vendredi 30 décembre 2016

La liberté de la presse et autres - extraits Mark Twain ( Nouvelles USA )

Afficher l'image d'origine
phildecressac.canalblog.com

                                                   La liberté de la presse
                                                            ( extraits )             .......... La presse s'est moquée de la religion jusqu'à ce que ses railleries deviennent populaires. Elle a défendu des hauts fonctionnaires criminels pour des histoires de partis jusqu'à ce que ça aboutisse à la création du Sénat américain dont les membres sont incapables de comprendre quelle est la différence entre un crime aux yeux de la loi et la dignité de leur propre personnage...... J'attribue totalement cette situation exécrable aux journaux..... une presse qui est plus que libre...... L'opinion publique n'est retenue par rien....... Il existe des lois pour protéger la liberté de parole de la presse mais aucune qui permette de protéger les gens de la presse.........
            Il me semble que notre morale décline à mesure qu'augmente le nombre de nos journaux...... Pour un journal qui fait du bien il y en a cinquante qui font du mal.........
            Il y a d'excellentes vertus dans les journaux, des pouvoirs qui exercent une immense influence pour le bien, dont j'aurais pu parler et faire un éloge exhaustif, mais, messieurs, vous n'auriez plus rien à en dire.

                                                                                             MT
                                                                                            USA 1873


                                                    Le privilège de la tombe
                                                               ( extraits )         
            Son occupant possède un privilège que n'exerce aucune personne vivante : la liberté de parole...... La liberté de parole est autorisée en théorie mais interdite en pratique........ Chaque homme porte en lui une opinion impopulaire concernant la politique ou la religion, et dans la plupart des cas il n'en a pas une mais plusieurs. Plus l'homme est intelligent plus il a une cargaison d'idées de cet acabit qu'il garde par devers lui. Il n'est pas un individu...... qui ne soit le dépositaire de convictions impopulaires chères à son coeur et choyées que la sagesse commune lui interdit d'exprimer....... Aucun d'entre nous n'aime être haï ou mis à l'écart....... Cette habitude produit tout naturellement le résultat suivant : l'opinion publique étant née et ayant grandi de la même façon, on ne peut absolument pas parler d"opinion " mais de "politique " pure et simple, car elle n'est sous-tendue par une aucune réflexion ni principe et ne mérite aucun respect.                                                                                                                                                                                                
Afficher l'image d'origine            Quand on présente aux gens un projet politique entièrement nouveau et inédit, ils sont surpris, inquiets et timorés, et pendant quelque temps ils restent muets, réservés et ne s'en mêlent pas. La majorité d'entre eux n'étudient pas la nouvelle doctrine et ne savent pas quoi en penser, ils attendent de voir de quel côté penche l'opinion publique.......
            C'est l'envie de suivre le mouvement qui fait le succès des partis politiques........
            La liberté de parole est le privilège et le monopole des morts.......
                                                                                                               
                                                                                                                                                                                                                                               stripsjournal.canalblog.com                                                                                                             
                                                                                            MT
                                                                                            USA 1905


                                                           Journalisme au Tennessee
                                                                     ( extraits )         

            Un médecin m'a expliqué qu'un climat du sud améliorerait ma santé, et je suis donc descendu dans le Tennessee où j'ai trouvé un poste de rédacteur adjoint au..Volubilis et cri de guerre du comté de Johnson - titre fictif...... Le rédacteur en chef était assis, penché en arrière sur une chaise à trois pieds, le pied sur une table en sapin. Il y avait une autre table en sapin dans la pièce et une autre chaise abîmée et toutes étaient à moitié noyée sous des piles de journaux, des bouts de papier et des feuillets de manuscrits. Il y avait un sablier en bois constellé de mégots de cigares et de " ola soldiers ", et un poêle dont la porte ne tenait plus que par le gond du haut. Le rédacteur en chef était revêtu d'une longue redingote de drap noir et d'un pantalon de lin. Ses bottes étaient courtes et parfaitement cirées. Il portait une chemise froissée, une grosse chevalière, un col droit d'un modèle obsolète et un foulard à carreaux dont les pans pendaient. Costume " 1848. Il fumait un cigare en réfléchissant à un mot et, à force de triturer les cheveux il avait pas mal ébouriffé ses mèches. Il avait l'air terriblement renfrogné et j'en ai conclu qu'il concoctait un éditorial particulièrement ardu. Il me dit de prendre les échanges, d'y jeter un oeil et d'écrire sur " l'esprit de la presse du Tennessee ".
            J'ai écrit........ J'ai tendu mon manuscrit au rédacteur en chef pour qu'il l'accepte, le modifie ou le détruise. Il y a jeté un coup d'oeil et son visage s'est assombri. Il l'a parcouru de bout en bout et son expression ne laissait rien présager de bon. Il était facile de voir que quelque chose n'allait pas. Il s'est levé d'un bond et s'est écrié :
            - Mille tonnerres ! vous vous figurez que je vais parler comme ça de ces individus ? Vous vous imaginez que mes souscripteurs vont accepter un tel éreintage ? Passez-moi le crayon !
            Je n'avais jamais vu un crayon érafler et égratigner si rageusement, ou bien labourer les verbes et les adjectifs d'un autre homme aussi implacablement. Alors qu'il était au milieu de son entreprise quelqu'un lui tira dessus par la fenêtre et défigura la symétrie de mon oreille.
            - Ah ! dit-il, c'est ce scélérat de Smith du Moral Volcano il était attendu hier.
            Et il s'empara d'un revolver de la marine qu'il portait à la ceinture et tira. Smith s'effondra touché à la cuisse. Le coup empêcha Smith d'atteindre son but, qui était en train de saisir une seconde chance, et il estropia une tierce personne. C'était moi. Juste un doigt emporté par une balle.
            Sur ce le rédac chef reprit ses raturages et ses ajouts. Au moment où il venait de s'arrêter une grenade à main descendit le tuyau du poêle et l'explosion le souffla. Néanmoins, elle ne posa pas d'autres dégâts, à l'exception d'un morceau perdu qui vint me casser deux dents.
            - Ce poêle est complètement fichu, s'exclama le rédacteur en chef.
            Je lui répondis que j'en avais bien peur.
Afficher l'image d'origine            - Eh bien ! peu importe, pas besoin par ce temps. Je sais qui a fait ça, je l'aurai. En attendant voilà comment il aurait fallu écrire ce papier......... Colérique et droit au but. Le journalisme façon bouillie au lait me met les nerfs en pelote.
            A ce moment-là une brique est passée par la fenêtre qui a volé en éclats et m'a porté un énorme coup dans le dos. Je me suis déplacé. Je commençais à penser être sur la trajectoire. Le rédacteur en chef a déclaré :
            - C'était probablement le colonel. Je l'attendais depuis deux jours. Il ne va pas tarder à se pointer ici.
            Il avait vu juste......
            - Monsieur, ai-je l'honneur de m'adresser au poltron qui publie     lepalingeois.magix.net                                              cette feuille miteuse ?
            - En effet. Installez-vous, monsieur, Attention à la chaise, il lui manque un pied. Je crois que j'ai l'honneur de m'adresser à ce menteur putride de colonel Blatherskite ( débiteurs de sornettes ) ?
            - Très bien monsieur. J'ai un petit compte à régler avec vous. Si vous avez le temps nous pouvons commencer........
            Les détonations des deux pistolets résonnèrent effroyablement au même instant. Le rédacteur en chef perdit une mèche de cheveux et la balle du colonel termina son parcours dans la partie charnue de ma cuisse. L'épaule gauche du colonel fut légèrement éraflée. Ils tirèrent de nouveau. Chacun manqua l'autre....... Au troisième tir les deux messieurs furent légèrement blessés et j'ai eu une phalange brisée........
            Ils parlèrent des élections et des moissons pendant qu'ils rechargeaient et je pensai mes blessures. Mais ils firent feu à nouveau avec animation, et chaque tir faisait mouche. La sixième balle blessa mortellement le colonel qui fit remarquer, avec une pointe d'humour, qu'il devait prendre congé à présent, car il avait affaire en ville. Il demanda ensuite son chemin pour aller chez l'entrepreneur de pompes funèbres et s'en alla. Le rédacteur en chef .......
            - J'attends quelqu'un pour dîner et je dois me préparer........ Jones sera ici à trois heures, rouez-le de coups. Gillepsie viendra plus tôt sans doute, jetez-le par la fenêtre. Ferguson se présentera vers quatre heures, tuez-le........ Si vous avez un peu de temps vous pouvez écrire un article saignant sur la police..... Les fouets sont sous la table, les armes dans le tiroir, les munitions là, dans le coin. Les charpies et les bandages là-haut dans les cases du bureau. En cas d'accident allez voir Lancet, le chirurgien, au rez-de-chaussée. Il fait de la réclame, nous avons un accord. Et il partit...... - Ils vinrent - me laissèrent sur le carreau les habits totalement déchirés....... Le rédacteur en chef est arrivé et avec lui une cohue d'amis charmés et enthousiastes. S'ensuivit une scène d'émeute et de carnage..... Le rédacteur en chef et moi étions assis, seuls, contemplions le champ de ruines maculé de sang jonchant le sol autour de nous. Il me dit :
            - Vous aimerez cet endroit quand vous vous y serez habitué.
            .......... L'écriture vigoureuse est faite pour élever le public, aucun doute là-dessus, mais je n'aime pas attirer toute cette attention qu'elle appelle....... Les expériences sont originales, je vous l'accorde, et amusantes aussi, grosso modo, mais elles ne sont pas réparties judicieusement........ En l'espace de cinq minutes toutes les gouapes du coin arrivent ...... entendant faire mourir de peur ce qui reste de ma personne avec leurs tomahawks. ..... Dans le Sud on a le coeur trop impulsif, l'hospitalité du Sud est trop prodigue avec l'étranger...... Je dois vous dire adieu. Je décline ma participation à ces festivités. J'étais venu dans le Sud pour ma santé, je repars pour les mêmes raisons sur-le-champ. Le journalisme au Tennessee est trop mouvementé pour moi.                     caricaturistes3.rssing.com  
Afficher l'image d'origine            Après que nous avons pris congé l'un de l'autre, en regrettant mutuellement cette séparation, j'ai pris mes appartements à l'hôpital.


