dimanche 20 mai 2018

Mémoires d'un estomac par lui-même 5 extraits Sydney Whiting ( Roman Angleterre )

Image associée
youtube.com

                                                                                  
                                                          Prescription

            Mercure saline ( b-2 )  6 onces
            Vin de semences de colchiques, esprit de nitre dulcifié, de chaque 4 scrupules
            Sirop d'écorce d'orange, 2 gros
            Mêlez
            1/4 à prendre de 6 heures en 6 heures.
         
            Oh ! Dieux, il fallait prendre cela toutes les six heures ! La nature humaine ne pouvait supporter cette épreuve, et un estomac humain repousse également ce qui lui porte préjudice. Ainsi, sans autre façon, je rejetai toute offre de réconciliation, même une nouvelle dose de quinine, et refusai de recevoir soit liquide, soit solide, excepté un peu de pain grillé et de thé.
            Rien ne put me décider à faire la paix. Et, aussitôt que je recouvrai un peu de force, je devins plus obstiné que jamais, jusqu'à ce qu'une députation formelle de tous les membres de corporation vint me supplier de reprendre mes fonctions, ne fût-ce que pour un peu de temps. A la fin, j'y consentis, mais d'assez mauvaise grâce.
            Si un moraliste sévère se sent disposé à condamner mon ressentiment, qu'il veuille bien, un instant, se mettre à ma place  J'étais là, un estomac de haute lignée, d'humeur naturellement réservée et hautaine, condamné à travailler comme un galérien, à toute heure du jour et de la nuit. Je supportai cela avec une résignation fière, jusqu'à ce qu'un fardeau impitoyable me rompît, métaphoriquement parlant, le dos et que je fusse incapable de mouvoir les pieds et les mains. Contre ce déplorable état ils emploient le fouet et l'aiguillon et, quand ce moyen échoue, alors ils ont recours à l'administration des composés les plus horribles qu'ils pussent arracher à la nature et contre lesquels les savants eux-   mêmes témoignent leur aversion par les plus laides grimaces.
Image associée            Représentez-vous, ô homme trop prompt à condamner les autres, alors que vous souffrez de débilité générale et d'une tristesse profonde, représentez-vous vous-même enlevé sans cérémonie et forcé de vous asseoir dans la chambre de torture du suspens et de l'attente, pendant qu'un toxicologiste diplômé vous prescrit ses nostums que vous vous savez condamné à avaler............
            Le tyran de Syracuse ou le musicien couronné de Rome n'aurait pu inventer rien au-dessus des tourments exquis auxquels je fus si impitoyablement soumis.....................
            Quelque temps après cet épisode de mon existence survint un événement qui, s'il n'eut pas d'autre avantage eut au moins celui d'une diversion complète à mes ennuis ordinaires.
            Lecteurs, je devins amoureux !
            Je vous prie de ne pas rire de cet aveu, et permettez-moi de vous dire qu'un estomac a un coeur , et même un coeur très tendre. Le pire de l'affaire c'est que, comme les grands potentats de la terre, je fus obligé d'engager mon affection à un objet que je n'avais jamais vu. Il est vrai que M. Brain me donna un aperçu de son portrait........ Cet incident m'intéressa si vivement que je brûlais de rompre ma cloison costale pour jeter un coup d'oeil sur la dame. Toutefois comme ce procédé aurait été nuisible et injurieux aux autres, je restai, comme Pyrame, assis derrière ma muraille, sans même y avoir la faveur d'une fente pour regarder Thisbé ! Je découvris bientôt la demoiselle cause de cette commotion interne. En effet, pas une seule partie du corps qui n'en subit l'influence, je découvris dis-je que cette demoiselle n'était  ni plus ni moins que la fille d'un marchand bonnetier demeurant près de l'université.
             Je crains que cette déclaration ne fasse évanouir le peu d'intérêt que quelque belle lectrice aurait d'ailleurs pu prendre à ma narration. Mais je suis obligé d'adhérer strictement à la vérité. J'aurais voulu, de tout mon coeur, pourvoir introduire une héroïne dans ces simples et véridiques mémoires mais, hélas ! Celle à qui mon maître prodiguait sa tendresse vendait des bas et des cravates, et ses aspirations psychologiques ne s'élevaient pas au-dessus du commerce de la mousseline et du calicot !
            En ma qualité de principal représentant d'une longue lignée d'estomacs, jadis de Sternum Hall, et maintenant d'Eaton Moor, je ressentis personnellement l'abaissement, la dérogation d'une alliance avec une famille qui ne pouvait ajouter qu'un bas à la jarretière ornant déjà notre écusson. Quoiqu'il en soit ma passion était sincère, ou peut-être peut-on dire notre passion......... L'origine douteuse de la personne ne m'empêcha pas de désirer partager les affections de la structure mouvante et pensante dans laquelle j'étais enfermé.
            En restant au pluriel, notre passion était donc sincère. et ce perpétuel fabricant de soupirs,
M. Poumon, se mit, plus que' jamais, à ventiler la flamme d'amour. Mon étroite proximité de son courant d'air n'était rien moins qu'agréable : une résidence près d'une paire de soufflets, alors même qu'ils travaillent pour la cause de Cupidon n'est pas très enviable. Ajoutez à cela que ma nourriture restait constamment indigérée dans mon intérieur comme une boulette de pâte dure et compacte, car j'étais si absorbé par des sensations toutes nouvelles pour moi, que je négligeais la routine ordinaire de mes devoirs.                                                                                                   francetvinfo.f
Résultat de recherche d'images pour "peynet raymond"            Le plus mauvais de l'affaire c'est que l'amour transforma mon gentleman en poète, pas moins que cela. Et ses sentences sortirent bientôt de sa bouche en rythmes cadencés.
            Ce résultat ordinaire de l'amour sur les êtres humains est vraiment curieux. Est-ce que la somme anticipée de leur bonheur ne peut être additionnée qu'en nombres poétiques ? " Balbutier des chiffres " est une expression commune que je croyais jusqu'alors ne s'appliquer qu'à Messieurs de la finance.                                                                                               
            Quoiqu'il en soit voilà mon bon maître tout à coup changé en buveur d'eau à la fontaine castalienne, et en une sorte d'animal herbivore, broutant les gazons du Parnasse.    
            Qu'y a-t-il dans l'amour, je le demande encore, qui puisse produire cet étrange état ? Touche-t-il certaines clefs de la nature de l'homme et le transforme-t-il en instrument quasi-musical ? Mais il ne joue qu'un duo égoïste dont son absorbante passion est l'unique thème. Pour moi c'est tout un mystère. Peut-être aurais-je pu envisager la chose d'une autre manière. Seulement il arriva que j'étais constamment réveillé au milieu de la nuit et que je me trouvais parcourant rapidement la chambre de long en large, mon maniaque récitant tout le temps ses stances amoureuses, ou très incommodément pressé contre le bord d'une table pendant qu'il exhibait sa folie sous une autre forme, en griffonnant des bouts rimés, ou quelque chose ne valant guère mieux. je suppose, car je n'en puis juger.
            Concevez combien je fus outré par ces perturbations nocturnes. Il semblais vraiment que le destin prît plaisir à m'insulter et à me nuire. Puis, pour varier ces amusements, il se mettais à chanter, oui, à chanter pendant les premières heures du jour. Ce dernier grief , que mes plus proches voisins ne ressentaient pas moins vivement que moi, éveilla en moi des sentiments du plus profond mépris.
            Une nuit, alors que nous aurions tous dû reposer en sûreté dans les bras du Dieu couronné de pavots, mon turbulent gentleman donna essor à son exubérante sensibilité sous la fore d'un chant........
Je n'ai point d'oreilles pour la musique, d'ailleurs le bruissement de ce soufflet appartenant à un certain organe est toujours trop près de moi pour que je sois capable d'apprécier ce qu'il peut y avoir de mélodieux dans la voix humaine. Cependant, les veilles continuelles m'avaient tellement exaspéré que, pour ma récréation je composai ce qui suit :

                                                      Le Poète et l'Estomac

                    Quand la froide nuit au sommeil
                         Doucement nous enchaîne,
                            Lui souvent se démène,
                              Son amoureuse veine
                                Le tenant en éveil ;
            Et au pâle flambeau qu'allume le phosphore,
              Saisit plume, encrier, rime jusqu'à l'aurore,
                                      Tandis qu'ainsi,
                                       Sans nul souci
                       De mon repos il se livre à sa muse ;                                        pixers.fr
Résultat de recherche d'images pour "amour erosse"                    Moi, qui suis étranger au poétique émoi,
                                         Je me tiens coi
                                       Soupire et muse.

