samedi 18 février 2017

Correspondance Proust Gallimard 11 A Gustave Tronche ( Lettres France )

Résultat de recherche d'images pour "antisemitisme tableaux"
lesmaterialistes.com
                                           
                                              A Gustave Tronche

                                                                                                         19 ou 20 juin 1921

            Cher ami
            ( ou plutôt bien cher ami, formule de vous que je trouve plus gentille ) j'ai reçu tantôt deux pneumatiques charmant de Léon Daudet ( tout ceci confidentiel ). Mais comme de ces pneus il ressort que pour des raisons que je vous donnerai verbalement, L'Action Française va proposer à la N.R.F un nouveau texte, mais que dans cet écho ni le nom de Vendérem ni le titre Sodome et Gomorrhe ne figureront, mon avis est celui-ci :
            1° Comme avant tout je suis désireux de ne pas fâcher Léon Daudet, je serais d'avis d'accepter l'écho qu'ils proposeront ( je crois que l'antisémitisme n'était pour rien dans la chose mais que sale juif est une " épithète homérique dans la maison ") si l'écho est suffisamment élogieux pour compenser le manque de précision.
            2° Mais si l'écho se trouve insultant pour Vandérem ( et je trouverais tel qu'on citât textuellement des phrases de lui sans le nommer ) il vaut mieux répondre que vous ne pouvez accepter ce texte et que désormais la N.R.F. s'adressera pour la publicité à des journaux où c'est moins compliqué.
            Vous serez bien gentil de rendre cette lettre à Odilon après l'avoir mise sous enveloppe que vous fermerez.
            J'ai fait téléphoner ce soir à Jacques Rivière, non pour lui dire ce que vous me défendez, mais pour qu'il vienne me voir. Mais sa concierge a répondu qu'on ne répondait pas de chez lui, et comme il était en effet plus de neuf heures et demie je n'ai pas insisté pour ne pas être une cause de fatigue pour lui.
            Je vais écrire à Gaston pour le remercier du chèque que vous avez eu la gentillesse de faire doubler. Je reste navré de votre décision et y pense sans cesse
            Votre ami

                                                                                Marcel


********************


                                                   A Gustave Tronche

                                                                                                             20 juin 1921

            Bien cher ami
            Vous seriez bien gentil de m'envoyer un pneu ( je ne l'aurai sans doute que très tard, doutant fort de pouvoir me déshabiller avant 1 heure de l'après-midi, et le temps des fumigations et du repos me mènera tard ).
Résultat de recherche d'images pour "antisemitisme tableaux"            1° J'ai relu plus attentivement les 2 télégr peu lisibles de Léon Daudet et je me demande s'il ne dit pas que son journal a proposé une rédaction n.. à la N.R.F. ). En un mot j'avais compris un amendement à venir, alors que peut-être c'est un amendement passé. S'il s'agit d'un amendement passé, c'est que votre messager l'a repoussé sans vous consulter, en quoi il a eu grand tort. Mais dans ce cas je ne vous conseille pas ni à vous, ni à lui, ni à personne de prendre l'initiative d'un nouvel écho à l'A.F. Je trouve que ce serait manquer de dignité. ( Cela n'empêche pas les deux télégr de Daudet d'être charmants et assurément s'il était seul rien ne se serait produit. Dans ce cas nous nous tiendrons à votre système du  Temps etc. ( Je suis contre les Débats. Peut-être Bonsoir ). - Mais peut-être avais-je bien lu la 1re fois et allez-vous recevoir des suggestions  de l'A.F. Dans ce cas vous verrez pour le mieux en évitant que ce soit blessant pour Vandérem.
            2° Les "Belles Lettres " dirigées par un M. Landeau (?) ont-elles une importance qconque. J'ai le sentiment de n'avoir pas répondu à beaucoup de lettres d'eux. En tous cas je viens d'écrire à M. Gallien qui me demandait un rendez-vous afin de dessiner ma gueule pour cette revue que j'étais trop souffrant. Je lui enverrai peut-être une photo. De tout coeur à vous.


                                                                                        Marcel Proust


***************************

                                                   A Gaston Gallimard

                                                                                                            Samedi soir
                                                                                                  10 septembre 1921

            Mon cher Gaston
            J'ai reçu aujourd'hui une dépêche qui m'a fait un plaisir profond, et une lettre qui m'a bien ennuyé. La dépêche était de Jacques. Comme dans sa lettre d'hier il avait l'air tourmenté que je ne donne pas d'extrait à la NR.F. ( non évidemment qu'il y tienne mais parce qu'il fallait alors boucher un trou  et que me chercher un substitut surmenait ses nerfs ) je lui ai envoyé à la première heure dépêche pour qu'il ne se fasse pas de bile et pour l'assurer que Paulhan avait l'extrait. Sa réponse télégraphique que j'ose à peine vous dire tant elle était heureuse, témoignait d'un tel calme reconquis que j'en ai été ému du fond du coeur.                                                                 contrecourant.Wordpress.com  
Résultat de recherche d'images pour "antisemitisme tableaux"            La lettre qui m'a ennuyé est la vôtre ( reçue seulement ce soir Samedi ) et vous comprenez bien si elle me contrarie, c'est parce que je sens que vous ai contrarié. Mais mon cher Gaston puisque cela vous contrariait vraiment, et puisque j'avais dit à Duvernois que c'était, sous réserve de votre autorisation, pourquoi ne pas m'avoir dit à temps " ne le faites pas ". Je me suis engagé aussitôt après vous avoir vu. Je comprends bien que vous ne m'avez rien dit par délicatesse, mais j'aurais mieux aimé ne pas vous ennuyer. J'envoie un mot à Duvernois pour lui proposer comme titre : " Une jalousie ", au lieu de Sodome et Gomorrhe 2 ( mais je ne lui demande pas de mettre : " Extrait d'un volume "etc, car du moment que cela change de titre, voyez d'ici quelle confusion cela ferait. Un lecteur viendrait à la N.R.F. demander : " Donnez-moi Une Jalousie de M. Proust . - Ah ! il n'a rien publié ici sous ce titre ).Votre lettre me contrarie aussi ( mais ceci est secondaire ) parce que je vois qu'il faut renoncer à l'espoir de publier d'autres extraits d'autres volumes, aux Oeuvres Libres.  Puisque vous me dites, trop tard, que vous n'approuvez pas que j'aie donné un 1er article aux Oeuvres Libres, cela me ferme la voie pour toujours. Car maintenant je suis averti, cela vous contrarie, donc je ne pourrai jamais récidiver, désirant avant tout ne pas vous contrarier. Sur la question d'argent il m'est difficile de vous répondre car je comprends mal votre raisonnement. En deux mots si j'ai saisi, cette collaboration fait gagner de l'argent à M. Proust, mais elle en fait gagner infiniment plus à M. Fayard. Mais songez qu'en m'interdisant pour l'avenir de recevoir de l'argent de M. Fayard ( je me soumets naturellement et ne vous reparlerait pas des Oeuvres Libres ), vous me mettez dans une position d'autant plus délicate que je n'en recevrai pas plus de la N.R.F. Elle me doit en ce moment ( si je compte bien et je peux me tromper ) environ soixante mille francs. Comment pourra-t-elle jamais me les payer ( au fond j'espère bien que si et qu'elle me les paiera ). C'est bien loin d'être un reproche et vous savez que j'ai accepté moi-même votre mode de paiement à 2 500 fr par mois. Mais il ne fonctionne pas tous les mois. Et ce que je touche un mois est " imputable " à des mois antérieurs. D'autre part au fur et à mesure que la N.R.F. ne pourra pas me payer, je lui livrerai de nouveaux livres qui accroîtront encore sa dette. C'est le tonneau des Danaïdes. Croyez bien que je vous dis tout cela dans un esprit tout " affectueux ", et avec une affection que je ne mettrais même pas si je me parlais à moi-même. Ce n'est ni une critique, ni une demande, tout simplement le regret que vous ne laissiez pas d'autres, compenser un peu cela. - Vous savez que pour la question des - voisinages - je n'ai jamais cru qu'ils nuisaient autant que vous le croyez à un auteur tant soit peu classé. Sans cela il n'y avait pas de raison pour que je ne refuse pas le Prix Goncourt parce que Claude Farrère et tant d'autres l'ont eu. Et la N.R.F. elle-même ne publie pas que des chefs-d'oeuvre, à commencer par les oeuvres de votre serviteur et ami


                                                                                          Marcel Proust

Encore une fois, lisez cela comme cela a été écrit, en toute amitié.

