrement, on aurait crié depuis longtemps à l'escroquerie et il n'y aurait pas assez de tribunaux pour poursuivre ces exploiteurs audacieux. Mais le titre qu'ils se sont attribué exerce sur les naïfs une étrange fascination. Et tous considèrent comme une chose naturelle, et légitime, et conforme à l'harmonie sociale, d'être ainsi escroqué par l'Etat.                                                                                                              
                                                                                                                           
*    telcomhstory.org
** centraphone.fr                                                                                                                              
                                                                                            Tristan Bernard
                                                                           ( in Sous toutes réserves )

jeudi 22 octobre 2015

Le Monsieur de la Dame au Grand Chapeau Tristan Bernard ( nouvelle France )

Résultat de recherche d'images pour "chapeaux 1900"
euphorbe.canalblog.com

                                             
                                             Le Monsieur de la Dame au grand Chapeau

            J'aime arriver de bonne heure au théâtre, et m'installer à ma place au moment où la salle est vide, de façon à voir venir les spectateurs un à un, et surtout pour ne pas manquer l'entrée d'un personnage entre tous sympathique, le monsieur qui accompagne une dame à grand chapeau.
Afficher l'image d'origine            ... D'ordinaire, il la laisse pénétrer toute seule dans la salle afin d'assister le moins possible à cette entrée, au moment où le regard des spectateurs avoisinants se lève sur le monument de plumes. Quand le monsieur entre à son tour, sa figure pâle est d'un calme effrayant. Il a l'air de ne pas penser du tout à ce chapeau énorme. Il est d'une grande politesse avec les gens qu'il dérange, mais c'est uniquement parce qu'il les dérange en passant.
            Puis, la dame installée, le monsieur s'assoit à côté d'elle, l'air plus digne et plus calme que jamais. Il s'efforce de ne pas bouger, pour ne pas gêner le spectateur qui se trouve derrière lui. On peut être sûr que sa tenue, au spectacle, sera des plus correctes, qu'il applaudira gentiment, sans exagération, et qu'il écoutera la pièce avec une attention scrupuleuse. En attendant que le rideau se lève, il a ouvert son programme et s'y plonge    artyparade.com              tout au fond... Pour rien au monde, il ne voudrait jeter un regard derrière lui, et voir ce cortège assis, mais plein de haine...
           A un moment donné, la dame se penche légèrement pour lui parler ; tout l'énorme écran parcourt un arc de cercle inquiétant... Le monsieur avance l'oreille ; peut-être n'est-il pas fâché que les gens qui murmurent puissent le croire un peu                         sourd...
            Ce n'est pas la première sortie du grand chapeau. Le monsieur est un résigné. Il a dit, au moment du départ :
            " - Tu mets ce chapeau-là ?
              - Oui, eh bien                                                                               lelingedejadis.net
Afficher l'image d'origine              - Eh bien, rien...
             - Est-ce que ça te gêne ?
             - Non, non.
             - Si ça te gêne, il faudrait le dire. "
            Il n'a rien dit. Ou bien s'est-il rendu compte que ses protestations étaient inutiles, ou bien n'a-t-il pas su ce qu'il aurait fallu dire. Et même, s'il l'avait su, il n'aurait pas protesté davantage, car c'eût été long, on serait arrivé en retard au spectacle, et on aurait dérangé tout un rang. Il n'eut plus manqué que cela !

~~~~~~~~~~~~~~~

Afficher l'image d'origine            Voici une anecdote absolument authentique. C'était au Théâtre-Antoine, à la première d'Anna Karénine. Regagnant ma place à la fin d'un l'entr'acte, je la vis occupée par une dame à grand chapeau, qui s'était trompée d'un fauteuil. Je lui fis remarquer son erreur.
            - Oui, dit à haute voix une autre dame, placée à un rang derrière, madame n'est pas à sa place. Et c'est fort heureux pour ma petite fille, qui n'aurait absolument rien vu derrière ce chapeau... Je ne comprends pas qu'on vienne au théâtre avec des chapeaux pareils...
            La dame au grand chapeau jeta les yeux derrière elle, regarda un instant la petite fille, et trouva cette justification admirable :
            - Anna Karénine n'est pas une pièce pour les enfants...
puretrend.com
~~~~~~~~~~~~~~~

