samedi 30 avril 2016

Rondeau 38 Rondeau 55 Rondeau 178 Charles d'Orléans ( Poèmes France )

Résultat de recherche d'images pour "muguet"
                                                                                                       
                                                                                                                                                                                                                   
                                 Rondeau " 38 "

              
  En entendant le tambourin                                                                                    1zoom.me
Résultat de recherche d'images pour "muguet"            Annoncer le départ au mai
            Au lit je suis resté tranquille,
            La tête sur mon oreiller,

            Et me suis dit : " Il est trop tôt,
            Je vais me rendormir un peu ",
            En entendant le tambourin
            Annoncer le départ au mai.

            Aux jeunes leurs parts de butin !
            J'aurai affaire à Nonchaloir
           Pour le partage du profit :
           Je l'ai trouvé tout près de moi
           En entendant le tambourin.
Afficher l'image d'origine

************************


                                    Rondeau " 55 "

            Allez-vous-en, allez, allez
           Souci, Tracas, Mélancolie :
           Prétendez-vous toute ma vie
           Comme autrefois me régenter ?

            Je vous promets : vous cesserez
            Raison saura vous dominer :
            Allez-vous-en, allez, allez,
           Souci, Tracas, Mélancolie.

           Si jamais vous récidivez,
           Vous, avec votre compagnie,
           Je supplie Dieu de vous maudire
           Et ce par quoi vous reviendrez :
           Allez-vous-en, allez, allez,
           Souci, Tracas, Mélancolie !                                                          niftyfifty-and-the-city.com 
Afficher l'image d'origine

************************

                                   Rondeau " 178 "

            Ce mois de mai, ni triste ni joyeux
            Je ne peux être ; enfin, vaille que vaille,
            Le mieux pour moi, c'est que rien ne m'importe :
           Plaisir, malheur, il faut m'en satisfaire.

            Je laisse tout filer avec le vent,
            Sans regarder quel bout d'abord s'envole,
            Ce mois de mai ni triste ni joyeux.

            Suivre Inquiétude à la fin se regrette :                                         
            L'occupation ne vaut pas un centime,
            Hasardeuse comme le quitte-ou-double.
            Que pensez-vous de mon comportement,
            Ce mois de mai ni triste ni joyeux ?


                                                              Charles d'Orléans
Résultat de recherche d'images pour "muguet"
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
                                                                                                                                                                                                                                        Rondel " 38 "
                                                                                                                          Quant j'ay ouy le tabourin
            Sonner pour s'en aler au may,
            En mon lit fait n'en ay effray
            Ne levé mon chef du coissin,

            En disant : " Il est trop matin
            Ung peu je me rendormiray ",
            Quant j'ay ouy le tabourin
            Sonner pour s'en aler au may.

            Jeunes gens partent leur butin  !
            De Nonchaloir m'accointeray,
            A lui je m'abutineray :
            Trouvé l'ay plus prochain voisin,
            Quant j'ay ouy le tabourin.


°°°°°°°°°°°°°°°°°

                           Rondel " 55 "

            Alez vous ant, allez, alés,
            Soussy, Soing et Merencolie :
            Me cuidez vous toute ma vie
            Gouverner comme fait avés ?

            Je vous prometz que non ferés :
            Raison aura sur vous maistrie.
            Alez vous ant, allez, alés,
            Soussy, Soing et Merancolie :

            Se jamais plus vous retournés
            Avecques vostre compaignie,
            Je pri à Dieu qu'il vous maudie
            Et ce par qui vous revendrés :
            Alez vous ant, allez, alés,
            Soussy, Soing et Merancolie.


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

                                      Rondel " 178 "

            Se mois de may, ne joyeux ne dolent
            Estre ne puis ; auffort, vaille que vaille,
            C'est le meilleur que de riens ne me chaille :
            Soit bien ou mal, tenir m'en fault content.

            Je lesse tout courir au val le vent,
            Sans regarder lequel bout devant aille,
            Se mois de may, ne joyeux ne dolent.

            Qui Soussy suyt, au derrain s'en repent :
            C'est ung mestier qui ne vault une maille,
            Aventureux comme le jeu de faille.
            Que vous semble de mon gouvernement,
            Se mois de may, ne joyeux ne dolent.


°°°°°°°°°°°°°°°°°



            

            
            

            

jeudi 28 avril 2016

Anecdotes et Réflexions d'hier pour aujourd'hui 56 Samuel Pepys ( journal Angleterre )


lacuisinedu19siecle.wordpress.com


                                                                                                               1er octobre 1661

            Ce matin ma femme et moi fîmes la grasse matinée. Nous en vînmes à parler musique et elle me demanda la permission d'apprendre le chant. Après réflexion je le lui promis. Je n'étais pas encore levé que l'on m'annonça mon maître à chanter, Mr Goodegroome, elle se leva et ce matin commença elle aussi les cours de chant.
            Occupé au bureau toute la journée..... Le soir dans mon cabinet à la maison pour ranger dossiers et papiers. C'est un travail que je peine à entreprendre, mais suis fort satisfait quand il est terminé.Mangeai un morceau de pain et de fromage, et au lit.
   

                                                                                                                   2 Octobre

            Toute la matinée chez Peggy Kite avec mon oncle Fenner et deux de ses amis, pour évaluer les biens que sa mère lui a laissés. Mais la pécore promet d'être un tel poison que je n'ai pas le goût de m'occuper de ses affaires. Lorsque nous eûmes terminé nous allâmes tous dîner chez un rôtisseur de Bishopsgate Street, puis je les emmenai dans une taverne où je leur offris une quarte de xérès, et nous nous quittâmes. Retour à la maison d'où je repartis avec ma femme dans la voiture d'une dame qui était venue voir milady Batten et repartait en passant chez nous. Nous allâmes au Théâtre. En retard et mal placés, jamais de ma vie je ne pris aussi peu de plaisir à une pièce, c'était pourtant la première fois que je la voyais, Victoria Corombona...... Inquiet de ramener ma femme à la maison, car il faisait fort sombre, Nous fûmes donc contraints de prendre une voiture. Souper, puis au lit.


