vendredi 29 janvier 2016

BIEN EU - Un Concours Anton Tchekhov ( nouvelle Russie )

Résultat de recherche d'images pour "peintres russes 19è- 20è siècles"

                                                           BIEN EU

                                      Très ancienne anecdote campagnarde
                                                                                                                  novaplanet.com
             En ce temps-là, en Angleterre, les criminels condamnés à la peine de mort jouissaient du droit de vendre leur corps, de leur vivant aux anatomistes et aux physiologues. L'argent qu'ils s'étaient procuré de cette manière, ils le donnaient à leur famille ou le buvaient. L'un d'eux convaincu d'un crime atroce, fit venir un savant médecin et, ayant marchande avec lui à satiété, lui vendit sa propre personne pour deux guinées. Mais, ayant reçu l'argent, il éclata soudain de rire...
            - Pourquoi riez-vous ? ! S'étonna le médecin.
            - Vous m'avez acheté comme devant être pendu, dit le criminel   en riant aux éclats, mais je vous ai bien eu ! Je vais être brûlé ! Ha ! Ha !    


                                                      *************
Résultat de recherche d'images pour "peynet"
mamietitine.centerblog.com
                                                     Un Concours

            Le journal Les Débris organise un concours doté d'Un Prix.
            Celui qui aura écrit " la meilleure lettre d'amour " recevra comme prix :
            - La photographie d'une jolie femme
            - Une attestation, signée par le rédacteur en chef et les juges du concours, certifiant qu'Untel, à telle date, a été le vainqueur du concours                                                                        fr.hprints.com
Afficher l'image d'origine            - Et un abonnement gratuit pour l'année en cours ou la suivante, à son gré.
            En outre, la lettre, qui sera publiée par Les Débris,rapportera à son auteur 15 kopecks de la ligne.
            Conditions du Concours :
            1 - Ne peuvent participer au concours que les personnes de sexe masculin.
            2 - La lettre doit arriver à la rédaction des Débris au plus tard le 1er mars de l'année en cours et doit porter l'adresse et le nom de l'auteur.
            3 - Dans sa lettre l'auteur déclare son amour. Il démontre qu'il est réellement amoureux et qu'il souffre.                                                                
            A ce propos, il fait là un parallèle entre un simple engouement et l'amour véritable.
            Il décrit les nouvelles sensations qu'il éprouve sans se livrer à une analyse approfondie.
            Il fait une demande en mariage.
            Il éprouve de la jalousie à l'égard de X et de Z.
            Il décrit les tourments qu'il endure à la seule pensée d'un refus.
Afficher l'image d'origine            Il présente ses salutations au papa et à la maman.
            Il se renseigne avec délicatesse et prudence sur la dot...
            Tout cela en 50 lignes au plus.
            4 - Conditions sine qua non : L'auteur doit faire la preuve de qualités littéraires, de décence, de tendresse, d'espièglerie et de poésie. Les lamentations, le pseudo-classicisme et les mauvais vers ne sont pas admis.
            Voilà tout.
            Les juges seront " des dames ".

                                                                                                   Tchekhov
                                                                                                         ( in Nouvelles )







mardi 26 janvier 2016

Anecdotes et Réflexions d'hier pour aujourd'hui 51 Samuel Pepys ( journal Angleterre )

Afficher l'image d'origine
unartanglais.com

                                                                                                   16/17/18/19 juillet 1661

            Nous avons occupé ces quatre derniers jours à mettre de l'ordre dans les affaires. Donner à ferme la récolte sur pied. Nous nous sommes entendus avec Stankes pour qu'il dirige nos affaires en notre absence. Nous fûmes très heureux d'avoir fait de lui notre régisseur, d'être allés à Oxford et Stirtloe et d'avoir parcouru nos terres en tous sens, le soir de nous être promenés à pied dans nos champs en causant, mon père et moi. Mr Moore, que j'avais consulté, me fit savoir de Londres que le testament ne pouvait être invalidé car les trois témoins étaient tous légataires. L'avocat Bernard est, me dit-on, de retour à la campagne
Souper et au lit.
            Ma tante continue à faire ses vilains tours par-derrière que nous rapportent chaque jour Jane Perkin, qui nous est très précieuse, et la servante.


                                                                                                             20 juillet
                                                                                                                       jasper
            Montai ce matin à Huntingdon rendre visite à Robert Bernard. Rencontrai Robert Trice. Bernard nous convia à nous asseoir et à entamer une discussion franche. Je sortis donc le testament et nous parlâmes autant que je pouvais le souhaiter, mais ne pûmes arriver à aucune conclusion en l'absence de Tom Trice. Je parlai ensuite avec Bernard de l'argent que nous doit Pigott aux termes de la cession de propriété, soit 164 livres. Il me dit qu'il craint fort que cette somme ne soit due à l'héritier légitime, ce qui m'est un autre crève-coeur.
            Restai dîner avec Bernard et sa femme, Mrs Digby, une femme très bien.   berryprovince.com
Afficher l'image d'origine            Après dîner, passai l'après-midi, partie avec Mr Phillips, partie avec le Dr Simcotes, Mr Vinter, Robert Ethell et beaucoup d'autres amis, et enfin avec Mr Davenport, Phillips, Jasper Trice et quelques autres en face de la Couronne. Nous bûmes de la bière et nous divertîmes jusqu'à 9 heures du soir. Je rentrai à la maison et apprends que Tom Trice et mon père se sont rendus à la taverne de la mère Gorham. Je les retrouve ainsi que Jasper Trice et Mr Greenes. Nous discutâmes calmement sans toutefois parvenir à une décision.
            Retour à la maison et au lit. Ma main droite guérie, qui avait été fort enflée à la suite d'une piqûre.                                                          


                                                                                                                   21 juillet
                                                                                                    jour du Seigneur

            A la maison toute la matinée à mettre de l'ordre dans mes papiers et à diverses autres tâches, en prévision de mon départ demain. Fîmes un bon dîner avec Stankes et sa femme. Retour à mes affaires l'après-midi. Le soir vinrent les deux Trice, Mr Greene et Mr Phillips, et la discussion s'engagea. Nous finîmes par arriver à une sorte d'accord selon lequel, moyennant 10 livres que nous donnerons à ma tante, elle devra libérer la maison. Pour le reste nous nous en remettons à la loi, ce qui nous agrée tous. Nous nous séparâmes donc fort satisfaits.
            Vinrent ensuite Mr Barnwell et John Bowles qui soupèrent avec nous et partirent tout de suite après. Pris congé d'eux et rangeai au mieux les affaires pour demain, puis allai me coucher.
            Le père William Luffe est venu ici cet après-midi et nous a versé 20 livres qu'il nous devait et je lui remis en main propre, devant Mr Phillips, Robert Barnwell et Mr Pigott, l'acte par lequel mon oncle me cède Stirtloe. Il reconnut devant eux que mon oncle lui avait remis ce document de son vivant.


                                                                                                                     22 juillet
meillandrichardier.com
Afficher l'image d'origine            Levé dès 3 heures et parti dès 4 heures pour Londres. Mais la journée se révéla très froide et comme je n'avais dans mes bottes que des chaussettes de fil, je dus acheter une paire de grosse laine à Bigglesworth et les mettre. Ainsi par étapes jusqu'à Hartfield où j'arrivai avant midi. Je fis un excellent dîner avec l'hôtesse de l'auberge de milord Sallysbury, ensuite, malgré ma fatigue, j'allai seul à pied à la vigne redevenu un fort bel endroit. Au retour je rencontrai Mr Looker, le jardinier de milord, ami de Mr Edlin, qui me fit visiter la maison, la chapelle où sont accrochés de magnifiques tableaux, et surtout les jardins, comme je n'en ai jamais vus de ma vie, ni de si belles fleurs, de si grands groseilliers à maquereaux avec des fruits aussi gros que des noix de muscade.
            Retour à l'auberge où je bus un verre avec lui, puis me remis en selle, ralliai Londres tant bien que mal et laissai le cheval à Smithfield, m'arrêtai chez mon oncle Fenner, ma mère, milady, puis chez moi. Les choses me parurent partout aussi bien que possible. Recru de fatigue, au lit.


                                                                                                                    23 juillet 1661

            Mis mes vêtements de deuil, fis visite à sir William Penn et Batten, puis à Westminster où je causai un bon moment avec Mrs Mitchell dans la Grand-Salle. L'après-midi, me sentant incapable de travailler, j'allai au Théâtre où je vis Brennoralt, que je n'avais encore jamais vu. Me sembla une bonne pièce, mais mal jouée. J'étais, néanmoins, assis en face de Mrs Palmer, la maîtresse du roi, et la contemplai tout mon saoul, avec un plaisir extrême. Ensuite chez mon père où je rencontrai, à ma demande, mon oncle Thomas et parlai avec lui du testament de mon oncle, en l'éclairant du mieux que je pus, puis allai chez mon oncle Wight, qui est sorti, mais je rencontrai ma tante, et restai un moment. Retour chez moi, et au lit. Contrarié d'apprendre que Pall est devenu fière et paresseuse, au point que j'ai décidé de ne pas la garder.