P.S. Faites attention que par erreur j'ai laissé trois ! feuille(?) blanche(?) fiez-vous seulement aux n°s des pages.


                                                       A Gaston Gallimard

                                                                                             Le 19 ou 20 septembre 1921

           Lettre importante à lire soigneusement.

           Mon cher Gaston                                                                 Van Gogh in the moma   pinterest.fr
Résultat de recherche d'images pour "impressionnistes moma"           Bien qu'ayant fait une petite chute dans ma chambre qui ne me rend pas très agréable d'écrire aussitôt après, je mentirais si je vous taisais que j'ai peu de satisfaction de la N.R.F. et comme cette même chute ( d'ailleurs insignifiante ) m'empêchera vraisemblablement de recevoir et de sortir, surtout si vous devez toujours aller en Bretagne. La N.R.F. a pour me martyriser deux directeurs, l'un le directeur général est vous. Il est toujours absent, pour des rendez-vous d'affaires etc mais enfin où je ne peux le relancer quand j'ai un conseil à lui demander. Et même quand il est à la Revue il me fait répondre qu'il n'y est pas ( ce qui me ramène au temps où Swann fut refusé et où je téléphonais avec une vaine naïveté trois fois par jour ). Le directeur de la Revue mon très cher Jacques Rivière, a imaginé je ne sais sur quoi qu'il n'avait pas comme extrait tout ce qu'il a demandé, alors qu'il a tout et un peu plus. Il en est résulté des semaines de lettres, de dépêches, d'angoisse pour moi à devenir fou.
 ( Excusez-moi bien auprès de M. Paulhan. Sans ma chute j'aurais cherché à aller le remercier.) Craignant que Jacques n'eût besoin d'encore plus je lui ai offert en surplus la Visite des Cambremer. Mais il paraît que c'est trop long. Enfin je lui ai offert pour le n° de novembre toute la fin du livre. Mais il faudrait des coupures. Je m'y refuse absolument ( envoyez-lui cette lettre car cela me fatigue trop d'écrire à vous deux ). Vous craignez qu'un extrait aux Oeuvres libres n'empêche de lire le livre. Mais au moins le titre étant différent il y a chance pour que ce soit le contraire. Dans la N R f en revanche où le public est mon public, tout le monde comprendra que c'est la suit  et si je faisais des coupures, je mutilerais mon oeuvre car personne ne se reporterait au livre. Dites en conséquence à Jacques que je ne lui donnerai rien en Novembre, il aura seulement en Octobre ce qu'il a demandé et un peu plus. Je renonce à répondre à la N.R.F. puisque il s'obstine ( pas Jacques Boulenger, Jacques Rivière ). En admettant le principe que l'extrait aux Oeuvres Libres ne nuit pas au livre, je reconnais ou plutôt je crains ( car je n'ai pas encore eu d'épreuves ) que le fragment soit très long et très fâcheusement choisi pour le livre. Je vous aurais demandé conseil quand il en était temps si vous ne m'aviez volontairement glissé entre les doigts comme une vraie anguille. ( Vous n'avez même pas répondu à ma lettre ). J'ai vu Duvernois après vous avoir vu, avant son départ pour Bruxelles où il est. Il m'a fait envoyer immédiatement un à-valoir de 10 000 fr. Il croit ( ? ) qu'à la répartition je peux avoir autant. Je lui ai dit votre sympathie ce qui a paru beaucoup le toucher, et je lui ai dit que jamais plus il n'aurait une ligne de moi dans les Oeuvres libres car je craignais de vous contrarier. Il en a paru très ennuyé, m'a dit de ne pas perdre tout espoir mais ma décision, bien que prise à regret, est formelle. Je n'écrirai plus aux Oeuvres libres ( comme je n'y aurais jamais écrit si vous me l'aviez dit le soir où vous êtes venu ). Maintenant mon cher Gaston je tiens à vous faire une recommandation très importante. N'allez pas ( bien entendu la question de votre loyauté et des droits ne se pose pas, j'ai pleine confiance en vous ), pour me prouver que Duvernois se trompe et que les Oeuvres libres feront tort à Sodomorrhe 2, soigner moins la diffusion de ce volume ( peut-être en 2 volumes ) que des précédents. Ce serait d'abord absurde puisque je vous ai promis de ne plus écrire aux Oeuvres Libres. Ce serait de plus très fâcheux. Cet ouvrage ( Sodome 2 ) est le plus riche en faits psychologiques et romanesques que je vous aie encore donné. La partie qu'a Duvernois est de beaucoup la moins bonne ( et je le regrette de ttes façons car c'est la plus nuisible au livre ). Donc mettez d'autant plus d'activité à lancer ce volume ( ou ces 2 volumes, c'est très long ) pour effacer le tort que la publication d'une partie en revue aura pu faire, et pour me récompenser de mon sacrifice puisque je refuse désormais leur collaboration.
Résultat de recherche d'images pour "antisemitisme tableaux"            Pour le titre de l'extrait de Jacques j'aimerais quelque chose comme " La perte après coup de ma grand'mère ".
            Vous pouvez mettre en note extrait de Sodome 2 ( bien que le morceau choisi par Jacques ne soit guère de nature à faire lire le livre ). En tous cas comme il n'y a dans ce morceau ni Sodome ni Gomorrhe, ces 2 noms seraient déplacés en titre principal. Voulez-vous le dire à Paulhan avec mes amitiés. La fatigue, l'épuisement pour mieux dire m'arrêtent. Je suis mon cher Gaston affectueusement votre dévoué

                                                         Marcel Proust

Je reçois avant que cette lettre soit fermée les épreuves de la N.R.F. qui "tombent " ( comme moi ! ) aussi mal que possible. Je vais néanmoins les corriger mais vous demande quand on n'en aura plus besoin qu'on me les renvoie car mes corrections ( les fautes sont nombreuses ) serviront pour le volume. Le titre le meilleur est : Les Intermittences du Coeur. C'est le mieux, il n'y a pas à hésiter. Je constate avec joie en parcourant ces épreuves que tout ce que m'avait demandé Jacques et dites-le lui en plaisanterie gentille, qu'il m'a tourmenté pour rien. - . Je trouve que je suis très gentil de vous sacrifier pour l'Avenir les Oeuvres libres cher prieur, car notre traité ne contient nul voeu de célibat, de chasteté, de pauvreté. Je vous recommande à nouveau de vous donner un peu de mal pour le lancement de mon nouveau livre sur lequel j'entasserais volontiers tous les éloges que Balzac dans sa correspondance, donne, avec tant de naïveté mais du génie, aux siens. Or comme les deux suivants sont encore " mieux " ( ! ) il ne faut pas que j'aie l'air, avec un nombre restreint d'éditions, d'être
 " fini". Déjà M. Souday semble me préférer Binet-Valmer. Preuve d'indépendance politique sans doute.

P.S. Hélas je vois qu'une goutte de café est tombée sur la 1re page de cette lettre. Mais recommencer 17 pages c'est impossible.

         

                    





                                    

jeudi 16 février 2017

Douche Ecossaise Saturnin Fabre ( Cinéma biographie France )


amazon.fr


                                                                      Douche écossaise

            Les cinéphiles connaissent Saturnin Fabre, bourguignon né à Sens en 1884. Son père ne fit pas toujours des affaires heureuses, et si son frère suivra un chemin dit classique, Saturnin Fabre, Erbaf dans son livre de souvenirs fut indiscipliné. Inscrit chez les Frères à Passy il fut souvent puni, pensionnaire reçut de rares visites familiales, il y resta dix ans. A seize ans il déçut encore ses parents en choisissant la vie d'artiste. Il étudia le tambour et la clarinette, refusé une première fois au conservatoire, il joua pourtant quelques petits rôles et avança doucement vers une carrière longue tant au théàtre qu'au cinéma où il fut engagé dans les tous premiers films, muets bien sûr. Et l'on voit noter quelques noms qui demeurent dans nos mémoires, ainsi de Volterra, Antoine visionnaire dans ses mises en scène, la comédienne Jeanne Fusier, devenue Fusier-Gir, Brunot, Ses Mémoires, délicieux livre assez rare, écrits sans prétention et avec une grande lucidité, portent à réfléchir. Quelques extraits, commencés par la fin, la dernière page titrée : Préface.
            " ....... dans cet ouvrage nous avons tout fait à l'envers, nous avons retourné notre nom.
            Nous adressons ici l'expression de notre admiration et de nos sentiments de condoléance aux écrivains dont nous ignorions le dessous malsain et fastidieux de la profession. 
            .............
           L'acte de s'asseoir devant des papiers blancs, de se convertir en cul-de jatte, en cocu immobile qui ignore tout, de se meurtrir les fesses en une pénitence volontaire....... de s'énerver d'impatience dans les jumeaux......... de s'établir une ptose généralisée pour griffonner sérieusement , en hypnose, sur des feuillets, constitue un renoncement à soi-même, une duperie, un héroïsme.
            Culs de Corneille, de Molière...... de Valéry....... de pauvres et grands hommes, pardon !