                                                                                                                  3 Octobre
lacuisinedu19siecle.wordpress.com
            Au bureau toute la matinée, dînai à la maison. L'après-midi visite de Mr Moore et nous nous rendîmes à la colline de la Tour pour rencontrer quelqu'un. Revînmes tous trois chez moi où je signai une reconnaissance de dette à Mr Battersby, ami de Mr Moore. Il me prête 50 livres. Premier emprunt que j'aie jamais contracté sur billet pour mon propre compte. Je les emmenai à la Mitre en emportant un melon du Portugal. Nous restâmes jusqu'au soir et discutâmes de sujets religieux avec plaisir. Nous nous quittâmes, rentrai à la maison m'arrêtant chez sir William Batten où se trouvaient son fils et sa bru, ils étaient hier comme nous au Théâtre, et ce fut fort divertissant de l'entendre en parler avec admiration comme une sotte. Chez moi, la tête dérangée par le vin que j'ai bu aujourd'hui.


                                                                                                                 4 Octobre

            En voiture à Whitehall avec sir William Penn. Allai voir Mr Montagu. Son valet Monsieur d'Esquier se plaignit fort des Anglais, disant qu'ils avaient aidé l'autre jour les Espagnols contre les Français, que leur ambassadeur demandait instamment justice au roi, et qu'il a décidé de partir pour la France la semaine prochaine, ce dont je suis fort aise, comme tous ceux que je rencontre. Puis à Paternoster Row où Will; mon valet, reçut les 50 livres que j'avais empruntées hier. Dinai à la Garde-Robe et y demeurai presque tout l'après-midi, fort gaiement en compagnie des dames. Puis avec le capitaine Ferrer au Théâtre, en retard. Restâmes voir une partie de Victoria, qui me parut encore pis , que l'autre jour. Sortîmes boire une bouteille ou deux de bière au smilax de Chine et rentrai à la maison. Y trouvai ma femme furieuse contre ses gens qui refusent de manger du fromage de Suffolk  ( très dur ), ce qui m'irrite aussi. Au lit.
   

                                                                                                             5 Octobre 1661

            Au bureau toute la matinée, puis dînai chez moi où je restai tout l'après-midi. Installai la maquette du Royal James que j'empruntai il y a longtemps à milord pour l'accrocher au mur de ma chambre. Le soir, seul avec sir William Penn au Dauphin où nous mangeâmes des harengs bouffis et bûmes du bon xérès.... Vinrent d'autres personnes avec qui nous restâmes si tard que nous bûmes trop de vin. Retour chez moi, et au lit, content de mon après-midi passé à accrocher le bateau. Au lit.


                                                                                                            6 Octobre
mickeywerlen.canalblog.com                                                              Jour du Seigneur
Afficher l'image d'origine            A l'église le matin. Mr Mills prêcha. A mon avis il a fort mal pris que ma femme n'ait pas assisté au baptême de son enfant. L'hiver s'annonce, nombre de dames de la paroisse sont revenues en ville et réapparaissent à l'église, entre autres les trois soeurs de Thornborough, fort belles et les personnes les plus dévotes que j'ai jamais rencontrées. De quoi s'émerveiller si toutefois il s'agit d'une dévotion véritable. Il y avait aussi ma jolie brune Mrs Dekins. Mrs Margaret Penn vint aujourd'hui à l'église vêtue de l'ensemble de satin à fleurs que ma femme l'avait aidée à acheter l'autre jour.
            Rentrai chez moi dîner. A l'église cet après-midi, à St Gregory près de St Paul, vis Mr Moore dans la tribune, montai près de lui et entendis un bon sermon du Dr Buck, que je n'avais encore jamais entendu, mais un homme fort capable. Retour chez moi, le soir allai voir ma valentine, son père et sa mère étaient absents de Londres, pour l'amener souper à la maison. Puis vint sir William Penn qui voulait l'avoir chez lui. Aussi avec force badinage les emmenai tous deux chez moi où nous nous divertîmes. Nous nous séparâmes, et au lit.


                                                                                                            7 Octobre

            Levé le matin puis chez mon oncle Fenner pensant rencontrer Peggy Kite pour son affaire, mais elle ne vint pas. J'allai chez le Dr Williams que je trouvai alité, ce qui me désola. Toute la journée au travail tracassé par l'attente de nouvelles de Brampton sur la façon dont les choses se passent au tribunal de Stirtloe. J'en fus informé le soir par une lettre qui m'apprit que mon cousin Tom était là pour se faire reconnaître comme héritier légitime pour le compte de son père, mais que la requête avait été rejetée et moi-même reconnu par procuration. Ce qui m'ôta un grand poids.
       

                                                                                                              8 Octobre

            Au bureau toute la matinée, portai ensuite des huîtres de Clochester chez William Batten où nous dînâmes avec quelques autres personnes. Restai là et parlâmes tout l'après-midi et, tard après le dîner, emmenai Mrs Martha en voiture au Théâtre, sur une foucade qui me coûta fort cher. Lui fit voir une partie de L'arbre aux mendiants, sans grand plaisir, mais par pur caprice, puis retour à la maison.