                                                                                                                      24 juillet
                                                                                                                                  data.abuledu.org 
Afficher l'image d'origine            Ce matin au lit, ma femme me dit qu'on nous a volé notre chope en argent. Fus tourmenté toute la journée à l'idée que mes gens aient pu commettre la négligence de laisser la porte ouverte.
            Ma femme et moi par le fleuve à Whitehall où je la laisse à ses affaires, et moi chez mon cousin Thomas Pepys avec qui j'eus une longue discussion sur l'affaire du testament de mon oncle qui nous occupe. Il ne peut me donner aucune précision sur les biens de mon oncle, mais me dit que, d'une façon générale, à son avis, celui-ci n'a laissé que peu d'argent, un peu plus toutefois que nous n'en avons trouvé, soit environ 500 livres.
            Arrive par hasard sir George Lane qui avait vu sur la porte que la maison était à louer. Nous en fîmes une visite détaillée. C'est vraiment une fort jolie maison. Ils se mirent d'accord sur les termes, soit : 400 livres de bail et 46 livres de loyer par an dont j'assurerai la rédaction. Ensuite à la Garde-Robe, mais arrivai trop tard et mangeai avec les domestiques. Puis chez milady qui a pour ma femme et moi la plus grande prévenance, à mon grand contentement.
            Retour chez moi par le fleuve et au bureau tout l'après-midi, où je prends à nouveau grand plaisir, parler avec des personnes de qualité et avoir la haute main sur les affaires. Je leur dis que les biens dont j'héritais se montaient à 200 livres de terres, outre l'argent, car je voulais me faire valoir auprès d'eux.
            Le soir à la maison et au lit après avoir mis au net le journal de mon voyage....
            J'apprends cet après-midi que mon valet Will s'est fait voler son manteau au moment où on volait ma chope, ce qui me réjouit fort.


                                                                                                              25 juillet 1661

            Ce matin arrive de Brampton mon coffre rempli de papiers, tous les papiers de mon oncle, de quoi m'occuper maintenant. A midi je me rendis à la Bourse, rencontrai mon oncle Wight et le trouvai si mécontent de mon père ( a-t-i gardé sur le coeur de ne pas avoir été informé ou de n'avoir rien reçu  ? je ne sais ) que j'en fus for chagriné et ne m'attardai pas à lui parler.
            Allai chez ma mère où je trouve ma femme, ma tante Bell et Mrs Ramsay. Et belle matière à caqueter pour les vieilles, surtout ma mère qui pense que lui est tombé en héritage Dieu sait quoi ! ce qui m'exaspère au plus au haut point, mais ce n'était pas le moment de lui en parler. Je partis donc avec Mr Moore et nous allâmes au Théâtre voir Les Gais Compères ( première fois que je voyais cette pièce ), elle vaut tout ce que j'ai jamais vu pour la gaieté.....  Après quoi retour chez moi où j'écrivis à mon père , puis au lit. Tourmenté à la pensée de tout ce que nous devrons subir comme tracas avant de savoir ce qu'il nous restera de nos espérances.


                                                                                                                      26 juillet
                                                                                                                  
Résultat de recherche d'images pour "societe anglaise 18è siècle"            A la maison toute la matinée. A la promenade rencontrai Mr Hill de Cambridge, dans la venelle de la Tête du Pape, en compagnie de dames. Il nous emmena dans une taverne proche et nous offrit du vin.Très soucieux de paraître au fait des affaires de l'Etat, il me dit que la situation de l'Église en Angleterre est, depuis hier, complètement bouleversée. En effet, le roi serait désormais obligé d'accorder sa faveur aux presbytériens sous peine de voir la Cité le lâcher. Mais je n'accorde aucun crédit à ce qu'il dit, même si, renseignement pris j'apprends que règne dans les affaires du Parlement le plus grand désordre.
            Retour chez moi à midi, trouve Mr Moore et allons dîner à une table d'hôte. Nous lûmes ensemble le testament de mon oncle et il me dit ce qu'il en pensait. Plus je vais plus je découvre de raisons d'en attendre des ennuis.
            Retour au bureau tout l'après-midi, puis chez moi toute la soirée.
            Ayant pris au début de la semaine la résolution de ne pas boire de vin cette semaine, car je m'aperçois que le vin me rend impropre au travail, et l'ayant enfreinte contre ma volonté aujourd'hui, j'en suis fort chagriné, mais espère que Dieu me pardonnera.


                                                                                                               27 juillet

            A Westminster. Dans les appartements de Mr Montagu. J"entendis un Français, ami de Mr d'Esquier, jouer admirablement de la guitare, mais cet instrument me paraît au mieux n'être qu'un amusement
Puis dans la Grand-Salle de Westminster où l'on pensait que le Parlement fût prolongé de deux ou trois mois. Mais quelque raison fait reporter cette mesure d'un jour ou deux. Dans le vestibule parlai avec Mr George Montagu et discutâmes du choix d'un bateau pour le voyage de milord Hinchingbrooke et des autres jeunes gentilshommes en France. Nous résolûmes de les faire partir de Rye dans un bateau de location et non dans un vaisseau de guerre. Au cours de la conversation il me dit que milord le chancelier était fort envié et que de nombreuses personnes de haut rang, tels que le duc de Buckingham et milord de Bristol, tentaient de lui nuire en sous-main, qu'il pense qu'ils n'y parviendront pas, car le roi, qui pourtant ne l'apprécie pas comme compagnon, au rebours de ces jeune galants qui peuvent partager ses plaisirs, ne saurait toutefois se passer de ses conseils politiques et de ses services.
Afficher l'image d'origine            Puis à la Garde-Robe où ma femme me rejoignit, car c'était l'anniversaire de milord Sandwich. Beaucoup d'amis, Mr Townshend et sa femme, la femme du capitaine Ferrer et le capitaine Isham, étaient là. Nous nous divertîmes fort et mangeâmes un bon pâté de venaison. Également avec nous Mr Pargiter, le négociant.........
            ....... Ma femme et moi prîmes une voiture pour rentrer. Après avoir écrit une lettre à mon père à Brampton, le pauvre homme y est tout seul et n'ai pas reçu de ses nouvelles depuis que je l'ai quitté, ce qui m'inquiète. Au lit.


musicarius.com                                                                                                                 28 juillet
                                                                                               jour du Seigneur

            Ce matin, alors que ma femme et moi partions pour l'église, vint Mrs Ramsey, nous l'entraînâmes avec nous à l'église......
            Derechef à l'église l'après-midi......De retour je restai faire mes comptes à la maison........
            Ce soir ma femme me donne tout mon linge, que je range et entends maintenant garder moi-même.
            Souper et au lit.


                                                                                                                   29 juillet

            Ce matin nous reprenons nos réunions matinales au bureau...... Nous nous réunîmes et expédiâmes les affaires. Rentrai dîner, mon frère Tom mangea avec moi. Nous eûmes ensuite une longue conversation seuls dans mon cabinet. Il apparaît qu'à moins que mon père ne renonce à vendre sa maison de Londres à son propre profit et ne la lui cède, Tom n'a aucune envie d'établir ailleurs son commerce. Je ne sais que faire de lui.
             J'allai ensuite chez ma mère à qui j'appris que les choses ne répondaient pas à nos espérances. Ce qui est vrai, mais je lui dis cela pour l'engager à renoncer aux dépenses dans lesquelles je la vois ces derniers temps se jeter sans mesure comptant sur ce que nous a laissé mon oncle pour les acquitter, ce qui me tracasse fort. Alors que je me trouvais là arrive la nouvelle que ma tante Fenner est extrêmement mal et que l'on demande à ma mère de se rendre auprès d'elle immédiatement. Mon cousin Charles Glascock ; lui-même fort malade, est aujourd'hui parti pour la province auprès de son frère John Glascock mourant.
              Retour à la maison.


                                                                                                                          30 juillet
                                                                                                                            pinterest.com
Afficher l'image d'origine            Après ma leçon ce matin, avec mon maître à chanter, je me rendis à Whitehall et dans la Grand-Salle de Westminster, où j'apprends que l'on s'attend à ce que le roi vienne proroger le Parlement.
            Je constate qu'un violent différend oppose les deux Chambres, les Lords revendiquant le droit d'être exemptés de perquisition à domicile. Ils ont rejeté pour cette raison le projet de loi des Communes autorisant les perquisitions pour la recherche des pamphlets et livres séditieux.
            Puis par le fleuve à la Garde-Robe. Rencontrai sur la Tamise le roi qui allait en canot proroger le Parlement. Dînai avec milady et rencontrai le Dr Thomas Pepys qui me paraît sot et bavard, mais d'un fort bon naturel.
            A la maison et au bureau où nous tînmes réunion cet après-midi sur l'affaire de Tanger. Puis retour chez moi où je trouvai Mr Moore et allai avec lui à pied à la Cité où nous nous séparâmes. Me rendis à Fleet Street pour me renseigner sur le début des Assises à Cambridge et à Huntingdon, afin d'y rencontrer Roger Pepys pour lui demander conseil.
            Dans Fleet Street rencontrai Mr Salsbury qui, en moins de deux ans est devenu un si grand miniaturiste qu'il fait des choses excellentes, qui lui rapportent beaucoup d'argent. Je l'emmenai aux Colonnes d'Hercule, où Mr Whore vint le trouver. C'est un homme fort habile et je restai un long moment à parler avec eux. Retour chez moi où j'écrivis des lettres jusque tard le soir à milord et à mon père, puis au lit


                                                                                                                        31 juillet

            Le maître à chanter venu me voir ce matin, puis au bureau toute la matinée. L'après-midi j'allai au Théâtre où je vis Le Dompteur dompté, bien joué. Puis rentrai chez moi où je préparai le voyage que je dois faire demain à Walthamstow.
            Ce soir j'ai été obligé d'emprunter 40 livres à sir William Batten.