.......... Erbaf fit son entrée dans la classe de Paul Mounet. il serra les mains de ses camarades.....Hélène Dieudonné...... Laissons parler Willy........ " C'est un grand comique et un fumiste invétéré."........ Quand par hasard il s'aventure dans la classe il y jette, en effet, un de ces beaux désordres qui sont l'effet de son art. "......... Antoine........ Il avait insufflé le naturel, la vie au théâtre....... Après six mois d'exercice, tout était discipline autour d'Antoine.........
            A l'époque actuelle, où les individus agissent lorsqu'ils sont cent et ne font rien lorsqu'ils sont seuls ; dans une société où tout s'abrite sous la lâcheté du nombre, où tout n'est qu'enrégimentement, rassemblement........ mutuelles, il est quasi impossible de comprendre l'oeuvre magistrale, INDIVIDUELLE, d'Antoine. "                            youtube.com 
Résultat de recherche d'images pour "saturnin fabre gabin raimu"            Souvenirs heureux, mais aussi tristes. La grande guerre 1914/1918.
            " Plus d'un demanda à Erbaf quels étaient ses souvenirs de guerre :
            - Nous étions des brutes. Les brutes n'ont pas de souvenirs... 
           Erbaf entre Paris et les tournées théâtrales, le cinéma, amours sans suite, le comédien a des amitiés longues et solides, ainsi avec Raimu, racontée à leur fin mélancolique. De nombreuses anecdotes évoquées piquantes, jalousies de comédiens, trucs de comédiens sur scène et au cinéma, les femmes sont rares, peu sympathiques. Les petites scènes de la vie quotidienne demandent à être lues, telle la porte ouverte au studio Marcel Pagnol, par temps froid et grand mistral, enrage Raimu autant que Erbaf. De nombreux dessins-caricatures signés Saturnin Fabre dans le livre d'humour froid, à lire avec chaleur. Il apprit à cultiver son jardin à l'Isle Adam
         
            

lundi 13 février 2017

Anecdotes et Réfflexions d'hier pour aujourd'hui 70 Samuel Pepys ( Journal Angleterre )

Résultat de recherche d'images pour "le caravage"


repro-tableaux.com
                                                                                                                       18 mai 1662
                                                                                                                 Pentecôte
            Par le fleuve jusqu'à Whitehall et là à la chapelle à mon banc qui me revient comme clerc du Sceau privé. J'entendis un excellent sermon du Dr Hacket, évêque de Lichfield et de Coventry sur ces mots " Celui qui boira de cette eau n'aura jamais soif " et un excellent motet chanté par le capitaine Cooke et un autre ainsi que de la belle musique. Puis le roi descendit et donna, prit le sacrement à genoux, spectacle qui méritait bien d'être vu.  Puis avec George Carteret à son logis pour dîner, avec milady et un certain Mr Brevint, ecclésiastique français. Nous fûmes très gais et causâmes longuement avec milord, après le dîner. Puis de nouveau à la chapelle et entendîmes un autre bon motet. De là à la Chambre du Conseil. Le roi et le Conseil ont siégé jusqu'à 11 heures du soir et je fus obligé de marcher de long en large dans les galeries jusqu'à cette heure-là. Il examinait tous les projets de loi qu'on doit présenter à la Chambre demain, avant que le roi quitte Londres et proroge la Chambre.
            Enfin le Conseil leva sa séance et sir George Carteret m'informa des décisions du Conseil, sa décision pour les navires qui devaient transporter de la cavalerie d'Irlande au Portugal. Cette décision est maintenant changée. Je pris une voiture et rentrai, renvoyant le canot sans moi. A la maison je trouvai ma femme fâchée de ce que j'étais sorti, mais je la contentai. Elle avait son costume neuf de taffetas noir et son jupon jaune, très jolis. Et au lit.


                                                                                                                               19 mai

            Restai longtemps au lit, tantôt me querellant avec ma femme, et puis de nouveau content. Je me levai enfin et mis mon costume en drap de cavalerie et mon manteau en camelot neuf, qui me satisfait assez. Allai au Temple à propos de ma réplique, puis chez mon frère Tom où j'apprends que mon père sera à Londres cette semaine. Rentrai, certaines boutiques étant fermées, d'autres ouvertes. On me dit que la Chambre de communes croit fort qu'elle sera forcée de précipiter son travail ce matin, afin que cet après-midi le roi approuve leurs lois pour pouvoir quitter Londres. Mais il fut, m'a-t-on dit depuis, forcé de rester jusqu'à près de 9 heures du soir. Et il les a prorogées et est allé à Guilford pour dormir. A la maison, et Mr Hunt a dîné avec moi et nous avons été très gais. Après dîner sir William Penn, sa fille, moi et ma femme allâmes en voiture au Théâtre. Étions dans une loge et vîmes Le petit filou, bien jouée. De là à Moorflields où nous nous sommes promenés et avons mangé des gâteaux au fromage et du jambon. Mais de retour à la maison je fus malade et forcé de vomir. Puis avec ma femme, marcher et chanter sur la terrasse jusqu'à fort tard, la nuit étant très agréable avec un clair de lune, et au lit.


                                                                                                                        20 mai

            Travail au bureau avec sir William Penn, puis retour à la maison. Puis arrive le doyen Fuller après notre dîner, mais je lui fis servir quelque chose, et nous fûmes très gais une heure ou deux, et je suis très satisfait de sa compagnie et de sa bonté. Enfin nous nous quittâmes, ma femme et moi allâmes à l'Opéra où nous vîmes la deuxième partie du Siège de Rhodes, mais ce n'est pas aussi bien joué que lorsque Roxalana y était, laquelle, dit-on, est maintenant la propriété de milord d'Oxford. Puis à l'appontement de la Tour où nous avons pris un canot, et nous avons tous été à pied à la Demi-Étape où nous mangeâmes et bûmes, et ce fut fort agréable. Et enfin retour, dans la soirée, et bonsoir. Nous menons une vie fort agréable en ce moment, et depuis longtemps. Dieu en soit loué et nous fasse lui en rendre grâce ! Bien que je sois fort hostile aux dépenses excessives, je crois qu'il vaut pourtant mieux prendre quelque plaisir maintenant que nous avons la santé, l'argent et l'occasion, plutôt que de différer les plaisirs jusqu'à la vieillesse ou la pauvreté, quand nous ne pourrons si bien en jouir.


repro-tableaux.com                                                                                                                    21 mai
Résultat de recherche d'images pour "le caravage"
            Avec ma femme par le fleuve à Westminster, et après qu'elle eut vu son père ( je n'ai rien su depuis quelque temps de ce qu'il faisait, ni ce que faisait sa mère ) elle me retrouva au logis de milord. Nous restâmes et allâmes nous promener dans le jardin de Whitehall et dans le jardin privé avons vu les chemises et les jupons de fil de milady Castlemaine, ornés de riche dentelle au bas, les plus élégants que j'aie jamais vus. Et les voir m'a fait chaud au coeur. Puis chez Wilkinson, elle, moi et Sarah  pour dîner. On m'a servi un beau quartier d'agneau et une salade. Sarah m'a raconté que le roi a dîné et soupé tous les jours et tous les soirs de la semaine dernière chez milady Castlemaine. Le roi était là également le soir où on a fait des feux de joie en signe de réjouissance pour l'arrivée de la reine. Mais il n'y avait pas de feu devant chez elle, bien qu'il y en ait eu devant presque toutes les maisons de la rue, ce qui fut fort remarqué. Et qu'ils envoyèrent chercher une balance pour se peser l''un et l'autre, et qu'elle étant grosse d'enfant était, dit-on la plus lourde. Mais elle est maintenant la plus triste des créatures et ne sort pas de chez elle depuis le départ du roi.
            Nous sommes allés au Théâtre voir Le maître de danse  français avec un vif plaisir. Mais nous sommes tristes de la voir abattue et déjà traitée sans égards. La pièce nous a bien plu, mais le rôle de Lacy, le maître de danse, est le meilleur du monde.
            De là chez mon frère Tom pensant trouver mon père arrivé de la campagne. Nous ne trouvons que mon Fenner et sa vieille femme que je n'aie pas vue depuis le dîner de mariage et n'ai nulle envie de la voir. Après leur départ, avec ma femme chez Mrs Turner que nous trouvâmes assez mal en point, et ses deux garçons, Charles et Will, revenus de la campagne et devenus très communs après trois ans  dans le Yorkshire à la garde de leur père. De là de nouveau chez Tom où j'ai bien soupé, ma cousine Scott était présente, et mon père n'étant pas arrivé nous sommes rentrés à pied. Et au lit.