                                                                                                              9 Octobre
                                                                                                                 maisonarts.forumgratuit.org
            Sortis ce matin régler plusieurs affaires, entre autres, donner mon théorbe à réparer, puis retour chez moi à midi, pensant aller avec les deux sirs William chez sir William Rider qui nous avait invités, mais trouve chez moi la belle Mrs Pearse et Madame Clifford auprès de qui il me fallut rester. Je leur fis le meilleur accueil que je pus. Dieu sait si je fus charmé de leur belle compagnie ! et après dîner les emmenai au Théâtre voir Les Vicissitudes. Les raccompagnai toutes deux chez elles et retournai à la taverne de la Toison à Covent Garden où devaient me retrouver Llewellyn, Blurton et mon vieil ami Frank Bagg. Nous y fûmes fort gais jusque tard le soir. Frank me parle de Mrs Pepys qui vivait avec lady Harvey, soeur de Mrs Montagu, une femme de bien, me dit qu'elle a été fort malade et m'a souvent demandé, qu'elle a du bien et que personne n'est parvenu à lui faire faire son testament, mais qu'elle continuait à demander à me voir, et que maintenant qu'elle est en bonne santé elle désire avoir une chambre dans ma maison. Mais je ne sais si c'est un tour que me joue Bagg ou si elle veut faire quelque chose pour moi, par sympathie. Je n'entends pas lui faire confiance, mais lui dis que je serais heureux de la voir et que je ferai assurément mon possible pour lui procurer un logement. Rentrai chez moi, tard, en voiture.


                                                                                                       10 Octobre 1661
     
             Au bureau toute la matinée. Dînai chez moi, puis avec ma femme et sir William Penn au Théâtre, elle alla d'abord à Covent Garden demander des nouvelles d'une femme, j'allai de mon côté dans le carrosse de sir William Penn chez William Joyce où je m'arrêtai un moment. Le roi vint aujourd'hui au Théâtre, on y donnait Le Traitre, admirablement joué, c'est une excellente pièce. Rentré chez moi avec l'intention de passer une soirée joyeuse, car c'est mon sixième anniversaire de mariage, mais j'ai si mal à un testicule que je me suis meurtri dernièrement, que je prends mon souper et au lit, dolent. Ma femme et moi assez joyeux tout de même.



                                                                                                            11 Octobre

            Toute la journée au lit avec un cataplasme sur mon couillon. Me lève un peu, puis me recouche, un peu soulagé par rapport à la nuit dernière. Ce midi vinrent dîner mon frère le Dr Thomas et Snow qui se divertirent entre eux.


                                                                                                             12 Octobre
oemglass.net
Afficher l'image d'origine            Au lit encore pendant la plus grande partie de la journée, et un peu moins enflé. Je reçois aujourd'hui une lettre de mon père m'apprenant que Robert Bernard craint un peu que mon oncle ne se soit pas conformé scrupuleusement à la coutume de Brampton, notamment pour ce qui dans son testament concerne les terres qu'il pos d'ait là-bas, ce qui me tourmente beaucoup. Je leur ai écrit ce soir à ce sujet qui me préoccupe fort.



                                                                                                              13 Octobre
                                                                                              Jour du Seigneur
            Ne bougeai pas de la journée mais me levai et descendis dîner. Abandonnai aujourd'hui mon plastron pour une chemise et mon gilet en faux tabis galonné d'or. Le soir sir William Batten vint me voir et resta fort aimablement souper avec moi. Prières et au lit.


                                                                                                       14 Octobre            
                                                                               
            Me risquai à sortir ce matin en prenant un bateau jusqu'à Westminster, mais perdis ma peine et mon temps, car Mr Montagu n'était pas à Londres. A la Garde-Robe où je dînai avec milady, première fois que je la vois dîner hors de sa chambre depuis qu'elle a accouché de milady Katherine. L'après-midi allai me promener avec le capitaine Ferrer en plusieurs endroits, entre autres chez Mr Pim, tailleur de milord, qui nous accompagna à la taverne de la Fontaine et nous offrit quantité de vin. Comme c'était l'anniversaire du duc d'York nous n'en bûmes que d'avantage à sa santé.Mais Seigneur ! quelle triste histoire il nous raconte sur la façon dont il a été berné par un docteur en médecine qui occupe une partie de la maison où il loge. On en rirait, n'était que je l'en vois fort tourmenté. Retour à la maison avec un flambeau. Trouve une réponse réconfortante de mon père me disant que sir Robert Bernard a tout réglé concernant nos droits sur Brampton. Ce qui me libère et me tranquillise grandement l'esprit.


                                                                                          à suivre......!
                                                                                                        
                                                                                                                 15 Octobre 1661

            .........../ Au bureau toute la matinée.....
                 

 


           

dimanche 24 avril 2016

Ballade ' 2 ' Ballade ' 8 ' Ballade ' 75 ' Charles d'Orléans ( Poèmes France )

Afficher l'image d'origine
linternaute.canalblog.com



                                      Ballade " 2 "

                Veuillez emprisonner vos yeux,
            Cessez de les jeter sur moi :
            Quand vous daignez me regarder,
            Par Dieu, belle, vous me tuez;
            Mettant mon coeur en tel état
            Que je ne sais plus où j'en suis.
            Je suis mort si vous ne m'aidez,
            Ma seule, ma suprême joie.

            Je n'ose pas vous demander
            Que vous me donniez votre coeur ;
            Mais, si vous tenez au respect
            De mon droit - mon coeur vous l'avez -
            Il vous faut me céder le vôtre,
            Car sans coeur je ne pourrais vivre.                                          
            Agissez comme vous voudrez,                                                        123rf.com 
Afficher l'image d'origine            Ma seule, ma suprême joie.

            Parler ainsi est audacieux :
            Vous devez me le pardonner
            Et n'en devez incriminer
            Que votre gracieuse personne :
            Elle m'a mis, vous le voyez,
            Si bien sur la voie de l'amour
            Que je suis votre détenu,
            Ma seule, ma suprême joie.

                           Envoi

            Le dur combat d'Amour, ma dame,
            Plus que vous ne savez, me fait
            Me rendre à vous : acceptez-moi,
            Ma seule, ma suprême joie.  