                                                                                       à suivre
                                                                                                .... 1er août 1661

            Ce matin, les....../
         


         

samedi 23 janvier 2016

Le Sylphe Le vin perdu La fausse morte Paul Valery ( poèmes France )

Afficher l'image d'origine
tpeparfum2011.emonsite.com

                                            Le Sylphe

                 Ni vu ni connu
                 Je suis le parfum
                 Vivant et défunt
                 Dans le vent venu !    
                                                                                                                          mcl.blogs.marieclaireidees.com  
Afficher l'image d'origine                 Ni vu ni connu,   
                 Hasard ou génie ?                                                                                                A peine venu       
                 La tâche est finie !

                 Ni lu ni compris ?
                 Aux meilleurs esprits
                 Que d'erreurs promises !

                  Ni vu ni connu,                                                                                
                  Le temps d'un sein nu                                                                  
                  Entre deux chemises !


                                                             ***************

Résultat de recherche d'images pour "ocean"
colorfull.bigbang.com

                                              Le vin perdu

            J'ai, quelque jour, dans l'Océan,
            ( Mais je ne sais plus sous quels cieux )
            Jeté, comme offrande au néant,
            Tout un peu de vin précieux...

            Qui voulut ta perte, ô liqueur ?
            J'obéis peut-être au devin ?
            Peut-être au souci de mon coeur,                                                     terresacree.org
Afficher l'image d'origine            Songeant au sang, versant le vin ?

            Sa transparence accoutumée
            Après une rose fumée
            Reprit aussi pure la mer...

            Perdu ce vin, ivres les ondes !...
            J'ai vu bondir dans l'air amer
            Les figures les plus profondes...


                                                                       ************
pierre.chabardes.free.fr
Afficher l'image d'origine
                                                    La fausse morte

            Humblement, tendrement, sur le tombeau charmant,
                         Sur l'insensible monument,
            Que d'ombres, d'abandons, et d'amour prodiguée,
                          Forme ta grâce fatiguée,
            Je meurs, je meurs sur toi, je tombe et je m'abats,

            Mais à peine abattu sur le sépulcre bas,
            Dont la close étendue aux cendres me convie,
            Cette morte apparente, en qui revient la vie,
            Fremit, rouvre les yeux, m'illumine et me mord,
            Et m'arrache toujours une nouvelle mort
                           Plus précieuse que la vie.



                                                                                           Paul Valery
                                                                                       ( in Charmes )
                         


           

jeudi 21 janvier 2016

Chanson Guillaume Apollinaire ( Poème France )

Afficher l'image d'origine                                                                  youtube.com
Afficher l'image d'originela-haute-saone.com                                                                                                                                  

                                   Chanson 
                                          
            Les myrtilles sont pour la dame
                         Qui n'est pas là
            La marjolaine est pour mon âme
                         Tralala !
            Le chèvrefeuille est pour la belle
Afficher l'image d'origine                          Irrésolue.
            Quand cueillerons-nous les airelles                                              
                          Lanturlu.                                                                      
            Mais laissons pousser sur la tombe,                                            
                          O folle ! O fou 
            Le romarin en touffes sombres
                          Laïtou !


                                        Guillaume Apollinaire                                                                    Trois poèmes de Louise Lalanne " Le Présent "                                                                                                            
                                                                                                                                   fr123rf.com

                                                                                                                        

dimanche 17 janvier 2016

Anecdotes et Réflexions d'hier pour aujourd'hui 50 Samuel Pepys ( Journal Angleterre )

Afficher l'image d'origine

                                                                                                               1er juillet 1661
                                                                                                            lundi

            Ce matin j'ai parcouru la Cité en tous sens pour mes achats, comme je l'ai fait récemment pour ma maison, entre autres une belle commode pour ma chambre et une robe de chambre en indienne pour moi. Le premièr me coûta 33 shillings, le second 34. Retour à la maison où je dînai en compagnie de Mr Goodgroome, mon maître de chant, puis à notre chant. Ensuite au bureau et retour chez moi.


                                                                                                                2 juillet

            Dans la Grand-Salle de Westminster où je me promenai de long en large. Les tribunaux étaient en session. Parlai avec plusieurs personnes, entre autres mon cousin Roger Pepys qui se rendait au Parlement et me demanda si j'avais des nouvelles de mon père depuis son départ pour Brampton. J'en avais reçu hier, il m'acrit que mon oncle a des accès de stupeur, comme un homme ivre, et qu'il est parfois incapable de dire un mot.
            Chez moi et, après ma leçon de chant, allai en voiture à l'Opéra de sir William Davenant, quatrième jour qu'on le donnait et première fois que je le voyais. On donnait aujourd'hui le second acte du Siège de Rhodes. Nous attendîmes longtemps l'arrivée du roi et de la reine de Bohême. Une planche s'est rompue au-dessus de nous il tomba donc force poussière dans le décolleté de ces dames et sur les cheveux des messieurs, ce qui divertit fort la compagnie. Le roi arriva et on ouvrit les panneaux de scène. Très beaux décors en vérité, somptueux et bons acteurs, sauf l'eunuque, si mauvais qu'il dût quitter la scène sous les sifflets.
            Retour chez moi. J'écrivis des lettres à milord en service à la mer, puis au lit.


                                                                                                                   3 juillet
proantic.com
Afficher l'image d'origine            A Westminster voir Mr Edward Montagu pour les affaires de milord, puis à la Garde-Robe où dîner avec milady qui porte le demi-deuil de son frère, Mr Samuel Crew mort hier d'une fièvre éruptive. Retour chez moi par Duck Lane pour me renseigner sur les livres espagnols, mais je n'en trouvai aucun à mon goût. Au bureau ensuite, chez sir William Batten avec le contrôleur de la Marine. Nous restâmes tard à deviser et disputer avec Mr Mills, le pasteur de notre paroisse. Aujourd'hui milady Batten et ma femme assistèrent aux funérailles d'un fille de sir John Lawson et reçurent des anneaux pour elles et leurs maris. Retour chez moi et au lit.


                                                                                                                        4 juillet 1661

            Chez moi toute la matinée. L'après-midi au théâtre où je vis Caracilla, pour la première fois, bien jouée. Mais ça fait drôle de voir cette salle autrefois si pleine, vide maintenant depuis les débuts de l'opéra. La situation va se prolonger quelque temps à mon avis. Je m'arrêtai chez mon père où j'apprends que mon oncle Robert continue à avoir chaque jour des accès de stupeur, 10 à 12 heures de suite.
            De là à la Bourse le soir, puis allai avec mon oncle Wight à la Mitre. Fort joyeux, mais il a très mal pris que mon père ait dernièrement quitté Londres pour Brampton, sans l'aviser. J'essayai, en vain, de le faire revenir à de meilleurs sentiments.
            Mr Battersby, l'apothicaire, qui était là, me dit que mon oncle souffrait autrefois d'hémorroïdes, ce qui est vrai je crois, qu'elles étaient maintenant calmées, et qu'il parierait sa tête qu'il serait définitivement guéri si on le saignait par-derrière avec des sangsues. Mais je suis bien décidé à ne pas me mêler de cela.
            Chez moi, et au lit.


                                                                                                                      5 juillet

            Chez moi et l'après-midi au bureau. De là nous nous rendîmes tous chez sir William Batten où nous fut servi un pâté de venaison et fûmes fort gais. Le soir, chez moi et au lit.


                                                                                                                       6 juillet
                                                                                                                            ralentirtravaux.com
Afficher l'image d'origine            Réveillé ce matin par un messager venu m'apporter la nouvelle de la mort de mon oncle Robert, survenue hier. Je me levai donc, chagriné à certains égards, heureux à d'autres, car j'ai des espérances. Je me préparai et allai prévenir mon oncle Wight, milady et quelques autres. M'achetai une paire de bottes dans le quartier de St Martin et m'équipai. Puis à la maison de poste et pris la route vers 11 heures ou midi, accompagné du messager qui était venu me prévenir. Nous fîmes le voyage à cheval et arrivâmes sans encombre vers 9 heures à Brampton, où je trouvai mon père en bonne santé. Le corps de mon oncle dans un cercueil, posé sur des tabourets dans la cheminée de la grand-salle. Mais, comme il commençait à sentir, j'ordonnai qu'on le sortît dans la cour pour la nuit, avec deux hommes pour le veiller. Je trouve ma tante dans un état si épouvantable que je fus malade de la voir. Mon père et moi dormîmes cette nuit dans le même lit. Je brûlai de voir le testament, mais ne demandai à le voir que le lendemain.