                        Quand la froide nuit au sommeil 
                             Doucement nous enchaîne,
                                Lui souvent se démène,
                                  Son amoureuse veine
                                     Le tenant en éveil ;
                 Et au pâle flambeau qu'allume le phosphore,
                   Saisit plume, encrier, rime jusqu'à l'aurore.

                                     Ces morceaux délicats
                                      De mes meilleurs repas
                                     Tournés en bile amère :
                                     Ces moments précieux
                     Follement gaspillés par un maître ennuyeux,
                                        Tout cela m'exaspère,
                                          Provoquant le dépit
                                           Qui me tourmente.
                         Oui, c'est avec raison que l'estomac maudit
                                        Tous ces vers qu'à minuit
                                           Un vain délire enfante.

                    Quand la froide nuit au sommeil; etc......

                       ( note des traducteurs : l'édition originale comporte également deux textes plus longs non traduits )

            Après avoir composé ce qu'on vient de lire je me sentis l'esprit plus à l'aise et j'ai la vanité de croire que ce petit essai surpassa les efforts abortifs de mon maître. Je me souviens de quelques-unes de ses misérables effusions, et j'en parle au lecteur pour avertir quiconque en aurait besoin que, pendant qu'il croit déclamer au vent ses balivernes poétiques, il peut se trouver là un estomac qui écoute tout, avec le mépris sur les lèvres et la rancune dans le coeur. Voici les circonstances :
            Il arrivait maintes fois que après nous être retirés pour la nuit, au lieu de dormir, nous nous retournions et agitions dans notre lit. Tous les amoureux témoigneront de la chose. Pendant que les cloches, les coqs et les watchmen se chargeaient à l'envie de nous dire les heures. Oui, le sommeil avait été effectivement banni de chez nous par le petit dieu ailé et le vieux Morphée n'osait approcher ses pavots de la Torche brillante de l'autre. Au lit, j'avais chaud, j'étais confortable, j'étais content. N'importe il fallait déloger........ on nous jetait sur le dos une robe de chambre bien chaude, on se rendait au cabinet adjacent, on ranimait le feu et nous nous asseyions à une table couverte de ces innocentes causes de ma misère, les matériaux pour écrire.                         caffeeuropa.it   
Image associée            L'oeil d'un poète peut rouler dans sa tête en proie à un délire fort beau, mais son  estomac pendant ces élucubrations est dans une situation fort différente et sa frénésie est d'une toute autre espèce. Les excentricité du poète........ Sous une douche, une matinée d'hiver, il chanterait probablement les délices de l'édredon, une autre fois, étendu sur une couche molle, il déclamerait sur le glorieux et fortifiant plaisir d'une course à pied, avant déjeuner par une vive gelée............
            Un voyage fut une heureuse diversion. Il était temps : le corps entier était lugubrement émacié. Or, mon voisin d'en haut ayant pris son degré de bachelier nous partîmes pour le Rhin, puisqu'on prétend qu'un voyage est le seul remède contre une tendre passion.............. à propos de celle-ci, je dois dire que l'une de mes particularités c'est une aversion intense et j'exprimais ma répugnance avec tant d'énergie que généralement mon maître la respectait.
            La nature, j'en suis bien certain, n'a jamais entendu que la partie animale ou charnue de nos aliments fût mangée autrement que bien cuite, d'autant plus que les matériaux crus ne sont jamais aussi bien appropriés à notre organisme que lorsqu'ils ont été chimiquement modifiés par l'action du feu et que leurs principes azotés, coagulés par la chaleur deviennent ainsi l'élément le plus précieux de notre nourriture. Quoi qu'il en soit, tout ce que je puis dire, c'est qu'aucun raisonnement n'a jamais pu vaincre mon horreur de la viande rouge, dont les sucs d'une entière crudité sont appelés par les gens simplement de la sauce, mais que ma sincérité indignée s'obstine à appeler du sang........... C'est d'après ce principe qu'une personne pourrait rendre grâces au ciel de n'être point née parmi les Anthropophages.......... Ces derniers manifestent leur soumission au précepte de la charité par une méthode particulière " de s'aimer les uns les autres ". " Oh, je pourrais vous manger - Cet enfant est gentil à croquer ", ce sont des expressions de la civilisation la plus raffinée........... Cette forme de logique est fort en vogue dans le monde médical et ailleurs.........
            Mais, je suis maintenant sur les bord du Rhin............ ce changement de régime m'allait parfaitement bien. Je fus seulement une fois révolté par l'administration d'un morceau de jambon cru que je m'empressai de rejeter avec un vigoureux dédain. Les vins légers du Rhin me procurèrent d'abord quelques malaises, dont je ne fis pas mystère, j'eus droit alors à un vin plus léger appelé  " Asmanhaüser ". En somme je vivais très agréablement lors que l'on servait une nourriture très variée, et non ces monceaux de viande d'une seule sorte, comme on les sert dans cette chère vieille Angleterre.
            La légèreté de l'air me rendait joyeux, influait sur mes sensations, ma santé, par l'intermédiaire du sang qu'il purifie grâce à l'intermédiaire de mes voisins, les poumons.
            ......... Nous n'avions cependant pas oublié notre passion pour la belle bonnetière et plus d'un verre de " Liebfrauenmilch " fut vidé en son honneur.
            Passant en Suisse les petits vins du pays me changèrent presque en une burette au vinaigre et je fus enchanté quand, revenant sur nos pas nous franchîmes la frontière à Kehl. Après avoir dîné à l'excellente table d'hôte de l'hôtel de France, à Strasbourg, je fus régalé pour la première fois d'un Bourgogne tellement délicieux que si j'avais eu des lèvres je les aurais léchées par sympathie pour celles de la bouche, et j'en absorbai un peu trop, et en envoyai, par un messager, une coupe de l'excédent à M. Brain qui inspira d'étranges façons d'agir à tout l'individu....... Le lendemain me sentant très mal je suggérai la nécessité de libations moins fortes à l'avenir. Je suis heureux de pouvoir affirmer que l'avis fut écouté, à mon plus grand profit. Or je demanda ici qu'on ne me confonde pas avec ce gredin fallacieux, ce vieux pêcheur à peine digne d'un toit qui le recouvre,
M. Palais.                                                                                                   visitnewportbeach.com
Résultat de recherche d'images pour "libations"            Nous allâmes ensuite résider à Paris et je fus l'objet de quelques délicates attentions...........
            Je remarque avec une certaine surprise que, malgré la réputation de M. John Bull d'être un grand glouton, les Français dépensent sans façon bien plus d'argent que nous pour leur dîner..........
de sorte qu'avec un substantiel déjeuner, un dîner fin à sept heures, café, liqueurs, cigares, glaces, sorbets, comme accessoires gastronomiques, avec peut-être un plat de pluviers et une bouteille de champagne à minuit, un gentleman français peut prétendre aussi bien qu'un Anglais au titre d'amateur des bonnes choses de cette vie.
            Et puis le gourmet gallique est un artiste : chaque plat est en rapport chromatique avec le précédent, chaque condiment a un objet spécial bien étudié et chaque bouteille de vin est en harmonie ou discordance avec les entremets particuliers.
            .................................
            Comme s'il ne nous devait rien arriver que d'agréable à Paris, quelle rencontre croyez-vous que nous fîmes au Louvre ? - Celle du bonnetier de Bridgecam et de son aimable fille.
            Je reçus le premier indice sous la forme d'un mouvement accéléré du coeur dont j'éprouvai le contrecoup et j'entendis bientôt une voix s'écrier : " Oh ! papa, voilà Mr... "
            Le papa, j'imagine, s'éloignait à la hâte avec la pauvre tremblante tourterelle, mais mon propriétaire, sans songer aux conséquences, obéit à son impulsion et j'avoue que les serrements de mains, les paroles entrecoupées, les aimables quiproquos et les questions incohérentes, avec les réponses à l'avenant, me divertirent. Pour couper court, nous fûmes invités à la maison, ou plutôt au logement du papa, rue des Comédiens, le coeur encore tout trémoussé. La vérité m'oblige à dire que lorsque le vieux Monsieur tourna le dos, je sentis un doux estomac féminin mollement pressé contre moi alors que plus haut s'échappait des lèvres une nouvelle protestation d'attachement mutuel.
            Tout cela était très bien et très agréable mais ne compensait nullement pour moi la privation de mon dîner et je pris soin d'assurer ma revanche si cela se répétait......... Ce qui arriva et tandis que les heures glissaient inaperçues dans un doux échange de sentiments, je fus encore oublié.
            Ceci me rendit très morose. Dans ces circonstances je secrétai certains acides morbides, communiquai le dégoût à tout le système et produisis tant d'irritation qu'une querelle s'éleva entre le couple, et pour la seconde fois ils furent sur le point de se séparer.               pupamag.com                         
Image associée            Mon conseil aux amoureux est, en conséquence, qu'ils               doivent prendre soin de leur estomac.
            ........ Je suis tout à fait convaincu que beaucoup de mariages ont été rompus à cause de ce respectable organe............ Le dérangement des fonctions digestives rend les hommes et les femmes pétulants, susceptibles, soupçonneux, difficiles, et engendre une foule de misères de tout genre dont on rend faussement le cerveau ou le foie responsables............. L'Estomac est la source réelle de cette sublime passion, l'Amour, et cet aveu me gonfle d'un orgueil légitime et d'une satisfaction intime.
            .......... Nos amoureux firent la paix et prirent le parti de se marier. Ici finit tout le roman de cet épisode. C'est Schiller, je crois qui déclare que  " la partie psychologique de l'amour commence avec le premier soupir et finit avec le premier baiser ".
            Peu de temps après notre union ( je ne fus plus ennuyé d'effusions poétiques ), nous reportâmes nos pas vers le foyer domestique. Sur le sol de la vieille Angleterre nous accueillirent le brouillard, déjà présent quand je la quittai, et une terrible explosion d'indignation de la part de nos amis, pour avoir contracté une alliance si fort au-dessous de nous. Mais, comme le mal était fait, nous nous courbâmes sous l'orage, et nous nous établîmes dans la vie respectable du mariage.
            Cet état, je dois le dire, m'allait à ravir et je crois que cette période de ma vie en aurait été la plus heureuse, sans le changement incessant de nos cuisinières. Ces pourvoyeuse de nos appétits étaient imparfaites, quelque chose venait toujours à clocher au point culminant de la perfection relative. Je regardais ces grandes prêtresses de la cuisine comme mes bons ou mauvais génies et je crois à l'incisive justesse du proverbe : "Dieu nous a envoyé la viande, et le diable les cuisinières ".