                                                                                           MT
                                                                                           USA 1871


                                           Comment j'ai édité un journal agricole  
                                                               ( extraits )                                       
             J'ai accepté de prendre provisoirement la direction d'un journal agricole, non sans crainte. Pas plus qu'un capitaine ne prend le commandement d'un navire sans appréhension. Mais j'étais dans une situation qui faisait du salaire un bon motif. Le rédacteur en chef attitré était parti en vacances. J'ai accepté les termes du contrat qu'il m'a proposé et j'ai pris sa place.
            Le sentiment de retravailler était luxueux, et j'ai travaillé toute la semaine avec un plaisir inépuisable. Nous sommes allés à l'imprimerie et j'ai attendu le jour avec une certaine sollicitude pour voir si mes efforts allaient être couronnés de succès. Quand j'ai quitté le bureau, à la tombée du jour, un groupe d'hommes et de jeunes garçons au bas de l'escalier s'est écarté comme un seul homme et m'a laissé passer. J'ai alors entendu un ou deux d'entre eux s'exclamer :
            - C'est lui !
            Cet incident m'a tout naturellement réjoui. Le lendemain matin j'ai trouvé un autre groupe similaire au pied de l'escalier, et quelques individus seuls ou en groupes épars ici et là dans la rue et sur le passage.
            - Regardez ses yeux !
            J'ai feint de ne pas remarquer que j'exerçais sur eux un charmes, mais, en secret, j'en ai éprouvé de la satisfaction et je me suis proposé de raconter cette histoire à ma tante. J'ai grimpé la petite volée de marches et entendu des voix joyeuses et un éclat de rire en m'approchant de la porte que j'ai ouverte. Et j'ai aperçu deux jeunes hommes qui semblaient venir de la campagne. Leurs visages ont blêmi, se sont allongés quand ils m'ont vu, et tous deux ont sauté par la fenêtre dans un grand bruit de verre brisé. Cela m'a surpris.
            Une demi-heure plus tard un vieux monsieur, avec une longue barbe et un beau visage austère est entré et s'est assis comme je l'y avais invité. Il semblait avoir quelque chose en tête. Il a retiré son chapeau et l'a posé par terre, puis il a sorti un foulard de soie rouge et un exemplaire de notre journal.
            Il a posé le journal sur ses genoux et, tout en essuyant ses bésicles avec son foulard, il m'a demandé :
            - Êtes-vous le nouveau rédacteur en chef ?
Afficher l'image d'origine            Je lui ai répondu que tel était bien le cas.
            - Avez-vous déjà dirigé un journal agricole auparavant ?
            - Non, ai-je répondu, c'est ma première tentative.
            - De toute évidence ! Avez-vous une quelconque expérience en agriculture ?
            - Non, je ne crois pas.
            - Mon instinct me le disait, répondit le vieux monsieur en chaussant ses lunettes et en me toisant par-dessus avec rudesse, tout en repliant le journal pour lui donner une forme pratique. Je voudrais vous lire ce qui a nourri cet instinct. C'est cet éditorial.   Écoutez et réfléchissez pour savoir si c'est vous qui l'avez écrit :                lagouriniere.fr
            " On ne devrait jamais arracher les navets, ça leur fait mal. Il vaudrait mieux envoyer un garçon grimper à l'arbre et le secouer. "
Alors qu'en pensez-vous ? car je suppose vraiment que c'est vous qui l'avez écrit ?
            - Ce que j'en pense ? Eh bien ! je trouve que c'est bien. Je trouve que c'est sensé. Je suis sûr et certain que chaque année des millions et des millions de boisseaux de navets sont abîmés dans cette ville uniquement parce qu'ils ont été arrachés alors qu'ils n'étaient pas encore mûrs, alors que si on avait envoyé un garçon secouer l'arbre...
            - Secouez donc votre grand-mère ! Les navets ne poussent pas dans les arbres !
            - Ah ! Vraiment ? Mais qui a dit que c'était le cas ? La formule se voulait métaphorique, totalement métaphorique. Quiconque s'y connaît saura que je voulais dire que le garçon devait secouer les vignes.
            A ces mots le vieux monsieur s'est levé, a déchiré son exemplaire en mille morceaux qu'il a piétinés, a cassé plusieurs choses avec sa canne, m'a dit que j'étais plus ignorant qu'une vache et est sorti en claquant la porte derrière lui.
            En un mot il s'est comporté comme si quelque chose l'avait contrarié. Mais, ne sachant pas pourquoi il s'était mis dans cet état, je ne pouvais lui être d'aucune aide.
            Peu après une longue créature cadavérique, avec de longues boucles pendouillant sur les épaules et le visage hérissé d'une éteule d'une semaine passée dans les collines et les vallées a fait irruption et s'est arrêté, immobile, un doigt sur les lèvres, la tête et le corps penchés dans l'attitude de celui qui écoute. On n'entendait pas un bruit.
            Il écoutait encore. Pas un bruit. Puis il a tourné la clef dans la porte et s'est avancé sur la pointe des pieds jusqu'à ce qu'il soit à quelques centimètres de moi. Il s'est arrêté et, après m'avoir dévisagé avec beaucoup d'intérêt, il a sorti de sous sa poitrine un exemplaire plié de notre journal et dit :     short-edition.com
Afficher l'image d'origine            - Là vous avez écrit ça. Lisez-le moi, vite ! Soulagez-moi, je souffre.
            J'ai lu ce qui suit et au fur et à mesure que les phrases sortaient de mes lèvres je voyais le soulagement le gagner, ses muscles bandés se relâcher, l'inquiétude quitter son visage et le repos et la paix passer sur ses traits comme le clair de lune clément sur un paysage désolé :
            " Le guano est un bel oiseau, mais l'élever nécessite beaucoup de soins. Il ne faut pas l'importer avant juin et après septembre. Le garder au chaud en hiver où il pourra couver ses petits.
            Il est évident que nous avons une saison de retard pour les grains, le ferait donc bien de commencer à disposer les tiges de maïs et à planter ses galettes de blé noir en juillet plutôt qu'en août.
            Concernant la citrouille. Cette baie est l'une des préférées des autochtones de l'intérieur de la Nouvelle-Angleterre, ils la préfèrent à la groseille à maquereau pour faire du gâteau aux fruits et, de même, lui accordent la préférence par rapport à la framboise pour nourrir les vaches, parce qu'elle est plus nutritive et extrêmement savoureuse. La citrouille est le seul comestible de la famille de l'orange qui pousse dans le Nord à l'exception de la gourde et d'une ou deux variétés de courge. Mais l'habitude de la planter dans la cour avec le massif d'arbustes passe rapidement de mode, car tout le monde s'accorde à dire que le citrouillier ne donne pas assez d'ombre.
            Maintenant que les chaleurs approchent et que les jars commencent à frayer....
            Cet homme qui m'avait écouté dans un état d'excitation s'est précipité vers moi pour me serrer les mains et me dire :
            - Voilà, voilà... ça suffit. Je sais que j'ai raison maintenant, parce que vous venez de le lire comme je l'ai fait, mot à mot. Mais, étranger, quand je l'ai lu pour la première fois ce matin, je me suis dit que je ne pouvais pas y croire jusque-là, bien que mes amis me gardent sous surveillance, mais à présent je crois bien que je suis fou. Alors, j'ai poussé un hurlement qu'on a pu entendre à deux miles à la ronde, et je me suis mis en route pour tuer quelqu'un... parce que, vous voyez, je savais que cela arriverait tôt ou tard, et donc je pouvais aussi bien commencer maintenant. J'ai encore relu un des paragraphes, pour en être sûr, et ensuite j'ai brûlé ma maison, et je me suis mis en route. J'ai estropié plusieurs personnes et j'ai poussé un gars à grimper dans un arbre, où je peux le retrouver si je veux. Mais je me suis dit que je pourrais passer ici puisque j'étais dans le coin et m'assurer de la chose. Et maintenant que c'est bien certain, je vous dis que c'est une chance pour le type qui est dans l'arbre. J'aurais dû le tuer en revenant. Au revoir, monsieur, au revoir, vous m'avez retiré une sacrée épine du pied.......
            Je me sentais mal à l'aise à cause des blessures et des incendies dont cette personne s'était réjouie...... Mais ses pensées disparurent bien vite car le rédacteur en chef officiel fit son entrée !
( Je pensais par-devers moi " Si vous étiez parti en Egypte comme je vous l'avais conseillé, j'aurais pu avoir une chance de me faire la main...... ) "
            Le rédacteur en chef avait l'air triste, perplexe et abattu.........
            - Regardez-moi ça ! Quel spectacle navrant. La bouteille de colle de poisson est cassée, ainsi que six carreaux, le crachoir et deux bougeoirs. Mais ce n'est pas le pire. La réputation du journal est atteinte, et durablement, je le crains. C'est vrai qu'il n'y avait jamais eu beaucoup de demande pour le journal, qu'il ne s'est jamais autant vendu et n'a jamais atteint une telle célébrité. Mais qui veut être connu pour son aliénation mentale et prospérer grâce aux infirmités de son esprit. Mon ami, parce que je suis un honnête homme, la rue devant est pleine de gens, certains sont perchés sur les barrières et attendent de pouvoir vous apercevoir, parce qu'ils pensent que vous êtes fou....... Mais qui a pu vous mettre dans la tête que vous pouviez diriger un journal de cette nature ? Vous semblez ne pas connaître les premiers rudiments de l'agriculture........ vous parlez de la mue des vaches et vous recommandez la domestication du putois parce que c'est un animal joueur et un excellent chasseur de rats ! Votre remarque au sujet des palourdes, quand vous dîtes qu'elles se tairont si on leur joue de la musique ! Rien ne dérange les palourdes ! Les palourdes sont toujours silencieuses. Les palourdes se fichent éperdument de la musique. Ah ! dieux du ciel, mon ami ! si vous aviez fait de l'acquisition de l'ignorance le sujet d'étude de votre vie, vous n'auriez pu recevoir un plus haut diplôme que celui qui pourrait vous être décerné aujourd'hui. Je n'ai jamais rien vu de pareil, la remarque que vous faîtes au sujet du marronnier commun pour dire que c'est un article de commerce de plus en plus prisé, est tout simplement de nature à détruire ce journal.                                               youtube.com 
Afficher l'image d'origine            Je veux que vous abandonniez votre poste et partiez sur-le-champ. Je ne veux plus de vacances, je ne pourrais pas en profiter......... je perds toute patience chaque fois que je pense à votre papier sur les parcs à huîtres paru sous le titre " Jardins paysagistes "! Je veux que vous vous en alliez......... Oh ! pourquoi ne m'avez-vous pas dit que vous n'y connaissiez rien en agriculture .
            - Vous dire quoi, espèce d'épi de maïs, de chou, de fils d'artichaut vous-même ? C'est la première fois que j'entends une remarque aussi cruelle. Je peux vous dire que je travaille dans l'univers du journalisme depuis quatorze ans et c'est la première fois que j'entends dire qu'un homme doit savoir quelque chose pour publier un journal. Espèce de navet vous-même ! Qui écrit les critiques de théâtre pour les journaux de second rang ? Qui ? Une bande de cordonniers promus et d'apprentis apothicaires qui en savent autant sur le jeu d'acteur que moi sur l'agriculture, et rien d'autre. Qui rend compte des livres ? Des gens qui n'en ont jamais écrit un seul. Qui joue les gros chefs de la finance ? Les groupes qui sont susceptibles de ne rien savoir sur ce sujet. Qui critique les campagnes contre les Indiens ? Des bourgeois qui ne savent pas reconnaître un cri de guerre d'un wigwam et qui n'ont jamais dû courir avec un tomahawk........ Qui éditent les journaux agricoles, patate ? Des hommes, constat général, qui ont échoué dans la poésie, le roman à couverture jaune, à sensation, le drame......... Je me disais que je pouvais arriver à vous faire tirer à vingt mille exemplaires si j'avais disposé de deux semaines de plus, j'y serais parvenu. Et je vous ai amené la meilleure catégorie de lecteurs qu'un journal agricole ait jamais eue, par un seul fermier parmi eux, pas un seul individu qui sache faire la différence entre un pastéquier et un cep de pêche, dût-il le payer de sa vie. C'est vous qui y perdez, dans cette rupture de contrat, pas moi,
pauvre plante à tarte. Adios.
            Et je suis parti.