                                                         Charles d'Orléans


**********************************


                                           Ballade " 8 "                                                  monautomedication.fr
Afficher l'image d'origine
            Quand je suis couché dans mon lit,
            Je ne peux reposer au calme ;
            Mon coeur passe la nuit à lire
            Le Roman d'heureuse Pensée,
            Et il me prie de l'écouter ;
            Je n'ose lui désobéir                                                      
            Par peur de le mettre en colère :
            Ainsi je renonce à dormir.

            Ce livre enregistre les faits
            De mon incomparable dame ;
            Quand il les lit ou les entend
            Énumérer, mon coeur jubile :
            Remarquables comme ils le sont,
            Il y prend un plaisir extrême ;
            Moi-même ne peux m'en lasser :
            Ainsi je renonce à dormir.

            Mes yeux demandant un répit
            - Le sommeil vient peser sur eux -
            Il les gronde fort dépité
           Mais ne peut en venir à bout.
           Il ne cesse de soupirer
           Dans son coin ; alors, sans mentir,
           Comme je peine à l'apaiser !
           Ainsi je renonce à dormir.

            Amour, je ne peux maîtriser
            Mon coeur : son zèle à vous servir
            Le tient de jour comme de nuit :
            Ainsi je renonce à dormir.


               Charles d'Orléans



*********************************


                                               Ballade " 75 "                                            
Afficher l'image d'origine
            Portant un jour le regard vers la France;
            Je retrouvai, à Douvres sur la mer,
            Le souvenir de la douceur de vivre                           
            Que je goûtais jadis dans ce pays.
            Sans le vouloir, je fus pris de soupirs
            Alors même qu'il était apaisant
            De voir la France où mon coeur est resté.                                    

            Réfléchissant, je ne trouvai pas sage
            De m'écouter soupirer dans mon coeur,
            Puisque s'ouvre, je le vois, le chemin
            D'une vraie paix, riche de tous les biens :
            Je convertis ma préoccupation
            En réconfort, sans pourtant me lasser
            De voir la France où mon coeur est resté.

            Chargeant alors sur la nef d'Espérance
            Tous mes souhaits, je les priai d'aller
            Franchir la mer sans prendre de retard,
            Pour saluer la France de ma part.
            Que Dieu nous donne une vraie paix bientôt !
            J'aurai loisir, s'il peut en être ainsi,
            De voir la France où mon coeur est resté.

                                        Envoi                                                                   arcturius.org 
Afficher l'image d'origine
            C'est un trésor sans prix, la Paix ; la Guerre
            Je ne peux pas l'aimer ; longtemps, à tort
            Ou à raison, elle m'a empêché
            De voir la France où mon coeur est resté !


                                                     Charles d'Orléans

                                                                   ( in En la forêt de longue attente )


Ballade 2                                                                          Ballade 8 

Vueilliez voz yeulx emprisonner                             Quant je suy couschié en mon lit,
Et sur moy plus ne les giettés,                               Je ne puis en paix reposer,
Car, quant vous plaist me regarder,                       Car toute la nuitmon cueur lit
Par Dieu, belle, vous me tués                                Ou rommant de plaisant Penser
Et en tel point mon cueur mettés                            Et me prie de l'escouter ;
Que je ne sçay que faire doye.                               Si ne l'ose desobeir
Je suis mort se vous ne m'aidiés,                           Pour doubte de le courroucer : 
Ma seule, souveraine joye.                                    Ainsi je laisse le dormir.

Je ne vous ose demander                                      Ce livre si est tout escript
Que vostre cueur vous me donnés ;                        Des fais de ma dame sans per ;
Mais se droit me voulés garder,                            Souvent de mon cueur de joye rit
Puis que le cueur de moy avés,                             Quant il les list ou oyt compter,
Le vostre fault que me laissiés,                            Car certes tant sont a louer
Car sans cueur vivre ne pourroye.                        Qu'il y prent souverain plaisir ;
Faictes en comme vous vouldrés,                          Moy mesmes ne m'en puis lasser
Ma seule, souveraine joye.                                   Ainsi je laisse le dormir.

Trop hardy suy d'ainsi parler,                               Se mes yeulx demandent respit
Mais pardonner le me devés                                 Par sommeil qui les vient grever,
Et n'en devés autruy blasmer                                Il les tense par grant despit
Que le gent corps que vous portés,                       Et si ne les peut surmonter,
Qui m'a mis, comme vous veés,                            Il ne cesse de soupirer
Si fort en l'amoureuse voye                                 A part soye ; j'ay lors, sans mentir,
Qu'en vostre prison me tenés                              Grant paine de le rapaiser
Ma seule, souveraine joye.                                 Ainsi je laisse le dormir

             L'envoy                                                                L'envoy

Ma dame, plus que ne savés,                              Amour, je ne puis gouverner
Amour si tresfort me guerroye                            Mon cueur, car tant vous veult servir
Qu'a vous me rens : or me prenés,                      Qu'il ne scet jour ne nuit cesser :
Ma seule, souveraine joye.                                 Ainsi je laisse le dormir.


                Ballade 75

            En regardant vers le païs de France
            Un jour m'avint, a Dovre sur la mer,
            Qu'il me souvint de la doulce plaisance
            Que souloyë oudit pays trouver.
            Si commençay de cueur a souspirer,
            Combien certes que grant bien me faisoit
            De voir France que mon cueur amer doit. 

            Je m'avisay que c'estoit non savance
            De telz souspirs dedens mon cueur garder,
           Veu que je voy que la voye commence
           De bonne paix qui tous biens peut donner.
           Pource tournay en confort mon penser.
           Mais non pourtant mon cueur ne se lassoit
           De voir France que mon cueur amer doit.