   
                                                                                                                      7 juillet
                                                                                                   Jour du Seigneur
            Ce matin mon père et moi fîmes un tour dans le jardin et lûmes le testament. Bien qu'il ne me donne rien pour l'instant, avant la mort de mon père, ou du moins fort peu de choses, je suis toutefois heureux de voir qu'il nous a tous si bien traités, ainsi que le reste de sa famille. Nous nous occupâmes ensuite à préparer ce qu'il fallait, comme des rubans et des gants, pour les funérailles. Elles eurent lieu l'après-midi, comme c'était dimanche il arriva du monde de partout, de loin, de près, dans un désordre comme je n'en avais jamais vu. Nous leur servîmes, vaille que vaille, ce que nous avions de vin et d'autres choses, puis portâmes le corps à l'église où Mr Taylor dit l'office et Mr Turner prononça l'oraison funèbre, ne disant que peu de choses sur lui, sinon qu'il était bien connu pour son honnêteté et que celle-ci parlait d'elle-même, mieux qu'il ne pourrait dire. Fit ainsi une fort bonne oraison.
            A la maison avec une partie de la compagnie qui resta souper, et tout étant calme le soir, au lit.


                                                                                                         8-9-10-11-12-13 juillet
akajose.blog.lemonde.fr
Afficher l'image d'origine            Je me mis ua travail avec mon père pour examiner les papiers et les vêtements de mon oncle. Passâmes toute la semaine à ce travail, fort contrariés par les accès d'humeur méchante et acariâtre de ma tante. Nous apprîmes que Tom Trice formait opposition contre nous, au nom de sa mère, à qui mon oncle n'a rien laissé, et pour de bonnes raisons qu'il expose dans son testament. Cela aussi nous contrarie. Mais ce qui nous chagrine le plus, c'est de découvrir que ses biens ne sont pas, à beaucoup près, ce que nous espérions et ce que tout le monde pense, ni ses papiers dans l'ordre où j'eusse aimé les trouver, mais dans une confusion extrême, et je m'use la cervelle à essayer d'y voir clair. Nous ne pûmes pas plus retrouver les titres de cession de ses terres en tenue censitaire, sans quoi celles-ci ne pourraient nous revenir, mais iraient à l'héritier légitime. Tout cela joint à la piètre qualité de la boisson, à la nourriture que je trouve mauvaise, aux piqûres de moustiques la nuit, à la déception de n'avoir pu rentrer chez moi cette semaine, avec en plus le tracas d'avoir à mettre de l'ordre dans tous ces papiers. Toutes ces contrariétés me font presque perdre la tête. Mais je n'en fais paraître que plus de contentement pour ne pas inquiéter mon père.
            A la fin de la semaine, Mr Phillips vint de Londres. Nous lui demandâmes son avis et reçûmes de lui les meilleurs conseils qu'il pût nous donner. Pourtant, malgré tout cela, nous n'avions pas l'esprit serein.


                                                                                                                             14 juillet 1661
                                                                                                             Jour du Seigneur
            A la maison, avec Robert Barnwell et dîner. Le soir, mon père et moi nous nous promenâmes à Portholme, et allâmes voir tous les champs, ce qui fut fort agréable. Puis à Hinchingbrooke où règne maintenant la saleté du fait des travaux entrepris par milord, et qui en feront une splendeur. Retout à Brampton, souper et au lit.


                                                                                                                         15 juillet
lanouvellerepublique.fr
Résultat de recherche d'images pour "heritage"            Levé à 3 heures ce matin et à cheval pour Cambridge où j'arrivai vers 7 heures. Après m'être fait faire la barbe, je me rendis à Christ College, trouvai mon frère encore au lit à 8 heures, ce qui me fâcha. Puis à la chapelle de King's College où je trouve des étudiants en surplis à l'office, et l'orgue qui jouait, spectacle étrange, si l'on pense à ce qui se faisait ici de mon temps. Puis avec le Dr Fairbrotheur que je rencontrai, à la taverne de la Rose. Commandai du vin, et rencontrai là, par bonheur, Mr Turner de notre bureau. Fis chercher sa femme et fûmes fort joyeux. Ils étaient venus installer leur fils ici. J'invitai également Mr Sankey de Magdalene. En sa compagnie et celle d'autres messieurs de ses amis, prîmes beaucoup de plaisir, et je les régalai de mon mieux. A midi repartis à cheval, après avoir pris congé de mon cousin Angier, et me rendis à Impington, où je trouve mon oncle qui vit tout seul en homme retiré du monde. Il voit à peine, mais encore très solide pour tout le reste. Puis avec lui et le Dr John Pepys, je leur fis lecture complète du testament et leur demandai leur avis. Ils le jugèrent, comme moi, satisfaisant pour l'essentiel, et me conseillèrent pour le reste.
            Ayant fini ce que j'avais à faire, j'allai à cheval, à grand-peine, jusqu'à Graveley, pour savoir si mon oncle n'avait pas laissé à quelque tenancier de l'endroit l'acte de cession de ses biens, mais n'en trouve nulle trace, ce qui me tracasse beaucoup. Je m'en retournai donc le coeur lourd à Brampton, mais présentai à mon père une mine aussi réjouie que je pus. Au lit.


                                                                                              ( à suivre.....)
                                                                                           16......... juillet 1661
            Nous avon occupé......


                                     


     

                                                                                                                     
         
            

mercredi 13 janvier 2016

Dictionnaire déglingué Sonia Rykiel ( Document France )

Dictionnaire déglingué

                                                 Dictionnaire déglingué

            Un livre de mots sans phrases, un dictionnaire. Il aurait dû commencer par
            - Tricot, c'est mon destin, écrit-elle.
            Et pour continuer le portrait
            - Rousse, accepter le deal.
            70 croquis signés Rykiel. Le mien pour tout dire,
             - Marin, le costume marin est le plus sophistiqué, le plus drôle, le plus juste des vêtements d'hommes pour les femmes.
             Émaillé de pensées d'auteurs
             - Public, " Ce que le public te reproche, cultive-le, c'est toi, Jean Cocteau ", "
             - Génie, " Un homme est génie quand il peut aimer une chose et s'en moquer, Friedrich Nietzsche ".
             - Regard, " C'était bon. Elle avait le bleu regard,... qui ment " Arthur Rimbaud
             Quelques définitions
              - Femme-Robe, Comédienne, superbe, elle s'empare de sa robe comme si c'était sa vie.
               Belle - Elle était belle de la beauté des gens qui mentent mal.
               Folie - Je suis à moitié folle, mais c'est avec l'autre moitié de moi-même que j'ai des problèmes.
               Inquiétude - Bien sûr, l'inquiétude, c'est aussi un moment terrible, dur.  Je me suis sentie obligée de faire une mousse au chocolat.
               Mot - Ecris, l'écriture t'appartient, ne te cache....... je pense à ce qu'ils vont devenir les mots.                        Sonia Rykiel debuta avec un tricot et des coutures à l'extérieur. La marque connue et reconnue, elle le raconte dans ce dictionnaire sans discipline, heureux.

samedi 9 janvier 2016

Correspondance Proust Robert de Billy - Reynaldo Hahn( lettres France )

Afficher l'image d'origine
bebloom.com


                                                               A Robert de Billy
     
                                                                                                      Printemps  1909 ?
                                                                                     ( in Collection K
            Mon cher Robert
         Je ne sais ce que vous devez penser de moi de ne pas avoir encore répondu à votre lettre délicieuse avec cette fleur de sentiments si rare chez vous                              Et plus qu'
comme la rose d'Aubigné. Mais une fatalité, qui est précisément celle de l'Éducation Sentimentale et qui fait que mêlés l'un et l'autre à tant de vies balzaciennes la nôtre se contente ( Dieu merci ! ) d'être plutôt flaubertiste, a fait que j'attendais pour vous dire l'émotion que m'avaient causée vos pages de pouvoir vous annoncer que le petit instrument était en lieu sûr. Or il m'arrivait enfin mais d'un modèle extrêmement savant, muni de deux bourses d'un prix exorbitant pour la mienne, d'une forêt de poils, etc. Ce réalisme répugnant et dispendieux ne m'a pas semblé faire l'affaire. N'était-ce pas plutôt un plus idéaliste succédané que voulait la Veuve de l'homme de Dieu. La forme grossièrement imitée elle saurait mieux l'imaginer elle-même dans le plaisir offert par un instrument plus élémentaire et meilleur marché qui prétendrait plutôt à suppléer, voire à imaginer, qu'à décrire. Bref j'ai renvoyé cette pièce d'anatomie. Et l'autre, le simple, toujours annoncé qui me fit envoyer à sa recherche de jeunes cohortes dans des lieux trop bien faits pour elles, je ne l'ai pas encore reçu. Comme il eût été plus expéditif de m'offrir moi-même. " On ne bande pas tous les jours " comme me disait le duc de Castries, mais enfin j'aurais pu changer parfois les tristes vigiles de celle qu'un conte de La Fontaine avait fait soeur de charité, et dont votre poétique, habile aux transpositions nécessitées par les coutumes luthériennes, a fait la veuve d'un pasteur. J'ose espérer enfin que je lui ferai parvenir le " Bonheur des Dames " avant que vous ayez reçu ce poulet.
Afficher l'image d'origine
            La vraie raison est que j'ai été très mal ces temps-ci, mon petit Robert, vous savez, par l'exemple de votre beau-père, ce que sont ces alternatives de mieux apparent, de mieux... pour la gloire, et de rechutes chaque fois plus profondes.
            Dîtes-moi donc une fois, à tout hasard, le nom exact et l'adresse du Docteur Tessier ( mais sans lui en parler ). Que faites-vous cet été ?
            Tout à vous