                                                                                Mark Twain
                                                                                                       1907
                                                                         
         

           

mercredi 28 décembre 2016

Anecdotes et réflexions d'hier pour aujourd'hui 67 Samuel Pepys ( journal Angleterre )

Afficher l'image d'origine
lemondedesarts.com


                                                                                                                         1er avril 1662

            A l'intérieur toute la matinée et au bureau. A midi, après avoir payé la totalité de ses gages à notre servante Nell restée six mois chez nous et maintenant s'en va définitivement, ma femme et moi à la Garde-Robe où milady et la compagnie avaient presque fini de dîner. Nous prîmes place et dînâmes. Se trouvaient là Mr Harbord fils de sir Charles Harbord, arrivé il y a peu, porteur de lettres de milord Sandwich pour le roi. Après quelque conversation nous nous fîmes souvenir l'un à l'autre que nous nous étions rencontrés à la taverne lorsque Mr Fanshaw me fit ses adieux en partant pour le Portugal avec sir Richard.
            Après dîner, lui et moi, les deux jeunes demoiselles et ma femme allâmes au théâtre, à l'Opéra, vîmes La fille au moulin, assez bonne pièce. Au milieu de la pièce, milady Paulina, qui avait pris une purge le matin, fut obligée de sortir. Aussi je l'accompagnai et l'amenai à la Grange, où je lui envoyai la servante de la maison dans une chambre, et elle fit ce qu'elle désirait. Et retour à la comédie. A la fin je les accompagnai dans leur voiture à Islington, et là, après nous être promenés dans les champs, je les conduisis à la grande maison des gâteaux aux fromages ( cheesecake ) et je les régalai, puis à la maison. Après être resté une heure avec milady, leur voiture nous ramena chez nous, et puis, fatigué, au lit.


                                                                                                                        2 avril

            Mr Moore est venu et nous allâmes à pied à l'Hôpital, une heure ou deux avant l'arrivée du lord-maire et des enfants en manteau bleu. C'est vraiment un beau spectacle que cette charité.. Nous trouvâmes des places et restâmes écouter le sermon. Mais comme c'était un sermon presbytérien, il était si long qu'après plus d'une heure nous partîmes, et je rentrai dîner. Puis ma femme et moi allâmes par le fleuve à l'Opéra où nous vîmes l'Esclave, pièce jouée d'une façon tout à fait excellente, et nous avons beau l'avoir vue très souvent, jamais elle ne m'a tant plu qu'aujourd'hui.......  Nous sommes décidés à ne plus aller au théâtre jusqu'à la Pentecôte, ayant vu trois pièces d'affilée. J'ai rencontré Mr Sankey, Smythes, Gale et Edith à la comédie mais, peu désireux de faire des dépenses, je les y ai laissés. Rentrai et souper, puis je me suis occupé de quelques affaires, et au lit.


                                                                                                                         3 avril

            A la maison et au bureau toute la journée. Le soir au lit.


                                                                                                                           4 avril
jpvest.fr
Buffet            Par le canot major, sir George, les deux sirs William et moi allâmes à Deptford où nous payâmes la solde de l'équipage du " Drake et du Hampshire " au désarmement. Puis dîner. Sir George est allé chez sa femme et sir William Penn à Woolwich, sir William Batten et moi à la taverne où beaucoup de monde est venu nous voir, et notre dîner fut un peu court, parce qu'ils en emportèrent une partie. Puis retournés finir de payer l'équipage du " Hampshire  et du Paradox ", ce qui dura jusqu'à neuf heures du soir. Retour à la maison la nuit, par le canot major sans incident. Et je me suis fait accompagner de Tom Hayter porteur d'une certaine somme que les employés devaient rapporter avec nous dans le canot, les autres demeurant pour régler les billets de solde. Mais ils sont rentrés après nous ce même soir. Rentré, au lit.
            J'ai été fort troublé aujourd'hui en voyant un mort flotter sur l'eau, et cela fait quatre jours, dit-on, sans que personne le retire pour l'enterrer, ce qui est fort barbare.


                                                                                                                           5 avril

            Au bureau jusqu'à près de midi, puis nous nous sommes quittés. Arriva alors sir George Carteret. Nous allâmes nous promener seuls dans le jardin, fîmes des observations sur certaines défaillances du bureau, particulièrement celles de sir William Batten. Et il semblait fort content de moi, ce qui, je l'espère, me promet quelque protection pour l'avenir, ce dont je serai aise. Puis sortis avec ma femme, elle pour aller à la Garde-Robe et y dîner, mais ils avaient dîné. Après ma femme et les deux dames allèrent voir ma tante Wight, puis me retrouvèrent à la maison. De là ( après que sir William Batten et moi eûmes inspectés nos maison avec un ouvrier pour faire surélever nos toits afin d'agrandir nos maisons ) j'allai avec elles en voiture, d'abord à Moorfields où nous nous promenâmes, puis à Islington où nous fîmes une belle promenade dans les champs, et après avoir mangé et bu, je revins avec elles, et retour par le fleuve avec ma femme. Et après souper, au lit.