                                                                                                                 22 mai

            Ce matin arrive un ordre du secrétaire d'Etat Nicholas pour que je laisse un certain Mr Lee, conseiller, examiner les papiers que je peux avoir, concernant des événements passés et où se trouve l'écriture de sir Henry Vane, afin de dresser l'acte d'accusation. Ce que je fis. Et à midi en compagnie de sir William Penn et de sa fille, il a dîné avec moi, et est retourné à son travail tandis que nous allions en voiture au Théâtre voir Les Dédales de l'amour. Il n'y a pas grand-chose dans cette pièce, hors le rôle d'un campagnard interprété par Lacy, et qu'il a admirablement joué. Retour et dîner avec sir William Penn, sir William Batten et le capitaine Cocke.... Ce soir chacun de nous à reçu une lettre du commandant Teddeman provenant de la Méditerranée, indiquant un traité de paix conclu à des conditions avantageuses par sir John Lawson avec les gens d'Alger, ce qui est une fort excellente nouvelle. Il au aussi envoyé des anchois à chacun de nous, des olives et du muscat. Mais je ne sais pas encore ce que c'est, et je n'ose pas le demander.
            Après le souper, à la maison et au lit. Résolu à consacrer cette semaine à la comédie et aux plaisirs, et à me remettre au travail la semaine prochaine pour longtemps.


                                                                                                                  23 mai 1662
                                                                                                                 utpictura18.univ-montp3.fr
Résultat de recherche d'images pour "le caravage"            Au bureau une bonne partie de la matinée. Et puis vers midi, à pied avec ma femme à la Garde-Robe. Ma femme monta à la salle à manger trouver milady Paulina et je restai en bas à causer avec Mr Moore, au salon, et à lire les récents discours du roi et du chancelier à l'occasion de la prorogation des Chambres du Parlement. Et pendant que je lisais on m'annonça que milord Sandwich était arrivé et était monté chez Milady, ce qui me mit dans l'attente d'une grande joie. Je montai donc pour attendre que milord sorte de la chambre de milady. Il arriva au bout d'un moment, et a l'air en très bonne santé et mon âme se réjouit de le voir. Il fut très gai. Et a laissé le roi et la reine à Portsmouth. Il est venu loger ici jusqu'à mercredi prochain, il retrouvera alors le roi et la reine à Hampton Court.
            Puis dîner, Mr Brown ( secrétaire de la Chambre des lords, sa femme et sa mère également présentes ) et milord très gais, disant, entre autres, que la reine est une personne fort plaisante et qui se peint encore. Après dîner je lui ai montré la lettre que j'ai reçue de Teddeman donnant les nouvelles d'Alger, dont il est extrêmement satisfait, et il en a écrit une au duc d'York sur ce sujet et l'a envoyée par un exprès.
            Une grande compagnie arrivant après dîner pour voir milord, ma femme et moi nous esquivâmes pour aller à l'Opéra où nous vîmes L'Esprit du sergent de ville joué pour la première fois, mais pièce plus sotte, je crois, que je n'en ai jamais vue. Après la pièce sommes rendus à Covent Garden au théâtre de marionnettes que nous avons vu l'autre jour, et en vérité c'est fort agréable. J'ai vu là pour la première fois parmi les violonistes jouer du tympanon avec des baguettes dont on bat les cordes, et c'est fort joli. Puis retour par le fleuve et souper très gaiement avec sir William Penn. Et au lit.


                                                                                                           24 mai

            A la Garde-Robe où j'ai de nouveau parlé avec milord et où j'ai vu William Howe devenu quelqu'un de fort élégant et sérieux. Puis sorti avec Mr Creed qui me donna tous les renseignements que je désirais. Entre autres les grandes difficultés où milord s'est trouvé tout l'été faute d'ordres précis et complets du roi. Je crains que messeigneurs du Conseil aient moins souci des affaires que les anciens gouvernants, et davantage de leurs plaisirs et de leurs profits. Appris que le Hego de Toros est un divertissement simple mais le plus connu en Espagne. Que la reine n'a donné aucune gratification à aucun des commandants ou des officiers, sauf à milord Sandwich, et c'était une bourse d'or, ce qui n'est pas un présent honorable, d'environ 1 400 livres sterling. A quel point la reine a toujours vécu retirée et que de toute la traversée elle n'est jamais allée sur le pont ou sortie de sa cabine, mais qu'elle aimait beaucoup la musique de milord et qu'elle la faisait venir dans son salon et qu'elle s'installait dans sa cabine assez près pour l'entendre. Que milord fut obligé de faire un éclat avec le Conseil du Portugal au sujet du paiement de la dot, pour l'obtenir, qui consistait, outre Tanger et la liberté de commerce avec les Indes, en deux millions de couronnes, la moitié maintenant et l'autre dans un an. Mais ils n'ont apporté que peu d'argent, le reste est en sucre et autres marchandises et en traites. Que le roi du Portugal est presque simple d'esprit et que c'est sa mère qui fait tout, et que c'est un prince très médiocre.
            Après une boisson du matin à l'Etoile dans Cheapside je l'emmenai à la Bourse puis chez moi, mais comme ma femme avait déjà dîné je l'emmenai chez Fish Street où nous prîmes deux homards en conversant. Puis allai au bureau. Cela fait avec sir William Penn à Deptford par le fleuve chez le commandant Rooth car il est très malade et retour à la maison par terre nous arrêtant à la Demi-Étape pour manger et boire. Puis à la maison, et au lit.


                                                                                                                 25 mai
repro-tableaux.com                                                                                            Jour du Seigneur
Résultat de recherche d'images pour "le caravage"            Me rasai comme tous les jours cette semaine, avec une pierre ponce, procédé que j'ai appris de Mr Marsh lorsque j'étais récemment à Portsmouth, et je le trouve très facile, rapide et propre et je continuerai à en user. A l'office où j'entendis un bon sermon de Mr Woodwock dans notre église. Seulement en priant à la fin pour une femme en couches, il pria que Dieu la délivrât de la malédiction héréditaire de l'enfantement, ce qui me parut une assez étrange expression. Dînai à la maison avec Mr Creed. Aujourd'hui j'ai mangé le premier plat de petits pois. Après nous être entretenus nous sommes sortis et allâmes de droite, de gauche, entrant dans de nombreuses églises, parmi lesquelles celle de Mr Baxter à Blackfriars. Puis à la Garde-Robe où je trouve que milord prend une purge, de sorte que je ne le vis pas. Mais avec le capitaine Ferrer ( dans le carrosse de Mr Montagu ) j'allai à Charing Cross et là à la taverne du Triomphe il me montra quelques dames portugaises arrivées à Londres avant la reine. Elles ne sont pas belles et leurs vertugadins sont un vêtement étrange. Beaucoup de dames et de personnes de qualité viennent les voir. Je ne leur trouve rien d'agréable. Et je constate qu'elles ont déjà appris à baiser et à lever les yeux sans crainte, et je crois bien qu'elles ne vont pas tarder à oublier la vie retirée de leur pays. Elles se plaignent fort du manque de bonne eau à boire. Puis je revins à pied à la Garde-Robe et soupai avec milady, puis retour à la maison et après une promenade sur la terrasse avec ma femme, la prière et au lit.
            Les gardes du Roi et des milices de la Cité sillonnent la ville depuis cinq ou six jours, ce qui me fait penser, et c'est ce qu'on dit, qu'il se trame des complots. Dieu nous protège !