                                                                                     Marcel


                                                            ¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

                                                          A Reynaldo Hahn

Afficher l'image d'origine                                                                     Le 17 ou 18 juillet 1909
                                                                                    ( in collection Kolb )
            Bonjour, Metmata.
            Bunibuls comme rien n'est plus commode et " à proximité " comme bibliothèque qu'un lit quand on ne se lève pas, je relis tout le temps " faute d'autre chose " ( non, buncht, par prédilection ) vos divins articles dont l'esprit m'enivre, la rosserie me donne des transes, et le talent une jalousie infinie mais sans aigreur.
            Buncht, étranges relations cette semaine avec " l'Elisabeth ". Je reçois l'autre jour sous une même enveloppe deux lettres. L'une du secrétaire de la dite me disant que " Madame la Comtesse a la plus profonde admiration  pour mon talent (!) et que si j'écrivais quelques lignes sur Bagatelle, les personnes qui pensent m'en auraient gré etc. L'autre lettre de l'El... me disant.que.... la même chose et d'écrire quelques lignes comme je le sens c'est-à-dire exquisement poétiques. Peu habitué aux éloges même intéressés je vous redis ceci tout au long en ajoutant même un peu. Là-dessus refus navré de moi, mais ma santé, ai refusé à d'autres personnes etc..Que croyez-vous que fait l'E. Qu'elle insiste ? Nullement. Elle comprend mes raisons et m'envoie... une vigne, une magnifique vigne d'où pendent des raisins à flots. Et me dit que si je suis encore souffrant ces jours-ci elle viendra me voir quand je voudrai que je lui dise heure et jour " espérant vous trouver à la hauteur de votre vaillance " (?) - La lettre était fort littéraire avec des mots tels que "symbole parlant ". Mais parlant de la vigne elle disait " acceptez là " avec un accent grave qui m'a paru surtout grave pour elle et qui est lui aussi " un symbole parlant "... Quant à la vigne comme ici bas les plus belles choses ont le pire destin comme dit à peu près Malherbe, je l'envoie à Marie Nordlinger. Il est probable qu'elle croirait qu'une carte postale a plus de valeur. Je voulais y joindre quelques roses pour mettre le vers de Gérard " Le pampre à la rose s'allie " mais j'ai réfléchi que celui de Mallarmé
Afficher l'image d'origine               Quand des raisins j'ai sucé la clarté                                            *
ferait autant d'effet et serait plus économique puisqu'il ne nécessite pas de roses, et que les raisins y sont.

            Genstil
            Je crains que mon roman sur le vielch Sainte-Veuve
            Ne soit pas, entre nous, très goûté chez la Beuve
Mais tant pis. Genstil vous allez me renvoyer cette lettre et n'en dire mot à qui que ce soit. J'ai beaucoup de sympathie pour l'E ( moins que pour Metmata ) de plus elle a été fort gentille et cela me ferait beaucoup de peine s'il lui revenait que j'ai fait ces plaisanteries d'autant plus que je l'ai remerciée avec prosternation. Or la Winaretta trouverait cette histoire sur " la vigne " tout à fait dans sa voix et la répéterait, la nouvelle marquise de Ripon à qui j'ai envoyé des livres mais je ne lui écris pas car je ne sais que lui dire, qui déteste l'E et aime Montesquiou maintenant la lui narrerait et dans les cinq minutes l'E serait avertie car Montesquiou maintenant quand quelqu'un laisse échapper un mot contre une autre personne le lui écrit instantanément. Donc mystère, Je m'épanche avec vous comme avec Maman. Mais elle ne racontait rien.
            Je ne ferai plus demander de nouvelles de Madrazo puisqu'il sort. Mais dîtes à votre soeur, à lui et à Coco que je faisais demander chez vous
           
* perso.numericable.fr        
            

samedi 2 janvier 2016

Le rickshaw fantôme Rudyard Kipling 2è suite et fin ( Nouvelle Angletterre )