                                                                                                                        6 avril
                                                                                                  Jour du Seigneur
            Par le fleuve à Whitehall voir sir George Carteret pour lui exposer les raisons du retard des navires que nous avons affrétés pour le Portugal.
            Cela le tracasse beaucoup. Puis à la Chapelle et là, bien qu'elle fut comble, j'entendis un fort honnête sermon prononcé devant le roi par un chanoine de Christ Church, sur ces mots  : " Ayant une apparence de piété mais renonçant... ", etc. Il insista particulièrement sur le péché d'adultère, ce qui, me sembla-t-il, pouvait bien concerner le roi, d'autant plus que cela était introduit de façon forcée dans son sermon, sans rapport avec le texte, me sembla-t-il.
            Puis montai et vis le dîner du roi. Avec sir George Carteret pour dîner avec lui et sa femme, que j'embrassai, et fus fort bien reçu par elle comme nouveau venu, elle semble femme de bien. Et toute leur conversation, fort nourrie, porta sur leurs souffrances et leur service pour le roi. Mais non sans être un peu chagrinés de voir que certains, qui leur ont de grandes obligations, maintenant les négligent, et que d'autres sont fort attentifs alors qu'ils n'ont pas reçu grand-chose d'eux.
            Et je crois que c'est quelqu'un qui a bien servi le roi.
            De là promenade dans le parc où le roi et le Duc faisaient un tour de promenade. Quand je me trouvai fatigué j'allai prendre le canot pour Milford Stairs. Puis dans les allées de Gray's Inn, la première fois que je m'y suis rendu cette année, et c'est fort agréable et plein d'excellente compagnie. Quand je fus fatigué l'allai à la Garde-Robe et demeurai là un moment avec milady, puis à l'appontement de Saint-Paul où mon canot m'attendait pour rentrer par le fleuve. Et souper avec ma femme et sir William Penn. Et à la maison et au lit.


                                                                                                              7 avril 1662
                                                                                                                   aparences.net 
Afficher l'image d'origine            Par le fleuve à Whitehall et de là à Westminster où j'attendis longtemps à la porte du Parlement pour parler avec Mr Coventry, ce qui me contraria. De là aux Lords où je restai dans la Chambre tandis que les évêques et les lords attendaient l'arrivée du chancelier. On nous fit alors sortir et eux allèrent à la prière.
            Puis arrive un évêque et tout en s'habillant il dit à son laquais d'écouter à la porte pour savoir où en était l'office. Mais cet homme lui dit quelque chose sans pouvoir lui dire où ils en étaient. L'évêque se contenta de rire, et ils entrèrent. Mais, Dieu me pardonne ! j'ai bientôt raconté cela à d'autres, leur disant que cet homme avait dit qu'il s'agissait de sauver leurs âmes, mais qu'il ne savait pas où dans l'office cela se trouvait.
            J'envoyai un billet à milord du Sceau privé, et il sortit me trouver et je le priai de me donner un autre suppléant à cause de la grande besogne que me donne la Marine ce mois-ci. Mais il me dit qu'il ne pouvait rien faire sans le consentement du roi, ce qui me contraria. Puis chez le Dr Castle où j'eus promesse de son commis que son maître prendrait ma place le lendemain.
            De là par le fleuve chez Tom et là, avec ma femme prîmes une voiture et allâmes à l'ancienne Bourse où, après avoir acheté six grandes cravates de toile, je l'envoyai à la maison. Moi-même allai rejoindre mon oncle Wight et Mr Rawlinson, et en leur compagnie allai dîner chez ce dernier. Eûmes un bon dîner de mets froids et de bon vin. Mais j'eus la cervelle troublée après le peu de vin que j'avais bu. Retour au bureau je me promis de ne plus prendre qu'un seul verre de vin par repas jusqu'à Pentecôte, quoi qu'il arrive.
            Mrs Bowyer et ses filles étant chez moi, je m'abstins d'aller les trouver ayant du travail et la cervelle troublée, et je restai dans mon bureau jusqu'au soir. Je me promenai alors sur la terrasse avec ma femme, puis allai dans mon cabinet, et au lit.
            La grande rumeur c'est que les Espagnols et les Hollandais projettent d'attaquer le Portugal par la mer à Lisbonne dès que notre flotte sera partie. Ce qui veut dire que notre flotte ne reviendra sans doute pas avant deux ou trois mois, ce qui, je l'espère, est faux.


                                                                                                            8 avril

            Levé très tôt et au bureau jusqu'à midi. Puis dîner, et arrivent l'oncle Fenner et les deux Joyce. Je fis chercher une bourriche d'huîtres et une poitrine de veau farcie, et nous fûmes fort gais. Mais je ne puis avaler leur sotte et impertinente compagnie. Après dîner de nouveau au bureau, puis le soir en voiture à Whitehall et, Mr Coventry étant absent, je lui mis par écrit mon affaire du bureau, car il faisait presque nuit, et je repartis. Pris ma femme en passant pour la ramener. Et à Ludgate Hill, comme on s'arrêtait, j'achetai deux gâteaux qui firent notre souper à la maison, et au lit.


                                                                                                          9 avril

            Sir George Carteret, les deux sirs William et moi-même au bureau toute la matinée à apurer les comptes de l'entrepreneur des subsistances. Et à midi, pour dîner, au Dauphin où il y avait une bonne échine de boeuf et autre bonne chère.
            Pendant le dîner sir George me montra un récit en français de la grande famine qui est extrême dans certaines parties de la France en ce moment, ce qui est fort étrange.
            Puis j'allai à la Bourse voir Mrs Turner, que je trouvai malade, au lit. Et en plusieurs autres endroits pour affaires. Et retour, souper et au lit.


                                                                                                          10 avril
art.rmngp.fr
Afficher l'image d'origine            A Westminster par le fleuve avec les deux sirs William, et nous traitâmes plusieurs affaires. Puis à la Garde-Robe dîner avec Mr Moore. Hier est arrivé le colonel Talbot avec des lettres du Portugal, disant que la reine est décidée à s'embarquer pour l'Angleterre cette semaine.
            Puis au bureau tout l'après-midi. Milord Windsor vint s'entretenir de ses affaires et prendre congé de nous, puisqu'il doit partir comme gouverneur de la Jamaïque avec la flotte qui est sur le départ.
            Resté tard au bureau. A la maison, tout préoccupé des affaires, et au lit.


                                                                                                              11 avril

            Levé de bonne heure pour jouer du luth et chanter. Puis, vers six heure, allai avec sir William Penn par le fleuve à Deptford dans le groupe de navires sur le point de partir pour le Portugal avec des hommes et des chevaux, pour veiller à la mise en route. Puis à Greenwich et belle marche agréable jusqu'à Woolwich en compagnie du commandant Myngs, dont je goûtai fort la conversation, en langage choisi mais assez agréable pourtant. Entre autres, lui et les autres capitaines me disent que les nègres noyés sont blancs et perdent leur couleur noire, ce qu'on ne m'avait jamais dit.
            A Woolwich allées et retours pour la même affaire. Puis à Greenwich par le fleuve, et là, tandis qu'on nous préparait quelque dîner, sir William et moi sommes allés marcher dans le parc où le roi a planté des arbres et taillé dans la colline un escalier qui monte au château-fort, ce qui est fort splendide. Puis parcourûmes le palais où l'on répare les appartements de la reine.
            Puis dîner au Globe et le commandant Lambert, du bateau de plaisance du Duc, vint nous trouver pour le dîner. Et nous avons été fort gais, et sommes revenus à la maison. Je me rendis à la Bourse dans la soirée et je parlai à l'oncle Wight. Puis à la maison et me promenai avec ma femme sur la terrasse jusque tard. Et au lit très fatigué, ce que je suis rarement.


                                                                                                          12 avril

            Au bureau toute la matinée. Ou entre autres, exaspéré par quelque impertinence de sir William Batten, je l'ai appelé " déraisonnable ", ce qui le mit en colère, comme moi, mais je ne crois pas que nous serons vraiment fâchés.
            Après dîner allai en différents lieux pour affaires et à la maison où j'ai écrit des lettres dans mon bureau et une à Mr Coventry, et terminai en m'excusant de ne pas aller lui rendre mes devoirs aussi souvent que d'autres, faute de temps. A la maison, et au lit.