            Moi, je pensai que cette dame était très gentille de donner au moins cette explication. Il est probable que si le monsieur de la dame au grand chapeau avait fait des observations à la compagne de sa vie, elle ne lui aurait rien répondu du tout. La grande supériorité des femmes sur les hommes, c'est que les hommes ont beaucoup de choses à leur dire, et qu'elles n'ont rien à leur répondre.                        
            Le monsieur se fût lancé dans des argumentations abondantes et pauvres. Qu'est-ce que peut faire un misérable être civilisé, avec sa chétive raison humaine, contre une splendide princesse sauvage, qui se met des plumes sur la tête ?
            Gêner dix personnes, leur gâter un plaisir auquel elles ont rêvé depuis plusieurs jours, voilà ce qu'un homme au faible coeur ne peut pas supporter. Mais une femme n'a pas à s'occuper de cela ; ce qu'elle fait s'appellerait pour un homme de la goujaterie ; pour elle, " ce sont les droits de la beauté ".   nhusser.com
Afficher l'image d'origine            Il y a des milliers d'années que les hommes ont la responsabilité de leurs actes. La peur des coups qu'a raillée Courteline , la bienfaisante " peur des coups " leur a appris à se soucier du bien-être d'autrui. Que ce soit pour ce vil motif ou pour des raisons plus nobles, il est incontestable que les hommes sont mieux élevés que les femmes.                                                                                
            Au théâtre, ils ne prennent pas un plaisir complet, s'ils sentent que ce plaisir n'est pas partagé par tout le monde. Plus d'un anticlérical farouche est gêné, dans une salle de spectacle, s'il entend dire du mal des curés. Il est gêné parce que ça gêne les autres. Il n'est pas là pour discuter, mais pour s'amuser, et pour sentir qu'on s'amuse autour de lui.                                                            
            Dans une loge, il est souvent moins désagréable d'être à la mauvaise place,  tout au fond, que d'être devant, et d'avoir derrière soi quelqu'un qui ne voit pas bien. Mais les dames, elles trônent superbement et sans remords aux meilleures places. Et les messieurs des loges supportent alors qu'elles aient de grands chapeaux, puisqu'elles ne gênent qu'eux...

Afficher l'image d'origine~~~~~~~~~~~~~~~

            Tels sont les propos que ce philosophe de mes amis se tenait à lui-même, et qu'il adressait, de loin et mentalement, à cette dame au grand chapeau.
            Il faut dire que ce philosophe, ce soir-là, était venu tout seul au théâtre. Aussi faisait-il le malin.




                                                                                             Tristan Bernard
                                                                       ( in Auteurs, Acteurs, Spectateurs )
                                                                                                                                                            












Anecdotes et Réflexions d'hier pour aujourd'hui 47 Samuel Pepys ( journal Angleterre )

Afficher l'image d'origine
   caprints.comas





                                                                                                              18 mai 1661

            De la Tour en direction de Westminster par le fleuve. Il me fallut prendre pied sur une des piles du Pont en attendant que les bateliers eussent pu faire franchir le Pont à leur bateau en le tirant sous l'arche, ils eurent besoin de l'aide d'un autre appelé en renfort.
             Après le Pont je trouve la Tamise pleine de navires et de yoles.....
             A Westminster allai dans la Grand-Salle qui est d'un aspect très agréable..... J'en sortis avec Mr Spicer, Creed et quelques autres pour aller boire. Repris le chemin de la maison avec Mr Creed que je laissai à Londres à ses affaires/ Retour chez moi où je demeurai tout l'après-midi, dans le jardin à lire
" Faber fortunae " avec grand plaisir. Chez moi, au lit.