Afficher l'image d'origine
expertissim.com

                                        Le rickshaw fantôme

            Son petit arabe nerveux s'envola comme un oiseau, suivi de tout près par mon waler, et c'est dans cet ordre que nous galopâmes le long des rochers. En une demi-minute nous étions à moins de cinquante mètres du rickshaw. Je retins mon waler et restai un peu en arrière. Le rickshaw était au beau milieu de la route et, une fois de plus, l'arabe passa au-travers suivi de mon cheval.
            " Jack !  Jack ! mon ami, je vous en prie, pardonnez-moi ! " me retentissait aux oreilles avec un gémissement et, après un silence :
            " Ce n'est rien qu'une méprise ! Une horrible méprise ! "
            J'éperonnai mon cheval comme un possédé. Lorsque je tournai la tête du côté des travaux du Réservoir, les livrées noir et blanc attendaient toujours, attendaient patiemment, sur le gris versant, et le vent m'apporta l'écho moqueur des paroles que je venais d'entendre. Kitty ne se fit pas faute de me plaisanter sur mon silence durant tout le reste de la promenade. J'avais jusqu'alors causé gaiement et au hasard des mots. Pour rien au monde je n'aurais pu ensuite parler avec naturel, et de Sanjowlie à l'église j'observai un silence prudent.
            Je devais ce soir-là dîner avec les Mannering et n'avais que tout juste le temps de galoper jusque chez moi pour m'habiller. Sur la route du Mont Elysium j'entendis par hasard deux hommes qui causaient dans la nuit tombante.
            - C'est une chose curieuse, dit l'un d'eux, que, jusqu'à la moindre trace, tout a disparu. Vous savez que ma femme s'était toquée d'elle. Quant à moi je ne lui ai jamais rien trouvé de particulier. Elle tenait à ce que je récupère son vieux rickshaw et ses coolies à n'importe quel prix.
            J'appelle cela une fantaisie morbide, mais il faut bien faire ce que dit la memsahib. Croiriez-vous que l'homme à qui elle avait loué le rickshaw me raconte que les quatre jhampanies, ils étaient frères, sont morts du choléra sur la route du Hardwar, les pauvres diables, et que le rickshaw a été démoli par le loueur en personne. Il m'a déclaré que jamais il ne voudrait se servir du rickshaw d'une memsahib morte, que cela portait malheur. Étrange idée, n'est-ce pas ? S'imaginer la pauvre Mrs Wessington portant malheur à d'autres qu'à elle-même !                                                                                          expertissim.com
Fixé sous verre représentant un dignitaire. Inde, fin du XIXe siècle            Sur quoi je me pris à rire tout haut, et mon rire me fit mal. Ainsi, il existait, après tout, des fantômes de rickshaws et des fantômes d'emplois dans l'autre monde ! Combien Mrs Wessington payait-elle ses hommes ? Combien de temps les employait-elle ? Où allaient-ils ?
            Et en réponse à ma dernière question voici que la Chose infernale me barrait la route dans le crépuscule. Les morts voyagent vite, prennent des raccourcis inconnus aux coolies ordinaires. Je me pris une seconde fois à rire tout haut, tus soudain mon rire craignant devenir fou. Fou jusqu'à un certain point, je dois l'avoir été, car je me vois encore retenant mon cheval sur le devant du rickshaw et souhaitant poliment le bonsoir à Mrs Wessington. Sa réponse fut de celles que je connaissais trop bien. J'écoutai jusqu'au bout et répondis que j'avais déjà entendu tout cela, mais que j'étais tout oreilles si elle avait encore quelque chose à dire. Je ne sais quel malin démon, plus fort que moi, s'était insinué en moi ce soir-là, car j'ai le vague souvenir d'avoir causé cinq minutes des lieux communs du jour avec cette chose en face de laquelle j'étais.
            - Fou à lier, le pauvre diable, ou ivre. Max, tâchez donc de le faire rentrer.
            Ce n'était sûrement pas la voix de Mrs Wessington ! Les deux hommes m'avaient entendu parler tout seul dans le vide, et étaient revenus sur leurs pas pour veiller sur moi. C'étaient d'excellentes gens, pleins d'attention, et à leurs paroles j'augurai que j'étais on ne peut mieux ivre. Je leur adressai un remerciement confus, et m'éloignai au galop regagner mon hôtel. Je changeai de vêtements et arrivai chez les Mannering dix minutes en retard, prétextai l'obscurité de la nuit, reçus les reproches de Kitty sur ce retard peu conforme à ma condition de fiancé, et m'assis.
            La conversation était déjà devenue générale et, sous son couvert, j'échangeais quelque tendres propos avec ma fiancée, lorsque je m'aperçus qu'à l'autre bout de la table un homme trapu, à favoris rouges, décrivait avec force détails la rencontre que ce soir-là il avait faite, d'un fou.
            Quelques phrases me firent comprendre qu'il racontait l'incident d'il y avait une demi-heure. Au milieu de l'histoire il fit des yeux le tour de la table en quête de bravos, comme font les conteurs professionnels, surprit mon regard et resta bouche bée. Il y eut un moment de silence embarrassant et l'homme aux favoris rouges murmura quelque chose pour expliquer qu'il avait "oublié " le reste, sacrifiant ainsi une réputation de bon conteur édifiée au cours de six saisons. Je le bénis du fond du coeur, et continuai mon poisson.
            Ce dîner, comme tous les dîners, prit fin et avec un légitime regret je m'arrachai de Kitty, tant j'étais certain, comme de ma propre existence, que la Chose en Question m'attendait dehors. L'homme aux favoris rouges qui m'avait été présenté comme le Dr Heatherlegh, de Simla, offrit de m'accompagner jusqu'au point où bifurquaient nos routes respectives. J'acceptai avec reconnaissance.         expertissim.com
Trois estampes représentant des portraits d'acteurs de théâtre. Japon, fin du XIXe siècle            Mon instinct ne m'avait pas trompé. La Chose était là, sur le Mall et, comme pour se rire diaboliquement de nos moeurs et coutumes, portait une lanterne allumée.
            L'homme aux favoris rouges alla tout de suite au fait, et à la façon dont il le fit il était évident qu'il n'avait cessé de penser à cela pendant tout le dîner.
            - Dites donc Pansay, qu'est-ce qui vous a pris ce soir, sur la route d'Elysium ?
            La soudaineté de la question m'arracha une réponse avant que j'y prenne garde.
            - " Cela ", dis-je en désignant la Chose.
            - " Cela ", ce peut être soit le delirium tremens, soit des hallucinations, pour ce que j'en sais. Or, vous ne buvez pas, j'ai pu m'en apercevoir à dîner, ce n'est donc pas le " delirium tremens ". Il n'y a rien du tout, là où vous montrez, quoique vous soyez en nage et trembliez comme un poney pris de peur. Je conclus donc que ce sont des hallucinations. Et c'est mon métier de comprendre tout ce qui concerne cette affaire. Venez jusque chez moi, je demeure sur la route de Blessington.
            A mon grand plaisir le rickshaw, au lieu de nous attendre, se maintint à vingt mètres environ devant nous et cela, soit que nous allions au pas, trottions ou galopions. Au bout de cette longue chevauchée nocturne j'en avais dit à mon compagnon presque autant que je vous en ai dit ici.
            - Allons, vous m'avez gâtez une des meilleures histoires que j'aie jamais eues sur le bout de la langue, dit-il, mais je vous pardonnerai en raison de tout ce par quoi vous êtes passé. Maintenant, rentrons,et faites ce que je vous dirai. Et quand je vous aurai guéri, jeune homme, que ce vous soit une leçon pour vous tenir à l'abri des femmes et des aliments indigestes jusqu'à l'heure de la mort.
            Le rickshaw conservait sa distance devant nous, et mon ami aux favoris rouges semblait tirer grand plaisir de la description que je faisais de ses mouvements.
            - Hallucinations, Pansay, rien qu'hallucinations. Et tout cela, la faute des yeux, du cerveau et de l'estomac. Et le principal, l'estomac. Vous avez le cerveau trop riche, un estomac médiocre et les yeux foncièrement malades. Remettez-vous l'estomac d'aplomb et le reste suivra. Tout cela veut dire que vous avez besoin d'une pilule. C'est moi qui, à partir de cette heure, vais être votre médecin ! Car vous représentez un phénomène trop intéressant pour qu'on le néglige.
            Nous nous trouvions maintenant tout à fait à l'ombre de la route basse de Blessington et le rickshaw s'arrêta brusquement sous un rocher schisteux couvert de pins, pendu au-dessus de nos têtes. Instinctivement je m'arrêtai aussi et donnai les raisons. Heatherlegh laissa échapper un juron.
            - Allons donc, si vous croyez que je vais passer une nuit glaciale sur un versant de colline pour une hallucination qui provient de l'estomac dérangé, du cerveau et des yeux. Bon Dieu ! Qu'est-ce que cela ?
            Une détonation assourdie frappa nos oreilles et devant nous s'éleva un nuage de poussière aveuglante, puis ce fut un craquement, un bruit de branches arrachées, et une dizaine de mètres du versant, pins, broussailles et tout, glissèrent sur la route au-dessous, la bloquant complètement. Les arbres déracinés se balancèrent et chancelèrent un moment dans les ténèbres, comme des géants ivres et tombèrent alors au milieu de leurs camarades avec un fracas de tonnerre. La peur tenait nos deux chevaux immobiles et en nage. Dès que le bruit de la terre et des pierres dégringolant se fut apaisé, mon compagnon murmura :
Afficher l'image d'origine          - Eh bien, dites donc si nous ne nous étions pas arrêtés nous serions à l'heure qu'il est ensevelis sous dix pieds de terre. " There are more things in heaven and earth. " Rentrons, Pansay, et remercions Dieu. J'ai salement besoin de prendre un verre.
            Nous rebroussâmes chemin par la passe de l'Église, et j'arrivai à la maison du Dr Heatherlegh un peu après minuit.
            Ses tentatives pour me guérir commencèrent presque immédiatement, et pendant une semaine il ne me perdit pas de vue. Bien souvent au cours de cette semaine-là je bénis la bonne fortune qui m'avait jeté sur la route du meilleur et du plus aimable médecin de Simla. Chaque jour je retrouvais mon assiette. Chaque jour je devenais aussi plus enclin à me ranger à la théorie de " l'illusion spectrale " de Heatherlegh mettant en cause les yeux, le cerveau et l'estomac. J'écrivis à Kitty pour lui raconter qu'une légère entorse, résultat d'une chute de cheval, me retenait au lit quelques jours, et que je serais guéri avant qu'elle eût le temps de regretter mon absence.
            Le traitement de Heatherlegh était tout ce qu'il y avait de plus simple. Il consistait en quelques pilules, bains d'eau froide et un fort exercice, tout cela à l'arrivée de la nuit ou dès l'aurore car, ainsi qu'il l'observa sagement, " un homme qui a une foulure à la cheville ne fait pas douze milles à pied par jour, et la jeune personne pourrait s'étonner si elle vous rencontrait ".