                                                                                                              13 avril
                                                                                         Jour du Seigneur            
            Le matin à Saint-Paul où j'ai entendu un assez bon sermon, puis dînai avec milady à la Garde-Robe, et après une longue conversation avec elle j'allai à l'église au Temple où j'en entendis un autre
et alors, un jeune garçon en s'endormant tomba à terre du haut d'un siège élevé, manquant de se rompre le cou, mais sans se faire de mal.
            De là au jardin de Gray's Inn où je rencontrai Mr Pickering et me promenai avec lui deux heures, jusqu'à 8 heures, jusqu'à être tout à fait fatigué. Son entretien portait surtout sur l'orgueil de la duchesse d'York et comment toutes les dames sont jalouses de Mrs Castlemaine. Il doit se rendre à Portsmouth à la rencontre de la reine cette semaine, ce qui est à l'heure actuelle le grand sujet de conversation et d'attente de la ville.                                                           jpvest.fr
Afficher l'image d'origine            Retour à la maison et, à peine arrivé, sir William Batte, vient me trouver, m'apporte un papier qui vient de Field, qui nous a déjà causé beaucoup de tracas au bureau, C'est une violente pétition adressée au roi contre notre bureau pour n'avoir pas fait justice à sa dénonciation d'un détournement au préjudice des magasins du roi commis par un certain Turpin. J'amenai sir William chez sir William Penn arrivé depuis peu de Walthamstow, et nous discutâmes ce papier. Mais nous n'avons guère de crainte, le roi le renvoyant au duc d'York. Nous avons pris quelques verres de vin et retour à la maison et au lit, ma femme étant déjà couchée.              


                                                                                                            14 avril

            Comme j'étais fatigué hier soir je suis resté très longtemps au lit ce matin, à parler avec ma femme et à la convaincre d'aller à Brampton et d'emmener Sarah la semaine prochaine pour guérir sa fièvre par le changement d'air. Nous sommes tombés d'accord en tous points là-dessus.
            Nous nous levâmes et dînâmes à midi, et puis nous sommes allés chez le peintre où je posai pour la dernière fois pour mon portrait qui, je l'espère, me satisfera. Puis à Paternoster Row pour faire des emplettes en vue du départ de ma femme.
            A la maison et promené sur la terrasse avec ma femme. Et je ne sais si c'est qu'elle soupçonne quelque chose, mais elle ne veut plus du tout aller à Brampton. Ce qui me tracasse quelque peu, et pourtant toute mon intention était d'être plus libre d'aller à Portsmouth quand les autres iront verser la paie des arsenaux, ce qui sera bientôt. Mais je partirai si je le puis.
            Souper et au lit.


                                                                                                           15 avril 1662

            Au bureau toute la matinée. Dînai à la maison. De nouveau au bureau l'après-midi pour envoyer des lettres et à la maison et en voiture avec ma femme à la nouvelle Bourse pour faire des emplettes pour elle. Nous avons vu des jupes de taffetas dernier cri, avec une large dentelle noire appliquée sur le bord et sur le devant, fort élégantes, et ma femme désire en acheter une. Mais nous n'en avons pas acheté à ce moment. Mais de là chez Mrs Bowyer avec l'idée de lui parler d'emmener notre Sarah à Huntsmoore un certain temps pour lui ôter sa fièvre. Mais nous n'en eûmes pas l'occasion, et nous sommes rentrés, et au lit.



                                                                               à suivre
                                                                                            16 avril...........
            Levé de.........


                                                                                                                                                                   


         

mardi 27 décembre 2016

Le vieux saltimbanque Jim Harrison ( autobiographie EtatsUnis )


amazon.fr

       
                                                                   Le vieux saltimbanque

            Romancer son autobiographie, se promener au fil de ses souvenirs, de ses balades, de ses rencontres, la dernière est d'ailleurs le début d'une fin prévue passée soixante dix ans, l'absence de désir devant les cuisses et le reste d'une jolie fille court vêtue. Pourtant tout jeune garçon il savait déjà que laisser grimper à l'échelle de la grange sa jeune cousine mennonite n'était pas très élégant certes mais le voyeur espérait ce qu'il ne vit pas. Jim Harrison dans ce dernier livre paru un mois avant sa mort raconte à sa façon, réaliste et poétique, les hommes, les femmes, la flore et la faune. Un plaisir de lecture. Auteur tôt reconnu en France, avant même son pays où il gagna quelque argent grâce aux scénarios, il en vint à penser accomplir deux derniers voeux : voyager en France pour boire et manger notamment à Toulouse plusieurs cassoulets, ce qui il reconnaît cela fait beaucoup de haricots, à Arles, parce que Van Gogh, Gaugin et le problème de l'oreille coupée. Le second était la possession d'un cochon, Harrison a une enfance pauvre, il gagnait quelques centimes en aidant à tous les travaux possibles dans un bourg du Michigan. Le hasard et l'une de ses si nombreuses haltes dans un bar, et pour 300 billets une belle truie est livrée trois jours plus tard dans l'enclos agrandi de sa maison proche de la frontière mexicaine. Une belle truie et trois jours plus tard neuf petits porcelets, certain promené comme un bébé. Mais l'auteur s'empare de ses souvenirs d'enfant, gros lecteur, malgré son oeil trop blessé pour être guérissable, il lit tout et " ..... ces livres l'encouragèrent à pense le monde de manière plus organisée...... Par exemple parce qu'il était entré en religion en été il se dit que Dieu était sorti de la terre et venu à lui à travers ses pieds. Pourquoi pas ? ..... il lui semblait parfois recevoir des messages par les pieds..... " Jim Harrison est un poète, il est d'ailleurs mort, dit-on, dans son studio à sa table écrivant un poème, et nous conte la bataille des mots, des verbes, de la phrase. Jim Harrison a beaucoup pêché, à la mouche pas avec les gros crochets, chassé et dégusté avec un plaisir évident les animaux à poils er les oiseaux, cependant il demeurait un grand admirateur du perroquet bleu rieur du Mexique que l'on croyait disparu mais semble réapparaître. Quitté avec regret le livre du vieux saltimbanque, 

jeudi 22 décembre 2016

Joséphine Baker Catel et Bocquet ( B.D. France )


amazon.fr


                                                Joséphine Baker

            Naître en 1906 aux USA à Saint Louis, Missouri, noire, très pauvre et pourtant devenir et demeurer une gloire internationale 50 ans durant, fut le destin de Freda Joséphine Mc Donald. Sa mère abandonnée dès l'annonce du bébé, la petite fille, pleine de gaieté et semblait-il de frivolité, grandit entre sa tante, son beau-père et ses frères et soeurs, écolière épisodique, placée à 10 ans, épisode malheureux mais qui ne dura pas. Elle dansait et grimaçait, se maria, pas tout à fait, à 13 ans et se produisit dans de petites troupes. Elle dansait, rien ne pouvait l'en empêcher; ne put être engagée comme danseuse chanteuse vedette avant l'âge légal, mais obtint ce qu'elle voulait peu de temps après, elle se maria, elle avait 16 ans. Enfant toujours son conte préféré fut Cendrillon, elle en réclama la lecture longtemps. Elle supporta les déceptions, mais elle dansait et chantait avec un allant qui la fit aller de l'avant, rencontrant les femmes et les hommes les plus connus des années 30. En 1925 engagée à Paris elle rencontre Sydney Bechet, Le Corbusieur, compagnons d'un moment. L'un d'eux lui dit " ...... On vient au monde seul et on le quitte seul, mais pour t'accompagner sur ce long chemin, il y a un truc, la musique. Grâce à elle, le long de cette route il y a des moments merveilleux mais aussi de grandes souffrances.... " Joséphine prit les moments merveilleux, chaleureuse elle fut l'amie de Paul Colin,il lui fit adopter un tigre outre les nombreux animaux domestiques,  de Colette et traversa la route d'Hémingway, de Simenon à ses débuts, marié.  Avant son départ, divorcée, remariée à Willie Howard Baker elle vécut libre néanmoins à Paris qui l'adopta rapidement. Plus tard elle divorça mais demanda à son ex-époux de conserver son nom. Ses nombreux compagnons de route, même Jo Bouillon musicien et chef d'un orchestre conséquent, furent appelés Monsieur Baker. Elle gagna beaucoup d'argent et en dépensa encore plus. Généreuse, large d'esprit elle n'admit jamais la ségrégation qu'elle retrouva lors de tournées aux USA. Engagée
pendant la guerre, elle espionne et chante partout " J'ai deux amours, mon pays et Paris, Paris... " fidèle à la France. Elle rêve d'une famille multicolore, achète des châteaux, revend le Beau-Chêne et garde les Milandes, où elle et Jo Bouillon élèvent 12 enfants, de toutes les couleurs de peau, de religion, orphelins de différents pays : La Tribu Arc-en-Ciel. N'écoute personne, et se retrouve ruinée. Mais la princesse Grace de Monaco saura sauver le petit monde et leur trouve un logement à Roquebrune. Joséphine Baker retrouve la scène et Paris engagée par Jean-Claude Brialy. Elle meurt à 69 ans sans avoir pratiquement quitté la scène. Ce gros volume, biopic bien venu sur une femme, elle fut décorée par le général de Gaulle qui assista à son spectacle accompagnée de son épouse, une vedette, des personnalités aujourd'hui quelque peu oubliées. Toute une époque.

Les aphorismes de Zürau Franz Kafka ( Flash 7/2 extraits Allemagne )

Afficher l'image d'origine
budapest.directory

                                                  Les aphorismes de Zürau   

            L'homme ne peut pas vivre sans faire continuellement confiance à quelque chose d'indestructible en lui, et ce même si ce quelque chose d'indestructible, tout comme la confiance, lui reste continuellement caché. L'un des modes d'expression de ce rester-caché en un dieu personnel.