                                                                      ( à suivre........... 6 suite et fin )

            Il y avait encore un autre..............

                                                                          Sydney Whiting

           

         
         


               

                                       




























































































vendredi 18 mai 2018

Mémoires d'un estomac par lui-même 4 extraits , Sydney Whiting ( Roman Angleterre )

Image associée
aloe-vera-bio.org

                                                       Mémoires d'un estomac
                                                                    racontées par lui-même
                                                                          IV

                                                   Prescription

            2 onces de décoction d'aloès composé,
            3 onces de teinture thébaïque
            10 gouttes de ditto de houblon, 11,2 gros
             6 gros eau de cerises noires
             Mêlez, deux cuillerées à soupe par jour.

            Notez que dans la recette précédente la confection aromatique était un des ingrédients. Ici l'aloès est prescrit, les deux substances produisant des effets diamétralement opposés. Les amers toutefois, quoique sous une autre forme, étaient encore administrés et les docteurs s'accordaient au moins quant à l'amertume.
            Malgré cette délicate mixture je continuai à être de mauvaise sorte car, pour mon malheur, mon maître, le patient, trouvait que la pénalité attachée à l'absorption des drogues l'absolvait de la nécessité d'un régime strict : j'allais donc de plus en plus mal, et l'on me conduisit chez un autre Esculape.
            Je fatiguerais le lecteur le plus patient si j'exposais les opinions diverses émises sur la cause de mon indisposition. Qu'il suffise dire qu'un docteur prescrivit les alcalins, et qu'un autre déclarait que leur usage me serait fatal et insista sur les acides. Voici ce que ce dernier m'ordonna :

                                                     Prescription

            1gros de sulfate d'alumine et 1de ditto de zinc
            4 onces d'acide sulfurique dilué
             Mêlez
             30 gouttes dans une demi-pinte d'eau sucrée, 3 ou 4 fois par jour.

            Ces acides forts, par leur qualité antiseptique, eurent certainement quelque bon effet, ils contribuèrent à me débarrasser de certaines saburres. Mais le jus d'un simple citron aurait infiniment mieux agi.
            Quand ce remède fut montré à un autre médecin, il branla la tête et ordonna :

            3    drachmes de potasse liquide
            13 drachmes teint de Colombo

            Comme celle-ci ne fut pas plus efficace que les autres, on résolut de me transporter dans le pays de ces médecins pygmées, le Homéopathes, ainsi nommés, je suppose, parce qu'ils sont toujours chez eux pour les consultations.
            Je dois dire que leur manière d'administrer les médicaments, tout en me faisant sourire un peu, me réjouit autant que le permettait l'état de faiblesse où j'étais.
            Quand j'entendis pour la première fois parler de la doctrine homéopathique, je m'attendais à voir dans ceux qui la professent de petits personnages diminutifs, semblables à ceux que nous voyons dans les " fanticini ", servis par de petites poupées, dans de petites maison de verre.
            Quelle ne fut pas ma surprise quand un grand et massif docteur me prescrivit une dose exprimée par une fraction dont le dénominateur était l'unité suivie de 60 zéros ! On peut bien supposer que je traitai le décillionième de grains avec un profond mépris.Que le lecteur ne condamne cependant pas cette race de médecins, sous plusieurs rapports très utiles car, si leur doctrine est entièrement absurde au point de vue curatif, elle possède au moins une sorte d'excellence négative.
            Oui, je maintiens que l'administration des drogues devrait approcher de zéro autant que possible, et ces Messieurs sont, quant à leur posologie, à une très petite distance de ce but désirable.
            Les Allopathes et les Homéopathes doivent, bien entendu, se battre entre eux, et ils n'y manquent pas. Les Lilliputiens livrant bataille aux Brobdingnags nous représenteraient l'image de combats de ces géants et de ces nains médicaux, et je me figure qu'un dialogue pourrait avoir lieu entre un allopathe et un homéopathe, et à peu près dans ces termes.