                                                                                                                       26 mai

            Levé avant 4 heures du matin pour préparer certains comptes pour milord de Sandwich. Au bout d'un moment arrive par arrangement Mr Moore. A ce qu'il nous paraît à présent nous constatons que milord a plus de 7 000 livres de dettes et qu'il attend des rentrées d'argent qui régleront tout. Nous le croyons donc solvable, mais avec très peu d'argent liquide. Puis chez milord, et nous avons passé une heure avec lui quand il fut prêt, à lui exposer cela. Et comme il lui reste quelque 6 000 livres de ce qu'il a reçu du roi, il est décidé à en faire usage et à se libérer de son mieux, ce que j'approuve, car autrement il n'aura pas d'avance avant bien longtemps. Puis à la maison et à Trinity House où les Frères, qui étaient à Deptford aujourd'hui élire un nouveau Maître, sir John Mennes, bien que sir William Batten lui ait vivement disputé cet honneur. Ce dont je ne suis pas peu satisfait à cause de la vanité de sa femme, sont arrivés vers 3 heures et dîner. Je me mis à côté de Mr Prynne qui, dans la conversation commença à parler des documents qu'il possède sur la luxure et la vie dépravée des religieuses anglaises de jadis, et il m'en a montré un tiré de sa poche où trente religieuses pour leur luxure furent chassées de leur maison, étant indignes d'y vivre et furent, par ordre du pape, cependant placées dans d'autres couvents.
            Je ne pus rester avec eux jusqu'à la fin du dîner, quittai la table et partis sans rien dire et allai par le fleuve chez mon frère et de là conduisis ma femme au Taureau Rouge où nous avons vu Le Dr Faust mais si pitoyablement et si médiocrement représenté que nous en fûmes dégoûtés, d'autant plus qu'en vertu d'une résolution déjà prise ce doit être la dernière pièce que nous devons voir d'ici la Saint-Michel. Puis retour à la maison en voiture par Moorfields où nous nous arrêtâmes un moment à regarder les lutteurs. A la maison, j'ai emporté mon luth sur la terrasse, et au lit.


                                                                                                                   27 mai 1662
repro-tableaux.com
Résultat de recherche d'images pour "le caravage"            Ce matin chez milord et de là chez mon frère, où j'ai trouvé mon père, le pauvre homme, qui était arrivé, ce qui me fit plaisir. Je restai avec lui jusqu'à midi puis il alla dîner chez mon cousin  Scott qui l'avait invité. Il me parla des aménagements qu'il fait à la maison et au jardin de Brampton, qui me font bien plaisir.
            Je ne pouvais aller avec lui, de sorte que nous nous séparâmes à Ludgate, et je rentrai dîner. Et au bureau tout l'après-midi, et de la musique dans mon cabinet, seul, le soir, et au lit.


                                                                                                                    28 mai

            Levé de bonne heure pour ranger mon cabinet, puis chez milord. Nous parlâmes de différents sujets, puis allai en différents endroits pour affaires avec Mr Creed. Entre autres chez Mr Wotton, le bottier où nous prîmes notre boisson du matin. Et retour à la maison vers midi. Au bout d'un moment arrive, comme convenu, mon père pour dîner avec moi. Ce que nous fîmes très gaiement, car je désirais lui donner autant de gaieté que je le peux pendant que le pauvre homme est à Londres. Après dîner arrive mon oncle Wight resté un moment avec nous à causer et ensuite nous allâmes tous les trois à la brasserie de Leadenhall où nous restâmes un moment, puis je les quittai pour aller à la Garde-Robe, où je constatai que milord était parti pour Hampton Court, mais la femme de Ferrer arriva avec les jeunes demoiselles. Elle n'était pas disposée à y aller, sur ce je fus disposé à remettre ma visite, et je rentrai. Mais j'ai grande envie d'y aller avec eux demain. Et au lit.


                                                                                                                  29 mai

            A la maison toute la matinée. A midi à la Garde-Robe et dînai avec milady, et restai ensuite longtemps à causer avec elle. Puis retour vers la maison et dans Lombard Street je fus hélé d'une fenêtre par l'échevin Backwell et j'entrai saluer sa femme qui est fort jolie. Là était Mr Creed et il semble qu'ils ont eu quelque ennui, la crainte d'un incendie à côté et qu'ils avaient été occupés à déménager leurs biens. Mais l'incendie était terminé avant mon arrivée. De là à la maison et avec ma femme, les deux servantes et le petit laquais nous avons pris un canot pour aller à Vauxhall, où je n'avais pas été depuis longtemps, dans l'ancien jardin de printemps. Nous nous sommes longtemps promenés et les filles ont cueilli des oeillets. Nous sommes restés et voyant qu'on ne pouvait rien avoir à manger, sauf très cher et après avoir attendu longtemps, nous sommes repartis sans qu'on nous prêtât la moindre attention. Nous aurions pu agir de même si nous avions pris quoi que ce fût. De là au nouveau jardin où je n'avais encore jamais été, et qui est bien mieux que l'autre. Là aussi nous nous sommes promenés et le petit laquais passe sous la haie et cueille quantité de roses. Et après une longue promenade nous sommes sortis comme nous étions sortis de l'autre jardin. Et nous fûmes dans une autre maison, une maison ordinaire, où nous avons pris des gâteaux, du boeuf salé et de la bière. Et retour par le fleuve, très contents.
            Ce jour anniversaire du roi a été très solennellement observé et d'autant plus que la reine arrive aujourd'hui à Hampton Court. Dans la soirée il y a eu des feux de joie, mais bien peu en comparaison du grand nombre qu'il y eut jadis quand on a brûlé le Croupion. Et au lit.


                                                                                                                     30 mai

Résultat de recherche d'images pour "le caravage"            Ce matin j'ai fait mes compte. Je me trouve en possession de 530 livres de claro et pas plus, tant je me suis peu enrichi depuis mes derniers comptes. Mais j'avoue, j'ai dépensé beaucoup d'argent en vêtements.
            Je décidai soudain d'emmener ma femme, Sarah et Will par le fleuve, avec des provisions, jusqu'à Gravesend dans l'intention d'entrer dans le Hope jusqu'au Royal James pour visiter le navire et Mr Shipley, mais le croisai dans un heu apportant les affaires de milord, nous montâmes alors à bord, et poursuivîmes avec eux jusqu'à la Demi-Étape, très heureux de voir Mr Shipley. Nous avons vu là un petit Turc et un nègre dont on veut faire des pages pour les deux jeunes demoiselles. Il y avait aussi beaucoup d'oiseaux et d'autres élégantes curiosités. Mais j'avais peur d'attraper des poux et je repris le canot et arrivai à Londres avant eux. Pendant tout le trajet, à l'aller et au retour, j'ai lu La Giroflée des murailles avec grand plaisir. Puis à la maison et de là à la Garde-Robe où Mr Shipley était arrivé avec ce qu'il apportait. Restai causer avec milady qui se prépare à aller demain à Hampton Court. Puis rentrai et, à 10 heures du soir Mr Shipley vint souper avec moi. Nous avons eu un plat de maquereaux aux pois, et il nous a dit bonsoir, allant dormir à bord du heu, et moi au lit.


                                                                                                                        31 mai

            Fait la grasse matinée. Puis me levai pour rédiger mon journal de ces deux ou trois derniers jours. Puis arriva Anthony Joyce pour me réclamer l'argent du suif qu'il a fourni récemment, à ma demande, ce qui me contrarie. Mais il faut que je le lui fasse avoir au plus tôt selon ma promesse.
            Au bout d'un moment allai à Whitehall, apprenant que sir George Carteret était arrivé à Londres. Mais je ne l'ai pas trouvé, de sorte que je revins avec Tom et de là amenai mon père chez moi où il dîna, nous entretenant des affaires que nous avons avec l'oncle Thomas et Thomas Trice. Il partit après le dîner et j'allai au bureau où nous tînmes réunion. J'allai ensuite à pied chez mon frère, à la Garde-Robe et en d'autres endroits pour d'autres affaires, puis retour. Et je me fis peigner les cheveux par Sarah pour avoir la tête propre, et je les trouvai si sales à cause de la poudre et d'autres choses désagréables que je suis décidé à les garder secs, sans poudre. Et aussi par une inspiration soudaine , je me suis coupé toute la moustache que je me laissais pousser depuis un grand moment, à seule fin de pouvoir me passer toute la figure avec une pierre ponce, comme je le fais actuellement sur mon menton, et gagner du temps, ce qui me paraît un moyen très facile et très doux. Sarah m'a aussi donné un bain de pieds aux plantes, et au lit.
            Ce mois se termine par un très beau temps sans interruption depuis longtemps. Ma santé est assez bonne, seulement les vents me tourmentent parfois à l'excès du coté du fondement. La reine est arrivée il y a quelques jours à Hampton Court et tout le monde dit que c'est une très belle femme, fort élégante et pleine de jugement, et que le roi est assez satisfait. Ce qui, je le crains, fera faire un long nez à Madame Castlemain. La cour est maintenant entièrement à Hampton. On a récemment conclu un traité de paix avec Alger, ce qui est aussi une bonne nouvelle. Mon père est venu récemment à Londres pour nous voir et bien que cela m'ait coûté et doive me coûter plus d'argent, je suis content des aménagements qu'on fait à ma maison de Brampton. Milord Sandwich est récemment arrivé par mer avec la reine, en bonne santé et en bon renom. Après examen de ma fortune, je me trouve avoir 530 livres de claro. L'Acte d'uniformité vient d'être imprimé, et on estime qu'il fera des ravages parmi les pasteurs presbytériens. Les esprits de tous bords sont fort mécontents. Un des bords estime être traité plus durement qu'on ne le lui avait promis, et l'autre moins bien récompensé par le roi qu'il ne l'escomptait. Dieu nous préserve tous ! Je me suis récemment obligé par serment à m'abstenir de vin et de théâtre, ce dont je me trouve bien.