            Alors chargay en la nef d'Esperance
           Tous mes souhaitz en leur priant d'aller
           Oultre la mer sans faire demourance
           Et a France de mes recommander. 
          Or nous doint Dieu bonne paix sans tarder !
          Adonc auray loisir, mais qu'ainsi soit,
          De voir France que mon cueur amer doit.

                                  L'envoy

            Paix est trésor qu'on ne peut trop loer.
           Je hé Guerre, point ne la doy prisier ;
           Destourbé m'a long temps, soit tort droit,
          De voir France que mon cueur amer doit  !



                                                      

          
         

            

samedi 23 avril 2016

Jeu de miroirs Andrea Camillieri ( roman Italie )


Jeu de miroirs
      amazon.fr


                                                   Jeu de miroirs

            Montalbano accumule les années, cauchemar de l'inspecteur il craint tous les ennuis qui en découlent. Mais une belle voisine, Liliana, installée depuis peu dans une maison toute proche semblable à la sienne, mais avec une pièce de plus, le charme, et joue le jeu. Pourquoi s'échappe-t-elle parfois. son mari, dit-elle représente une marque d'ordinateur, très absent, elle semble inquiète. Dans Vigata une puis deux bombes artisanales sont déposées devant la grille de deux magasins vides et sans locataire. A qui s'adressent ces messages ? Et un jeu de miroirs, une image, une " pinsée " renvoie à une autre comme le jeu de miroirs dans le film de Orson Welles. Petits arrangements entre parrains et dealers connus, l'atmosphère lourde dans la petite ville n'est compensée que par les cuisines de Enzo restaurateur et d'Adelina, voir ses plats d'aubergines laissées au four du célibataire Montalbano, Fazio, Augello, Cantarella toujours à ses côtés, et le langage savoureux des personnages font une lecture agréable du roman policier. Intrigue simple, cuisine sicilienne, jours d'été à Vigata, Sicile.
"..... Catarella n'arépondit pas.
        - T'es devenu muet ?
        - Oh que non, parlant je suis, mais, dottori, j'ademande compréhensivité et pardonnement mais..... "
            "..... Un élan de bonheur et un élan de tristesse en même temps saisirent le commissaire. Goûter les arancini * d'Adelina était une expérience absolue, essentielle, 'ne fois qu'on les avait essayées on en conservait la mémoire éternelle...... "

viande et des petits pois..... " 

    * Extrait d'une note des éditeurs " Grosses boulettes de riz contenant un coeur de mozarella ou de viande et des petits pois..... "        

jeudi 21 avril 2016

Golem Pierre Assouline ( Roman France )


Golem

       amazon.fr

                                            Golem

             Pierre Assouline met en exergue "Où irais-je si je pouvais
aller, que serais-je si je pouvais être... " Beckett.                                    larepubliquedeslivres.com 
Afficher l'image d'origine            Froide journée d'hiver. Gustave Meyer s'interroge " Quand fond la neige où va le blanc ?" Il quitte l'hôpital et son ami et médecin qui le soigne pour de violents maux de tête, il est de plus sujet à des crise d'épilepsie. Gustave joueur d'échecs professionnel vit dans un monde d'échiquier refaisant mentalement les parties. Arrêté et emmené par deux hommes, policiers, sans explication, il s'échappe à la suite d'un accident inattendu. Et le thriller se met en place. L'arrestation imprévue et son malaise au sortir de l'hôpital, Gustave est inquiet il n'est pourtant guère concerné par la vie quotidienne, poussé par son ami médecin il prépare un tournoi à Prague où seront présents les meilleurs joueurs du monde, Il décide donc de fuir sans laisser de traces, abandonne carte bleue et téléphone portable. Il apprend par sa fille la mort dans un accident de voiture de son épouse, accident qu'il aurait provoqué grâce à ses connaissances en informatique. Il marche dans Paris décidé à trouver qui a voulu tuer sa femme, loge un temps dans un petit hôtel de la Goutte d'Or, tente de trouver son dossier dans les archives de l'hôpital et apprend que son ami et médecin a, lors de l'opération subie peu de temps avant, opéré une stimulation cérébrale profonde pour booster sa mémoire, sans l'en informer. Il pense au Golem et poursuit ses recherches dans les bibliothèques, notamment dans l'une d'elles bien cachée dans le 13è arrondissement. Et sa quête le conduit à Londres et à Oxford. Sa grande admiration pour Rothko à la Tate Modern manque briser sa quête et son anonymat. A Oxford il rencontre des transhumanistes et des posthumanistes, en désaccord avec ces derniers il les quitte et, à bout de finances il trouve un club de joueurs, joue, gagne et poursuit une double enquête sur Marie son épouse lanceur d'alertes sur les produits pharmaceutiques, et sur lui-même, qu'est-il devenu ? A Paris Gustave Meyer est activement recherché, sans résultat, par Zina, capitaine Rocher aidée mollement par Emma qui connaît trop son père et le croit innocent, néanmoins elle donne une indication à Zina qui pense avoir retrouvé sa trace à Londres grâce à Interpol et aux multiples caméras, c'est vendredi soir si l'inconnu entré dans une chemiserie a acheté une chemise blanche, c'est Gustave, chemise blanche pour la prière du vendredi soir. Mais plus rapide qu'elles il échappe aux regards et quitte l'Angleterre. Ses pas, ses souvenirs, le conduisent en Europe de l'est. Ici et là sont enterrés ses ancêtres victimes de pogroms, et toujours sur son front apparaît parfois le mot " émet ", vérité en hébreu. Il arrive à Prague, la légende du Golem, issue de l'imagination d'un rabbin il y a un peu plus de 200 ans, est connue de tous depuis le livre de Meyrinc, le film de Julien Duvivier et les jeux vidéo. Et alors ? Dans Prague Vieille-Nouvelle, après quelques détours dans les rues et la synagogue, arrive l'épilogue d'une histoire pleine d'intelligence, de mots compliqués et d'intérêt.