                                       L'Allopathe et l'Homéopathe se rencontrent

            A. - Monsieur, vous êtes un charlatan.                  bbc.co.uk
Image associée
            H. - Et vous un imposteur ! Vous empoisonnez en gros.
            A. - Et vous en détail, Monsieur, mais je ne veux point vous parler.
            H. - Mais vous me parlerez. Vous n'êtes pas si grand personnage que vous puissiez ignorer notre existence, quand vos malades vous quittent par douzaines pour venir à notre établissement.
            A. - Cela est tout-à-fait faux. Et un mensonge est la seule chose que vous n'administrez pas infinitésimalement.
            H. - Je puis garder mon sang-froid. Là, avouez-le, ne vous avons-nous pas privés de centaines de vos malades ?
            A. - Oui, les sots nous délaissent pour aller à vous.
            H. -Les sots paient mieux.
            A. - ( à part ) Cela est très vrai. - ( Haut )  Alors j'ose dire, Monsieur, que vous êtes un homme riche. Bonjour.
            H. - Pas si vite. Je suis aujourd'hui d'humeur accommodante. Dites-moi franchement, voudriez-vous prendre vos propres médecines ?
            A. - ( grimaçant ). Pas toutes. Mais nous sommes obligés d'expérimenter sur les malades pour l'avancement de la science.
            H. - Oh ! Oh ! Est-ce cela ? Les chirurgiens traitent de même les chiens. Puisque vous êtes si candide, auriez-vous quelque objection à prendre nos remèdes ?
            A. - Certainement, ils sont inertes !
            H. - Pourquoi ?
            A. - Parce que la matière ne se divise ni ne se fractionne au degré où vous l'administrez dans vos prescriptions.
            H. - Que pensez-vous de l'aqua tofana et des empoisonneurs du 14è siècle ?
            A. - Il y mettaient trop de temps. Vous en prendriez encore plus.
            H. - Et vous, vous faites la chose du premier coup.
            A. - Monsieur, cette insolence...
            H. - Bah ! ne vous fâchez pas ! Nous sommes tous deux dans la même barque.
            A. - C'est possible, mais comme nous ramons en  sens contraire elle ne bouge pas.
            H. - Ah ! ah ! Très bon. Combien des personnes envoyées à leurs boutiques ont-elles été tuées par les droguistes de Londres ? Vous ne pouvez pas me poser la même question.
            A. - Allons donc, Monsieur, voudriez-vous supprimer la chimie ? ( l'auteur signale ici une note d'humour : le goût anglais pour les pharmacies soit : pour 1 sur le continent 12 en Angleterre ) 
            H. - La chimie ! Osez-vous confondre votre système avec cette splendide science ? Il faut au boiteux un bâton solide.
            A. - Comment qualifiez-vous l'action de vos médecines ? Est-elle mécanique ?
            H. -Vous avez prétendu qu'elles n'en avaient aucune . En sorte que d'après votre dire, si nous ne faisions pas de bien, nous ne faisions pas de mal.
            A. - Vous êtes pointilleux, Monsieur. Comment supporterais-je ma famille et maintiendrais-je mon établissement sans donner des médicaments ?
            H. - Ah ! voilà le " hic " ! Prescrivez le régime et des simples et demandez autant que vous le faites pour vos avis actuels.
            A. - Pourquoi ne pratiquez-vous pas ce que vous prêchez ?
            H. - Parce que je mourrais de faim.                                                               etsy.com
Résultat de recherche d'images pour "aqua tofana"            A. - Je serais dans le même cas.
            H. - Nous prospérons donc par l'ignorance de la multitude.
            A. - Ayez la bonté de parler au singulier. Il y a pourtant beaucoup de vrai là-dedans. Si, lorsqu'un malade vient me trouver avec des organes digestifs en désordre j'allais lui prescrire une diète sévère, le lever matinal, et lui recommander une demi-douzaine de simples, il me mettrait au nombre de ces derniers et courrait prendre les conseils d'hommes tels que feu Sir W. Farquha qui écrivit une formule contenant treize différentes substances dans l'espoir que si l'une ne convenait pas une autre pourrait faire du bien.
            H. - Alors vous avouez que le public est à blâmer ?
            A. - Certainement. La dignité de la profession gagnerait à ce que le peuple fût moins ignorant.
            H. - Serrons-nous donc la main, et devenons riches tous deux.
            A.  - Je vous souhaite bonne chance, mais je ne puis vous donner la main. Prétendez-vous donc dire que vous feriez une razzia complète de tous les médicaments ?
            H. - Non, mais je me bornerais aux simples, et je sarclerais si bien ce champ sauvage de la pharmacopée que j'en ferais un net et joli jardin.
            A. - Quels médicaments laisseriez-vous ?
            H. - Dame ! Je ne laisserais que ceux dont les effets certains sur l'économie animale sont bien établis.
            A. - Bon ! il ne resterait rien, ou pas grand-chose. Il serait difficile de trouver une douzaine de composés qui produisent dans toutes les circonstances des résultats assurés et identiques.
            H. - Eh bien ! Fondez sur ce " dodcka " la base de votre matière médicale.
            A. - Au fait, ce serait mettre en banqueroute notre dispensaire officiel.
            H. - On ne pourrait rien désirer de mieux. Je voudrais être à la tête de la commission chargée de juger cette tourbe frauduleuse de drogues. Il y en a bien peu, je vous assure, qui obtiendraient un certificat de première classe.
            A. - Auxquels en accorderiez-vous un ?
            H. - A ceux seulement qui pourraient donner devant la commission un compte clair et satisfaisant de leur actif et de leur passif, et qui pourraient prouver que insolvabilité n'a point pour origine la spéculation
            A. - Je voudrais vous voir dans cette position. Continuez.
            H. - Voici l'ébauche de ce qui pourrait être publié :
           " ............ Sels et Séné, poursuivant un trafic cathartique très étendu dans Apothicaries Hall, a introduit une demande pour sa dissolution selon les termes de son contrat. Aucune opposition..........   son honneur a exprimé l'opinion que la banqueroute avait eu pour origine les fautes des ordres plutôt que les siennes, et qu'elle conduisait ses affaires selon ses méthodes......... Dans ces circonstances, l'honorable commissaire lui accorderait un certificat de seconde classe mais......... leurs chances de succès ne pouvaient reposer que sur le patronage de ceux qui cultivent la gastronomie et la gourmandise. "                                                                                                   aminoapps.com
Résultat de recherche d'images pour "bismuth"            A. - C'est très beau........ Je suppose que les Blackdoses, les sels d'Epsom, l'aloès et toutes les autres drogues drastiques obtiendraient de vous un jugement favorable.
            H. - Probablement, car nous ne pouvons pas dire que nous ignorons leurs effets, et la gloutonnerie a besoin de traîner à sa suite des composés horribles, pour le cas où le monstre horrible tomberait dans une de ses transes.................
             .................................
            A. - Si vos idées sur la médecine ne sont pas meilleures que votre connaissance de la loi, j'ai pitié de vous. Comment traiteriez-vous le bismuth et cette nombreuse classe de médicaments que l'on donne pour améliorer les fonctions digestives ?
            H. - A peu près de la même manière, et je parierais ma meilleure boîte de globules que je les prendrais tous en défaut............................ Quant à la quinine j'examinerais d'abord les témoignages produits sur ce que ces remèdes ont fait, puis sur la manière dont ils ont agi, et j'aurais beaucoup de soupçons et de doutes s'ils ne pouvaient répondre à la deuxième question. Si j'étais satisfait sur le premier point, je le prescrirais me réservant le droit de révoquer cet ordre si je les surprenais causant le mal de tête ou les maux de coeur. J'assignerais toute la faculté et pousserais mes investigations sur la matière.................
            .....................................
            A. - Vous êtes un drôle de corps. Saigneriez-vous ?
            H. - Jamais.
            A. - Alors, dans certains cas, vos malades mourraient.
            H. - C'est possible. Mais il vaut mieux qu'un individu meure faute de saignée que d'en voir tuer des centaines par la phlébotomie.
            A. - Au fait, vous n'useriez ni de médicaments ni de la lancette ?
            H. - Exactement. Et voilà pourquoi je suis Homéopathe. Les gens veulent avoir quelque chose, je ne leur donne rien et, cependant, je satisfais à leurs demandes.
            A. - Vous êtes un original. Je suis sûr que des centaines d'individus seraient morts entre vos mains s'ils avaient eu la chance d'être traités par vous.
            H. - Ne pensez-vous pas que des milliers ont été tués par la médecine ?
            A. - Mais oui, peut-être.
            H. - Pensez-vous que beaucoup de centaines sont morts par son absence ?
            A. - Non....... Je maintiens que nous vivons d'une manière si artificielle que des remèdes artificiels sont nécessaires.  
            H. - Je vous concède cette proposition. Pourtant......... en admettant que nous vivons dans une condition artificielle, je soutiens que cette artificialité de nos moeurs n'est pas telle qu'elle réclame, pour l'entretien de la santé, qu'on recoure à la science la plus compliquée.............Si notre régime alimentaire consistait dans l'emploi de substances puisées dans les secrets les plus mystérieux de l'art, je vous accorde qu'alors nous réclamerions des remèdes également subtiles. Mais si nous vivons conformément aux lois de la nature, alors nous avons besoin de remèdes également simples.........
            Quand l'aliment ordinaire est adultéré c'est alors que nous approchons le plus du degré extrême de l'artificialité. Alors des mesures proportionnelles et appropriées sont nécessaires pour rétablir la balance de la santé. Mais si nous ne consommons que les produits de la terre sans recourir à aucun procédé très élaboré, j'affirme que nous n'avons pas besoin de remèdes compliqués........ la nature fera sa part avec un surcroît d'activité.                                                leftytyer.blogspot.fr                         
Image associée            A. - Mais...... vous concluez qu'il nous faut des des remèdes de même nature que nos aliments ne différant que par le mode de combinaison, etc., etc. ?
            H. - Certainement.
            A. - Mais notre nourriture contient presque tous les composants de la chimie........ Ainsi quoi de plus naturel que de recourir à la science médicale qui possède la composition ultime et prochaine de ces matières...........
            H. - Ces faits n'ébranlent nullement ma thèse. Si, comme vous le dites, la nourriture contient une telle variété de composés, minéraux, acides, alcalis, substances neutres, gaz, etc., alors certainement la nourriture sous les différentes variétés de forme, de combinaison ou de proportion de ces éléments constitutifs est le moyen propre de rétablir la santé............
            A. - Si je vous comprends bien, d'abord, si nous vivons simplement, comme dans les âges primitifs, mâchant des glands de chêne et buvant de l'eau, nous n'aurions besoin que de simples en cas de maladie. Par contre si nous vivons artificiellement il nous faut des remèdes aussi artificiels. Et, si notre vie est tellement artificielle qu'il faille explorer les secrets les plus profonds de la nature pour nous procurer nos aliments, mais seulement alors, il nous faudra des remèdes également difficiles à obtenir. Mais vous affirmez que nous ne vivons pas d'une manière aussi artificielle.......aminoapps.com
            H. - Précisément. La science médicale aurait besoin d'être plus serrée et plus compacte...........
            A. - Je reconnais qu'un régime est souvent préférable aux drogues....... Je ne puis cependant m'empêcher de reconnaître que le mal a produit du bien. Considérez les bienfaits du chloroforme.
           ................................
            H. - Si..... les efforts s'étaient concentrés sur les recherches anatomiques, les dissections, l'analyse, l'induction scientifique et surtout le microscope, je ne doute pas que des découvertes d'une vaste importance nous auraient mis en possession de vérités et de faits que nous ne pouvons attendre que de l'avenir.............................
            Je crois que les meilleures recettes sont perpétuellement changeantes dans leur manière d'agir, de sorte que ce peut être bon aujourd'hui, mauvais demain, et que la disposition d'esprit du sujet, les influences atmosphériques, ou quelque altération temporaire dans les forces du système nerveux, peuvent faire varier complètement les effets des médicaments sur le corps.
            A. - Mais comment arriverons-nous à connaître leur modus operandi, à moins de les essayer.
            H. - Si vous vous croyez autorisé à faire des êtres humains les sujets de vos expériences, je vous accorde qu'il peut en résulter des découvertes précieuses...............................
            .................. Vous arriverez forcément à ma manière de voir et " jetterez les drogues aux chiens ", à moins que votre compassion n'intervienne en faveur de ces fidèles créatures.
            A. - En tous cas, vous êtes un homme hardi d'avouer de pareils sentiments. Dîtes-moi franchement vous considérez-vous comme un charlatan ?
            H. - Oui, vis-à-vis du monde, mais non pour la science. Vous êtes, vous, un charlatan pour tous les deux.
            A. - Bien obligé. Mais vous n'êtes pas un méchant garçon, et je vous promets........ que je diluerai copieusement mes médecines avec le plus pur fluide.
            H. - Bravo ! Je donne des doses infinitésimales mais vous en donnerez de diluées. Nous sommes tous deux dans le bon chemin. - Vive la Bagatelle !
            A. - Je suppose que je dois, moi, crier : " Vive l'Eau des Puits ".
                                                                                                             