            A la fin de la semaine, après un examen mûri de la pupille et du pouls, et de strictes injonctions au sujet de la diète et de la marche, Heatherlegh me congédia aussi brusquement qu'il s'était chargé de moi. Voici sa bénédiction d'adieu :
            - Mon garçon, je réponds de votre guérison mentale, et cela revient à dire que je vous ai guéri de la plupart de vos incommodités physiques. Maintenant, décampez d'ici avec armes et bagages le plus tôt que vous pourrez. Et allez-vous-en faire votre cour à Miss Kitty.
            Je voulais lui exprimer mes remerciements pour sa bonté, il m'arrêta :   flickr.com
Afficher l'image d'origine            - Ne croyez pas que j'ai fait cela par amour pour vous. J'infère que vous vous êtes conduit tout du long comme un malotru. Mais vous n'en êtes pas moins un phénomène, et un phénomène tout aussi étrange que vous êtes un malotru. Non ! ( il m'arrêta une seconde fois ) pas une roupie, je vous en conjure. Allez-vous-en voir si votre estomac et votre cerveau, compliqués de vos yeux, sont encore capables de vous faire prendre des vessies pour des lanternes. Je vous en donnerai un lakh de roupies pour autant de fois que cela vous arrivera.
            Une demi-heure plus tard j'étais dans le salon des Mannering en compagnie de Kitty, plongé dans l'ivresse du bonheur présent et dans celle que je ne serais plus jamais troublé par l'horrible présence de ce que vous savez. Fort du sentiment de ma nouvelle sécurité, je proposai aussitôt une promenade à cheval et, de préférence, un petit canter autour du Jakko.
            Je ne m'étais jamais senti si bien, si débordant de vitalité et l'esprit si énergique qu'en cet après-midi du 30 avril. Kitty se montrait ravie de mon changement et m'en complimenta à sa façon délicieusement franche et ouverte. Nous quittâmes ensemble la maison des Mannering, riant et causant, et parcourûmes au petit galop la route de Chota Simla, comme jadis.
            J'avais hâte de rejoindre le Réservoir de Sanjowlie et de m'y assurer plutôt deux fois qu'une que je ne me trompais pas. Les chevaux faisaient de leur mieux, mais malgré cela semblaient trop lents à mon impatience. Kitty était tout étonnée de mon impétuosité.
            - Mais, Jack ! finit-elle par s'écrier, vous vous conduisez comme un enfant. Qu'est-ce que vous faites
            Nous nous trouvions juste au-dessous du couvent, et par pure gaieté de coeur je faisais faire le saut de mouton à mon waler et le forçais à faire des courbettes d'un bord à l'autre de la route en le chatouillant de la boucle de mon fouet de chasse.
            - Ce que je fais ? repartis-je. Rien, ma chérie. Et c'est justement cela. Si vous n'aviez rien fait de toute une semaine que de rester étendue, vous seriez aussi exubérante que moi.
            Et je fredonnai quelque gai refrain. Les dernières notes étaient encore sur mes lèvres que nous tournions le coin au-dessus du couvent et que nous pouvions voir à quelques mètres devant nous jusqu'à Sanjowlie. Au milieu de la route plate se tenaient les livrées noir et blanc, le rickshaw aux panneaux jaunes de Mrs Keith-Wessington. Je retins ma monture, regardai, me frottai les yeux et dus, je crois, dire quelque chose. Tout ce que je me rappelle ensuite, c'est que j'étais étendu sur la route, face contre terre, Kitty en larmes, agenouillée au-dessus de moi.                                                                                                      
Afficher l'image d'origine            - Est-ce parti, mon enfant ? soupirai-je.                                    
            Les pleurs de Kitty redoublèrent.
            - Quoi parti, Jack, mon ami ? Qu'est-ce que tout cela veut dire ? Il doit y avoir une méprise quelque part, Jack, une horrible méprise.
            Ses derniers mots me remirent sur le champ debout, fou, littéralement fou sur le moment.
            - Oui, il y a en effet une méprise quelque part, répétai-je, une horrible méprise. Venez voir.                                                              
            J'ai la vague idée que je traînai Kitty par le poignet jusqu'en haut de la route où se tenait la Chose, et l'implorai, par pitié, de Lui parler, de Lui dire que nous étions fiancés, que ni Mort ni Enfer ne pouvaient briser ce lien qui nous unissait. Seule Kitty pouvait dire ce que j'ajoutai dans le même sens. J'en appelais de temps à autre, d'un ton passionné, à l'Epouvantail, là, dans le rickshaw, lui demandant de témoigner de tout ce que j'avais dit et de me délivrer d'une torture qui me tuait. Je suppose que tout en parlant je dévoilai à Kitty mes anciennes relations avec Mrs Wessington, car je la vis écouter attentivement, pâle et les yeux flamboyants.
            - Merci, Mr Pansay, dit-elle. C'en est tout à fait assez. Syce, ghora lao (groom, avancez les chevaux)
            Les syces, impassibles comme le sont toujours les Orientaux, nous avaient rejoints avec les chevaux qu'ils avaient rattrapés. Et comme Kitty s'élançait en selle je m'accrochai à sa bride, la suppliant de m'écouter jusqu'au bout et de me pardonner. Pour toute réponse elle me cravacha le visage, de l'oeil à la lèvre et me lança un ou deux mots d'adieu que, même aujourd'hui, je ne saurais coucher par écrit. Sur quoi je jugeai, et avec raison, que Kitty savait tout. Et je retournai, chancelant, à côté du rickshaw. Le visage saignant après la chute et le coup de cravache y avait fait lever un bourrelet bleu et livide. J'étais mort à l'amour-propre. A ce moment-là Heatherlegh, qui devait nous avoir suivis à quelque distance, arriva au petit galop.
            - Docteur, dis-je en désignant mon visage, voici la signature de Miss Mannering sur mon ordre de congé, et dès qu'il vous agréera je vous serai reconnaissant de ce lakh de roupies...
            Le visage de Heatherlegh, même au fond de mon abîme de misère, déclencha mon hilarité.
            - J'aurais cependant risqué ma réputation de médecin... commença-t-il.
Afficher l'image d'origine            - Assez de toutes vos histoires, chuchotai-je. J'ai perdu ce qui faisait le bonheur de ma vie et vous n'avez plus qu'à me ramener chez moi.
            Tandis que je parlais le rickshaw avait disparu. Et je perdis alors toute conscience de ce qui se passait. Le sommet du Jakko me sembla bouillonner et rouler comme le sommet d'un nuage, et s'écrouler sur moi.
            Sept jours plus tard, le 7 mai, je me rendis compte que j'étais étendu dans la chambre de Heatherlegh, faible comme un enfant. Heatherlegh m'observait attentivement de derrière les papiers épars sur son bureau.
            Ses premiers ne furent pas encourageants, mais j'étais trop déprimé pour beaucoup m'en émouvoir.
            - Voici que Miss Kitty a renvoyé vos lettres. Vous correspondiez pas mal, jeunes gens ! Voici un paquet qui m'a tout l'air d'une bague, et il y avait aussi quelques lignes joyeuses du père Mannering, lignes que j'ai pris la liberté de lire et de brûler. Le vieux gentleman n'est pas content de vous.
            - Et Kitty, demandai-je sourdement.
            - Encore plus fâchée que son père, si j'en crois ce que je vois. En parlant de cela, dîtes donc, vous devez en avoir lâché de bonnes avant que je vous rencontre. Elle prétend qu'un homme qui s'est conduit vis-à-vis d'une femme comme vous avez fait vis-à-vis de Mrs Wessington devrait se tuer rien que par pitié pour son espèce. C'est une petite virago, votre bonne amie. Elle maintient, en outre, que vous souffriez de delirium tremens quand arriva cette histoire sur la route du Jakko. Et ajoute qu'elle préférerait mourir plutôt que jamais vous reparler.
            Je poussai un gémissement et me tournai de l'autre côté.
            - Maintenant vous avez le choix, mon ami. Il s'agit de rompre ces fiançailles, et les Mannering ne désirent nullement se montrer durs à votre égard. Quel motif donnerons-nous ? " Delirium tremens ou Attaque d'épilepsie " ? Désolée de ne pouvoir vous offrir une plus agréable alternative. Ou encore la folie héréditaire. Parlez et je leur dirai qu'il s'agit d'attaques. Tout Simla connaît la scène du Mille des Dames. Allons ! Je vous donne cinq minutes pour réfléchir.
            Durant ces cinq minutes je crois que j'explorai les plus bas cercles de l'Inferno qu'il soit donné à l'homme de fouler sur cette terre. Dans le même temps je m'observai arpentant d'un pas défaillant les obscurs labyrinthes du doute, de la tristesse et de l'absolu désespoir. Je me demandais, comme Heatherlegh pouvait se l'être demandé, là, sur sa chaise, quel affreux parti j'adopterais. Tout à coup je m'entendis répondre, d'une voix que je reconnaissais à peine :
            - Ils sont furieusement difficiles en fait de moralité par ici. Offrez-leur les attaques, Heatherlegh, et joignez-y l'assurance de mes meilleurs sentiments. Et maintenant laissez-moi dormir un peu.
            Sur quoi mes deux " moi " se rejoignirent, et ce ne fut plus que moi. Un moi possédé, à demi détraqué qui me démenai dans mon lit, refaisant l'historique des dernières semaines.
Afficher l'image d'origine *         - Mais, je suis à Simla, ne cessai-je de me répéter. Je suis, moi, Jack Pansay, à Simla, et il n'y a pas, ici, de fantômes. C'est extravagant de la part de cette femme de prétendre qu'il y en ait. Pourquoi Agnès ne pouvait-elle me laisser tranquille ? Je ne lui ai jamais fait de mal. Cela aurait tout aussi bien pu être moi qu'Agnès. Seulement je ne serais jamais revenu tout exprès pour la tuer, elle. Pourquoi ne me laisse-t-on pas tranquille... tranquille et heureux ?
           Il était plus de midi lorsque je m'étais réveillé pour la première fois et le soleil était bas à l'horizon avant que je me rendorme... Dormir comme dort le condamné sur sa roue, trop épuisé pour sentir d'autre peine.
            Le lendemain je ne pus quitter le lit. Le matin Heatherlegh me dit qu'il avait reçu une réponse de Mr Mannering, et que, grâce à ses bons offices, à lui Heatherlegh, l'histoire de mon malheur avait fait le tour de Simla, où tout le monde éprouvait une grande pitié à mon égard.
            - Et c'est plus que vous ne méritez, conclut-il aimablement, quoique Dieu seul connaisse les épreuves par lesquelles vous êtes passé. Ne vous inquiétez pas, nous vous guérirons cependant, méchant phénomène.
            Je refusai avec fermeté de me laisser guérir.
            - Vous vous êtes déjà montré trop bon pour moi, mon vieux, dis-je. je ne veux pas vous ennuyer davantage.
            Je savais pertinemment que rien de ce que ferait Heatherlegh n'allégerait le fardeau qui désormais pesait sur moi.
            Cette connaissance se doublait aussi d'un sentiment de rébellion désespérée, impuissante, contre l'absence de raison qu'il y avait en tout cela. Il existait des quantités d'hommes ne valant pas mieux que moi, dont le châtiment avait tout au moins été réservé pour un autre monde, et je sentais qu'il était amèrement, cruellement injuste que j'aie entre tous été choisi pour un si affreux destin.