                                                                

mercredi 20 avril 2016

Correspondance Marcel Proust Lucien Daudet 1 ( Lettres France )

Résultat de recherche d'images pour "pensees fleurs"
meillandrichardier.com                                         


                                                                                 ( Lucien Daudet date cette lettre de

                                                                                               Fin août 1913 )

            Mon cher petit,
            ...... Je suis bien heureux que ma lettre ait dissipé les malentendus. Mais enfin, puisque vous me dîtes, " j'ai été triste de ne pas vous voir au moment du mariage d'Edmée " ( soeur de Daudet, note du livre ) comment puis-je ne pas vous dire que je n'ai reçu ni lettre de faire-part ni annonce ou invitation d'aucune sorte ( montrez-moi en ne répondant pas à ceci que vous comprenez bien que ceci n'est pas une "récrimination " ). Chose comique, le hasard fait que les deux fois où je suis sorti ( j'entends sorti de chez moi, car je ne suis allé chez personne ) étaient les veilles de " contrats "ou choses analogues, ce qui amenait le dialogue suivant :
            - " On vous verra demain chez Madame Daudet.
            - Mais non, je ne suis pas invité. "
            Et la réplique des amis qui croient arranger en disant :
           - " Oh ! pardon, je vois que j'ai fait une gaffe ; d'ailleurs je crois qu'ils n'ont pas invité beaucoup de monde. "
Afficher l'image d'origine *           Mon cher petit, au nom du ciel, ne vous imaginez pas que tout ceci soit un reproche !!! Mais comme le jour du dernier goûter chez Madame Daudet, j'avais eu une vision particulièrement radieuse de votre soeur que je n'avais jamais vue si ravissante ni si bonne pour moi ( elle avait été délicieuse avec moi ), je veux que vous sachiez que si je m'y étais cru autorisé par le moindre faire-part, je n'aurais pas manqué de lui écrire et de vous écrire à tous. Si vous avez l'occasion de lui dire, non comme une récrimination, mais comme une " déclaration ", vous me ferez plaisir. Quant à votre  " méfiance de vous-même " vis-à-vis de moi, permettez-moi de ne pas y répondre car je crois que vous savez très bien comme je vous admire et vous aime et n'avez nul besoin que j'insiste là-dessus. J'ai même failli mille fois vous ennuyer pendant la fabrication de mon livre. Car nous avons ceci de spécial, que je suis la seule personne qui aie besoin de connaissances précises, de savoir exactement les choses dont je parle, et que vous êtes la seule qui les sachiez. Et sans doute vous écrire m'eut épargné les correspondances interminables que j'ai eues avec des horticulteurs, des couturiers, des astronomes, des héraldistes, des pharmaciens, etc. et qui ne m'ont servi à rien et qui, peut-être, leur ont servi à eux, car j'en savais un tout petit peu plus qu'eux.
            Mon cher petit, vous savez que je suis très souffrant, très ennuyé, très malheureux. Je vous prie de comprendre que c'est pour cela si ma lettre répond imparfaitement à bien des choses que vous me dites, mais c'est une telle fatigue pour moi d'écrire. Moi qui ai plus de méfiance de moi que vous n'en avez de vous, je n'ose vous proposer de vous envoyer, si cela pouvait vous amuser à parcourir, les épreuves de mon premier volume ( car hélas, le livre sera divisé, et stupidement sans qu'on puisse dès le 1er volume se douter de ce que cela sera, en trois volumes ). ( Dieu sait si jamais je pourrai faire paraître les deux autres, qui sont écrits, mais je change sur épreuves du 2è et du 3è volumes, que je n'ai même pas encore données à l'éditeur, combien de temps se passera-t-il ).    **
Afficher l'image d'origine            Je ne suis pas très désireux de vous les envoyer parce que je sais bien que même si on lit un livre, on ne le relit pas, et il y aura çà et là des améliorations du dernier moment que j'aime mieux que vous connaissiez. Mais enfin si cela vous amuse ( c'est beaucoup dire ! ), vous n'aurez quand vous serez dans un endroit fixe où je puisse vous envoyer un paquet recommandé qu'à me dire de le faire et je vous enverrai aussitôt que je le pourrai des épreuves que vous pourrez à la rigueur perdre car je les aurai en double, mais que j'aime mieux que vous ne perdiez pas, parce que je ne les aurai qu'en double, que l'autre double retournera à l'éditeur et que si j'avais égaré une feuille, je serais bien content de pouvoir en distribuer une de votre double pour remplacer la feuille perdue. Mais j'ai peur d'aller au-devant d'une " roumestanerie " ( note de Lucien Daudet : allusion au personnage de son père " Numa Roumestan " ) en vous offrant cela et qu'au fond cela vous assomme d'autant plus que je vous assure, ce 1er volume seul, c'est, je ne peux pas dire peu de choses parce que je ne le pense tout de même pas, mais enfin bien peu de choses dans son ensemble qui lui donnera sa signification, si je peux me remettre au travail.
            Mon cher petit, j'ai voulu vous écrire mais je ne vous écrirai plus parce qu'il faudrait que je reprenne 30 kilos ( ! ) et pour cela ne pas écrire, etc., etc...
            Au revoir mon cher petit, je vous envie bien les beaux jours avec votre Mère ; quand on sait le grand poète qu'elle est, on se dit que la quotidienne interposition de sensibilité entre la nature, la vie et vous, doit être bien passionnante. Présentez lui mes respectueux hommages ainsi qu'à votre soeur et à votre belle-soeur si elles sont auprès de vous, et dites toutes mes affections à votre frère ; je vous embrasse tendrement, mon cher petit,
                                  Votre
                                                                             Marcel