                                                       ( Ils sortent chacun de son côté )

            Revenons cependant à notre histoire. Les globules de mon ami furent, comme de raison, tout à fait inefficaces, de sorte qu'en dernier ressort l'un des premiers chirurgiens du jour fut consulté. Celui-ci, pour le plaisir d'une agréable variété, entre en liste, et espère vaincre avec la mixture saline. Il s'avance donc avec cette


                                                           ( à suivre ................. )

                                                                      Prescription
            .............

                                                                      Sydney Whiting
         
         
  

mardi 15 mai 2018

La cravate verte Arthur Schnitzler ( Nouvelle Autriche )

Image associée
artmajeur.com


                                                         La cravate verte

            Un homme, jeune encore, du nom de Cléophas, vivait retiré dans une maison proche de la ville. L'envie lui vint, un beau matin, d'aller parmi les hommes. Il se vêtit très correctement, selon son habitude. Il mit une cravate neuve, de couleur verte, et partit faire un tour au parc.
            Les gens le saluèrent très poliment, jugeant que sa cravate verte lui allait très bien, et, pendant plusieurs jours, ils parlèrent en termes élogieux de la cravate verte de M. Cléophas.
            D'aucuns voulant l'imiter portèrent, comme lui, des cravates vertes. 
            Elles étaient cependant de moins bonne qualité et nouées avec moins de grâce.
            Quand, peu après, M. Cléophas revint se promener dans le parc, il portait un nouveau costume, mais toujours la même cravate verte.
            Quelques-uns dirent alors, hochant la tête d'un air soucieux :                
            - Encore cette cravate verte !... N'a-t-il donc que celle-là...                        artmajeur.com
           D'autres, un peu plus nerveux, s'écrièrent :
           - Il va faire notre désespoir avec sa cravate verte !
            Quand M. Cléophas se rendit à nouveau parmi les hommes, il arborait une cravate bleue.
            Quelques-uns se récrièrent :
            - Quelle idée l'a pris soudain de venir ici avec une cravate bleue ?
            Mais les plus nerveux criaient très fort :
           - Nous avons l'habitude de le voir avec une cravate verte ! Allons-nous supporter aujourd'hui 
qu'il en ait une bleue ?
            Cependant, plus d'un très malin déclara :
            - Oh ! il ne nous fera pas croire que cette cravate est bleue ! M. Cléophas la porte, donc elle est verte !
            La fois suivant, M. Cléophas, très correctement vêtu selon son habitude, avait une cravate d'un très beau violet. Du plus loin qu'ils le virent, les gens s'exclamèrent , sarcastiques :
            - Voici l'homme à la cravate verte !
            Or, il y avait un groupe de gens dont les moyens étaient insuffisants pour leur permettre de se nouer autour du cou autre chose que du fil à coudre. Ils expliquaient que le fil à coudre est la chose la plus élégante et la plus distinguée du monde. Ils détestaient, sans exception, tous ceux qui portaient des cravates, et en particulier, M. Cléophas, toujours très correctement vêtu et qui portait des cravates plus belles et mieux nouées que quiconque. Croisant un jour, M. Cléophas, celui d'entre eux qui parlait le plus fort se mit à crier :
            - Les gens qui portent une cravate verte sont des débauchés !                 google.fr
Résultat de recherche d'images pour "cravate peinture dessin"            M. Cléophas poursuivit sa route sans se soucier de lui.
            Quand M. Cléophas retourna se promener dans le parc, le bruyant personnage au fil à coudre autour du cou s'écria                                  
            - Les gens qui portent une cravate verte sont des voleurs !
            Et beaucoup d'autres crièrent avec lui :
            Cléophas haussa les épaules et se dit que ceux qui portaient maintenant une cravate verte devaient être tombés bien bas. Lorsqu'il les rencontra pour la troisième fois, la foule tout entière entraînée par le bruyant personnage avec du fil à coudre autour du cou, cria :
            - Les gens qui portent une cravate verte sont des assassins !
            Alors Cléophas remarqua que de nombreux regards étaient tournés vers lui.
            S'étant rappelé avoir également porté à plusieurs reprises des cravates vertes, il s'approcha de
l'homme au fil à coudre et lui demanda :
            - De qui parlez-vous donc ? Serait-ce aussi de moi ?                                artmajeur.com
Adèle - Peinture,  50x40 cm ©2015 par Isabelle Molinard -  
                                                    
    Art figuratif, Toile, Animaux, ragdoll cat, scarf
            - Mais, M Cléophas, répondit l'autre, comment pouvez-vous croire ?... Vous ne portez pas de cravate verte, voyons ! 
            Et il lui serra la main l'assurant de sa grande considération.
            Cléophas salua et s'en alla. Mais lorsqu'il fut à une distance suffisante, l'homme au fil à coudre autour du cou s'écria en battant des mains :
            - Vous voyez comme il se sent touché ? Qui pourrait encore douter maintenant que Cléophas est un débauché, un voleur et un assassin ?