                                                                             à suivre
                                                                                          .............../

                                                                                                                     1er juin

            A l'église ce matin.........
                                                                                                                     

                                                                   

dimanche 12 février 2017

Gourmandises Agatha Christie ( in Crèmes et Châtiments Martinetti-Rivière-Asset )



amazon.fr

                                                   Crèmes et Châtiments
                                             Recettes délicieuses et criminelles ( extraits )

                                                     Soufflés.......mélanger le lait, 1 dl, quelques grammes de sucre un peu moins de farine, 25 gr, 50 gr de chocolat 3 ou 4 oeufs si vous supprimez le chocolat remplacé par des zestes de citron, une grosse cuillère de beurre pour le premier, etc. Bref, Agatha Christie est gourmande, très gourmande, et ces soufflés les auteurs les ont retrouvés : " Les Indiscréions d'Hercule Poirot - ........ déjeuner froid bien entendu. Du jambon, du poulet, de la langue et de la salade. Avec un soufflé froid pour terminer..... Et un consommé chaud pour commencer.... " 
            Les recettes complètes des Soufflés au chocolat ou au citron, dûment décrites, les auteurs précisent " ......Le soufflé a mauvaise réputation, mais pas à cause de la difficulté de la recette, plutôt à cause de sa vilaine propension à retomber au moment de le servir.... "


.......................


  lacuisinedebernard.com                                                     Les Scones
Résultat de recherche d'images pour "scones"                                                       Délicieux et dangereux : ".....Un scone tartiné de miel dont elle n'avait mangé qu'une bouchée était posée à côté de sa tasse à thé encore à moitié pleine. La mort était venue...... - Une poignée de seigle " Ici Miss Marple mène l'enquête. Quels ingrédients pour d'innocents scones : - 300 gr de farine - Beurre 100gr de sucre 2 oeufs, levure et sel....  Les auteurs conseillent : "..... Servir tièdes accompagnés de crème chantilly et de gelée de groseilles ( ou de crème du Devon, si vous avez la chance d'être allé récemment dans la patrie de dame Christie. ).


.........................


                                                       Pudding à la confiture
                                                       "......... Les cuisinières mettent presque toujours des "mille et des cents " sur le pudding....... c'est ainsi qu'on appelle ces petits vermicelles rose et blanc...... "
L'une des nombreuses photos du livre présente un beau gâteau. Il faut : ( extraits de la recette -
1/4 de l de lait, du sucre, levure, vanille ou cannelle, beurre et confiture, et 250 gr de pain ou autres rassis ...... ou encore toutes sortes de biscuits secs, petits beurre..... Votre gâteau sera tout aussi réussi. " Une gourmandise meurtrière que les auteurs signalent dans " Miss Marple au club du mardi "


                                                Recettes textes et photos 
                                   Anne Martinetti François Rivière Philippe Asset

samedi 11 février 2017

La Rivière de Cassis Rimbaud ( Poème France )

Résultat de recherche d'images pour "sapin corbeau"
lamerecastor.canalblog.com


                                           La Rivière de 
                                                                  Cassis

                                La Rivière de Cassis roule ignorée
                                             En des vaux étranges :
                                La voix de cent corbeaux l'accompagne, vraie
                                             Et bonne voies d'anges :
                                Avec les grands mouvements des sapinales
                                            Quand plusieurs vents plongent.

                                 Tout roule avec des mystères révoltants
                                            De campagnes d'anciens temps ;
                                 De donjons visités, de parcs importants :                corbeauxrock.com
Résultat de recherche d'images pour "corbeaux"                                            C'est en ces bords qu"on entend
                                 Les passions mortes des chevaliers errants :
                                            Mais que salubre est le vent.

                                Que le piéton regarde à ces claires-voies :
                                            Il ira plus courageux.
                                Soldats des forêts que le Seigneur envoie,
                                           Chers corbeaux délicieux !
                                Faites fuir d'ici le paysan matois                                                                    Qui trinque d'un moignon vieux.


                                                                Arthur Rimbaud
                                                                                        ( 1872 )

mercredi 8 février 2017

L'amie prodigieuse enfance et adolescence Elena Ferrante ( Roman Italie )

L'amie prodigieuse: Enfance, adolescence
       amazon.fr

                                                      L'amie prodigieuse
                                                                           Enfance et adolescence

            Italie des années 50. Naples dans un des quartiers les plus pauvres d'où l'on n'aperçoit pas le Vésuve, où l'on vit sans connaître le bord de mer et un dialecte particulier leur donne la possibilité de hurler des invectives, des menaces, de se raconter jour après jour, mais dans la cour jouent deux petites filles de six ans, l'une Lenu, de son vrai nom Elena Greco, l'autre Lina Cerullo. Deux amies inséparables. Lenu a une jolie poupée, Lia une poupée de chiffon, cette dernière a pris l'habitude de
les mettre à l'épreuve de différentes façons, et un jour elle jette à travers un soupirail la poupée de la plus sage, plus craintive Lenu. Ce jour-là la fille du portier de la mairie s'aperçut que Lia, fille du cordonnier, était méchante. Méchante mais vibrante et très intelligente. La pauvreté des familles nombreuses rend encore plus évidente la fortune de certains sortis de l'enfer des dettes. Il y a aussi Carmen, Ada, Giuletta, et Rino, Pascale, Stefano, Michele. Les familles se disputent, les hommes ont le coup facile, la tragédie pointe à tout moment. Mais Lia et Lenu, la narratrice, grandissent, très bonnes élèves, elles lisent beaucoup, Lia d'ailleurs abonnent son père, sa mère et son frère aîné, qui ne toucheront jamais un ouvrage, pour son propre compte.L'auteur, on ne sait trop qui elle est malgré des révélations parues ici ou là, décrit avec une grande minutie le quotidien des enfants, des familles, de l'environnement, passe sans insister dans ce premier volume sur la camorra et la richesse de certains, le communisme, les cours de théologie au petit et au grand lycée. Ce pourrait être une série noire, mais non c'est une saga. Dix ans vont s'écouler, les corps se transforment, les garçons veillent sur les filles, prêts à se battre pour un regard trop appuyé. Ils s'amusent, dansent, pleurent des amours déçues. Premières voitures; premières télévisions, la société change tout doucement, Lia entretient les conversations, sa réputation malmenée par un Michele Solara repoussé malgré ses cadeaux. Madame Oliviero maîtresse d'école déçue dit d'elle qu'elle a mis sur ses jambes, son corps toute la beauté qu'elle avait dans la tête. Mais Lia n'avait-elle pas ses raisons ? Finira-t-elle patronne de l'épicerie, dessinera-t-elle encore des chaussures : " ....... Regarde, dit-elle à Lenu, les rêves que j'avais dans la tête se retrouvent sous mes pieds..... " Elles avaient six ans, nous les avons rencontrées, nous les quittons elles ont seize ans, dans ce premier volume assez dense.Très lu dans de nombreux pays, un récit réaliste.

dimanche 5 février 2017

Correspondance Proust Gallimard 10 ( Lettres France )