            J'espère connaître votre beau-frère l'hiver prochain.
            Quelqu'un que j'ai eu un grand plaisir, et ce n'est pas assez dire, à retrouver rue de Bellechasse, comme évoqué des soirs d'autrefois, c'est Flament. Il a été tel que ce que je pouvais me rappeler de mieux de lui, et de combien d"être peut-on dire cela. Le hasard d'une soirée chez Larue me l'a fait revoir ensuite et trouver vraiment parfait, n'ayant aucun des défauts mondains qu'on pourrait supposer ( du moins c'est ainsi qu'il m'a paru ) et exprimant mieux même qu'autrefois ce qu'il était déjà sans doute autrefois. Je vous dis tout cela très mal ( et nullement pour que vous le lui répétiez, au contraire, Nous nous sommes dit très bien l'un à l'autre tout ce que nous éprouvions. )


__________________

            Au bas de cette lettre Lucien Daudet note :
           "  Au reçu de cette lettre, je suppliai Marcel Proust de m'envoyer des épreuves le plus vite possible. Je les reçus le surlendemain et passai toute cette journée et une partie de la nuit suivante à lire Swann.
            Je revins de là ( car j'avais l'impression d'un voyage autant que d'une lecture ) ébloui. J'essayai de lui dire tout de suite pourquoi j'étais ébloui.