                                                                                                                 19 mai
                                                                                               Jour du Seigneur
           Parti à pied le matin en direction de Westminster. Voyant beaucoup de gens à l'hôtel d'York, je descendis et les trouvai à la messe qui était celle de l'ambassadeur espagnol. Montai dans l'une des tribunes et assistai à deux messes..... Puis dans le jardin où je fis quelques pas, mais il ne me parut pas aussi beau que je l'avais toujours imaginé le voyant de l'extérieur. De là chez milord. Nous parlâmes des affaires. Il partit dîner à Whitehall, et j'allai chez Mr Wilkinson à la Couronne avec le capitaine Ferrer et Mr Howe. Et bien qu'il ne servit pas là sa propre cuisine nous y trouvâmes par hasard Mr Robinson, notre rôtisseur qui dînait avec des amis et qui nous offrit un fort bon dîner.
            Retour chez milord où nous restâmes longtemps à bavarder et à rire dans le salon. Notre conversation porta uniquement sur leur prochain service à la mer, le capitaine Ferrer n'est cependant pas encore assuré d'être du voyage, mais il jure qu'il serait prêt à partir s'il avait la certitude de ne jamais revenir. Comme je lui donnai de l'espoir, il fut si éperdu de joie qu'il se mit à sauter et à danser comme un fou.
Afficher l'image d'origine           Or il se trouva que la porte du balcon était ouverte. Il s'approcha de la balustrade, proposa de sauter par-dessus, demanda ce qui se passerait s'il le faisait. Je lui promis 40 livres s'il n'allait pas à la mer. Là-dessus, bien que j'eusse fermé la porte et malgré tout ce que je pus faire avec Mr Hower pour l'en empêcher, il parvint à l'ouvrir et d'un bond sauta dans le jardin, plus grande et plus dangereuse folie que j'eusse jamais vue. Je me précipite pour voir ce qu'il est advenu de lui. Il se traîne sur les genoux, mais semble incapable de se relever. Nous descendîmes alors dans le jardin et le tirâmes sur le banc, il avait l'air d'un mort, il ne pouvait remuer. Bien qu'il ne se fût rien cassé il souffrait d'une douleur atroce dans le dos. Milord, qui se trouvait dans la petite pièce neuve, vint à nous. Stupéfait il nous demanda de le remonter, ce que nous fîmes. Nous le déposâmes dans le lit d'East, près de la porte où il resta couché, souffrant le martyre. Nous envoyâmes chercher un docteur et un chirurgien, mais on n'en trouva aucun. Bientôt, par hasard, arrive le Dr Clarke qui craint pour sa vie. On lui prépara alors une chambre. Je montai voir milord....; Quelques membres de la musique du roi étaient venus lui présenter quelques chansons et interludes très joliment interprétés. Puis je pris congé et soupai chez mon père.....
            Je suis affligé de voir mon père décliner si brusquement, sa vue et son ouïe ont baissé. et tout autant d'apprendre de lui que mon frère Tom se met à lui manquer de respect, ainsi qu'à ma mère.
            Je pris congé et rentrai chez moi. Fis ma prière, ce que je n'avais fait depuis longtemps à la maison, et au lit.