            Cet état faisait avec le temps place à un autre où il semblait que le rickshaw et moi soyons les seules réalités dans un univers d'ombres, que Kitty fût un fantôme, que Mannering, Heatherlegh et tous les autres hommes et femmes que je connaissais soient tous des fantômes, et que même les hautes montagnes grises ne soient que des ombres vaines présentes pour me torturer. D'état en état je louvoyais ainsi durant une mortelle semaine, le corps reprenant chaque jour plus de force jusqu'à ce que le miroir de la chambre me dise que j'étais revenu à la vie normale et qu'une fois encore je me retrouvais comme tout le monde. Chose assez curieuse mon visage ne portait aucune trace de la lutte par laquelle j'étais passé. Il était pâle, oui, mais sans expression particulière et tout aussi banal qu'avant. Je m'étais attendu à quelque altération durable, trace visible du mal qui, peu à peu, me rongeait. Je ne trouvai rien.                                beerbaum3.rssing.com
chapeau-amazone-voilette.jpg            Le 15 mai je quittai la maison de Heatherlegh à 11 heures du matin, et l'instinct du célibataire me conduisit au cercle. Je m'aperçus que là tout le monde connaissait mon histoire, telle que l'avait racontée le docteur et me témoignait maladroitement d'une bienveillance et d'une attention inaccoutumée. Je reconnus néanmoins que si je pouvais exister parmi mes semblables je ne ferais cependant pas partie d'eux. Et j'enviais fort amèrement, je dois le dire, les coolies gais et rieurs qui circulaient en bas sur le Mall. Je pris mon lunch au Cercle et à 16 heures me mis à errer du haut en bas du Mall, sans autre but que le vague espoir de rencontrer Kitty.
            Près du kiosque à musique je fus rejoins par les livrées noir et blanc et j'entendis à mes côtés la vieille supplication de Mrs Wessington. Je n'avais cessé de l'attendre depuis que j'étais sorti et, si quelque chose me surprenait, c'était qu'elle fût en retard. Le rickshaw et moi marchâmes côte à côte et en silence le long de la route de Chota Simla. Près du bazar Kitty et un inconnu, tous deux à cheval, nous rejoignirent et nous dépassèrent. Elle ne fit pas plus attention à moi que si j'avais été le premier chien venu. Elle ne me fit même pas l'honneur d'accélérer, excuse que pouvait fournir un après-midi menaçant.
            C'est ainsi que Kitty et son compagnon d'une part, moi et ma Dulcinée-fantôme de l'autre, nous serpentâmes par couples autour du Jakko. La route ruisselait d'eau, les pins dégouttaient tels des chéneaux sur les rochers au-dessous et une pluie fine imprégnait toute l'atmosphère. Je me surpris, deux ou trois fois, à me dire presque à voix haute : " Je suis Jack Pansay, en congé à Simla... à Simlat ! Le Simla de tous les jours, le Simla que tout le monde connaît. Voilà ce qu'il ne faut pas que j'oublie. " Puis j'essayais de me rappeler quelques-uns des potins entendus  au Cercle : le prix des chevaux d'Un Tel, tout ce qui, en fait, avait un rapport avec le monde franco-indien journalier que je connaissais si bien. Je me répétais même rapidement la table de multiplication pour être certain que j'avais encore toute ma tête. Cela me rendit du courage et dut m'empêcher d'entendre un moment Mrs Wessington. Je grimpai une fois de plus la rampe qui monte au couvent et m'engageai sur la route plate. Là, Kitty et le monsieur disparurent au petit galop, et je restai seul avec Mrs Wessington.
            - Agnès, dis-je, voulez-vous baisser la capote et me dire ce que tout cela signifie ?
           La capote retomba sans bruit, et je me retrouvai en face de ma chère et défunte maîtresse.
**         Elle portait la toilette dans laquelle je l'avais vue vivante pour la dernière fois, tenait dans la main droite le même tout petit mouchoir et dans la main gauche le même porte-cartes. Une femme morte il y a huit mois avec un porte-cartes ! Je dus me réatteler à ma table de multiplication et poser mes deux mains sur le parapet de pierre de la route, pour m'assurer que celui-là du moins était réel.
            - Agnès, répétai-je, par pitié, dites-moi ce que tout cela signifie !
            Mrs Wessington se pencha en avant avec ce mouvement de tête prompt et spécial que je lui connaissais si bien et parla :
           Si mon histoire n'avait déjà franchi si follement les bornes de toute humaine croyance, il serait temps pour moi de vous faire mes excuses. Comme je sais que personne, non pas même Kitty pour qui elle est écrite comme une sorte de justification de ma conduite, je continue.
            Mrs Wessington parla et je marchai avec elle de la route de Sanjowlie jusqu'au tournant qui se trouve au-dessous de la maison du commandant en chef, comme j'aurais, dans le feu de la conversation, marché aux côtés du rickshaw de n'importe quelle femme en chair et en os. La seconde et la plus tourmantante phase de ma maladie s'était soudainement emparée de moi et, comme le prince du poème de Tennyson " il me semblait me mouvoir au milieu d'un monde de revenants ". Il y avait eu une garden-party chez le commandant en chef et nous nous joignîmes tous deux à la foule des gens qui rentraient chez eux. Il me sembla en les voyant que c'étaient eux les ombres, ombres aussi fantastiques qu'impalpables, qui s'ouvraient pour livrer passage au rickshaw de Mrs Wessington.
            Ce que nous dîmes au cours de cette magique entrevue, je ne saurais, non je n'oserais le raconter. Le commentaire d'Heatherlegh eût été un rire bref, suivi de cette remarque, que je venais de courtiser une chimère issue d'un cerveau malade, enfantée par un estomac et des yeux malades. C'était une macabre, et en quelque indéfinissable sorte cependant une merveilleuse douce rencontre. Etait-il possible, me demandai-je, que je sois en ce monde pour faire une seconde fois la cour à une femme que ma négligence et ma cruauté avaient tuée ?
            Je revis Kitty sur le chemin du retour, ombre parmi les ombres.
            S'il me fallait décrire dans l'ordre tous les incidents de la quinzaine suivante, mon histoire jamais ne prendrait fin, et je lasserais votre patience. Matin sur matin, soir sur soir, le rickshaw-fantôme et moi voguions ensemble à travers Simla. En quelque lieu que j'aille les quatre livrées noir et blanc me suivaient et me tenaient compagnie, partout. Au théâtre je les trouvais parmi la foule hurlante des jhampanies, à l'extérieur de la véranda du Cercle, après une longue soirée de whist, au bal Anniversaire attendant patiemment ma réapparition et en plein jour lorsque j'allais en visites. Sauf qu'il ne portait point d'ombre, le rickshaw était sous tous les rapports d'apparence aussi réel qu'un rickshaw en bois et en fer. Oh ! plus d'une fois j'ai dû me retenir de crier gare à l'ami lancé à fond de train, qui allait galoper par-dessus le véhicule. Plus d'une fois j'ai arpenté le Mall en grande conversation avec Mrs Wessington sous l'oeil ébahi des passants.
            J'avais repris le cours de ma vie ordinaire depuis une semaine lorsque la théorie des "attaques ", paraît-il, avait été relégué en faveur de la théorie de la " folie ". Je ne changeai rien, toutefois à mon genre de vie. Je faisais des visites, montais à cheval et dînais en ville, tout aussi librement que jamais. J'éprouvais pour la société de mes semblables un goût qu'en aucun temps je n'avais ressenti. J'avais soif de me trouver au milieu des réalités de la vie, et je cessais cependant de me sentir vaguement malheureux lorsque je m'étais trouvé trop longtemps séparé de ma surnaturelle compagne. Il serait presque impossible de décrire mes différents états à partir du 15 mai jusqu'aujourd'hui.
Résultat de recherche d'images pour "tableaux arles vangogh"            La présence du rickshaw me remplit tour à tour d'horreur, d'aveugle crainte, d'une vague espèce de plaisir et de profond désespoir. Je n'osais quitter Simla et je savais qu'en restant je me tuais. Je savais en outre que c'était ma destinée, de mourir lentement, un peu chaque jour. Tout ce dont j'étais anxieux c'était de purger ma peine aussi discrètement que possible. J'avais, par moment, soif de voir Kitty et j'épiais ses flirts outrageants avec mon successeur, d'un oeil presque amusé. Elle tout autant sortie de ma vie que j'étais sorti de la sienne. Le jour je vaguais, presque heureux, en compagnie de Mrs Wessington. La nuit j'implorais le Ciel de me laisser retourner au monde tel que je l'avais connu. Au-dessus de ces divers états planait la sensation de sombre et stupide étonnement que le Visible et l'Invisible se mêlaient si étrangement sur cette terre pour sonner l'hallali d'une simple et pauvre âme.
            Août 27. Heatherlegh s'est montré infatigable dans ses soins. Et c'est seulement hier qu'il m'a dit que je devais introduire une demande de congé pour maladie. Une demande de congé pour échapper à la compagnie d'un fantôme ! Une requête en vue d'obtenir la gracieuse permission du gouvernement de me débarrasser de cinq spectres et d'un rickshaw imaginaire, en allant en Angleterre . La proposition de Heatherlegh me porta presque à une crise de rire hystérique. Je lui déclarai que j'attendrais la fin tranquillement à Simla, et je suis sûr que la fin n'est pas loin. Croyez bien que je redoute sa venue plus qu'aucun mot ne saurait dire et que je me torture toute la nuit en mille hypothèse sur le genre de ma mort.
            Mourrai-je dans mon lit, décemment, comme il sied à un gentleman anglais.Ou bien, au cours d'une dernière promenade sur le Mall, mon âme me sera-t-elle arrachée pour prendre à jamais sa place aux côtés de cette macabre vision  ? Retournai-je dans le monde futur à mon ancien esclavage, ou rejoindrai-je Agnès pour, ayant horreur d'elle, me voir enchaîné à ses côtés à travers l'éternité ? Voltigerons-nous tous deux sur la scène de notre vie passée jusqu'à la nuit des Temps ?
            Au fur et à mesure que le jour de ma mort approche, l'horreur intense que ressent toute chair vivante pour les esprits échappés au tombeau se fait de plus en plus grande. C'est une chose affreuse que de descendre tout vif parmi les morts après avoir accompli à peine la moitié de sa vie. C'est mille fois plus affreux d'attendre comme je fais, étant encore parmi vous, je ne sais quel événement sans nom.
            Ayez pitié de moi, au moins, à cause de mes " hallucinations ", car je sais que vous ne croirez jamais ce que j'ai écrit. Et cependant, si jamais homme fut mis à mort par les Puissances des Ténèbres, je suis cet homme-là.
            En toute justice aussi, ayez pitié d'elle, car, si jamais femme fut tuée par un homme, j'ai tué Mrs Wessington. Et voici que plane sur moi le dernier acte de mon châtiment.


*   couleur-indienne.net  
**  kerdonis.fr

                                                                                             Rudyard Kipling
                                                                                                ( in Contes et Nouvelles )