                                                    Arthur Schnitzler

                                                                     ( 1è parution 1903 )
            
            

        
    
            


lundi 14 mai 2018

Lettres de Proust à Gaston Gallimard 3 et extrait de Bernard Grasset ( Lettres France )

Afficher l'image d'origine
coquelicot2007.centerblog.com

                                                                                                                       Début mars 1916

            Cher ami,
            ( Je voudrais bien que nous adoptions cette appellation. Elle satisfera mieux les sentiments qu'éveille en moi votre gentille lettre. ) Pardonnez-moi de ne pas vous avoir répondu plus tôt, j'ai été assez mal ces jours-ci. D'ailleurs j'ai les yeux fatigués et suis un mauvais correspondant.
            Je commence par la fin, pour terminer la question " livre ". oui Gide me l'a dit, et en 1914, et encore l'autre jour, que la NRF m'éditerait volontiers. Je lui ai dit pourquoi c'était impossible, et j'ai dû aussi lui dire sinon l'autre jour, du moins en 1914, pourquoi je le regrettais moins. C'est que je tenais tant à être lu par les trois ou quatre personnes pour lesquelles j'écrivais et qui sont à peu près toutes de la NRF, je me disais que cela me donnait une chance d'attirer leur attention. Or il se trouve que vous avez tous lu le livre. Il a inspiré une amitié d'ailleurs excessive à des gens par qui c'était mon rêve d'être lu. Pour prendre un exemple en-dehors de la NRF j'ai une immense admiration pour Jammes ( que la défaillance de ma plume ne vous laisse pas croire que je ne sais pas orthographier son nom ! ). J'aurais donné tout, sauf une certaine affection, pour qu'il lût et goûtât une page de moi.
Mais je croyais que c'était impossible. Vous pouvez juger de ma stupéfaction quand j'ai reçu une lettre admirable et insensée où il me comparaît simplement à Shakespeare à Balzac à Cervantès ! Je dis ma stupéfaction et non ma joie. Car les choses sont arrangées ainsi dans la vie que je venais de perdre la veille cette affection à laquelle je tenais plus qu'à être apprécié par Jammes de sorte que j'ai lu sa lettre avec un étonnement hagard mais d'un coeur qui ne pouvait pas être heureux. - Quand Gide
( encore un des lecteurs rêvés ) m'a demandé qq semaines ou mois avant la guerre d'éditer les volumes suivants de mon livre, j'ai été très ému de sa proposition ; je lui ai d'abord dit que c'était impossible, puis j'ai tâché de me délier de mon traité avec mon éditeur. Alors ( et cela je l'ai écrit à Gide à qui j'ai même dû envoyer la lettre de l'éditeur si je me rappelle bien ), j'ai trouvé un homme qui a eu le seul procédé qui pouvait me fermer la bouche, et j'ai compris depuis ( ceci entre nous ) qu'il ne l'avait eu que par habileté mais au moment où j'ai été touché ; il m'a écrit : " Rien ne peut me faire plus de peine ; rien ne peut faire plus de tort à ma maison ; mais je ne veux pas que votre traité vous gêne ; si vous aimez mieux me retirer votre livre ; je vous laisse toute liberté, usez-en selon ce que vous croyez. " Devant la délicatesse, au moins apparente, d'un tel procédé, je n'ai pu que dire :
Afficher l'image d'origine*  " je ne songe plus à vous quitter ". Et à mon grand chagrin j'ai répondu à Gide par un refus définitif. S'il m'en a reparlé l'autre jour, c'est parce que mon éditeur étant mobilisé, il se dit que peut-être sa maison ne reprendra pas après etc. Mais tout cela n'arrivera pas, mon livre paraîtra chez lui, s'il paraît, et je n'y peux plus rien. Je le regrette d'autant plus que depuis votre lettre si gentille l'idée d'un travail avec vous me souriait infiniment ; du reste déjà je vous l'avais dit, cela m'avait tenté en 1913. Enfin même une fois le livre paru, tout serait tellement mieux chez vous ; l'improbité hélas à peu près certaine de mon éditeur ne faisait que me peiner au moment où mon livre a paru et je trouvais stupide, même dans l'intérêt de sa maison d'indiquer un chiffre faux et diminué d'éditions pour éviter les droits d'auteur ou du moins les diminuer. Maintenant, à la suite de circonstances sans intérêt, cela ne m'est plus indifférent. Et ainsi l'édition chez vous joindrait à l'honneur pour moi, au plaisir, à une collaboration avec vous, à des fatigues évitées, à une présentation matérielle comme je n'en connais pas de plus jolie, ni d'aussi jolie, les fatigues matérielles de la préparation fort atténuées, et la sécurité qu'il y a à être entre des mains loyales et amies sur lesquelles on peut se reposer. Mais enfin tout cela est impossible et ne s'appelle plus que comme ce rêve sur lequel Rossetti je crois a écrit une assez mauvaise et assez touchante poésie : " Je m'appelle ce qui aurait pu être, ce qui n'a pas été et ne sera jamais plus. " - Cher ami je me suis tellement fatigué à vous parler de moi ( ce que je déteste ) ( et pourtant je voudrais aussi vous dire pour en finir avec mon livre que je suis très fier si mon livre a pu décider Fargue  pour qui j'ai beaucoup d'admiration à écrire ses Souvenirs d'enfance ; mais que dans mon esprit mon livre n'est pas un livre de souvenirs d'enfance. Il est une construction dont l'organisme je le reconnais n'apparaît pas dès le 1er volume ( et j'ai cru plus vrai de ne pas annoncer et anticiper ), et où les souvenirs d'enfance ne jouent presque que le rôle d'exemple dans une théorie de la mémoire ) - je me suis tellement fatigué à vous parler de tout cela que je suis obligé de remettre à plus tard ce qui était le vrai objet de cette lettre. En deux mots merci de tout coeur pour les collections. Je tâcherai d'aller d'abord vous voir une fois, vous, sans Monet, Manet etc, à la NRF. Et nous pourrons nous revoir ensuite chez vous. Je sais que le projet d'aller vous voir j'en ai formé bien d'autres semblables que depuis quinze ans j'ajourne par force au lendemain et n'ai jamais réalisés. Mais enfin en ce moment je traverse une période d'activité relative. Je peux me lever presque 2 fois par semaine, et il m'est même arrivé de sortir une fois l'après-midi pour aller entendre le 12è quatuor de Beethoven. Il est donc possible que j'arrive assez vite à aller rue Madame. - Ce que vous me dîtes de Rober Gangnat me désespère. Ce que me disait Caillavet était donc vrai ! Et lui-même le pauvre Gaston, a dû avoir des chagrins du même genre. J'ai vécu bien loin de tout le monde depuis qq temps. Mais avant de mourir, Caillavet a demandé à sa femme de venir me voir dès qu'elle serait à Paris ; je l'ai donc reçue bien que cela me gêne un peu de laisser une femme - et surtout une femme dont j'ai été autrefois amoureux, - entrer auprès de mon lit de malade; Or dans ce qu'elle m'a raconté j'ai bien cru saisir qq chose d'analogue à ce que vous me dites de Robert Gangnat. Si je connaissais peu votre oncle ( ce qui ne m'empêchait pas de l'aimer profondément ), j'avais beaucoup connu sa compagne. Jamais elle n'avait été ma maîtresse, mais toujours une amie parfaite, et suivant à ce point mes conseils ( hélas, si j'avais su ! ) que, si bizarre que cela puisse paraître, avant de se décider à vivre avec Robert Gangnat, elle était venue à Boulogne, dans une maison de repos où je m'étais retiré après la mort de ma mère, me demander si je l'approuvais. J'avais été d'autant plus surpris de sa démarche que je ne savais même pas qu'elle le connût ; je lui dis que tout en le connaissant à peine je savais assez ce qu'il était pour pouvoir lui affirmer que personne ne méritait au même degré que lui d'être estimé par les hommes et rendu heureux par une femme. Je l'ai revue quelquefois avec Robert Gangnat - mais jamais je ne l'ai revue( ni lui hélas ) depuis notre dernier soir de Cabourg où vous étiez là. Je le regrette car j'aurais peut-être pu quelque chose. Mais depuis qu'il est mort je suis au contraire heureux de ne l'avoir jamais revue, après tout ce que vous m'avez dit. Elle ne m'a même plus jamais écrit. D'ailleurs ce que vous dites de son côté de folie est certain. Je ne m'en suis jamais personnellement aperçu, avec moi elle a toujours été tt ce qu'il y a de plus gentille. Mais j'ai souvent entendu raconter qu'elle avait eu des fièvres cérébrales ( et avait la tête dérangée ), par un de mes amis qui l'a beaucoup aimée autrefois, a été très malheureux par elle, mais je dois dire sans qu'il y ait eu de sa faute à elle ( et encore moins à lui ) et à cause seulement de tout ce qu'enferme de contradictoire, d'impossible et de funeste presque tout amour.. Je dois dire pourtant que pendant tant d'années qu'il a vécu et souffert auprès d'elle, il n'a rien eu de grave à lui reprocher, je vous en donnerai de vive voix une preuve curieuse. Mais enfin tout cela ne signifie rien auprès des abominations que vous me dites, et c'est un supplice pour moi de penser à ce que cet être exquis qu'était votre oncle a pu endurer. Je sens bien que je ne serai plus jamais un jour sans y penser. En finissant je veux vous dire encore un mot de mon livre. Puisque vous avez gardé de Robert Gangnat un si vivant souvenir, je crois que vous lirez avec une certaine douceur et peut-être même avec un certain profit spirituel en tant qu'il élucidera votre souffrance, le dernier, ou avant dernier ( je ne me rends pas compte de la pagination ) volume de A la Recherche du Temps Perdu et qui est presque tout entier sur la mort et la survivance dans la mémoire. - Soyez assez gentil 1° pour me garder la plus complète discrétion relativement à ce que je vous dis ( et que je n'ai même pas dit à Gide, mais je pourrai le lui dire ) des torts de mon éditeur. 2° pour bien vouloir considérer cette lettre si longue comme plusieurs lettres, comme me dispensant de vous écrire de longtemps, car je suis malade, j'ai mal aux yeux aussi, et puis je n'aime pas écrire des lettres. 3° pour ne pas vous fatiguer à me répondre. Ceci est une réponse et nous causerons de vive voix. Merci pour les Eloges que j'aime beaucoup. Je les lis avec admiration et certaines images m'ont beaucoup frappé. Je vous en parlerai avec plus de précision qd je vous verrai et vous dirai deux curieuses coïncidences. Aujourd'hui je suis trop fatigué et ne peux plus que vous serrer la main affectueusement