                                                                                                                20 mai 1661

            Chez moi toute la matinée. Payé 50 livres à un certain Mr Graunt au bénéfice de Mr Barlow pour les six derniers moi. Reçus la visite de Mr Anderson, mon ancien camarade de chambre de Cambridge, que j'avais quitté à La Haye. Je ne sortis pas avec lui, lui offris simplement une boisson du matin.
            A midi à la Bourse en compagnie de Mr Creed, diner à une table d'hôte, ensuite à la Mitre, où nous restâmes boire tandis qu'il pleuvait à verse. Puis au bureau où je trouve les deux sirs William qui choisissaient les lieutenants destinés à la nouvelle flotte que nous avons reçu l'ordre d'armer. Fort irrité que Penn qui semble de méchante humeur, ait refusé d'être agréable à quelqu'un dont j'avais suggéré l'inscription sur la liste.
            Réunion tardive, puis chez moi. Mr Moore vint me voir alors que je me mettais au lit, resta assez longtemps à discuter des affaires de milord et des nôtres. Puis bonsoir.


                                                                                                                   21 mai
                                                                                                                         imagesrevues.revues.org
Afficher l'image d'origine            Levé tôt et avec sir Robert Slingsby, ainsi que le commandant Waters, son ami sourd, pour l'agrément de sa compagnie, au bureau des subsistances ( je découvre où il se trouve ) . Nous attendîmes pendant qu'il lisait le mandat donnant droit d'enquêter sur certaines terres et maisons de la Couronne qui avaient été cédées en bail à son frère. Puis nous prîmes le bateau pour Woolwich. Là nous ordonnâmes l'armement immédiat de quelques vaisseaux supplémentaires. Ensuite à Deptford où nous nous arrêtâmes avant de reprendre le canot et fûmes dépassés par le roi qui, aujourd'hui, prit plaisir à descendre le fleuve dans son yacht pour l'essayer. A ce que j'entends le yacht du commissaire Pett se révèle supérieur au yacht hollandais et à celui que son frère a construit.
            Tandis que nous étions sur l'eau il tomba l'une des plus violentes averses que j'eusse jamais vues.
            Le contrôleur de la Marine et moi descendîmes au Temple, et de là j'allai chez mon père où je commandai des habits, et m'achetai un nouveau chapeau qui me coûta de 20 à 30 shillings chez Mr Holden. Retour chez moi.


                                                                                                                  22 mai
                                                                 
            A Westminster où je manquai milord. Allai vers midi à la Garde-Robe avec William Howe. Là dînaient milord et tous les officiers de la Garde-Robe.....  d'un pâté de venaison. Avant de dîner, milady Wright et milady Jemima chantèrent accompagnées au clavecin.
            Compagnie agréable et joyeuse au dîner. Je me rendis ensuite au bureau par le fleuve et y restai jusqu'à une heure tardive. Le soir, avant de me mettre au lit, le barbier vint me faire la barbe et me laver les cheveux, pour que je sois propre demain, puis au lit.


                                                                                                                      23 mai

            Allai voir milord aujourd'hui, et pour beaucoup d'autres affaires, à Whitehall, et j'équilibrai mes comptes avec Mr Shipley chez milord. Puis avec lui, Mr Moore et John Bowles à la taverne du Vin du Rhin. Jonas Moore, le mathématicien, vint se joindre à nous. Par ses propos il nous persuada tout à fait que l'Angleterre et la France ne formaient autrefois qu'un seul continent, grâce à d'excellents arguments. Il parla beaucoup, non tant pour prouver que l'Ecriture était fausse, mais pour démontrer que le temps n'y est pas bien calculé, ni bien interprété. Retour chez moi par le fleuve. Je mis mon habit de soie noire, pour la première fois cette année et me rendis en voiture chez le lord-maire. Grande assemblée de gens importants,   bsychoactif.blogspot.com                  excellente réception.
Afficher l'image d'origine            A table j'eus une conversation fort intéressante avec Mr Ashmole qui m'assure que les grenouilles et beaucoup d'autres insectes tombent du ciel tout formés.
            Le comportement singulier de Mr Bates fut très remarqué. Il ne se leva ni ne but lorsqu'on porta la santé du roi et d'autres personnes.
            De retour au bureau tous en voiture, où nous restâmes en réunion tard le soir.
            Retour chez moi et au lit, à la lumière du jour. Aujourd'hui c'est jour de fête dans toute la ville. Cela me fit plaisir de voir les petits garçons se promener dans les rues en procession, leur manche à balai à la main, comme je le faisais moi-même il y a longtemps.