 lapprentimenuisier.wifeo.com                          ******************************
Afficher l'image d'origine
            Mon cher petit,
            Je ne crois que mon admiration pour vous soit un effet de ma tendresse pour vous, mais je crois que ce que vous appelez votre admiration pour mon livre est un effet de votre grande gentillesse pour moi. Et peut-être n'en a-t-elle jamais eu de plus grand, de plus prodigieux que cette lecture et cette lettre immédiate, telles qu'en voyant tout à l'heure votre écriture et quelque désir que ce pût déjà être une " appréciation " comme dirait la Comtesse A., j'ai calculé qu'il était même impossible que vous eussiez reçu mes épreuves quand votre lettre était partie.
            Mon cher petit, dans le second volume vous verrez un diplomate "Gd Seigneur " si poli qu'on ne peut jamais croire que ses lettres quand on les reçoit soient déjà des réponses et qu'on croit que la correspondance s'est croisée, et qu'il semble qu'il existe des levées spéciales pour lui. Vraiment j'ai eu la même impression devant ce miracle de gentillesse. Dire que dans l'amour, quand on aime et qu'on n'est pas aimé ( c'est la forme sous laquelle je connais habituellement ce sentiment ) on fait mille calculs pour se persuader que la femme n'a pas pu matériellement vous écrire encore, quelque désir qu'elle en ait. Et que quand quelqu'un veut faire quelque chose de sublimement gentil, il peut par retour du courrier vous écrire dix pages qui en condensent, en exaltent, en magnifient, en stylisent, en approfondissent cinq cents.
            Mon cher petit, comment pourrais-je jamais vous remercier. J'avais justement envie de vous récrire parce que j'ai eu l'idée d'interpoler un peu les dernières pages que vous avez ( ou plutôt de leur rendre leur ordre primitif ) et d'ajouter pour fin du volume quelques pages qui venaient un peu plus loin et que vous n'avez pas. Je vais tâcher de les trouver et de vous les envoyer et si cela ne vous gêne pas trop, vous me direz si cela ne finit pas mieux que la dernière page actuelle. Quant aux épreuves que vous avez, vous pouvez les garder tant que vous voudrez. Je serai naturellement excessivement fier si Madame votre mère veut bien en lire quelques pages. Si cela n'était pas ridicule j'aurais à m'excuser auprès d'elle de certaines rencontres. Ainsi, ce que vous me dites trop gentiment d'un oiseau qui divise un arbre incertain ( je ne sais pas exactement la phrase ) est bien moins joli qu                       " Son vol est un circuit dessiné par sa voix " ( Mme Alphonse Daudet )   ***              
Afficher l'image d'originemais y ressemble, moins l'arabesque adorable. Mais Madame Daudet peut être certaine que s'il y a eu rencontre il n'y a jamais eu plagiat ; eussé-je connu cette pièce avant d'avoir écrit cette page ( en réalité écrite depuis des années, que j'aurais été incapable d'y introduire quelque chose qui ne serait pas de moi. Et à ce propos remerciez infiniment Madame Daudet de sa ravissante carte. Je l'ai reçue comme le plus charmant honneur ! Je ne lui ai pas récrit par discrétion et par fatigue.                                                                    
            Mon cher petit, je réponds à certaines choses que vous me dîtes. Je n'ai plus d'épreuves sous les yeux, mais je suis presque sûr de n'avoir jamais dit qu'on tuait un poulet le jour où on le mangeait ( bien que cela se passe souvent à la campagne ). Françoise fait chaque soir un poulet et ce n'est pas celui du jour qu'elle tue. - Pour les fleurs, j'ai, je vous assure, beaucoup de scrupules ; ainsi dans la 1ère version parue dans le Figaro de ces aubépines, il y avait dans le même chemin des églantines. Mais ayant trouvé dans la Flore de Bonnier que les églantines ne fleurissaient que plus tard, j'ai corrigé et j'ai mis dans le livre " qu'on pourrait voir quelques semaines plus tard, etc., " Pour la verveine et l'héliotrope, il est vrai que Bonnier indique pour la première qu'elle fleurit de juin à octobre, pour la seconde de juin à août ! Mais comme il s'agit dans Bonnier de fleurs sauvages, j'avais cru ( et l'horticulteur à qui j'ai écrit m'avait assuré ) que dans un jardin ( et non plus dans la haie comme pour l'épine et l'églantine ) on pouvait les faire fleurir dès mai quand les aubépines sont encore en fleurs. Puisque c'est impossible, que puis-je mettre d'autre, le réséda et le jasmin seraient-ils possibles, ou d'autres ? Et à ce propos savez-vous comment est " le Chêne d'Amérique " ? Du reste vous me direz dans ma fin nouvelle que vous recevrez s'il y a des erreurs. Je ne suis pas certain.                       Mon cher petit, vous me dites qu'il y a un certain sens social et des répercussions aussi dans ce livre ; j'accepte ce double compliment ; vous verrez que c'est vrai quand vous connaîtrez les 2 autres volumes. D'ailleurs presque tout ce que vous avez lu ne prendra son sens qu'alors, et si j'ai parlé des noms de pays dans ce volume, ce n'est pas une digression, le dernier chapitre s'appelle : " Noms de pays : le Nom " Le principal chapitre du second volume  s'appelle : " Noms de pays : le Pays. " Et cet exemple n'est rien, François le Champi revient à la fin du 3è volume, etc. Souvent, vous le savez on dit d'un grand artiste " à côté de son génie c'était une vieille bête qui avait les idées les plus étroites ", mais comme on a d'avance l'idée de son génie on ne se le figure pas en réalité étroit et ridicule. Aussi j'ai trouvé plus frappant de montrer d'abord Vinteuil vieille bête sans laisser soupçonner qu'il a du génie, et dans le 2è chapitre de parler de sa sublime sonate que Swann n'a même pas un instant l'idée d'attribuer à la vieille bête. De même ce n'est pas une erreur si dans le 1er chapitre, à la 2è ou 3è page vous avez lu : " Suis-je à Tansonville chez Mme de Saint-Loup ? " Alors que Tansonville appartient à Swann ; mais c'est que dans le 3è volume Mlle Swann épouse Robert de'Saint-Loup que vous connaîtrez dans le second volume.
****            Je vous dis tout cela, mon cher petit, pour vous donner ma plus intime confidence, vous dévoilez d'avance mes pauvres petits secrets.
           Mon cher petit, quant à ce que vous me dites d'un article, je n'ai aucun besoin de poser avec vous, ce que je ne ferais du reste avec personne. Ce sera pour moi, si vous ne changez pas d'avis et d'envie, une joie profonde ou plutôt beaucoup de joies diverses, et où la joie nullement désintéressée d'entendre parler de moi en public d'une façon si favorable par quelqu'un comme vous, ne sera nullement absente. J'en serai assez ravi au point de vue du pur sentiment que je peux très franchement vous dire que je le serai aussi au point de vue de mon amour-propre. Celui-ci n'est pas souvent gâté. La " Soirée chez Mme de St-Euverte " et d'autres pages, je les avais envoyées à *** et à *** . M. X. et M. XX les ont refusées et ce n'est pas trop étonnant. Mais d'autres pages envoyées à *** ( gens intelligents ) l'ont été également. En désespoir de cause, j'ai envoyé St-Euverte au supplément du Figaro . Chevassu a trouvé cela " aigu ", ce que X. avait déjà trouvé. Mais trop long, et m'a tout renvoyé. Quant à M. Hébrard, il demandait tout le temps à Reynaldo et à d'autres que je lui envoie des choses au Temps. Je lui ai envoyé un article sur La Colline inspirée ( il faudra que je le dise à Barrès qui ne le sait pas et m'a écrit, paraît-il une longue lettre laquelle ne m'est jamais parvenue )... Il ne l'a pas pris et n'a même jamais répondu.
            Mais avec votre "signature " cela sera autrement facile ! Si vous ne changez pas d'intention ( et vous m'avez déjà écrit cette lettre adorable, ne vous fatiguez pas si vous avez à ce moment-là quelque chose à faire, si vous voyagez ), mais enfin pour le cas où vous voudriez toujours le faire, vous pourriez m'envoyer cet article ( si vous n'avez pas de préférence pour le journal où le faire paraître ) et Reynaldo qui est fâché avec Le Journal et Le Temps m'aient refusé dernièrement, voudra peut-être avoir une revanche dans l'un ou dans l'autre en y faisant insérer votre article. Ou bien mon éditeur qui paraît-il excelle à faire connaître ses auteurs et s'est battu en duel parce que l'Académie avait donné un prix au livre de Romain Rolland au lieu d'à celui qu'il avait édité et qui est très versé dans ces choses, pourrait se charger des démarches auprès d'un Echo de Paris quelconque. Je connais un peu Laffite ( de Cabourg ). Je ne sais s'il a toujours Excelsior, ni si c'est un journal suffisamment littéraire. Si Calmette y consentait, le livre lui étant dédié, le plus naturel serait Le Figaro.
            En un mot, si vous n'avez pas de préférences spéciales, je pourrai donner carte blanche soit à Reynaldo, soit à Grasset, soit tâcher ( ce qui est un peu plus délicat ) avec Calmette. Tout cela au cas où l'Action Française ne vous paraîtrait pas devoir accueillir volontiers l'article, car à cause de votre frère et de Maurras, c'est encore ce qui me flatterait le plus.
            Mon cher petit, je vous quitte parce que je suis si mal que je ne sais comment j'ai pu vous écrire aujourd'hui ; je suis en ce moment bien malade et accablé de chagrins, mais votre lettre m'a ému d'une secousse si profonde que ce devrait être à en recouvrer sur-le-champ la santé et le bonheur. Que j'aimerais être votre " miraculé * " mon petit ! En tous cas, l'adorable miracle de gentillesse vous l'avez fait, fait et parfait, comme un chef-d'oeuvre, et je vous en remercie de tout mon coeur.
                                   Votre

                                                                                          Marcel

* Lucien Daudet note à propose de ce miraculé : " Allusion au bonheur et à l'émotion que j'avais eus, quelque temps auparavant à Lourdes, de voir guérie instantanément sur le passage du Saint-Sacrement, une femme mourante et inconnue de moi dont je conduisais la petite voiture. 

*      flickr.com
**       gallart.by
***     kaweahoaks.com         
****   classicnews.com