Afficher l'image d'origine
impressionism-art.org

                                            A Gaston Gallimard

                                                                                                   Peu avant le 13 avril 1921

            Mon cher Gaston
            Je vous raconterai après un incident explicatif. Merci mille fois de votre lettre, mais j'ai, au moins deux choses à y ajouter :
            1° En ce qui concerne la conversation avec Jacques Rivière je l'ai prié de vous demander de faire annoncer mon prochain livre dans la bibliographie de la France ( je dis sans doute mal le titre mais enfin c'est le memento dont vous m'aviez parlé ) non pas le samedi qui finira la première semaine de mai ce qui nous retardera inutilement mais le samedi précédent veille du 1er Mai ce qui permettra à l'ouvrage d'être en vente chez les libraires non pas évidemment le 1er mai comme il avait été convenu ( puisque vous me dites que c'est un dimanche ) mais le 2 mai ( lundi ) ce qui nous fera gagner huit jours ce qui est beaucoup en cette saison. Je ne peux pas comme je dicte vous dire les raisons pour lesquelles je regrette que vous ne m'ayez pas répondu à ma première lettre à ce sujet.
            2° Est-ce que l'édition de luxe des jeunes filles ( 300 f ) est entièrement souscrite ou non ? Je vous le demande parce que un jeune homme que je connais un peu désire en souscrire un luxe. S'il en reste encore je vous enverrai son adresse pour que vous lui en envoyiez un qu'il paiera n'ayez aucune crainte car il est fort honnête et je crois de plus fort riche. Accessoirement je suis désolé que mon nouveau livre n'ait pas été annoncé dans le dernier numéro N.R.F. et tant d'autres choses du même genre. Mais ne nous arrêtons pas sur ces riens. Pour finir ( et c'est la raison que je finis et n'ai pu écrire moi-même ) c'est précisément le ridicule incident auquel je faisais allusion au début. Ce matin pendant que je faisais bouillir mon lait pour prendre mon véronal j'ai fait un faux mouvement, ma bouillote ( c'est le cas de le dire car le lait bouillait ) s'est renversé sur moi. Cela m'a fait des brûlures ce qui est déjà sans charme, mais pas bien grave, mais ce qui est pire c'est que mes tricots transpercés, mon lit traversé se sont refroidis. Il a fallu tout changer ; mes douleurs finies depuis un jour ont recommencé, un maux de gorge inexistant jusque-là leur a tenu compagnie. Voilà des sujets bien frivoles mais j'aime causer avec vous de tout ; et puis c'est une excuse pour moi.
            J'aime surtout parler de vous avec Jacques Rivière ; nous nous entendons très bien pour chanter vos louanges, et nous nous donnons la réplique aussi bien que si nous avions " répété ". Croyez mon cher Gaston à ma vive affection


                                                                                        Marcel Proust


************


                                                    A Gaston Gallimard

                                                                                                 22 avril 1921

            Mon cher Gaston                                                                           fond-ecran-image.com
Papillon grand mormon agenor papillon noir blanc rouge            Paraissons-nous toujours ( je veux dire être en vente chez les libraires ) le 2 Mai ?
- . Je suis très dans des idées noires parce que je me demande ( pas du tout à cause de cette parution imminente, cela n'a pas de rapport ) si je n'ai pas été depuis qq années le " cocu "de la N.R.F. Heureusement - ou malheureusement - ce sont des cornes qu'on ne peut pas porter. Comme c'est si pénible de discuter ces choses-là entre nous, ne croyez-vous pas qu'il serait mieux d'y mettre un " neutre désintéressé " mais opérant, comme dit la diplomatie du Dr Simons. - . Du reste peut'être je vois plus en noir certaines choses parce qu'ayant pris froid il y a une semaine j'ai des crises d'asthme qui ne cessent ni jour ni nuit et m'obligent à ajouter à mes souffrances un surcroît d'intoxication. - . En tous cas même si ce ne sont que des papillons noirs et s'ils s'envolent, s'il ne se produit donc pas de scission entre nous, il me paraît bien difficile de pouvoir vous donner avant mai 1922 ( au lieu d'Octobre prochain ) Sodome II puisque je n'en ai encore reçu aucun placard et que comme je vous l'ai dit c'est le seul volume à remanier profondément. Enfin peut'être, en travaillant beaucoup. J'espère qu'on vous a rapporté le Baudelaire que vous aviez eu la gentillesse de m'envoyer. Je l'avais fait acheter le matin même et ne me suis même pas servi du mien, ayant pu citer de mémoire tout ce que je voulais. Cela fait un bien long, bien mauvais article, et déjà un peu suranné, tout le monde ayant ces 2 mois-ci écrit sur Baudelaire. je pourrais ensuite faire pour Jacques un Reinach comique, si je n'étais si fatigué. Et puis bien que je fusse brouillé avec lui depuis plusieurs années, et jamais très bien avant, je n'aime jamais beaucoup ces nécrologies burlesques. Mais je l'ai très bien connu. Cela reposerait de mon assommant Baudelaire. Croyez mon cher Gaston à mon amitié " taciturne et toujours menacée " comme dit Vigny.


                                                                   Votre dévoué Marcel Proust


***************

                                                         A Marcel Proust
                                                                                 ('extrait )
                                                                                                       22/4/21
   
            Mon cher Marcel, je réponds à la hâte à votre lettre de ce matin qui me consterne. Pourquoi pensez-vous être le " cocu de la nrf ? ( ai-je bien lu ? ) ( à la première lecture, j'avais lu le " coeur " de la N.R.F. ce qui serait plus vrai )................
            Je vous assure, croyez-moi, nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir.
            Bien affectueusement

                                                                                         Gaston

    pinterest.fr                                                              A Marcel Proust 
Marcel Proust. Le Temps retrouvé, BNF. À l’époque du Contre Sainte-Beuve, Proust avait déjà l’intention de clore son roman sur le thème de la fuite du temps. Dans un cahier de 1909 figure une “soirée” chez la princesse de Guermantes, devenue “matinée” dans des brouillons de 1910-1911, au cours de laquelle le Narrateur constate les ravages opérés par le temps sur les personnes qu’il a connues dans sa jeunesse.                                                   ( extrait )
                                                                                                                                                                                             7/5/21
            Mon cher Marcel............
............Je viens de traiter avec un des plus grands éditeurs anglais Chatto et Windus pour la traduction en langue anglaise de Du côté de chez Swann. Il paiera 12% de droits sur les 3
1er mille et 15% ensuite, avec un à valoir de 50 livres sterling. J'ai réservé pour vous le droit de voir ou faire revoir la traduction - et j'ai donné un délai de 14 mois pour la faire paraître.
            Bien affectueusement

                                                       Gaston Gallimard


                                                              A Marcel Proust
                                                                                       ( extrait )
                                                                                                       3.6.1921
Monsieur Marcel Proust
       44 Rue Hamelin
               Paris

            Mon cher Marcel,
             ........................
            Votre manuscrit de " Sodome " est entre les mains de l'imprimeur.......... Je lui avais déjà demandé de tirer ces épreuves avec de grandes marges, mais je crois préférable, en effet, de coller une page blanche en face de chaque page d'épreuve................
             ......... Croyez à mon affection bien dévouée,

                                                                                      Gaston Gallimard

...........  Je suis très inquiet de la santé de ma femme et elle-même est bien découragée. Elle a une sorte de rhumatisme déformant dont on ignore la cause. Pourriez-vous me donner le nom de votre propre médecin. Merci.


............


                                                            A Gaston Gallimard

                                                                                         Dimanche 8 juin 1921
            La lettre pour le Docteur Bize est incluse dans celle-ci.
                                                                                                                           
            Mon cher Gaston                                                                               radio.cz         
Afficher l'image d'origine            Un hasard inouï croisé avec le dimanche où il n'y a pas de lettres l'après-midi, fait que je prends seulement connaissance de mon courrier, et je vous réponds aussitôt. Je joins à cette lettre une autre d'introduction pour le docteur Bize que je crois le meilleur de Paris. Ne confondez pas avec d'autres du même nom. Il demeure 60 Avenue de La Bourdonnais. Je suis navré que Madame Gallimard souffre. J'espère du fond du coeur que Bize lui fera du bien. Il est d'une science infinie, mais trop modeste car un certain degré de charlatanisme souvent utile pour bien prendre en mains les malades, lui fait entièrement défaut. En tous cas soyez sûr que son examen sera parfait. Puisque je vous écris je vous dis 2 mots de la N.R.F. et qui me contrarient assez, car l'un s'adresse à Rivière et l'autre à Tronche, et cela m'ennuie de parler par personnes interposées. Mais c'est pour éviter de faire trop de lettres. - . Toutes réflexions faites et pour ne pas vous fatiguer inutilement de ma prose je ferai mes commissions moi-même, ce qui ne sera pas plus long. Du reste celle pour Tronche vous concerne et je lui avais demandé de vous en parler, il y a environ un mois. Mais comme cela n'avait rien d'urgent et qu'il est surmené, il n'y a peut'être plus pensé, et je vais lui redire la même chose. Croyez mon cher Gaston à ma vive affection


                                                                                                    Marcel Proust

Ci-joint la lettre pour le docteur Bize.
         