                                                                                                                         24 mai

            Chez moi toute la matinée à faire mes comptes. C'est la première fois que je me trouve riche de 500 livres net, en argent, sans parler de tout ce que contient ma maison, etc.
            L'après-midi resté tard au bureau, puis me rendis à la Garde-Robe où je trouvai milord en train de souper. Je me promenai donc un bon moment, attendant la fin de son repas, puis entrai le voir. Il examina mes comptes qui furent confiés à Mr Moore pour qu'il me fît verser ce qui m'était encore dû. Descendis ensuite à la cuisine pour manger un morceau de pain beurré. Je pris une des filles de chambre par le menton pensant que c'était Susan, mais c'était sa soeur qui lui ressemble beaucoup.
            De là, chez moi.


                                                                                                                       25 mai 1661

            Travaillé chez moi toute la matinée. A midi au quartier du Temple où je restai feuilleter un ou deux livres chez Playford, puis au théâtre où je vis une partie de La femme silencieuse; qui me plut. Repris le chemin de la maison, achetai en chemin L'Esclave dans l'enclos de Saint-Paul. Chez moi où je trouve tout bien propre et installées la cheminée et la grille, celle-ci agrandie, ce qui me plait.


 rouillac.com                                                                                                                     26 mai
Afficher l'image d'origine                                                      Jour du Seigneur
            Fait la grâce matinée. A l'office ai entendu un bon sermon dans notre église, où je ne m'étais rendu depuis de nombreuses semaines. Dîner en tête-à-tête avec ma femme, chez moi, chez moi, heureux que ma maison semble enfin devoir être en ordre.
            Aujourd'hui les membres du Parlement ont reçu la communion des mains du Dr Gunning à Sainte-Marguerite, Westminster.
            L'après-midi les deux sirs William vinrent à l'église où nous entendîmes un inconnu ennuyeux. Après l'office retour à la maison, puis à la Mitre où je trouve le Dr Burnet ( première rencontre pour boire avec lui ) et mon oncle Wight. Nous bûmes copieusement puis nous rendîmes chez sir William Batten où j'ai, à dessein, gardé mes distances afin de m'y faire davantage apprécier. J'appris que Mrs Browne, soeur de sir William Batten, vient d'accoucher et que je dois être l'un des parrains, ce que je ne pouvais refuser et n'eus garde de faire.Je suis toutefois fort chagriné d'en être inutilement pour mes frais, si bien que je n'ai pas fermé l'oeil de la nuit, mais changeai d'avis le matin et pense que c'est une très bonne chose pour moi.
            Sir William Batten me raconte comment Mr Prynne, l'une des deux ou trois personnes qui refusèrent aujourd'hui de s'agenouiller pour recevoir la communion, s'était vu ensuite offrir le vin par erreur, qu'il l'avait bu alors que le Dr Gunning le lui avait refusé à moins qu'il ne s'agenouillât pour le boire. Après cela une autre personne lui avait apporté le pain, qu'il avait mangé assis, ce qui paraît choquant. Retour chez moi et au lit.