                                                                                          Marcel Proust

Gide m'a fait beaucoup de peine en me disant que Monsieur Rivière était prisonnier. Je vais lui écrire,
Gide m'a donné l'adresse.

*           monvoyagelitterairedelafrance.blogspot.fr


         
******************


   letemps.ch                                                                                       
  Afficher l'image d'origine 


                                                                                                    Paris le 29 août 1916

                                                       
                                                                             Clinique du Chanet sur Neuchâtel
            Monsieur Marcel Proust
                           Paris

            Cher Monsieur et ami,
             Je reçois votre lettre du 16 août en même temps que la lettre de René Blum........Laissez-moi vous dire que je suis fort étonné que ma lettre vous ait froissé. Il était bien naturel que je ne renonce pas à un auteur auquel je tiens beaucoup sans lui en manifester ma tristesse et il n'y avait certes pas là de quoi vous froisser. Mais je suis sensible à toutes les tristes choses que vous me faites l'amitié de me confier..........Et, quoiqu'il m'en coûte; je renonce à publier le second volume de " A la Recherche du Temps perdu ".
            Quant à la question pécuniaire et pour en terminer, voici :
            Je n'ai sous la main aucun élément me permettant de vous fournir un état des frais occasionnés par l'impression du second volume et les corrections d'épreuves, ou une évaluation de ce qui avait été payé par vous à l'origine. Je me bornerai à vous dire que sur ce point, comme dans tous, vous pouvez avoir confiance en moi Je vous fournirai lors du règlement des droits restant à vous payer un état de ces frais qui viendront en déduction de vos droits d'auteur. Quant à votre offre d'une indemnité pour la non-publication du second volume, je me borne à en prendre acte. L'équité exigerait qu'elle fût égale au bénéfice réalisé par la première édition de ce volume, à laquelle je renonce par la présente et dans le seul but de vous être agréable. Mais si vous le voulez réservons cette question comme les autres pour le moment où j'aurai les éléments nécessaires pour la résoudre
            ........ je me rappelle qu'en juillet 1915, quand j'étais à l'hôpital à Paris, j'ai fait faire un inventaire de mon stock et qu'il restait un très petit nombre d'exemplaires de votre livre. Il n'a été effectué aucune réimpression. Donc le chiffre vendu pendant l'année écoulée est minime. Si malgré mon affirmation vous avez des doutes (un éditeur doit dépouiller toute susceptibilité ) je vous offre de vous faire établir un état par libraire et par date de tous les exemplaires de votre livre sortis depuis le 1er août 1914  à ce jour.........
            ....... Et croyez que je vous garde mon amitié la plus dévouée.

                       ( extraits de cette lettre )

                                                                                            Bernard Grasset
         


                                       














Mais

Lettres de Proust à Gaston Gallimard 2 ( Lettres France )