                    

            
                                                                                                                              

samedi 4 février 2017

Winston un chat en mission secrète Frauke Scheunemann( Roman " junior " Allemagne )

.
amazon.fr

                         
                                            Winston 
                                                           Un chat en mission secrète

            Chat, un chat de luxe, chat d'appartement, origine British Shorthair. Pourquoi " au nom d'une boîte de sardines " déranger les habitudes de cet aimable animal qui ne tient à rien d'autres qu'à son confort, lit, canapé et panière, puis repas délicat à base de foie de volaille parsemé de persil. Son maître et compagnon privilégié Werner est professeur de physique. Pas d'enfant dans la maison jusqu'au jour où tout bascule. Olga gouvernante de l'aimable monsieur Hagedorn quitte son emploi pour cause de mariage mais est remplacée par Anna, sa soeur, en raison de rupture avec son ancien compagnon. Sa fille, la gentille Kira, si gentille qu'elle est la cible des élèves de sa classe la rejoint. Apparemment des menaces planent sur Anna qui pleure et se désole au téléphone. Mais Winston Churchil, dit Winston tout court, s'est rapproché de la gentille et bonne élève, malgré ses ennuis avec deux horribles chipies, vraiment méchantes, Léonie et Emily et quelques autres qui suivent comme des toutous les plus fielleuses. Mais Pauli, jeune fille d'allure punk et Tom, fils de médecin, trouvent la toujours gentille Kira sympathique. Et voici formée une équipe trempée involontairement dans des aventures lourdes, enfin pas du tout de leur âge. Vadim, l'ex d'Anna, personnage brutal et lâche accuse cette dernière d'être à l'origine de trafic sournois. Mais depuis peu un drôle d'événement s'est produit dans la vie de Kira et de Winston partis exceptionnellement se promener, ce dernier après avoir été snobé par trois chats de gouttière. Un coup de foudre a frappé l'adolescente et l'animal. Oui, alors qu'il s'abritait dans une cabane assis sur un tambour de fils de cuivre, le tonnerre gronde et la foudre, l'éclair s'abat sur eux, aimanté par le cuivre. Des ennuis en perspective car, ils se trouvent transformés, lui en Kira, elle Winston. Qui les croira ? Des ennuis, des réalisations, des yeux verts et des yeux d'un bleu limpide, plus l'IRM vont sauver les héros. Beaucoup de rebondissements dans ce joli volume qui a le mérite de bien décrire les habitudes et les attitudes des chats. Et " Sainte sardine à l'huile et bon dieu des chats..... " Il est bien agréable, les juniors bien sûr et les plus de ..... de s'abandonner à lire l'auteur bien connue pour d'autres séries. Elle habite Hambourg.

Reginald et les soucis Saki ( Nouvelle Angleterre )

Afficher l'image d'origine
oiseauxdesendrevies.e-monsite.com

                                                           Reginald et les soucis

            " J'ai, dit Reginald, une tante qui se fait beaucoup de souci. Enfin, ce n'est pas une vraie tante, et ses soucis ne sont pas réellement des soucis. Comme elle jouit d'une certaine popularité dans le monde et qu'elle n'a pas de tragédie domestique à proprement parler, elle adopte volontiers les soucis à la mode, y compris moi-même qui suis, de son point de vue, je tiens à le préciser, une source de soucis permanents. A ce propos elle est l'antithèse absolue de ces femmes douces et résignées que nous avons tous connues qui, elles, ont eu de vrais malheurs et qui, depuis portent des oeillères. Bien sûr, on ne les en aime que davantage, même si elles nous mettent toujours un peu mal à l'aise. Pour moi, elles me font irrésistiblement penser à ces canards qui, avec une allégresse un peu forcée, continuent de courir en battant des ailes après qu'on leur a coupé la tête. Les canards ne trouvent jamais le repos. Ma tante, elle, a une très jolie couleur de cheveux, une cuisinière qui est toujours en bisbille avec les autres domestiques, ce qui est bon signe, et une conscience qui la laisse tranquille onze mois par an et qui ne se réveille que pendant le Carême dans le seul but d'embêter la famille de son mari, protestants bornés et tatillons. Dotée de tous ces avantages naturels, au nombre desquels elle place le bronze cuivré de ses cheveux ( et c'est un point sur lequel elle ne souffre aucune discussion ) elle est bien obligée d'aller chercher ses soucis là où ils sont, c'est-à-dire au hasard de l'actualité. Ce système comporte certains avantages, ainsi celui de choisir ses embêtements et de s'arranger pour qu'ils se produisent quand on a rien de particulier à faire et qu'on commence à s'ennuyer, alors que les vrais tracas arrivent généralement à l'heure du repas, ou lorsqu'on s'habille,  soit durant les moments les plus embarrassants.
Afficher l'image d'origine   *         J'ai connu autrefois un canari qui essayait désespérément de fonder une famille, et l'on s'était habitué à ses échecs répétés. C'était même devenu un sujet de plaisanterie à la longue, comme à la vente de la Baie de Delagoa qui, si elle se réalisait, ôterait le pain de la bouche des agences de presse. Et voilà qu'un jour les efforts de ce brave canari se trouvèrent couronnés de succès au beau milieu de la prière familiale. Je dis au milieu, mais ce fut en fait à la fin. On ne peut pas continuer de remercier le ciel de nous envoyer notre pain quotidien alors même qu'on se demande ce que peut bien manger une nichée de canaris.
            Pour le moment ce qui tracasse avant tout ma tante c'est le sort des Juifs en Roumanie. Personnellement je trouve aux Juifs deux qualités majeures : ils sont très bons envers leurs pauvres et envers nos riches. J'imagine qu'en Roumanie ce doit être plus facile qu'ici de vivre au-dessus de ses moyens. L'ennui, chez nous, c'est que tous ceux qui ont de l'argent à jeter par les fenêtres sont incapables de les ouvrir. Ainsi, par exemple, ce fonds de solidarité destiné à venir en aide aux victimes des catastrophes imprévues.
            Qu'est-ce qu'une catastrophe imprévue, je vous le demande ?
            Prenez cette pauvre Marion Mulciber qui s'imaginait pouvoir jouer au bridge comme elle s'imaginait pouvoir descendre une colline à bicyclette. Eh bien, ça s'est terminé à l'hôpital. Et maintenant elle est dans un couvent. Elle a perdu tout ce qu'elle avait et elle a donné le reste à Dieu. On ne peut pourtant pas parler à son sujet de catastrophe imprévue. C'était tout à fait prévisible. Je dirais même plus, elle y était prédestinée. Quand elle est née les médecins lui ont donné quinze jours à vivre, et elle s'est entêtée à leur donner tort. Les femmes sont tellement obstinées. Mais à la longue tous ces efforts finissent par se payer.                                                          pinterest.fr  
Résultat de recherche d'images pour "matriochka anglaise"            Et maintenant il y a la question de l'éducation. Personnellement ce problème me laisse parfaitement indifférent. Cette question n'intéressait déjà personne quand j'étais à l'école et qu'on faisait tout ce qu'il fallait pour tenter de nous y intéresser.
            Ce qui vaut la peine d'être appris, ce n'est pas à l'école qu'on l'apprend et le reste, on l'a vite oublié. La raison pour laquelle nos parents sont tellement ignorants c'est parce qu'ils ont dû commencer par oublier tout ce qu'on leur avait appris avant notre naissance. Naturellement je crois à l'étude de la nature. Comme je le disais tantôt à Lady Beauwhistle, si vous voulez savoir ce que c'est que l'élégance la plus élaborée, la plus consciente de soi, étudiez le comportement d'un chat persan pénétrant dans un salon bondé, et adoptez-le ensuite pendant une quinzaine, et nous verrons bien si vous avez des dispositions. Les Beauwhistle ne sont pas nés dans la pourpre, vous savez, mais ils s'y installent peu à peu, par acomptes, si j'ose dire : tant au comptant, et le reste au petit bonheur la chance. Ce sont des gens qui ont bon coeur et qui n'oublient jamais de fêter les anniversaires. Lui, je ne sais plus trop ce qu'il était, mais il a travaillé dans la City, fontaine de tout patriotisme. Quant à elle, ses robes viennent de Paris, mais elle les porte avec un petit accent anglais. Ce qui prouve bien son civisme. Ce qui montre aussi qu'elle a reçu une éducation très stricte, c'est qu'elle se donne un mal de chien pour bien faire ce qui, en principe, ne se fait pas. Ce qui, aujourd'hui, n'a d'ailleurs plus guère d'importance, comme je me tue à le lui dire. Même les couples irréprochables sont reçus partout. "

 *      caricature.evasauer.com 

                                                                             Saki