                                                                                                                         27 mai

            A la Garde-Robe et de là avec milord Sandwich et Hinchingbrooke par bateau chez ce dernier à Westminster où je les quittai. Puis au vestibule de la Chambre, après avoir attendu la sortie de sir George Downing pour lui demander le remboursement de ma caution, eu égard à l'honnêteté que j'ai montrée lorsque j'étais son commis, mais en vain. J'allai chez Clerke à la Jambe, trouvai là les deux Mr Pearse, Mr Rolt, autrefois trop important pour qu'on pût l'aborder sur un pied d'égalité, et nous dînâmes fort gaiement, rejoints par le capitaine Ferrer qui faisait sa première sortie après son saut d'il y a une semaine. Je suis très heureux de le voir. Puis par le fleuve au bureau. En réunion jusqu'à une heure tardive. Visite de sir George Carteret afin, entre autres, de se renseigner sur la nomination des lieutenants de la flotte, il fut très mécontent des décisions prises, plus particulièrement de voir le lieutenant de l'Adventure ( à ce propos une sorte de brouille s'est produite entre sir William Penn et moi ) exclu de ce vaisseau où il servait naguère.
            Mon travail terminé au bureau allai au café avec le contrôleur de la Marine. Nous y discutâmes de cette affaire. Je donne l'impression de bien l'aimer, je m'aperçois de fait qu'il me faut faire bonne figure à tous, à condition que cela ne présente pas un danger. J'ai obtenu de lui de rattacher à mon appartement une petite pièce du sien, et j'en suis satisfait. De plus je lui donne la possibilité de se loger lui-même au bureau, ce qui me convient aussi.
            Retour chez moi, et au lit.


                                                                                                                  28 mai

^                                                                                                                laregledujeu.org
Afficher l'image d'origine            Ce matin à la Garde-Robe puis à une petite taverne voisine pour boire avec John Bowles qui part aujourd'hui pour Hinchingbrooke.
            Ensuite à la Bourse avec Mr Shipley où j'eus accès à un balcon grâce à Mr Rawlinson. Je vis le bourreau brûler deux anciennes lois sur vote du Parlement. L'une nous constituait en République, j'ai oublié sur quoi portait l'autre.
            Ce qui me rappelle l'importance de notre dernier bouleversement et la façon dont ils agiront demain, au rebours de ce qu'ils ont promis de faire et font aujourd'hui, par peur ou par intérêt.
            A la Mitre avec Mr Shipley. Nous dînâmes fort bien avec Mr Rawlinson et ses amis. Retour chez moi, puis à Cheapside afin d'acheter une pièce d'argenterie, cadeau à l'enfant de Mrs Browne. A l'Etoile, à Cheapside où je quittai Mr Moore, alors qu'il comptait 5 livres qui m'étaient destinées. Je le trouvai peiné de mon retour et il partit dès que je fus revenu.
            Retour chez moi où je trouvai Mr Cooke. Il régla une vieille dette de 30 shillings. Puis j'allai chez sir William Penn. Restai à parler jusqu'à 10 heures du soir, avec beaucoup de plaisir. Il m'éclaira sur des choses et des personnes que je n'avais pas comprises ces derniers temps. Retour chez moi et au lit. Mon cousin John Holcroft que je n'avais pas vu depuis de nombreuses années, vint me voir ce matin.


                                                                                                                       29 mai
                                                                                                      Anniversaire du roi
            Levé de bonne heure et, après m'être fait beau et avoir mis dans ma poche six cuillers et une écuelle d'argent, que je dois offrir, je pris une voiture avec sir William Penn et, par un temps et des chemins exécrables, allai à Walthamstow. Là j'entendis Mr Radcliff, mon ancien condisciple de Saint-Paul qui n'est encore qu'un jeune homme, prêcher sur ce texte : " Qu'il prenne même tout, du moment que mon seigneur le roi est rentré chez lui. " Il lit tout et son sermon est très sommaire, mais je n'en attendais pas de meilleur. Retourné chez sir William. Après une promenade dans les beaux jardins nous nous rendîmes chez Mrs Brown. Sir William Penn et moi étions parrains et Mrs Jordan et Shipman marraines de son fils. Nous restâmes à l'étage avec les femmes dans la chambre de Mrs Brown. Fîmes-nous ou non ce qu'il fallait ? Je ne sais. Mais je me laissai guider par la jeune Mrs Batten. Une chose me déplut : qu'une femme partageât des gaufrettes avec son chien. Je donnai 10 shillings à la sage-femme, 5 à la nourrice et 2 à la servante. Comme je pensais que mon nom serait donné à l'enfant, et qu'il n'en fut rien, puisqu'il reçut celui de John, je m'abstins de donner mon cadeau d'argenterie, attendant une autre occasion et m'accordant un peu plus de réflexion.
            Visite faite nous allâmes chez Mrs Shipman, marchande de beurre connue. Je n'ai jamais de ma vie vu autant de lait et de crème, ni une telle propreté. Après nous être gavés de crème nous prîmes congé. Au retour nous nous amusâmes à faire une course de vitesse entre le carrosse de sir William Batten et la voiture de sir William Penn, ils avaient quatre chevaux et nous deux, et pourtant nous les battîmes. Mais cela me valut d'avoir mes vêtements et mon manteau gâtés par la boue.
            Arrivé à la maison je me mis au lit et donnai ma culotte à sécher devant le feu pour demain.