************


            Celui qui aime son prochain en ce monde ne fait ni plus ni moins de tort que celui qui s'aime lu-même en ce monde. Reste à savoir si le premier cas est possible.


************


            L'amour charnel fait oublier l'amour céleste. A lui seul il ne le pourrait pas, mais comme il a en lui sans le savoir l'élément de l'amour céleste, il le peut.


************
                                                                                                                  yellowkorner.com    
Afficher l'image d'origine
            Une foi comme un couperet, si lourde, si légère.


************


            Les joies de cette vie ne sont pas les " siennes ", mais plutôt " notre peur " d'accéder à une vie plus haute. Les tourments de cette vie ne sont pas les " siens ", mais plutôt ceux que nous nous infligeons en raison de cette peur.                                                      
                                                                                           

*************


            La représentation du cosmos comme étendue infinie et pleine résulte d'un mélange poussé à l'extrême de création laborieuse et de libre réflexion intérieure.



                                                                                         Franz Kafka
                                                                                                     ( extraits )




mardi 20 décembre 2016

Le goût des pépins de pomme Katharina Hagena ( roman Allemagne )


amazon.fr

                                              Le goût des pépins de pomme

             Une maison de famille recèle des souvenirs, des larmes, des secrets. A la mort de Bertha, grand-mère d'Iris cette dernière hérite de la propriété selon le testament, les autres biens revenant à ses filles. Iris, bibliothécaire à Fribourg où le goût de la lecture lui est passé remplacé par le travail, hésite en ce mois de juin. Revoir la maison où elle a passé son enfance, assisté à des chagrins d'adultes, joué avec sa cousine Rosemarie si tôt disparue et Mira son amie si noire de cheveux, de maquillage, de vêtements et si pâle de peau l'angoisse. Néanmoins elle trouve les clés qui ouvrent les portes, retrouve l'odeur de compote de pommes, cannelle et muscade, un jardin mieux tenu qu'elle ne pensait et le verger et ses pommiers en fleurs. Quelques pots de gelée de groseilles qui noircissaient lors des drames, " des larmes en conserve ". La maison située dans le nord de l'Allemagne, à Bootshaven un gros village. Inge l'une des tantes d'Iris revenait chaque semaine de Brême où elle travaille pour soulager sa soeur Harriet dans les soins que demandait Bertha, durant les six années où les pertes de mémoire vont s'accentuer. Et l'auteur s'interroge "......  Les gens devenaient-ils oublieux lorsqu'ils avaient quelque chose à oublier ? L'oubli ne tenait-il qu'à l'incapacité de retenir les choses ? Peut-être que les vieilles gens n'oubliaient rien mais se refusaient simplement à retenir ceci ou cela. A partir d'une certaine quantité de souvenirs, chacun devait finir par en être saturé....... " Mais pendant les quelques jours qu'Iris passe dans la maison familiale les souvenirs vont affluer. Acceptera-t-elle cet héritage si pesant. Trois générations se sont succédé dans ces jardins sous le toit branlant du jardin d'hiver, de plus, choquée elle découvre le mot " nazi " peint sur le poulailler. Max, l'avoué l'aide à repeindre les murs du petit bâtiment. Bertha ne pouvait reconnaître les siens, et Katharina Hagena décrit les égarements des personnes perdues dans leur monde. Mira aimait le drame avait quitté le pays à quinze ans et travaille à Berlin, son frère Max aimait la tranquillité il est resté, est l'avoué de la famille. Un lac noir et une écluse aident deux personnages à éclaircir l'horizon. Un jardin, des fleurs et des légumes, des groseilliers qui noircissent lors des orages familiaux et des pommes qui mûrissent en une nuit après les amours heureuses, peut-être. Un très joli livre. Les murs de la maison nous tiennent jusqu'au bout entre leurs pierres.






lundi 19 décembre 2016

Les aphorismes de Zürau Franz Kafka ( Extraits Flash 7 Allemagne )

Résultat de recherche d'images pour "kafka"
mauriceblanchot.net            



                                           Les aphorismes de Zürau

            L'invitation au combat est un des instruments de séduction les plus efficaces dont le mal dispose. C'est comme le combat avec les femmes qui finit au lit.


**********


            Un des premiers signes de la connaissance à ses débuts est de souhaiter mourir. Cette vie-ci semble intolérable, une autre inaccessible. On a plus honte de vouloir mourir. On demande du fond de la vieille cellule haïe à être mené dans la nouvelle, qu'il faudra apprendre à haïr. Un reste de foi nous fait croire que pendant le transfert le maître passera dans le couloir par hasard et qu'il dira, voyant le prisonnier : " Celui-là ne l'enfermez plus, il vient avec moi. "


***********
                                                                                                                                                                                                                   
Source : Parc des oiseaux
            Une cage s'en fut chercher un oiseau.



**********


            Tu es le problème à résoudre. Pas un écolier à la ronde.   *                                      

**********

            Il y a un but mais pas de chemin. Ce que nous appelons chemin est hésitation.


**********


          Le bien, en un certain sens, est sans espoir.


**********


          Seule notre idée du temps nous fait nommer le Jugement dernier ainsi, à vrai dire, c'est une Cour Martiale.


Afficher l'image d'origine**********


          Les chiens de chasse jouent encore dans la cour, mais le gibier ne leur échappera pas, quelque rapide que soit sa fuite à travers bois.


*     positivr.fr
**    dreamstime.com

                                                         Franz Kafka
                                                                          ( in Les aphorismes de Zürau )







samedi 17 décembre 2016

Le talent du chat Saki ( Munro ) ( Nouvelle Angleterre )

Afficher l'image d'origine
catlove.fr


                                                              Le talent du chat

            Dans l'histoire politique des nations il est fréquent de voir des peuples qui, hier encore, étaient les plus farouches ennemis, faire soudain preuve de bienveillance  mutuelle, jusqu'à devenir des alliés.
            L'histoire naturelle des développements sociaux des espèces offre un exemple analogue de ce genre de revirement dans le rapprochement de deux de ses éléments, hier ennemis aujourd'hui amis, je veux parler de l'homme civilisé et du chat domestique. La lutte qui opposait dans les temps préhistoriques les humains et les félins, lorsque le tigre aux dents crochues et le lion des cavernes luttaient contre l'homme primitif, a depuis longtemps tourné en faveur du combattant le mieux armé des deux, à savoir l'Etre doté du Pouce, et c'est ainsi que les descendants de la famille dépossédée se trouvent maintenant relégués pour la plupart dans des forêts et des savanes, où une existence effacée et cachée est la seule alternative à leur extermination.
Afficher l'image d'origine*            Mais le felix cattus ancêtre du chat domestique moderne, a su miraculeusement s'adapter et éviter ainsi la ruine de sa race. Il a même su se faire une place au coeur même de l'organisation du conquérant. Car ce n'est pas en tant que serviteur ou serf, ce n'est pas non plus comme une bête de somme ou comme un humble suiveur, tel le chien, que ce fier mammifère est entré dans la société des humains. Le chat n'est domestique que dans la mesure où cette domesticité sert ses desseins et satisfait ses besoins. Mais il ne se laissera jamais mettre en laisse ni ne supportera qu'on intervienne dans ses allées et venues. Un long commerce avec le genre humain a fait de lui un fin diplomate, et aucun cardinal romain du Moyen Âge n'a mieux su se concilier les bonnes grâces du monde environnant qu'un chat qui a pour horizon un bol de lait.
            Mais l'affabilité sociale, l'indolence ronronnante, le velouté d'une caresse peuvent disparaître en un clin d'oeil et céder la place à une indifférence hautaine et distante.. Et le voilà rôdant dans un monde de toits et de cheminées où l'être humain ne peut le suivre sans se ridiculiser. Il peut encore à tout moment mobiliser cet esprit sauvage qui l'aida à survivre aux jours anciens de la lutte pour la vie et trouver un plaisir sadique ( tout à fait germain de celui de l'homme ) à torturer un malheureux oiseau ou une pauvre souris. Ce n'est pas un mince exploit d'avoir réussi à combiner la liberté sans freins des époques de sauvagerie primitive avec le raffinement qu'autorise et qu'exige même une civilisation hautement développée.
           Se rouler dans les étoffes les plus moelleuses que le commerce fait venir du bout du monde. Se chauffer à la chaleur que le travail et l'industrie sont allés capter dans les entrailles de la terre. Se nourrir des mets les plus délectables que la richesse étale sur la table, tout en restant un enfant libre et sauvage de la nature, un puissant chasseur et même, un tueur, tel est l'exploit du chat.
            Mais le chat a encore d'autres qualités qui forcent l'admiration. L'animal que les Égyptiens considéraient comme un dieu, que les Romains considéraient comme un symbole de liberté et que les Européens barbares et ignorants du Moyen Âge anathémisaient comme une créature démoniaque, a démontré à travers toutes les époques de deux qualités étroitement associées : le courage et le respect de soi. Quelles que soient les circonstances ces deux qualités ne leur font jamais défaut. Mettez un  chiot, un chaton et un enfant en présence d'un brusque danger. L'enfant appellera instinctivement au secours, le chiot pliera l'échine et se soumettra abjectement, alors que le chaton, lui, bandera toutes ses forces en vue d'une résistance acharnée. **
Afficher l'image d'origine            Dissociez l'amateur de luxe de           l'atmosphère de convention sociale au milieu de laquelle il évolue habituellement et observez-le d'un oeil critique dans des conditions adverses de civilisation qui peut, par exemple pousser un homme à faire le pitre dans la rue pour gagner les quelques sous qui l'empêcheront de devenir un voyou. Mais le chat des rues, le chat de gouttière, si affamé, si persécuté soit-il, garde au sein même de la plus cruelle adversité, l'allure libre et racée qui était la sienne lorsqu'il foulait il y a plus de deux mille ans le sol dallé des temples thébains et affiche toujours cette vigilance et cette confiance en soi que l'homme n'a jamais pu lui ôter.
            Et quand ni sa ruse ni son courage n'ont pu le soustraire aux coups de l'inexorable destin, quand ses ennemis se sont montrés trop forts ou trop nombreux, il meurt en se battant jusqu'au bout tremblant de rage et exprimant dans son cri d'agonie cet amer reproche que les êtres humains, eux aussi, ont souvent jeté à la face des puissances éternelles, cette protestation contre un destin qui aurait pu les rendre heureux et qui ne l'a pas fait.