JPEG - 84.6 ko


                                                                                                    Peu après le 8 Novembre 1912
         
            Cher Monsieur,
            Je ne peux pas vous dire le plaisir que votre lettre m'a fait ; vous avez eu les mots les plus simples et les plus efficaces pour dissiper le léger malaise moral que j'éprouvais et je vous en remercie sincèrement.
Afficher l'image d'origine            Vous ne pouvez pas venir chercher vous-même cette dactylographie car vous ne savez pas quel poids cela a. Je vous la ferai porter demain. Elle n'est pas conforme au texte véritable, mais enfin elle vous donnera une idée exacte. C'est seulement un peu amélioré depuis. C'est à la page 633 de cette dactylographie que pourrait à la rigueur se terminer le 1er volume. En réalité cela fait un peu plus car il y a des pages bis, ter, etc. Mais il y en a d'autres qui sont supprimées et comme une page d'imprimerie est beaucoup plus longue je crois que cela ne ferait pas plus de 550 pages. - Quant aux 2è et 3è volumes je ne puis facilement vous en communiquer le manuscrit, ne possédant que mon brouillon sans être sûr que le 2è ( ou 2è et 3è s'il il y en trois ) seront publiés. Vous voyez d'ici ce que serait une oeuvre interrompue en pleine publication. Du reste en quelques mots je pourrais si vous le vouliez vous dire ce que c'est que cette seconde partie. Mais ce serait très confidentiel car c'est un sujet très singulier et j'aime mieux qu'il ne soit pas connu d'avance. Quant à l'intervalle entre les volumes je vous remercie de tout mon coeur ( sachant combien c'est peu agréable à un éditeur, et comprenant à quel sentiment délicat et quelle compréhension fine de mon état de santé vous obéissez), De me les offrir si courts. Mais je crois que cela n'est pas nécessaire. Je crois que le 1er volume ( que nous n'appellerions pas 1er volume mais auquel on donnerait un sous-titre : Par exemple titre général "Les Intermittences du coeur " 1er volume sous-titre Le temps perdu 2è volume sous-titre L'adoration Perpétuelle ( ou peut-être A l'ombre des Jeunes Filles en fleur ) 3è volume sous-titre Le Temps retrouvé ). Je crois que le 1er volume paraissant en février ou mars ( mieux février ) il faudrait que le 2è parut seulement en novembre pour laisser l'assimilation d'un aussi gros morceau se faire normalement et le 3è en février 1914. - Hélas tous ces projets, redevenus charmants, depuis que vous m'avez dit que j'étais mépris, puisque ce n'est pas à l'éditeur mais au neveu de mon ami que je parle, je vous la précise avec noms propres que je vous prie formellement de taire : Mon livre a été porté par Calmette à Fasquelle qui l'a accepté dans les conditions les plus charmantes, et notamment n'a pas voulu le lire avant de promettre de le publier pour montrer l'estime qu'il a pour moi, je n'ai pas le ridicule de croire que cela puisse faire plaisir à un éditeur dont la maison marche admirablement comme Fasquelle de publier un ouvrage si différent de ses romans habituels. Mais il y a de ma part, vis-à-vis de lui, vis-à-vis de Calmette, vis-à-vis des amis charmants qui comme je ne pouvais me lever ont fait la navette entre l'un et l'autre, une question de délicatesse qui prime tout. Peut-être si dans quelques jours je vais mieux, une causerie avec mes amis si je peux aller les trouver  résoudra-t-elle le tout. Mais chaque jour qui s'écoule rend tout plus douteux. Si je reçois mes premières épreuves il n'y a plus rien à faire et dans ce cas je vous télégraphierais aussitôt. Quant à nous voir, voici : comme c'est difficile à cause de mes heures et des vôtres, je crois que le mieux est d'attendre un peu. Si vous m'éditez il faudra bien que nous nous voyions. Et si vous ne m'éditez pas il sera plus agréable encore de nous voir sans les arrières préoccupations professionnelles. Puisque je vous ai écrit une si longue lettre et comme cela me fatigue d'écrire trop souvent j'ai bien envie (  2è confidence ) de vous dire ce qu'il y a de choquant dans le 2è volume, pour que si cela vous semblait impubliable vous n'ayez pas besoin de lire le 1er. A la fin du 1er volume ( 3è partie ) vous verrez un M. de Fleurus ( ou de Gurcy, j'ai plusieurs fois changé les noms ). dont il a été vaguement question comme amant supposé de Mme Swann. Or comme dans la vie où les réputations sont souvent fausses et où on met longtemps à connaître les gens, on verra dans le 2è volume seulement que ce vieux monsieur n'est pas du tout l'amant de Mme Swann mais un pédéraste. C'est un caractère que je crois assez neuf, le pédéraste viril, épris de virilité, détestant les jeunes gens efféminés, détestant à vrai dire tous les jeunes gens comme sont misogynes les hommes qui ont souffert par les femmes. Ce personnage est assez épars au milieu de parties absolument différentes pour que ce volume n'ait nullement un air de monographie spéciale comme le Lucien de Binet- Valmer pr exemple ( rien n'est du reste plus opposé, à tous points de vue ). De plus il n'y a pas une expression crue. Et enfin vous pouvez penser que le p de vue métaphysique et moral prédomine partout dans l'oeuvre. Mais enfin on voit ce vieux monsieur lever un concierge et entretenir un pianiste. J'aime mieux
Afficher l'image d'originevous prévenir d'avance de tout ce qui pourrait vous décourager. - Je crois que je vous ai dit tout ce que j'avais à vous dire et que c'est la dernière lettre dont je vous ennuie. J'en arrive presque à souhaiter que vous n'aimiez pas mon oeuvre et n'en vouliez pas, et de cette façon m'épargner et mes perplexités actuelles, et le regret que j'aurais demain si je recevais des épreuves de Fasquelle, maintenant que j'ai entrevu une collaboration avec vous. Et je suis comme ce voyageur qui ne pouvant se résoudre eux-mêmes à renoncer à un voyage qui les tente, tâchent de se mettre en retard, de manquer le train, pour être forcés de ne pas partir. - Mais non je serai t de même content si vous aimez mon oeuvre car je tiens beaucoup à votre jugement. Je vous ai lu dans la Revue f. Et si mon livre n'est pas de ces oeuvres que vous aimez parce qu' " elles frisent comme un chou ", cependant la part de spontanéité y est infiniment plus grande qu'un parti pris d'intercaler des démonstrations intellectuelles de vérités trouvées par la sensibilité ne le laisse croire au premier abord. Le 3è volume, le Temps Retrouvé, ne laisse aucun doute à cet égard.                                                                                                                 
            Je vous demande le secret au sujet du nom de mon autre éditeur. D'ailleurs une discrétion absolue est ma seule chance de pouvoir arriver à une solution favorable sans qu'elle ait rien de désobligeant. Je vous recommande aussi le secret sur le sujet de ma 2è partie et en vous priant d'excuser cette lettre infinie et de croire au plaisir que m'a fait la vôtre, je vous envoie l'expression de mes meilleurs sentiments.                                                                                                                                                                                                                                            lturebox.francetvinf

           
Afficher l'image d'origine                                                                       Marcel Proust

            Si vous voulez à tout hasard jeter un coup d'oeil sur mon livre, quand vous l'aurez fini prévenez-moi et je le ferai reprendre car je n'ai plus aucun texte pour travailler. Je préfère le faire prendre ayant surtout peur que des cahiers soient perdus. Je ne sais trop si je dois les faire porter à votre domicile privé ou rue Madame. Vous pourriez prévenir le concierge de l'endroit où vous ne voulez pas que ce soit porté, de prévenir un porteur quand il arrivera, de rebrousser chemin vers la bonne destination.



""""""""""""""""""""""""""""""""""""""


                                                                                           16 Décembre 1912
jacques-leretrait.blogspot.com
            Cher Monsieur,
Afficher l'image d'origine            J'espère que comme disent les gens " Pas de nouvelles, bonnes nouvelles ". Et pourtant vous me feriez bien plaisir en me donnant des nouvelles. Voici pourquoi. Je peux maintenant me lever à peu près une fois par semaine. J'aurais donc peut-être été déjà une fois ou deux assez bien pour faire la démarche dont je vous ai parlé, mais ne sachant pas si vous aviez eu bonne impression de mon oeuvre et si vous vouliez l'éditer, je n'ai pas osé lâcher " le tiens " pour le " tu ne l'auras peut-être pas ". Je me suis contenté par de vagues ajournements de tâcher de chloroformer un peu la situation, mais en me réservant une porte de sortie si vous ne vouliez pas de moi. Remarquez que jamais je ne me serais permis de vous demander de lire un manuscrit que je n'étais pas sûr de pouvoir vous donner. Mais du moment que vous m'avez demandé à le lire, dès que vous pourrez me donner votre réponse ce sera mieux. Je n'ai pas besoin de vous répéter que votre réponse doit s'appliquer au tout, car vous comprenez comme il ne s'agit pas de deux ouvrages mais d'un seul coupé arbitrairement en deux à cause de la longueur, que je ne peux pas rester en plan après le 1er volume. Mais je suppose que ce que je vous ai dit des " hardiesses " du second volume ne vous a pas effrayé puisque vous ne m'avez pas répondu, et que justement parce que c'est un seul et même ouvrage la lecture de 700 pages doit suffire à vous permettre de porter un jugement sur le tout. Le reste est en cahiers non dactylographiés qu'il me semble bien long de vous faire lire, tout en le faisant volontiers si vous le désirez. Vous savez que vous m'avez parlé, dans le cas où la lecture vous ferait bonne impression et où j'aurais pu me dégager, de paraître vers le 15 février. Mais comme vous ne m'avez pas encore répondu ( ceci n'est pas un reproche, croyez-le bien, je ne vous dois que des remerciements ), comme pour cette même raison ma démarche n'est pas faite, je crains bien que le 15 février ne soit plus possible. Mais si vous me répondez bientôt, si à ce moment-là je ne vais pas trop mal et peux faire ma démarche sans grand délai et vous donner ma réponse très vite, alors je crois que nous pourrions facilement paraître le 15 avril   ( en somme cela fait 2 mois de plus et quand vous m'aviez parlé de février ou mars vous saviez que vous vouliez lire avant ). Et si nous pouvons faire un fort volume, je crois qu'en un seul autre, qui pourrait paraître en Décembre 1913 ou en février 1914, le tout serait bouclé. Mais il est inutile de vous redire encore une fois que tout cela est subordonné à la possibilité ( que j'ignore ) de me dégager. Et puisque vous avez eu la bonté de lire, je ne tenterai la chose que quand je serai sûr que vous consentez éventuellement à être mon éditeur de façon à ne pas me trouver tout d'un coup sans éditeur. Sans doute il y en a d'autres. Mais dans mon état de santé puisque je n'ai plus de démarches à faire, il est inutile d'en recommencer d'autres ailleurs chez un éditeur que je ne connaîtrais pas. Plutôt que cela, si vous ne vouliez pas de moi, j'aimerais mieux rester chez mon éditeur, d'autant plus qu'"après vous " ( je n'ai pas besoin d'insister sur ma préférence pour vous, puisque chez vous je ferai les frais de l'édition ) il est celui que je préfère et que de plus il a été fort gentil. Si par hasard vous aviez quelque chose à me dire de vive voix, vous me trouveriez ce soir lundi. Mais ne vous dérangez surtout en rien et croyez je vous prie en mes sentiments les meilleurs.
Afficher l'image d'origine

youscribe.com                                                                                                                                                                                                                          Marcel Proust




            ( En bas de page une note de l'éditeur de la Correspondance, Gallimard, indique que Fasquelle et la NRF  ont refusé d'éditer le manuscrit . Lettres des 23 et 24 décembre qui n'ont pas été retrouvées. Les deux lettres ci-dessus sont notées Yale Universiy Librairy ).