                                                                                                               30 mai
                                                                                                                              thepeerage.com
Afficher l'image d'origine            A la Garde-Robe où je montai dans un nouveau canot pour l'essayer, avec milord. C'est; me semble-t-il un bon bateau et j'aime le dispositif imaginé par milord pour la porte, dont l'ouverture est ronde et non carrée, comme on la fait communément. Retour à la Garde-Robe avec milord puis au quartier du Temple avec Mr Moore et de là chez Greatorex qui m'emmena à l'hôtel d'Arundel. Il me montra de belles fleurs dans le jardin et toutes les belles statues de la galerie. J'ai vu tout cela autrefois, c'est un spectacle magnifique. Puis descendis dans une cave aveugle et noire où nous bûmes deux bonnes bouteilles de bière. Après avoir laissé des directives à Greatorex pour une petite desserte en argent je pris le bateau à l'embarcadère d'Arundel et descendis à Milford où, derrière la porte des escaliers, je fis mes besoins, car il y avait là des lieux d'aisances.
            Retour chez moi, trouve les deux sirs William et milady qui allaient à Deptford pour le baptême de l'enfant du capitaine Rooth. Ils auraient bien aimé m'avoir avec eux mais je ne voulus pas y aller.
            Retour au bureau. Sir George Carteret s'arrête là un moment, furieux que les deux sirs William aient décidé de leur propre chef la nomination des lieutenants de la flotte, sans procéder à une concultation générale. Puis allai avec le contrôleur de la Marine au café, où nous discutâmes longuement.
            Retour chez moi, au lit.
            J'entends dire aujourd'hui, que le Parlement a ordonné le dépôt d'un projet de loi qui redonnerait aux évêques le droit de siéger à la Chambre des lords. Ils ne l'auraient pas fait si tôt s'ils n'avaient voulu contrarier Mr Prynne qui, chaque jour, montre tant d'amertume contre eux dans ses propos à la Chambre                                                                                                                                                                                                                                                    
                                                                                                                     31 mai 1661

            Je suis allé chez mon père pensant y trouver mon cousin John Holcroft, mais il n'est pas venu. A mon grand chagrin je trouve mon père et ma mère en très mauvais termes. Vraiment, ma mère est maintenant de si méchante humeur que je ne sais comment mon père peut la supporter. Je parlai à ma mère de façon qui n'était assurément pas convenable, mais je ne pus m'en empêcher tant sa sottise et sa niaiserie sont insupportables. Si bien que mon père, le pauvre, est bien malheureux.
            Dîner chez eux puis retour chez moi et au bureau tout l'après-midi jusqu'à 9 heures du soir. Puis à la maison, souper et au lit. On parle beaucoup en ce moment d'un projet du Parlement  : Faire à travers tout le royaume une collecte de dons librement consentis au roi. Mais, à mon avis, cela aura peu de succès.


                                                                                           à suivre......
                                                                                                   1er juin 1661....../
            Après avoir.......