*     chat-goutiere.skyrock.com
**      123rf.com


                                                                               Saki
                                                                       ( H.H. Munro )

vendredi 16 décembre 2016

Histoire du lion Personne Stéphane Audeguy ( Roman France )


amazon.fr


                                                         L'Histoire du lion Personne

            Kéna, signifie Personne en wolof, est né quelque part dans la savane sénégalaise, Abandonné bébé par ses parents pour une raison inconnue, il trouve sur son chemin un jeune homme, Yacine qui, muni d'une lettre de recommandation, se rend à Saint Louis où il pourra travailler. Le lionceau et son nouveau maître suivent le fleuve Sénégal "..... les boues grasses qu'il avait arrachées aux sols noirs de l'intérieur, les charriait aveuglément vers l'océan.....Pour Yacine..... la promesse d'un monde vaste, ondoyant et divers....... " 1786 Jean-Gabriel Pelletan directeur de la Compagnie royale du Sénégal, reçoit les voyageurs. L'homme et l'animal trouvent un environnement heureux jusqu'au jour où le lionceau prend de l'envergure et effraie la population. Lion devenu ignorant des moeurs des autres animaux sauvages. Personne et Hercule, petit chien qui sera toujours son ami, partagent des tribulations qui les mènent à Versailles en 1788, au Jardin royal plus guère prisé par les actuels propriétaires, Louis XVI et Marie Antoinette. L'auteur s'interroge, quelles peuvent être les pensées d'un lion ? Nous l'ignorons, mais dans un roman il peut décrire les tristesses et les découragements des deux animaux extrêmement sympathiques. Stéphane Audéguy nous raconte la nature en Afrique, en France, les forêts sous les orages, le froid, la neige, la géographie, voyage de Saint-Louis à Versailles en passant par Le Havre, Rouen, Louviers où des ouvriers anglais sont appelés à travailler sur les nouvelles machines textiles, cardent et filent, à Paris Robespierre et le peuple, la disette. Intégrer le Corps de la Ménagerie nationale pourrait mettre les deux compères à l'abri de la vindicte de la population qui n'admet pas la somme de nourriture nécessaire à la bête. Très joliment écrit, ce conte, histoire de la naissance à la mort, 1796, de deux amis inséparables du début de la Révolution à Bonaparte.






lundi 12 décembre 2016

L"oeuf carré Saki ( Nouvelle Grande Bretagne )

Afficher l'image d'origine

suner-gif.fr


                                                                L'Oeuf Carré

            Le blaireau cette créature terne et grisâtre de l'ombre et des ténèbres, qui fouine, creuse et se terre, l'oeil et l'oreille toujours aux aguets, est assurément l'animal auquel un soldat ressemble le plus dans cette guerre de tranchées. Ne doit-il pas en effet se battre et ronger comme lui pour la possession de quelques mètres carrés de terre aussi avidement convoitée qu'un rayon de ciel bleu pour celui qui bout en enfer ?
            Ce que le blaireau pense de la vie en général et de son existence en particulier, nous ne le saurons jamais, ce qui est sans doute grand dommage, mais qu'y pouvons-nous ? Savons-nous même ce que pense un homme  quand il se trouve dans les tranchées ? La vie parlementaire, les impôts, les réceptions mondaines, et toutes les mille et une horreurs de la civilisation lui paraissent infiniment lointaines, presque aussi lointaines et irréelles que la guerre elle-même. A deux cents mètres de vous, séparé par une bande de terrain vague et éventré et quelques fils de fer barbelé, vous guettent les hommes, que dis-je, des hommes, des ennemis dont les ancêtres ont combattu sous les ordres de Moltke, de Blücher, de Frédéric le Grand et du Grand Electeur, de Wallenstein, de Maurice de Saxe, de Frédéric Barberousse, d'Henry le Lion et de Wittekind le Saxon. On n'oublie certes pas qu'ils sont là, bien mal nous en prendrait - et pourtant on se soucie peu de savoir s'ils mangent de la soupe et des saucisses, s'ils ont froid ou faim, s'ils ont de quoi lire pour se distraire où comment ils parviennent à traîner leur carcasse dans ce bain de boue.
            Car plus importante que l'ennemi dont on pourrait respirer l'odeur à quelques centaines de pas de vous, et plus obsédante encore que la guerre qui dévaste l'Europe tout entière, la présence de la boue qui, à certains moments,vous engouffre, vous absorbe, vous aspire comme un fromage engloutit un asticot. Nous avons tous eu l'occasion d'observer dans un jardin zoologique un élan ou un bison se vautrer dans une fondrière, et nous nous sommes inquiétés de savoir à quoi cela pouvait ressembler que de mariner dans un tel bourbier. Et bien maintenant c'est une question que l'on ne se pose plus. Dans d'étroites tranchées, quand une pluie diluvienne succède au gel, quand tout autour de vous est noir comme dans un four, et que vous tâtonnez pour trouver votre chemin en vous appuyant contre des murs de bise fondante, quand vous devez marcher à quatre pattes dans une gadoue épaisse pour gagner un abri, quand les pieds emprisonnés dans la boue vous tentez de saisir de vos doigts terreux d'objets qui le sont tout autant, que vous avez de la boue dans les yeux et les oreilles, que vous mordez dans des biscuits boueux avec des dents boueuses, alors vous êtes en mesure de vous faire une idée plus exacte de ce que peut signifier se vautrer dans un bourbier comme le fait un bison et le plaisir que semble en retirer cet animal vous paraît de plus en plus incompréhensible.
Afficher l'image d'origine            Mais quant on arrive à ne plus penser à la boue, c'est   * probablement aux estaminets que l'on pense le plus. Un estaminet est un havre que l'on trouve en abondance dans la plupart des villes et villages environnants, en général au milieu d'un tas de maisons sans toit colmatées par-ci par-là de bric et de broc, là où le besoin s'en fait le plus sentir, afin d'attirer tout un flot de clients, militaires pour la plupart, venue remplacer les civils qui ont fui. Un estaminet est à la fois un bar à vins et un coffee shop, meublé d'un petit comptoir, de quelques tables assez semblables à des tables de réfectoire, flanquées de bancs, d'un volumineux poêle à charbon et d'une arrière-salle servant d'épicerie, avec presque toujours deux ou trois enfants courant dans tous les sens et se cognant contre vos jambes le plus souvent lorsque vous commencez à vous lever de table ou à porter un verre à vos lèvres. Ils sont généralement assez grands pour être autorisés à jouer et à courir dans la salle et assez petits pour vous filer entre les jambes. Vivant dans les villages situés près de la zone des combats ils jouissent toutefois d'un avantage considérable par rapport à leurs petits camarades de temps de paix, c'est qu'aucun adulte n'essaie de leur apprendre l'ordre. Comment tenter de leur faire comprendre qu'il y a une place pour chaque chose et que chaque chose doit être à sa place dans un univers où le toit de la maison voisine gît dans la cour arrière de votre propre maison, que votre propre chambre à coucher est à demi ensevelie sous un monceau de betteraves et que les poulets perchent au-dessus d'un garde-manger abandonné parce qu'un obus est tombé sur le poulailler.
               Peut-être n'y a-t-il rien, me direz-vous, dans cette description qui soit de nature à suggérer qu'un estaminet de village, fréquemment bombardé par des obus, puisse tenir lieu de paradis, vrai ou artificiel, mais quand on a pataugé dans un désert de boue pendant un assez long temps, on a plaisir à se reporter par la pensée  dans ces petites salles de bistrot très simplement meublées ou des enfants courent dans tous les sens au risque de vous faire renverser la tasse de café chaud ou le verre de vin ordinaire qu'on s'apprête à soulever d'une main avide. Pour le soldat cantonné dans une tranchée, l'estaminet est ce qu'est la taverne pour le caravanier en Orient. Là on va et vient au milieu d'une foule d'hommes vêtus d'habits couleur kaki, au sein de laquelle on peut, si on le veut, se fondre et disparaître comme une chenille sous une feuille de salade. On peut rester assis sans parler, seul ou entre amis. On peut également si l'on est d'humeur à causer ou à entendre causer, se joindre à un groupe d'hommes de divers grades, ils vous racontent leurs expériences réelles ou imaginaires.
Résultat de recherche d'images pour "tranchee guerre soldat cigarette" **           Au milieu de la foule mouvante des militaires en uniforme kaki maculé de boue, circulent un certain nombre de civils originaires de la région, d'interprètes, d'hommes portant des tenues militaires variées, allant du simple soldat appartenant à une quelconque armée régulière, jusqu'à je ne sais quel corps intermédiaire que seul un expert pourrait désigner par son nom ainsi, bien sûr, que, çà et là, des représentants de cette grande armée de pickpockets qui poursuit sans relâche ses opérations aussi bien en tant de guerre qu'en temps de paix sur la presque totalité de la terre. On les croise aussi bien en Angleterre, en Russie, qu'à Constantinople et on les retrouve probablement en Islande, même si sur ce point je n'ai pas de témoignage direct.
            Je me trouvais un jour à l'estaminet " Le Lapin chanceux ", assis à côté d'un individu dont l'âge était aussi indéfinissable que l'uniforme. Il profita de ce qu'il n'avait pas d'allumettes sur lui pour se croire autorisé à engager la conversation avec moi. Il avait l'air faussement désinvolte et l'amabilité superficielle de ceux que l'expérience a rendus méfiants et la nécessité audacieux. Il avant en outre le regard méfiant et la moustache tombante auxquels on reconnaît dans le monde entier le tapeur patenté.
            - Tel que vous me voyez là, cher Monsieur, je suis une victime de guerre, s'écria-t-il après quelque préambule.
            - Que voulez-vous mon cher, on ne peut pas faire d'omelettes sans casser des oeufs, répondis-je avec la muflerie bien compréhensible d'un homme qui a vu des dizaines de kilomètres carrés de pays dévasté et des centaines de maisons sans toit.
            - Des oeufs ! Mais vous ne croyez pas si bien  dire, vociféra-t-il à mon oreille, c'est précisément de cela que je voulais vous parler. Vous êtes-vous jamais demandé ce qui clochait dans l'oeuf ? Oui, je parle bien de l'oeuf de tous les jours, de celui qu'on trouve dans le commerce ainsi que dans le poulailler et dans l'assiette.
            - Sa tendance à s'abîmer rapidement peut être en effet considéré comme un lourd désavantage, hasardai-je. Contrairement aux EtatsUnis  qui croissent en force et respectabilité chaque jour que Dieu fait, un oeuf, lui, perd sur la durée. Il ressemble en cela au roi LouisXV qui perdit la faveur populaire au fil des années, du moins s'il faut en croire les historiens.
            - Non, ce n'est pas une question d'âge, répondit sérieusement mon interlocuteur. Voyez-vous, c'est sa forme, sa rotondité qui font problème. Considérez simplement sa tendance à rouler. Posé sur une table, sur une étagère ou un comptoir, il suffit d'une pichenette, bien involontaire du reste, pour qu'il tombe par terre et s'écrase. Quelle catastrophe alors pour les pauvres, et d'une manière générale pour tous ceux qui n'ont pas de quoi s'acheter de la viande.                    papillesetpupilles.fr  
Oeufs ©Bizior            J'eus un petit geste d'acquiescement à cette idée : ici l'oeuf coûte plusieurs sous la pièce.
            - Monsieur, continua-t-il, c'est là une question à laquelle j'ai souvent réfléchi, à cette métamorphose économique, si j'ose dire, de l'oeuf domestique. Dans notre petit village de Verchey-les-Torteaux, dans le Tarn, ma tante possède une petite laiterie et un élevage de volailles dont nous tirions un modeste revenu. Nous n'étions pas vraiment pauvres, mais nous étions tout le temps obligés de travailler, de calculer, d'économiser. Je m'aperçus un jour qu'une des poules de ma tante, vous savez, celles qui ont une crête et qu'on appelle, je crois, les poules de Houdan, avait pondu un oeuf qui n'était pas aussi parfaitement ovoïde que ceux des autres poules. On ne pouvait pas dire qu'il était réellement carré, mais il avait tout de même des angles assez bien définis. Je découvris que cette poule-là pondait toujours des oeufs de cette forme particulière. Cette découverte, comme vous pouvez le penser, stimula ma réflexion sur la question. Si l'on réussissait à sélectionner toutes les poules enclines à pondre des oeufs légèrement anguleux et n'élever que des poussins couvés par ces poules, on finirait bien, me disais-je, avec de la patience et de la ténacité, par produire une race de poules qui ne pondraient plus que des oeufs carrés.
            - Mais monsieur, cela demanderait des centaines, voire même des millions d'années.
            - Peut-être avec vos poules nordiques lentes à se déplacer, me répondit-il avec un brin d'irritation dans la voix, mais avec nos poules vivaces du sud-ouest, il en va tout autrement. Ecoutez-moi bien. J'ai fait des recherches et des expériences, j'ai exploré les poulaillers du voisinage, j'ai visité les foires et les marchés des villes environnantes, et chaque fois que j'ai trouvé une poule qui avait pondu un oeuf plus ou moins anguleux, je l'ai achetée. J'ai ainsi pu sélectionner une multitude de poules qui représentaient toutes la même tendance et à partir de leur descendance je n'ai sélectionné que des poules dont les oeufs manifestaient la déviation la plus marquée par rapport à la rotondité normale. J'ai continué, j'ai persévéré, et c'est ainsi, monsieur, que j'ai produit une race de poules qui pondent des oeufs qui ne roulent pas, quelle que soit la manière dont on les pousse. Mon expérience fut couronnée de succès et constitue l'une des pages les plus glorieuses de l'industrie moderne. Mes oeufs devinrent ainsi fameux. On commença à les rechercher pour leur nouveauté, leur bizarrerie, une nouveauté. C'est alors que les commerçants, les ménagères saisirent l'avantage et l'utilité qu'ils présentaient par rapport à l'oeuf ordinaire. Je pus donc les vendre à un prix bien plus élevé que celui du marché, et je commençai à gagner beaucoup d'argent. Je détenais le monopole. Je refusais, bien entendu, de vendre mes " pondeuses carrées " et les oeufs que je vendais sur les marchés étaient soigneusement stérilisés afin qu'aucun poussin ne puisse être couvé à partir de l'un d'eux.. J'étais sur le point de devenir riche, très riche. Puis cette maudite guerre a éclaté et a apporté la misère à beaucoup. Je fus obligé d'abandonner mes poules et mes clients et d'aller au front. Ma tante prit l'affaire en mains et continua à vendre des oeufs carrés, les oeufs que j'avais conçus, créés et améliorés, et à recevoir les profits. Eh bien, figurez-vous qu'elle refuse de m'envoyer le moindre centime sur tout ce qu'elle gagne. Elle prétend que, puisqu'elle s'occupe des poules, qu'elle paie le maïs pour les nourrir et qu'elle expédie les oeufs au marché, l'argent est à elle. Mais légalement, bien sûr, il est à moi. Si je pouvais lui intenter un procès, je récupérerais tout l'argent que lui ont rapporté mes oeufs depuis le début de la guerre, c'est-à-dire des milliers et des milliers de francs. Mais pour intenter un procès il faut un minimum d'argent. J'ai un ami avocat qui ne me demanderait pas cher, mais malheureusement je n'ai pas la somme de départ. Il me faut encore quatre-vingts francs. En temps de guerre c'est difficile à trouver.                                  saas.forumgratuit.org  
Afficher l'image d'origine            J'avais toujours imaginé que c'était là une pratique à laquelle on recourait surtout en temps de guerre et je le lui dis.
            - Sur une grande échelle oui, mais moi je ne parle que d'une toute petite somme. Il est plus facile de prêter trois millions que quatre-vingts ou quatre-vingt-dix francs.
            Le soi-disant financier s'arrêta un instant de parler, puis reprit, d'un ton confidentiel.
            - Je sais que parmi les soldats il y en a qui disposent d'une fortune personnelle, n'est-ce pas ? L'un ou l'autre serait peut-être prêt à m'avancer une petite somme, pourquoi pas vous, ce serait en même temps un bon placement et rapidement remboursé en plus.
            - Si j'ai quelques jours de permission j'irai faire un tour à Berchey-les Torteaux pour inspecter votre élevage, et j'interrogerai les marchands d'oeufs du coin sur la situation et les perspectives du marché.
            Mon interlocuteur haussa un peu les épaules, se balança un moment sur son siège et commença à rouler une cigarette d'un air taciturne. Son intérêt pour moi s'était soudain éteint mais, pour sauver les apparences et terminer avec plus ou moins de panache la conversation qu'il avait si laborieusement commencée, il dit :
            -Ah, vous irez à Berchey-les-Torteaux pour vous renseigner sur notre ferme. Et si vous constatez que ce que je vous ai dit concernant les oeufs carrés est vrai, que ferez-vous, monsieur .
            - J'épouserai votre tante.

*            imagedutabac.e-monsite.com
**          parismatch.com 


                                                                                            Saki